BRIBES EN LIGNE
1 2 3&nbs baous et rious je suis ou aux mots noyés dans   la baie des anges       les pour jacky coville guetteurs edmond, sa grande aller à la liste des auteurs       montagne       sabots au commencement était tous ces charlatans qui page suivante ► je suis né je me souviens qu’à propos dorothée vint au monde grant est la plaigne e large       fleurett un temps hors du le poiseau de parisi mon troisième essai la chaude caresse de       crabe-ta madame, on ne la voit jamais reprise du site avec la dans les carnets dans les carnets l’eau froide de l’anse 1 2 3 je station 3 encore il parle       cette page suivante ► page antoine simon 15 pour maxime godard 1 haute il faut laisser venir madame retour au texte pas facile d’ajuster le today i eat my ce paysage que tu contemplais a ma mère, femme parmi naviguer dans le bazar de sauvage et fuyant comme trois (mon souffle au matin page suivante ► page       la il y a bien là, dans     un mois sans       entre       nuage le soleil n’est pas préparer le ciel i aux george(s) (s est la       dans j’ai longtemps apaches : alain remila : un des je n’aime pas les gens page suivante ► voici donc huit c’est encore à retour vers le musicien page suivante ► page vers le sommaire des recueils page suivante ► r.m. a toi genre des mots mauvais genre la pureté de la survie. nul       au fond deux ajouts ces derniers antoine simon 30 elle réalise des textes mis en ligne en sur la toile de renoir, les ce qui importe pour       un jean dubuffet : honneur le ciel est clair au travers       en si grant dol ai que ne    tu sais comme ce mur blanc 1 2 3&nbs  née à     après dire que le livre est une 1 2 3       ruelle  il est des objets sur 1 2 3 en  l’exposition  souvent je ne sais rien de il pleut. j’ai vu la naviguer dans le bazar de page suivante page pour michèle gazier 1) madame est toute janvier 2002 .traverse       voyage       sur les elle dit la main qui fut le il en est des noms comme du parmi les éditeurs leonardo rosa sommaire ► page suivante montagnes de in the country rare moment de bonheur,     de rigoles en les dernières "a cannes, propos de table immense est le théâtre et page suivante page aller à l’échange sur la visite de la fondation al matin, quant primes pert aller à la bribe suivante régine robin, c’était une très jeune       dans le je découvre avant toi       six page d’accueil de 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante clere est la noit e la dernier vers que mort       va ton envoi du bulletin de bribes toutefois je m’estimais nice, le 8 octobre toute une faune timide veille 1- ai-je reçu une le geste de l’ancienne, des quatre archanges que vue à la villa tamaris voici des œuvres qui, le a l’extrémité du max charvolen, martin miguel haut var ► trois petits madame chrysalide fileuse       marche 1 2 un travail       l’ madame déchirée maintenant il connaît le madame aux rumeurs "pour tes       le bribes en ligne a   est-ce que halt sunt li pui e mult halt textes mis en ligne en page suivante page a) les villes abandonnées il   iv    vers présentation du projet page suivante ► page aller à la bribe suivante 1 2 3&nbs il avait accepté je me souviens de 1 2 3 page précédente longue n’ayant pas page précédente ► de       deux les articles mis en ligne en 1 2 3&nbs dix l’espace ouvert au       au pas madame est une torche. elle page d’accueil de le chêne de dodonne (i)       il le chêne de dodonne (i) 1 2 3&nbs rafale n° 4 on le 1 2 3&nbs je t’enfourche ma       apr&egra antoine simon 18       le ciel  epître aux     ton plaisir vers le sommaire des recueils     une abeille de deux mille ans nous page d’accueil de mult est vassal carles de 1    le recueil que dernier vers aoi je voudrais voir les arbres cyclades, iii° si elle est belle ? je mélodie aller à la bribe suivante 1 2 3 i) textes mis en ligne en le texte qui suit est, bien accéder à l’article jacques kober : les mougins. décembre préparer le ciel i début de la mise en ligne de page suivante ► page traversé le lieu-dit de vos estes proz e vostre page suivante ► page l’impression la plus effleurer le ciel du bout des pour andré page suivante ► page dernier vers aoi       "je dernier vers aoi mise en ligne d’un karles se dort cum hume voici quelques années, il y a longtemps, textes mis en ligne en juin à propos des grands page suivante ► page page suivante ► page  mise en ligne du texte le rideau (gallimard 2005) de page suivante ► page page suivante ► page exposition et ouvrage de       il quelques textes tout en travaillant sur les antoine simon 22 heureuse ruine, pensait       la pie derniers textes mis en présentation du projet "nice, nouvel éloge de la il semble possible peinture de rimes. le texte   j’ai souvent dans le pain brisé son antoine simon 32       dans le  la lancinante textes rÉunis sous un titre cette machine entre mes 1 2 3&nbs textes mis en ligne en voir les œufs de la deuxième édition du la chaise, le châssis, le page suivante ► page       allong&e pour accéder au texte sommaire ► page suivante page suivante ► page fête du livre il en est des meurtrières. commençons donc par voudrais je vous le thème sommaire ► page suivante textes mis en ligne en    il raphaël monticelli 30 juin  dans le livre, le hans freibach : carles respunt :       droite le 26 août 1887, depuis    nous préparer le ciel i les embrassées , cantilène c’est un peu comme si, c’est seulement au le plus insupportable chez qu’est-ce qui est en autre essai d’un cent dix remarques i► cent petites proses sur terre un titre : il infuse sa       enfant sauver la vie c’est ne encore la couleur, mais cette page suivante ► page six de l’espace urbain, page suivante ► page lien vers la totalité des onze sous les cercles nécrologie  l’entretien       apparu aller vers bribes, livres 1       le il faut aller voir lu le choeur des femmes de     surgi une il faut dire les attention beau les ruelles blanches qui accéder au texte en cliquant à cri et à  le livre, avec sommaire ► page suivante je n’ai pas dit que le préparer le ciel i préparer le ciel i  au travers de toi je     pourquoi tu chaque automne les cher.e.s ami.e.s vous pouvez s’égarer on  pour le dernier jour       tourneso       fourr&ea les plus terribles       1 2 3&nbs  l’écriture l’homme est le chêne de dodonne (i) il y a tant de saints sur (dans mon ventre pousse une paroles de chaman tu aux barrières des octrois mathieu bénézet : mon j’ai ajouté "l’art est-il       banlieue tromper le néant m1       aller à la bribe suivante page d’accueil de aller à la bribe suivante cet univers sans vers le sommaire des recueils       sur le d’abord trouver un titre. ce 28 février 2002. dernier vers aoi dans ma gorge page suivante ► page dernier vers aoi pour michèle gazier 1 dernier vers aoi  un livre écrit comme une suite de “dans le dessin la mort d’un oiseau.       bonheu macao grise cent dix remarques i► cent       le vent « voici biboon. plus qu’une saison.  je signerai mon carissimo ulisse, torna a     hélas,  les éditions de 1 2 3&nbs cent dix remarques i► cent il ne sait rien qui ne va chants à tu mon recueil       la 1 2 3&nbs  ce mois ci : sub 1. il se trouve que je suis     nous avions et combien dieu faisait silence, mais page suivante ► page     quand basile accorde ton désir à ta cent dix remarques i► cent page suivante ► page la talvera, la bordure du ce n’est pas aux choses quatre si la mer s’est       le long <img852|left> forest       bâ       pass&eac l’erbe del camp, ki rafale       dans le les terrasses abandonnées la fonction,       ce qui je désire un   (à       et arbre épanoui au ciel aller au sommaire des oui la       sous ce qui fascine chez certains prétendent sous ces étagements liquides la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : LIVRE 2 : RÉVERSIONS /

Très malheureux... Peut-il être très malheureux ? Ou même triste ? En tout cas, il n’est pas méchant…

7 - 14 - 21 - 28  Torre torino torone torotto

mia moglie è cascata da letto
Vous connaissez la fascination des comptines… Il m’a fallu bien des années pour que je l’admette, l’accepte et commence à en comprendre les raisons. L’évidence, c’est que les souvenirs d’enfance sont comme collés aux comptines et elles sont capables de traîner avec elles des pans entiers de temps. Elles doivent cette particularité avant tout à la façon dont elles enferment les images dans les rouleaux de leurs rythmes pour leur conserver une stupéfiante netteté ; elles rendent à la mémoire des chaleurs de chair dans des complicités béates, ces enfouissements étourdis que l’on va chercher dans des creux d’épaules pleins d’odeurs d’aisselles et de seins ; c’est par bouffées qu’elles ameutent la grande horde des souvenirs chargés de l’ombre poussiéreuse de ces platanes de cours d’écoles, de fumées d’encre et de craie, des sautillements de moineaux sur les marelles… tout cela nous le savons. Les comptines ont un rôle plus essentiel peut-être, et plus secret, inscrit dans la façon dont s’élaborent leurs rythmes et s’agencent leurs mots : en mêlant les espaces de la clarté et de l’obscurité, du sens et du non sens, de manière à permettre une compréhension toujours renouvelée dans un ensemble qui semble toujours, d’une certaine façon, s’évaporer dans le temps qui le permet, elles établissent une langue paradoxale hors la langue et le temps, et qui ne cherche de sens et de durée qu’en elle-même, parole incantatoire qui ne vise aucun récit. N’en reste alors que le sentiment d’un mystère banal venu déposer ses éclats sur les circonstances au cours desquels la comptine s’est déployée. Du fait de cette alliance entre mystère et clarté, la comptine installe aussi entre ceux qui la pratiquent cette profonde complicité de texte, de geste et de rite, de ceux qui parviennent à partager non seulement un savoir mais aussi des ignorances.  
Sette, quattordici, ventuno, ventotto
Mia moglie è cascata dal letto
E s’è fatto un bussolotto  

7 - 14 -21- 28  Torre torino torone torotto

Giro giro tondo

gira tutto il mondo
gira la luna
gira la terra
E Micchelino se ne va per terra

Ma se casca la terra, se casca, si se casca, che cosa mai succederà ?
Et si la terre tombe, si la terre tombe, oui, si elle tombe, qu’est-ce qui arrivera ?
 Et c’était bien l’une de mes inquiétudes, l’une des angoisses qui me mettait le plus “hors de moi”, l’idée que la terre puisse un jour tomber, ne plus être tenue ou retenue par dieu sait quelles forces incommensurables, impensables, et dans l’infini chuter sans fin. Mais c’était aussi une vertu de la comptine que de reporter la chute de la terre à la chute générale des corps : je devenais ce bout de monde à bout de bras balancé, vers le sol projeté et soudain toujours retenu. Et ce bout de monde était une terre possible et un univers sans cesse vers un sol chutant et indéfiniment retenu. En fin de compte ça n’avait plus rien d’effroyable… elle peut bien tomber la terre ; je n’avais bientôt plus même le pincement de la peur

qui me saisissait quand cessait la comptine

Oui, j’en ai le parfait souvenir : pendant la comptine, le plaisir de la voix, celui du rythme, celui du corps qui accompagnait mon balancement, le plaisir encore d’attendre d’entendre mon propre rire au moment où le corps semblant chuter était soudain retenu, ce rire, fort, juste après le risque, comme pour libérer le souffle un instant suspendu et qui masquait tout autre sentiment. 

Une autre face de la lune
Après notre journal de la demi-journée, voici une page d’information. Au micro, Patrick Perceval.
“L’exploration de la lune pose aujourd’hui infiniment moins de problèmes qu’il y a seulement dix ou cinq ans… Toutefois, la grande question pour le grand public continue à porter sur la nécessité de telles expériences.
Le coût et l’incompréhension des véritables raisons de cette recherche l’incitent à penser bien souvent que cette conquête est de l’ordre de la futilité -ou- et ce n’est guère plus encourageant- qu’elle ne se poursuit que dans des buts militaires.
Les hommes de science assurent cependant que nous pouvons, grâce à ces expéditions, non seulement résoudre l’énigme posée de la formation de la lune, mais aussi celle de la terre, sans doute même celle de l’univers entier, et, qui sait, peut-être aussi celle de l’homme.
Un récent sondage a toutefois indiqué que, sur cent personnes interrogées, etc.. ……………………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………..
Ainsi prend fin notre page d’information
D’autres nouvelles à 19h40

  AOI
©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP