BRIBES EN LIGNE
….omme virginia par la pour michèle auer et         des quatre archanges que     dans la rue la madame est une torche. elle très saintes litanies dernier vers aoi le dernier recueil de une fois entré dans la    nous  les œuvres de aller à la bribe suivante       pass&eac       page suivante ► page       bonheu pour visionner la le 26 août 1887, depuis 13) polynésie dernier vers aoi Être appelé par son nom (ma gorge est une         &n viallat © le château de         dans le train premier   un vendredi raphaËl errer est notre lot, madame, en introduction à  l’écriture 1 2 3&nbs deux ajouts ces derniers  l’entretien un titre : il infuse sa       aux       sur au programme des actions pour accéder au pdf, aller à la bribe suivante 1 2 la strada huit c’est encore à       l’ Éléments - l’eau froide de l’anse     longtemps sur vers le sommaire des recueils       au l’erbe del camp, ki alocco en patchworck © 1 2 3&nbs page précédente retour       ton à yvon quand une fois on a toutes ces pages de nos troisième essai 1 2 3&nbs       maquis au seuil de l’atelier même si   ces sec erv vre ile 1 2 3&nbs il tente de déchiffrer, de mes deux mains le tissu d’acier rafale un tunnel sans fin et, à j’oublie souvent et la terre a souvent tremblé dans les écroulements il en est des noms comme du 1 2 3&nbs abords de l’inaccessible dernier vers aoi le poiseau de parisi mon "nice, nouvel éloge de la rafale 1 2 3&nbs sors de mon territoire. fais attendre. mot terrible. en ceste tere ad estet ja retour au pdf sui generis     une abeille de pour alain borer le 26 cent dix remarques i► cent  mise en ligne du texte       la     vers le soir charogne sur le seuil ce qui ces estampes illustrent le l’ami michel dernier vers aoi aller à la liste des auteurs tout le temps est là sièges cent dix remarques i► cent textes mis en ligne en mars dernier vers aoi et toi figure page suivante ► voici donc aller à la liste des auteurs page d’accueil de       force aller à la bribe suivante       fleurett la toile ou, du moins, la « pouvez-vous textes mis en ligne en les textes mis en ligne merle noir  pour je crie la rue mue douleur   nous sommes 1    le recueil que i.- avaler l’art par       ma 1 2 3&nbs on préparait nos voix mougins. décembre   je ne comprends plus suite du blasphème de 1 2 3&nbs c’est la chair pourtant derniers vers sun destre carles li reis en ad prise sa entr’els nen at ne pui vertige. une distance fin première bribes dans le nid de 1 2 3&nbs sainte marie, c’est une sorte de cent dix remarques i► cent sous ces étagements liquides vos estes proz e vostre page suivante ► page préparer le ciel i       à       " le film sur annie sidro et le ce poème est tiré du une il faut dire les gardien de phare à vie, au commençons donc par le dernier vers aoi tant pis pour eux. le 15 mai, à       devant il existe deux saints portant       fourmi&n       le long page d’accueil de la mastication des tendresse du monde si peu       "j&     un mois sans       grimpant page suivante ► page 1 la confusion des <script     « voici c’est seulement au cliquez sur l’icône dernier vers aoi le nécessaire non les éditions colophonarte sommaire ► page suivante le bulletin de     du faucon antoine simon 10 tromper le néant aux george(s) (s est la préparer le ciel i 1 2 3 en dernier vers s’il etudiant à le "patriote", creuser de la langue, outil       dans a l’extrémité du l’impression la plus l’impossible écrire comme on se est-ce parce que, petit, on page suivante page me   né le 7 m1       <img852|left> forest attendre. mot terrible. cet article est paru       dé abstraction voir figuration ecrire, la vie en dépend, aller à l’échange sur présentation du projet       et dernier vers aoi       voyage textes mis en ligne en  il est des objets sur       la seul dans la rue je ris la bernard noël, droits pour accéder au texte au   iv    vers voir les bifaces de b.       quand       le ciel textes mis en ligne en mai c’était une très jeune cela fait 53 ans que je cliquer sur l’icône À peine jetés dans le début de la mise en ligne de page suivante ► page page suivante page i en voyant la masse aux chercher une sorte de paysage de ta       sabots ne pas négocier ne       aujourd       rampant       une page suivante ► page j’ai donné, au mois  la lancinante sommaire ► page suivante l’envers de eurydice toujours nue à cet univers sans  de même que les       baie  de la trajectoire de ce in the country  née à textes mis en ligne en mai carles respunt : si vous entendez le lac       dans lire chronogaphie (bribe 133 antoine simon 6 "si elle est suite de dernier vers aoi pour accéder au pdf, effleurer le ciel du bout des retour à la recherche thème principal : (dans mon ventre pousse une page d’accueil de  si, du nouveau vue à la villa tamaris       dans il avait accepté       une et nous n’avons rien   encore une la mort, l’ultime port, 1 2 3&nbs bruno mendonça 0- souviens-toi. sa 1 2 3&nbs les céramiques et leurs lancinant ô lancinant    au balcon percey priest lake sur les d’un côté 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante histoire de signes .       jardin ce qui fait tableau : ce aller au texte nous sommes       le bien sûr, il y eut d’abord un curieux nous avancions en bas de    courant     pluie du recleimet deu mult on peut croire que martine station 3 encore il parle   jn 2,1-12 : 1 2 questions le grand combat : saluer d’abord les plus éphémère du 2 pour julius baltazar 1 le       soleil un texte que j’ai d’abord l’échange des         entre tout en vérifiant       l’ les étourneaux ! quatre si la mer s’est se reprendre. creuser son pour accéder au texte, antoine simon 2       le ço dist li reis : ainsi fut pétrarque dans se placer sous le signe de dernier vers aoi page suivante ► page antoine simon 20 je serai toujours attentif à pluies et bruines, comment 1 2 3&nbs sommaire des page suivante ► page page suivante ► nous today i eat my       en un textes mis en ligne en cliquetis obscène des       entre le coeur du aux barrières des octrois carmelo arden quin est une chère florence 1 2 3&nbs textes mis en ligne en     au couchant fragilité humaine.       dans le assise par accroc au bord de j’aime chez pierre siglent a fort e nagent e textes mis en ligne en juin   d’un coté, présentation du projet   maille 1 : que giovanni rubino dit soudain un blanc fauche le madame, on ne la voit jamais aller à la liste des nu(e), comme son nom     les fleurs du 1 2 3&nbs page précédente page station 4 : judas  le ciel est clair au travers de sorte que bientôt textes mis en ligne en août textes mis en ligne en juin vous, dont l’âme, le       l’ année 2018 ► année 2020       fourr&ea la vie est dans la vie. se traversé le lieu-dit de       un aller à la liste des auteurs cinq madame aux yeux de pa(i)smeisuns en est venuz page suivante ► page premier vers aoi dernier petites proses sur terre  dans toutes les rues a grant dulur tendrai puis je t’ai admiré, juste un  monde rassemblé textes mis en ligne en page suivante ► page       dans page suivante ► page buttati ! guarda  page d’accueil de toute trace fait sens. que je voudrais voir les arbres sans être grand dernier vers aoi     extraire     cet arbre que (vois-tu, sancho, je suis textes mis en ligne en dimanche 18 avril 2010 nous page d’accueil de elle dit la main qui fut le antoine simon 16 pas sur coussin d’air mais   (dans le       pav&eacu art jonction semble enfin langues de plomb a la il n’est pire enfer que mis en ligne durant les plus vieilles préparer le ciel i la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Carnets intermittents /

RAPHAËL MONTICELLI

À propos de Bruno Mendonça

Gloses et paraphrases sur quelques approches de Bruno Mendonça

Publication en ligne : 8 avril 2010
Artiste(s) : Mendonça Ecrivain(s) : Monticelli R.

Bruno Mendonça prépare une exposition à la médiathèque de Contes pour la fin de ce mois d’avril 2010. Il m’a demandé l’un des textes qui figureront dans le catalogue. Le voici.

 
 Le Livre... Jadis, au petit matin de mon enfance,
à la première aube de ma vie,
sa douce lumière éclairait l’horizon.
Bruno Schulz
 
« Si le monde est une vaste bibliothèque, comme on l’a affirmé, Mendonça répond
que la bibliothèque est un vaste monde »
Pierre Tilmann
 
Des livres. Des livres à perte de vue. « Perte de vue ... » Malheureuse formule. Livres en recherche de vue. En construction de vision. Le monde n’est pas « comme un livre », il est submergé de livres. Tout ce qui nous en apparaît y est livre. Livré. Livrable.
Et les livres s’ouvrent sur des livres. À chaque phrase. À chaque mot. À chaque signe. À chaque trace. Que la langue et sa graphie nous soient connues ou non chaque livre ouvre sur des livres chargés de mondes pleins de livres, pleins de signes ouvrant sur des livres pleins de mondes, et encore et toujours...
Voilà ce que je dirais en première approche de l’oeuvre de Bruno Mendonça. Il m’est toujours apparu ainsi portant en lui, avec lui, après lui, le rêve sans limite d’une bibliothèque sans limites.
À ce point, il me manque un élément majeur. Bruno Mendonça est un corps. Un corps rêvant. Un corps rêvé. Un corps rêvant d’autres corps dans la multitude des corps. Un corps chargé de corps souffrants.
Y-a-t-il seulement une frontière entre les corps et les livres ?
 
 
 
*
Je l’ouvris (...)
Je vis la grande migration des animaux,
fleuve coulant sur les routes, se divisant, s’éparpillant en cortège
dans un pays lointain, je vis le ciel plein de vols
d’oiseaux et de battements d’ailes, une énorme pyramide
inversée dont le sommet touchait l’Arche.
Bruno Schulz
« Il faut savoir que l’art est l’art de ne pas savoir »
Christian Arthaud
 
Il y a quelqu’un. Cette présence. Cette odeur d’herbe piétinée. De terre engloutie. Cette portion de silence quand tout, autour, jacasse et remue. Ou bien il y a eu quelqu’un qui a déposé là ce silence. Cette odeur. S’impose l’image du sang qui sèche. Et celle de l’incandescence. Entre pulsion du corps et maîtrise d’une intelligence sidérée. Entre encroûtement et fusion. Écroulement et rédemption. Feuilletage. Le piétinement des herbes. L’étagement des odeurs.
Les livres. Grimoires dont les traces s’étiolent, rongés de temps et de lumière. Les feuillets s’effritent sous la caresse des doigts, si précautionneuse soit-elle. Soient-ils.
Et cette poussière dont la saveur de farine à peine humide atteint l’esprit avant de s’attaquer aux papilles. Dans ce miroitement où s’évanouissent des micas, des schistes et des quartz, il y a quelqu’un. 
 
*
Penché sur le Livre, le visage
flamboyant comme un arc-en-ciel,
je me consumais silencieusement
allant d’extase en extase.
Bruno Schulz
 
« Bruno Mendonça propose de célébrer (...) l’intime et le jouir. »
Tita Reut
 
C’est l’atelier.
Des travaux. Aux murs, au sol, sur des tables, dans des cartons, des tiroirs.
Dessins, tirages, toiles, livres. Livres !
On se dit : « Quelles subtiles tensions unissent le monde d’où je viens, le dehors, et ce dedans où je me tiens ? » On regarde. On voit. Des signes, des traces, des douleurs, des plaies, des rituels, et des cérémonials complexes et silencieux, dont on n’ose demander les raisons... De peur de comprendre.
On est passé d’un territoire à l’autre ; du collectif à l’intime. On se dit : « Me voici entré, ici, dans ce dedans, ici, qui est un bouleversement apaisé du dehors. J’y ai été accueilli. Admis. Le temps s’y presse sans y avoir même prise. » Et on se dit : « Quelles règles inconnues ont établi ici les relations entre ce territoire, son organisation –espace de travail ; un autre de stockage ; un de monstration ; la table à la cafetière ; une chaise ou deux- et le travail qui s’y fait ? » Du bois. Du plomb. De la peinture. Des oxydes. Du papier. On se dit : « Je ne peux pas ne pas sentir la souffrance et la douleur. Non. Je ne peux pas. » On se dit : « Jouissance de la douleur ? Malgré la douleur ? À cause de la douleur ? » On écoute. Le plomb des mots. La précaire prétention des protections. On entend : « Je me suis enfoui. Enterré. Des jours durant pour dessiner en aveugle » On voit passer, au fond de l’eau de l’oeil, l’ombre d’un prométhée, et on se dit : « Jouir de dessiner en aveugle ? Dans l’aveuglement des tombeaux ? ». On rejette les cottes de maille. On donne son corps nu et fragile au soleil et au vent. Ce bonheur de la fragile nudité.
C’est l’atelier.
 
*
C’était le dernier mot du Livre
qui vous laissait le goût d’un étrange étoudrissement,
mélange de faim et d’excitation de l’âme.
Bruno Schulz
 
« Tous se servaient de la même langue
et du même mot. »
 
Un mot. Un seul mot. Et ce serait suffisant. Il dirait tout ce qu’il y a à dire. Ferait comprendre tout ce qu’il y a besoin de comprendre. Au passage, il abolirait la vaine complexité de nos systèmes linguistiques. La prétention de nos idées. Il nous donnerait plus d’âme que n’en ont les animaux les plus dépourvus de signes. Il élargirait nos rapports aux autres et au monde à une seule, profonde, intense et définitive fusion.
Que ce seul mot soit dit et répété ! fusion. Que des millions de bouches le profèrent ! fusion. Que la main inlassable l’écrive des millions de fois ! fusion. Ah ! l’impossible ! fusion. L’inconcevable ! fusion. Toute parole en un mot fondue. fusion. Que deux êtres le prononcent... fusion. il n’est plus le même déjà. fusion. Que la même main deux fois l’écrive... fusion. il est déjà différent. fusion. Le timbre diffère. fusion. Et le souffle. fusion. Et le geste. fusion. Et la forme. fusion. Et la trace. fusion. En bout de ligne c’est l’agitation d’une vie sans prétexte. fusion. En bas de page, l’étincellement des eaux et des écumes. fusion. Le volume rempli est parcouru de vibrations, de cris, de plaintes, de rires et de murmures. fusion. Des milliers de volumes, fusion des millions de fois, fusion couvrent le monde, fusion en crèvent les bords, fusion  remplissent la totalité du ciel des regards. fusion et donnent la forme définitive de notre ouïe. fusion. Il ne désigne pas ce que nous voyons. fusion. Ne désigne pas ce que nous entendons. fusion. Il est ce que nous voyons et entendons. fusion.
Avant de disperser les peuples en dispersant les langues, les dieux inquiets qui cherchent à se passer de nous ont dispersé chaque homme en dispersant les mots.
 
Un seul mot et c’est suffisant.
 
Les citations de Bruno Schulz sont tirées de « Le sanatorium au croque-mort », Denoël ed.1974 dans la traduction de Thérèse Douchy
 

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP