BRIBES EN LIGNE
les premières page suivante ► page       un 1254 : naissance de l’eau froide de l’anse on cheval       le de nouvelles mises en iigne, À perte de vue, la houle des elle ose à peine       voyage écoute, josué, page suivante le chêne de dodonne (i) du bibelot au babil encore  le livre, avec  née à 1 2 3 19 mars 2022, savigny sur dans l’innocence des premier vers aoi dernier       au fond edmond, sa grande       le vent démodocos... Ça a bien un fin première       ce qui page suivante ► je suis né       le un temps hors du sommaire ► page suivante un survol de l’annÉe     m2         objectif toulon, samedi 9 rare moment de bonheur, je meurs de soif j’oublie souvent et très malheureux... 1 2 3&nbs les parents, l’ultime les embrassées , cantilène béatrice machet vient de station 4 : judas  textes mis en ligne en avril page d’accueil de récapitulatif lieux et pour max charvolen 1)       bâ       l’ dans le vacarme des couleurs,     nous avions je reviens sur des       le long page suivante ► page recleimet deu mult 1 2 3&nbs       la     du faucon abu zayd me déplait. pas page suivante ► page un titre : il infuse sa       bonheu petits rien 4 et 5 (env. 7cm naviguer dans le bazar de revue l’impression la plus       fourmi&n la légende fleurie est aller à la bribe suivante dernier vers aoi dernier vers aoi  mise en ligne du texte la vie est dans la vie. se sixième page précédente retour je sais bien ce qu’il madame est toute la mastication des page suivante ► page aller à la liste des auteurs     les provisions   nous sommes lorsqu’on connaît une madame est une torche. elle 1 2 3&nbs petites proses sur terre       dé pour nicolas lavarenne ma le plus insupportable chez aller à la liste des auteurs (la numérotation des preambule – ut pictura chaque automne les     quand basile cinq madame aux yeux       un 1 2 3&nbs c’était une très jeune vers le sommaire des recueils peinture de rimes. le texte dix l’espace ouvert au pour accéder au texte, générations 1 2 3&nbs si elle est belle ? je tous ces charlatans qui  l’exposition   les éditions de torna a sorrento ulisse torna au programme des actions page précédente ► page pour philippe cent dix remarques i► cent sommaire ► page suivante       crabe-ta   si vous souhaitez comme c’est       le je suis occupé ces       cerisier toute une faune timide veille en introduction à page suivante ► page cyclades, iii° Ç’avait été la un texte que j’ai       la dernier vers aoi     &nbs 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs dernier vers aoi 1 2 3 clers fut li jurz e li le lourd travail des meules voudrais je vous dernier vers s’il         or granz est li calz, si se page suivante ► macles et       au  le "musée pour accéder au texte au je déambule et suis 1 2 3&nbs la vie est ce bruissement       le 1 2 3&nbs quelques autres   que signifie aller à la bribe suivante textes mis en ligne en sommaire ► page suivante       l’       soleil je voudrais voir les arbres station 5 : comment 1 2 3&nbs préparer le ciel i vers le sommaire des recueils 1 2 3 d’abord l’échange des macao grise une errance de pour helmut 1 2 en  il est des objets sur  au travers de toi je bribes dans le nid de pour accéder au pdf, les dernières exposition et ouvrage de couleur qui ne masque pas aucun hasard si se       va ton       reine page suivante ► page page suivante ► page    nous et toi figure ce mot comme à la hâte et si au premier jour il noble folie de josué,  tous ces chardonnerets       deux certains prétendent cet article est paru « la musique,       à dans ma gorge les installations souvent, écrire comme on se aller à se placer sous le signe de 1 2 3&nbs       grimpant page d’accueil de li quens oger cuardise je rêve aux gorges il arriva que       sur ma mémoire ne peut me page précédente retour page d’accueil de page d’accueil de               dans le page d’accueil de   (à ce pénétrer dans ce jour, page d’accueil de aller vers le musicien nègre nous lirons deux extraits de       baie elle réalise des Éphémère du 22 juillet à 1 la confusion des dire que le livre est une il nous aura laissé       au « je me tais. ils avaient si longtemps, si face aux bronzes de miodrag embrasement du mantra gore et tout avait l’appel tonitruant du carissimo ulisse, torna a dans les hautes herbes aller à la bribe suivante suite de       gloussem textes mis en ligne en page suivante ► page giovanni rubino dit     rien journée de   un le bulletin de aller à la bribe i au textes mis en ligne en août aller à la liste des auteurs 1 2 3&nbs reflets et echos la salle À propos de fata en fragilité humaine. sommaire ► page suivante  jésus c’est une sorte de         &n on a cru à       il derniers textes mis en ligne en       fourr&ea  la toile couvre les       à ouverture de l’espace madame est une       mouette la musique est le parfum de 1 2 3&nbs mélodie 1. il se trouve que je suis pour gilbert catalogue.03pdf.pdf j’arrivais dans les au matin du tout le problème 1 2 3&nbs la mort, l’ultime port,       l’ pas facile d’ajuster le bal kanique c’est dans le train premier sites de mes dernier vers aoi     [1] l et ces       le bernadette griot vient de si grant dol ai que ne textes mis en ligne en dernier vers aoi       à « et bien, bien sûr la nous serons toujours ces il y a tant de saints sur cent dix remarques i► cent de toutes les pour anne slacik ecrire est 1 2 3&nbs antoine simon 20 derniers textes mis en sommaire des marie antoinette l’éclair me dure, 1 2 3 page suivante ► page  de même que les       et tu page suivante ► page 1 2 3&nbs deux nouveauté, page suivante ► page attention beau 1 2 3&nbs page suivante ► page antoine simon 33   j’ai souvent leonardo rosa exposition de la série <p présentation du projet saluer d’abord les plus il y a deux villes à les dessins de martine orsoni le corps encaisse comme il       "j&       la  les premières la deuxième édition du       sabots       les       araucari  pour le dernier jour la fraîcheur et la archipel shopping, la       dans aller à la bribe suivante     sur la       tourneso       je Être appelé par son nom clquez sur rafale quai des chargeurs de je serai le pilote aux yeux 1 2 c’est antoine simon 25       soleil la lecture de sainte j’ai parlé Être tout entier la flamme aller à la bribe suivante       pav&eacu page suivante ► page i.- avaler l’art par 1 2 3&nbs l’entreprise dont je me       ruelle       dans le page suivante ► page ou aux mots noyés dans c’est seulement au de mes deux mains le recueil de textes photos de frédéric     de rigoles en page suivante ► page page précédente ► de  si, du nouveau dernier vers aoi antoine simon 28 rafale sors de mon territoire. fais ainsi alfred… marcel alocco a les céramiques et leurs « h&eacut pour accéder au pdf de merci à la toile de tout en vérifiant textes mis en ligne en juin       m’ le flot pâle des maisons quant carles oït la pour lire les textes de l’évidence quelque temps plus tard, de li emperere s’est       é la visite de la fondation traversé le lieu-dit de un besoin de couper comme de aller à la bribe suivante un homme dans la rue se prend       un quando me ne so itu pe violette cachée ton bien sûr, il y eut je serai toujours attentif à       ç la brume. nuages     un mois sans la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Freixe, Alain / LESTIÉ Alain / Lestié Alain /

RAPHAEL MONTICELLI

Un art de la déroute

QUESTION DE FORMAT

Publication en ligne : 18 janvier 2020
/ Bibliophilie
Artiste(s) : Lestié
Sur le net : Galerie Quadrige

Ce texte accompagne 8 estampes d’Alain Lestié. Il a été publié dans la monographie que lui a consacrée La Diane française ed. Nice, collection L’Art au carré, 2015


QUESTION DE MOTS

Tout ce qui fait sens est convoqué dans l’œuvre de Lestié : support, format, limites, cadre, marquage, outils, images.
Ajoutons-y les éléments de l’écriture et de la langue : graffitis, lettres, fragments de mots, listes, phrases... et considérons que Lestié se pose systématiquement, dans son travail d’artiste, la question de la relation entre arts visuels -peinture ou dessin- et langage.

Alain Lestié, Gravure 8

Nous sommes, encore une fois, dans une question, récurrente dans l’histoire de l’art, que nos contemporains ont traitée de façons diverses, la plupart du temps pour opposer ce qui est de l’ordre du langage et ce qui est de l’ordre du visuel, et que Lestié l’aborde de façon originale...
On connaît l’emblématique tableau de Magritte à ce sujet : la représentation d’une pipe sous laquelle l’artiste écrit : « ceci n’est pas une pipe », et soudain une évidence en chasse une autre. On sait aussi comment les mots, les inscriptions, les affiches, les journaux, les textes, lisibles ou non, figurent dans l’art moderne et contemporain. Le mot, la phrase, le fragment, le texte deviennent des éléments picturaux, ou des motifs de l’art.
À l’inverse on connaît aussi ces œuvres qui cherchent visiblement non seulement à éviter les mots, mais à empêcher toute nomination, sinon celle des outils, objets et procédures plastiques qui les composent. Comme si l’art naissait justement d’un défaut, d’une insuffisance du langage, pêchant dans des zones hors langage, en marge de lui, ou d’avant le langage, dans ce qui n’est pas encore nommé ou nommable, et que l’œuvre peut cerner et faire surgir. Cette sorte de défiance à l’égard du langage peut aller jusqu’à la mise en cause de la pratique du titre, voire de la signature de l’artiste.
Chez Alain Lestié les images sont, une à une, toutes nommables, et il est aisé d’en établir le lexique. Parallèlement, les objets de langue, graphèmes, mots, phrases interviennent à côté des images, à la fois porteurs d’images, et images parmi les images, ils contribuent, comme tels, à l’élaboration de l’œuvre.
Ce X et ce A que l’on trouve dans l’une des estampes, font eux-mêmes un écho banal et inversé à l’alpha et à l’omega. En même temps, leur forme, leur force graphique, leur pure qualité d’image jouent avec le triangle, la rature, le sexe et la croix ; questionnent l’identité des silhouettes à côté desquelles, ou sur lesquelles elles s’inscrivent ; dialoguent avec d’autres formes : la flèche qui (dés)oriente, la spirale -trace, indice d’un geste- symbole habituel de création, qui s’inscrit justement sur le ventre d’une forme féminine. On les retrouve d’une estampe à l’autre, et leurs échos tremblants font encore trembler le sens. On les retrouve dans les dessins et les peintures, confirmant que nous n’avons pas affaire à d’aléatoires, oniriques et circonstancielles constructions, mais à un « dérèglement raisonné » du sens.

Dans telle autre estampe -et on en trouvera des exemples dans l’ensemble de l’œuvre- c’est une phrase entière qui apparaît, comme cette citation de Lucrèce « de nihilo nihil », « rien n’est issu de rien » qui sonne à la fois comme une position philosophique et... comme le programme artistique de Lestié.

A la différence des œuvres sur toile ou sur papier, les estampes de cet ouvrage n’ont pas chacune un titre... L’artiste leur a donné un titre générique : « somme toute », qui joue le même rôle que les titres des œuvres, et y travaille les mots, les images et le sens, comme il le fait dans le travail plastique...
Dans l’usage courant, on donne un titre ou une légende à une image d’abord pour resserrer la multiplicité des sens qu’elle porte, orienter le regard, limiter les interprétations possibles.
« Temps mêlés », « Parties de campagne », « Réflection », « Liminaires », « Strophes », « Postfaces », les titres, chez Lestié, appartiennent à des registres divers. Ils jouent sur la multiplicité des sens d’un mot, en accentuent les ambiguïtés, les résonances, les contenus culturels, en font bouger les contextes... S’ils semblent parfois redondants avec le contenu d’une œuvre, c’est pour en faire apparaître aussitôt l’ambiguïté. En d’autres termes, au lieu de fermer les interprétations de l’image, le titre les ouvre et contribue à la déroute... On voit bien par exemple comment « réflection » semble simplement d’abord désigner ce que l’on voit sur l’image : le reflet d’un arc de cercle de part et d’autre d’un horizon. Mais il engage aussitôt à la « réflexion » qui exige de pousser au delà de ce reflet et de cet horizon.
« Parties de campagne » reprend à la fois une expression toute faite, un titre de nouvelle, un motif de peintre et un titre de film... Le titre est posé sur un dessin qui représente des bouts de papier fixés sur un mur contre lequel est posée une branche brisée. D’un rameau, à droite de la branche, un ruban tressé rejoint, en arc, les bouts de papier sur lesquels figurent des fragments de paysage campagnard... Le titre participe, non sans ironie, des effets de sens et de la polysémie des images.
« Épisodes », enfin, s’inscrit au dessus de deux figures : un nuancier de gris posé verticalement, à la droite duquel est représenté une branche coupée, épisodes d’une -ou plusieurs- narration désarticulée...
Le titre, chez Lestié, n’est pas simple référence de catalogue. Il résulte d’un travail sur la langue et d’une réflexion sur ce qui est en jeu dans l’œuvre qu’il désigne. Il propose de l’œuvre une approche, que l’on croit d’abord univoque et que l’on reconnaît soudain comme plurielle, sert de seuil par lequel on passe et repasse pour des visites chaque fois différentes. C’est ainsi le lieu où se focalise le rapport au récit dans les œuvres de Lestié... Récit impossible, parce que récit multiple sans cesse alimenté de ses propres potentialités... Récit impossible parce que... exponentiel.

« Somme toute »... expression banale, équivalent de « tout bien considéré », « après tout », comme si l’on s’engageait dans une proposition nouvelle... Mais, considérant ces huit estampes et les reliant à l’ensemble de l’œuvre, le mot « somme » prend une autre résonance... Ces huit estampes sont une somme, la synthèse, sinon le résumé, de la démarche de Lestié, et les huit estampes se présentent comme une interprétation, par l’artiste lui même, de sa démarche d’artiste. Elles reprennent les thèmes qu’il traite dans son œuvre peint, les problèmes qu’il s’y pose et nous pose, les effets esthétiques qu’il vise et la réflexion qui les sous-tend, la leçon d’art -et de vie- qu’elle constitue.

L’oeuvre de Lestié ne se réalise pas dans l’illusion de la transparence des mots et des images, ou de l’équivalence entre eux, mais dans les ambiguïtés, les faux sens, la polysémie... Elle ne se réalise pas non plus en dehors de langue, dans une zone d’absence de la langue, mais dans la langue même, à l’intérieur des trouées ou des incertitudes de la langue. L’œuvre de Lestié est une machine à transformer nos idées et nos images, une machine à penser et à imaginer : un complexe dispositif dans lequel il pense et imagine, et qu’il propose au spectateur. Ce faisant, il ne lui dit pas : « Voici ce que je pense et ce que j’imagine », mais « Regarde... À toi maintenant de penser et d’imaginer ».

info portfolio

Alain Lestié, Gravure 1 Alain Lestié, Gravure 2 Alain Lestié, Gravure 3 Alain Lestié, Gravure 4 Alain Lestié, Gravure 5 Alain Lestié, Gravure 6 Alain Lestié, Gravure 7

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP