BRIBES EN LIGNE
page suivante ► voici donc       &nbs ++++ il y a, dans mon le numéro exceptionnel de vertige. une distance page suivante ► page lire la réponse de michel cent dix remarques i► cent a claude b.   comme une     longtemps sur seul dans la rue je ris la    7 artistes et 1 au centre des quartiers de réponse de michel deuxième essai       reine    nous reflets et echos la salle et ma foi, Écoute, bûcheron, arrête textes mis en ligne en kurt schwitters. : autre citation       qui  tu ne renonceras pas.       ce qui tant pis pour eux. i en voyant la masse aux page précédente le café cette machine entre mes       la éphémère du 2 c’est seulement au Ç’avait été la       que de au rayon des surgelés ço dist li reis : page suivante ► christ a outre la poursuite de la mise "je me tais. pour taire. la gaucherie à vivre, rêve, cauchemar, dernier vers aoi quatre si la mer s’est le nécessaire non la fraîcheur et la       fleur       sur le prenez vos casseroles et la tentation du survol, à bien sûr, il y eut biboon. plus qu’une saison.     quand basile         or       bruyante     tout autour la visite de la fondation les éditions de la passe du sculpter l’air : à sylvie petits rien 4 et 5 (env. 7cm       à de toutes les ■ cézanne en peinture       allong&e   le texte suivant a     après très malheureux... si j’avais de son page suivante ► page je suis celle qui trompe       dans la ajout de fichiers sons dans  ce mois ci : sub cher.e.s ami.e.s vous pouvez page d’accueil de       parfois dans les hautes herbes À max charvolen et je me souviens de       longtem recleimet deu mult textes mis en ligne en avril       l’       apr&egra jamais si entêtanteeurydice 1er moins quinze hiver       l’ les embrassées , cantilène page suivante ► page zacinto dove giacque il mio       "       é vers la lettre ouverte au page d’accueil de rafale rafale n° 9 un       pav&eacu quai des chargeurs de un besoin de couper comme de carissimo ulisse, torna a tout en travaillant sur les marie-hélène préparer le ciel i page suivante ► page     les provisions derniers textes mis en page suivante ► page un tunnel sans fin et, à 5) triptyque marocain 1     pour derniers textes mis en l’attente, le fruit les dessins de martine orsoni page précédente ► de       &       six  pour de un soir à paris au alberto arbasino : page suivante ► page tous ces charlatans qui toujours les lettres : textes mis en ligne en avril À propos de fata en oiseau tranquille au vol       ton voir les bifaces de b. j’pense à toi bruno à yvon « oui, lorsqu’on connaît une pour daniel farioli poussant là-bas, dans le pays des page suivante ► page       au antoine simon 29   ces notes clxvi deus li otreit (la sue) prologue et puis t’es     surgi ce poème est tiré du marché ou souk ou voir les œufs de 30 décembre 1963. revue me       la les lettres ou les chiffres à raphaël madame aux rumeurs le galop du poème me aller à la bribe suivante j’ai donc sur la toile de renoir, les page suivante ► page page suivante ► page béatrice machet vient de chants à tu mon recueil    courant genre des mots mauvais genre qui d’entre nous iloec endreit remeint li os apaches : li emperere par sa grant la mort, l’ultime port, alain lestié, gravure on peut croire que martine page suivante ► page       neige voici l’homme aux deux pour michèle gazier 1) pour andré bernard noël, un nous de       l’ cyclades, iii° raphaël monticelli : tu que d’heures saluer d’abord les plus sophie calle à beaubourg... mais jamais on ne chers élèves du collège alain lestiÉ un art de la un jour nous avons     rien l’appel tonitruant du en europe enfin, c’est la quatrième essai de de proche en proche tous textes mis en ligne en juin deux mille ans nous le chêne de dodonne (i) page d’accueil de dans le train premier les cahiers butor sont cent dix remarques i► cent janvier 2002 .traverse ce 28 février 2002.       sur le bernard noël, droits sommaire ► page suivante qu’est-ce qui est en   ces sec erv vre ile   que signifie oui la il n’est pire enfer que  ce qui importe pour aller à la bribe suivante al matin, quant primes pert vue à la villa tamaris     chambre raphaël monticelli 30 juin       à autre essai d’un paul vers le sommaire des recueils voudrais je vous sommaire ► page suivante pour georges a ma mère, femme parmi aller à la bribe suivante dernier vers aoi       la hommage à rené le temps passe dans la au programme des actions   en grec, morías comme un prÉliminaire la pour anne slacik ecrire est aller à la liste des pour robert À venise je dispose, sur le  mise en ligne du texte pour philippe pour accéder au pdf, pénétrer dans ce jour, « amis rollant, de pluies et bruines, comment   j’ai souvent  au travers de toi je a l’aube des apaches, 1.- les rêves de je voudrais voir les arbres la toile, d’avatar en c’était une très jeune         carissimo ulisse, torna a suite du blasphème de ici, les choses les plus       baie page d’accueil de un texte venu de l’autre       entre la fonction,       le monticelli raphael 510 035 page suivante page vers ponctuations page suivante ► page page suivante page quelques autres le glacis de la mort À perte de vue, la houle des préparer le ciel i sables mes paroles vous la pureté de la survie. nul Éditeur : la diane     pour accéder antoine simon 3 antoine simon 23 errer est notre lot, madame, posté sur facebook sorti de la terre a souvent tremblé la rencontre d’une le franchissement des     hélas, page suivante ► page ce mot comme à la hâte naviguer dans le bazar de le tissu d’acier derniers mon cher pétrarque, sommaire ► page suivante mult ben i fierent franceis e tendresse du monde si peu 19 mars 2022, savigny sur les articles mis en ligne en la poésie, à la       fourmi&n l’envers de page précédente page page suivante ► page clers est li jurz et li voir document expo boltanski aller à la liste des auteurs si vous entendez le lac à yvon quand une fois on a boomerang b ► livre grand un homme dans la rue se prend       mé raphaËl       le pour julius baltazar 1 le dans le pain brisé son vers le sommaire des recueils       m’ textes mis en ligne en mars       sur le antoine simon 32 la chaise, le châssis, le       fourr&ea quand il voit s’ouvrir,       dans le juste un mot pour annoncer alocco, au château de et te voici humanité dans le respect du cahier des       ç   dits de aller à la bribe suivante     une abeille de     cet arbre que       sous ce qui importe pour       ce denis roche : page précédente retour   À léon-gontran page précédente retour       sur les     son  l’exposition  il y a longtemps, dernier vers doel i avrat, il y a quelques livres, dire que le livre est une dernier vers aoi       objectif       le nous savons tous, ici, que "a cannes, propos de table vers le sommaire des recueils  marcel migozzi vient de "école de noble folie de josué, page suivante ► page page d’accueil de nécrologie dernier vers aoi       grimpant textes mis en ligne en il n’était qu’un 1. passera-t-on par l’eau cristina m’avait demandé c’est un peu comme si, je crie la rue mue douleur il était question non carles respunt : a propos de quatre oeuvres de       pé page d’accueil de       é merci à la toile de page suivante ► page vers stat silva dolorosa mieux valait découper retour au texte ceci… pour prendre mesure. josué ne  les œuvres de pour angelo pour max charvolen 1) reprise du site avec la page suivante ► page   se la mastication des de pa(i)smeisuns en est venuz       m’ centre georges commençons donc par le clers fut li jurz e li toutefois je m’estimais textes mis en ligne en art jonction semble enfin attelage ii est une œuvre raphaël monticelli 30 juin       au fond aller à la bribe suivante       tourneso antoine simon 16 le lent tricotage du paysage  dans toutes les rues la parol

Retour à l'accueil

MARCEL ALOCCO

Nice, nouvel éloge de la folie
© Marcel Alocco

Codicille à l’Ecole de Nice et à la notion d’insignifiant

Publication en ligne : 25 décembre 2011
Ecrivain(s) : Alocco

 

En grec, Morías enkómion (Μωρίας ἐγκώμιον), en latin, Stultitiae laus

Vu hier, « Nice,… » je ne sais quoi*, un reportage à propos, semble-t-il, d’un hôpital psychiatrique ouvert. J’ai loupé le générique.

Au début un vieillard qui n’est pas Picasso, en travaux manuels (faut bien les occuper) découpe du papier tandis qu’en voix-off un autre patient parle de Picasso. On ne saura jamais ce que ce malade découpe. Plus tard, un mec barre son petit bateau (a-il des pattes ?) ou fait semblant, car on ne voit jamais le contexte, et parle de gens qui dans les années 60 étaient, sous diverses étiquettes qu’il énumère, comme disait un vieux cousin gaulliste historique « des gauchistes ». Le même commande en nombre des tee-shirts. Il a, dit-il, une étoile sur la tête, son fils a fait un jeu de mot sur le champ, donc il va faire tondre le gazon en étoile, mais attention, important, ce sera grand, oui, trente mètres sur trente sur trente. Mais apparemment ses ticheurtes ne sont pas propres, il a sans doute dû les laver, car il les met à sécher sur des fils…. On ne verra jamais ce qu’ils vont devenir. Une qui cause pend des jambons sanguinolents, en cuir rouge, son voisin Picasso est responsable du cuir et de la couleur, dit-elle. Un autre fou peint en noir un morceau de tissu, qu’il colle sur un mur ou d’autres surfaces entraperçues sont recouvertes d’autres couleurs. Ce dingue-là, inconscient comme peuvent l’être les dingues, prend le risque d’être sur une échelle dans un escalier. On ne saura jamais ce qui fermente dans ce cerveau, quel projet fou l’active. Espérons que son psychiatre le surveille. Un autre, dont on a aperçu le travail (très manuel) mais de loin, assez vaguement, parle à un collègue qui le questionne sur son « blindé ». On n’en est plus ici à l’AK 47, dit usuellement kalachnikov. Un « blindé ». C’est pas dingue ça ? L’homme s’explique, il essaye d’être simple, sachant que l’autre n’est pas un psychiatre spécialisé, et il en devient confus. On voit les deux hommes, mais pas le fameux blindé en question. Il y a dans ce film beaucoup de paroles sur des objets absents. Après le cinéaste se fait plaisir, il suit très lentement une charpente métallique torturée, peinte en vert, qui monte sur le ciel, vers le ciel, et par ce très lent mouvement devient longue, longue, longue… Mais pas avec au bout un hareng saur. Un autre agité souffle sur de la peinture qu’il fait couler, comme on refroidit sa soupe. Une petite flaque de peinture s’étale sur une flaque différente, déjà sèche semble-t-il. On ne saura jamais quelle est sa lubie. On ne voit pas l’objet qu’il pollue ainsi : Une jolie chose qui devrait faire plaisir à maman pour la fête des mères ? Un autre débile, resté ou retourné en enfance, joue sur son ordinateur, son personnage a des ailes. Le même, atteint sans doute de la folie des grandeurs, peint sur des murs d’immenses dessins animés façon Walt Disney, mais en moins dynamique. On voit des Pinocchio, mais je ne crois pas avoir vu des fées. Deux malades assis, gentils, dissertent calmement. Si nous comprenons bien, leurs propos concernent l’institution soignante, et ils disent leur confiance en leurs formateurs. Après quoi, quelqu’un, eux peut-être, vandalise un appartement, un fluo traîne au sol… Toujours nous ignorons ce qui origine l’action, son objet, sa place dans une démarche : nous sommes dans un monde où règne l’insignifiant.

D’autres cas anciens de jeunes gens sont évoqués, l’un fait ses courses dans un Prisu, l’autre est pyromane… D’autres, entre fous, s’engueulent : Ceux-là paraissent presque normaux. Un très vieil apprenti psychiatre trouve qu’un bleu du même bleu est plus beau que le bleu semblable qui le serait moins. Sont très fous ces psychiatres.

Le cinéaste s’est discrètement limité aux cas les plus légers. Il a ainsi évité celui qui met du ciment dans sa peinture, celui qui, maso pas qu’un peu, déchire ses toiles peintes pour les recoudre en désordre, « laboratoire de l’insensé » a dit jadis un psychiatre en chef. « Vouloir couper les tableaux, ça fait dingo » a surligné un Ministre de la Culture. Evités le découpeur de bois, et l’autre qui coule du polyester, évités… Évités les cas les plus graves, capables de traumatiser les spectateurs, et qui sait, de répandre l’épidémie. Chacun sait que dans une Ecole, suffit de deux trois cas, et toutes les classes y passent.

Une seule petite réserve, si l’on m’y autorise (ou pas) : Côté pédagogie c’est plutôt le grand raté. Ce n’est pas avec ce cinéma tragiquement angoissant que pourront se former de grands psychiatres. Enfin, ce que j’en dis… Je ne suis ni prof, ni psy, ni critique. Juste un amateur d’idées.

Pour terminer, on nous dit que sur les plages tous les parasols doivent maintenant être bleus. Un fou supérieur a sans doute pensé que le bleu arrêtait mieux le soleil ? Pas très efficace, si nous en jugeons par ceux qui en ont pris un gros rayon dans la tête.

Sont tous fous, ces niçois ?

 

Marcel Alocco

Nice le 30 novembre 2011

 

*Nice, l’atelier perpétuel, par Valéry Gaillard (Poissons Volants), documentaire annoncé sur France 3 le 28 novembre 2011, programmé le 29 à 0h00. En ce qui concerne « l’Insignifiant » voir Performarts n°11 (automne 2011) et n°12 (Hiver).

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP