BRIBES EN LIGNE
et combien je me souviens de que nos princes et empereurs je n’aime pas les gens  il y a le châssis, la force du corps, textes mis en ligne en de tantes herbes el pre je meurs de soif passet li jurz, si turnet a la gaucherie à vivre, cent dix remarques i► cent     extraire     après les installations souvent, page suivante ► page j’ai ajouté quand c’est le vent qui     tout autour “dans le dessin rita est trois fois humble. à l’entreprise dont je me     pourquoi tu sainte marie,       les les dernières le chêne de dodonne (i) abstraction voir figuration aller à la bribe suivante pas de pluie pour venir   pour le prochain page suivante page page suivante ► page la cité de la musique charogne sur le seuil ce qui la bouche pleine de bulles   si vous souhaitez page suivante ► page pourquoi yves klein a-t-il page d’accueil de 1 2 3&nbs page suivante ► r.m. a toi   voici donc la   l’instant criblé page suivante ► page rafale 1 2 en  martin miguel vient page d’accueil de       soleil       les on croit souvent que le but pure forme, belle muette, juste un mot pour annoncer aller à la liste des et si tu dois apprendre à à claude held patiente la page suivante ► page       longtemp depuis ce jour, le site nécrologie textes mis en ligne en août page d’accueil de pour michèle auer et préparer le ciel i   anatomie du m et       la pie page suivante ► page on peut croire que martine j’aurai donc vécu sur       embarq aller à la bribe suivante pour bruno charlotte, in deuxième essai j’ai relu daniel biga, page d’accueil de le chêne de dodonne (i) page suivante ► page attention beau présentation du projet cette machine entre mes avec marc, nous avons le dernier recueil de       deux dire que le livre est une       droite 1 2 3 présentation du projet la poésie, à la 1 2 3&nbs antoine simon 21 hommage à rené langues de plomb a la       bien quel ennui, mortel pour sites de mes 1 2 3 À peine jetés dans le page suivante ► voici donc c’est — pense-t-on - page suivante ► page l’illusion d’une dans la caverne primordiale   (dans le dernier vers aoi 1 2 3&nbs pour pierre theunissen la ] heureux l’homme percey priest lake sur les effleurer le ciel du bout des preambule – ut pictura  pour le dernier jour       dans le       dans le montagnes de présentation du projet cliquetis obscène des 1 2 3&nbs       m’ sommaire ► page suivante textes mis en ligne en pour le prochain basilic, (la textes mis en ligne en mai     " pour andré n’ayant pas le numéro exceptionnel de aller à la bribe suivante mélodie     sur la pente autre essai d’un petit souvenir vue à la villa tamaris saluer d’abord les plus lorsque martine orsoni pour marcel       en un       reine textes mis en ligne en Éléments - si elle est belle ? je on cheval       apparu clquez sur 1    le recueil que monticelli raphael 510 035 pour accéder au texte au page suivante ► page quai des chargeurs de nous avancions en bas de baous et rious je suis samuel chapitre 16, versets 1 aller au sommaire des dont les secrets… à quoi dernier vers aoi marie-hélène 1 2 3&nbs paien sunt morz, alquant page d’accueil de m1        la toile couvre les 1 2 3&nbs   marcel dernier vers aoi tendresse du monde si peu dernier vers aoi a claude b.   comme une dans le vacarme des couleurs, au centre des quartiers de       ...mais ce qui fait tableau : ce (la numérotation des abu zayd me déplait. pas  la lancinante     le cygne sur thème principal : la tentation du survol, à posté sur facebook sorti de il tente de déchiffrer,       en tout le temps est là sièges hans freibach : able comme capable de donner trois (mon souffle au matin j’aime chez pierre toi, mésange à vertige. une distance   pour olivier c’est la chair pourtant textes mis en ligne en j’ai travaillé page suivante ► page glaciation entre cinq madame aux yeux six de l’espace urbain, page suivante ► page       quinze pas sur coussin d’air mais       tourneso et voici maintenant quelques page suivante ► page la mort, l’ultime port, histoire de signes .       la page suivante ► page dernier vers aoi d’abord un curieux       " le soleil n’est pas le coeur du dernier vers doel i avrat, l’heure de la mougins. décembre pour m.b. quand je me heurte un titre : il infuse sa page suivante ► page max charvolen, martin miguel sommaire ► page suivante l’annÉe 2021 mois par antoine simon 16 a ma mère, femme parmi       l’ 1 2 3&nbs ► abÉcÉdaire à jean       juin raphaËl       sabots rafale n° 6 just do le texte qui suit est, bien printemps breton, printemps la terre a souvent tremblé       j’ ...et la mémoire rêve page suivante ► page       pass&eac ce qui aide à pénétrer le et nous n’avons rien etait-ce le souvenir pas même       allong&e le film sur annie sidro et le aller à la bribe suivante et ma foi, à propos des grands lien vers la totalité des À propos de fata en nice, le 8 octobre antoine simon 6 année 2018 ► année 2020 clxvi deus li otreit (la sue) derniers pour helmut page suivante ► page elle dit la main qui fut le ils sortent       une il en est des meurtrières. 1 2 3&nbs page suivante ► je suis né juste un pour egidio fiorin des mots je suis occupé ces réponse de michel il y a longtemps, tout le problème dernier vers aoi dernier vers aoi une errance de 1 2 3&nbs pour michèle gazier 1 * il te reste à passer station 5 : comment       à antoine simon 29  le "musée rafale n° 5 un       fourmi&n page suivante gérard derniers textes mis en <p présentation du projet madame, vous débusquez tu le sais et je le vois c’est extrêmement embrasement du mantra gore tromper le néant       dans le inoubliables, les       cette je n’ai pas dit que le pour lire les textes de bernard noël en débat       mouette 1 2 3&nbs un jour nous avons       "       force       ( paroles de chaman tu lu le choeur des femmes de il nous aura laissé la communication est  les éditions de rare moment de bonheur,  je ne voulais pas sommaire ► page suivante 1 2 3&nbs leonardo rosa marie antoinette c’est vrai si tu es étudiant en rafale n° 7 un       magnolia       sur le  dans toutes les rues aucun hasard si se textes mis en ligne en août vers le sommaire des recueils         clers fut li jurz e li cela fait 53 ans que je       que de       il elle disposait d’une la chaude caresse de aller à la bribe suivante       au au commencement était préparer le ciel ii 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante il y a des mots, mais comme station 3 encore il parle 1 2 3&nbs éphémère du 2 l’erbe del camp, ki normalement, la rubrique   est-ce que beaucoup de merveilles       banlieue aller à la bribe suivante pour angelo il n’est pire enfer que page d’accueil de    en sommaire ► page       rampant les amants se j’pense à toi bruno textes mis en ligne en       reine rafale n° 3 des dessiner les choses banales À la loupe, il observa la mort d’un oiseau. antoine simon 23 1 2 3&nbs page suivante ► page       marche les terrasses abandonnées ces estampes illustrent le   la production j’ai en réserve le ciel est clair au travers difficile alliage de la vie est ce bruissement rafale n° 9 un madame chrysalide fileuse je suis bien dans paysage de ta Être appelé par son nom et encore   dits le thème un temps hors du 1 2 3&nbs le 23 février 1988, il page précédente page aller à la liste des auteurs a - preliminaire prenez 3       sur le pour gilbert pour anne slacik ecrire est antoine simon 19 1- nous sommes dehors.       chaque de pareïs li seit la madame est la reine des cet article est paru dans le       l’ page suivante ► page la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Des écritures en Patchwork, tome 2 /

MARCEL ALOCCO

Des goûts et d’égouts
© Marcel Alocco
Publication en ligne : 12 février 2010
Ecrivain(s) : Alocco

Même si j’ignorais certaines pages antérieures, et parfois magnifiques hélas aurait pu dire Monsieur Gide, je prédirais que, Thomas Pynchon soulevant la plaque, il y aurait quelques uns inévitablement pour descendre patauger dans les égouts. Mais comme l’écrivait, d’une qui n’est pas pourtant la plus sotte, un distingué collègue (du Figaro et de l’Académie, lui, si je « n’errone ») : « Ce n’est pas parce qu’on raconte une histoire de truie qu’il faut écrire comme un cochon ». Certainement, et il n’est pas suffisant de dire que le saucisson est pur porc, encore faut-il être bon charcutier.
Nul ne conteste sur le principe qu’à partir des égouts, si incommode que soit la position, il soit possible de bien voir le monde, et de le dire donc : suffit, si j’ose dire, d’avoir une écriture. Plus facile d’être célinien idéologique et de tenir des propos qui pour moi, vieil humaniste ringard, ne peuvent s’expliquer que par une mauvaise traduction du saxon archaïque, que d’être novateur d’écriture. Hors quoi, je ne vois pas au nom de quel principe il me serait autorisé d’interdire aux égoutiers de se complaire en leur milieu. Reste à savoir si l’éthique de ces égoutiers particuliers est propre à faire penser, de faire que nous, lecteurs, ayons de ce milieu mental matière à enrichir ici ou là notre tout aussi propre éthique.
 Il est des retours d’actualité : Rabelais, Miller (Henry) et quelques autres ont bien remarqué naguère la vocation des toilettes privées à tenir lieu de bibliothèques. Il existe des idées qui sont dans l’air, et bien sûr, mon cher Cyrano, on en prend plein le nez. Mesdames et Messieurs les écrivains, « comment allez-vous » ainsi qu’on disait du temps du regretté Poquelin, puisque nous ne sommes jamais qu’un alambic qui distille et selon le regard : de la pensée, de l’amour, des projets… et rejette au bout quelques déchets plus matériels. Que certains se plaisent à mélanger les productions de la tuyauterie, qu’en dire, sinon que c’est beaucoup de siècles de distillations (parfois clandestines), d’efforts et de travaux pour rien, avec au terme retour à la matière brute de l’origine – poussières.
Merci, j’étais au courant !
L’ordre des autres nous est toujours désordre. Ces écriveurs qui prétendent, non par la forme mais par le ton profératoire, briser par leurs textes la pensée institutionnelle (bravo !), viennent souvent de nos Grandes Ecoles, dans lesquelles on a la discipline d’apprendre à être discipliné. La question : que seront-ils lorsque comme le roi, nus, ils auront quitté l’uniforme du révolté ou la tenue branchée de l’instant ? Quelques uns disent « Victor Hugo ou rien ». Prétentieux ? Sans nul doute. Mais estimables. Plus nombreux envient d’être pour leur temps, et s’y efforcent, des Paul Bourget (1852-1935, Acad. Fr. 1894), Henry Bordeaux (1870-1063, Acad. Fr 1919), ou au mieux des Victor Margueritte (1966-1942, sans Acad. Fr)… mais « crades » comme on disait jadis (traduire aujourd’hui « trash »), parce que tout le monde suit la mode, et que le grand nombre décide. Quel qualificatif attribuer ? Ils sont « trash », mais recyclables. Aussi bien tous les chemins mènent à Rome, à l’Académie (Française), voire au Nobel : confère Ionesco (Eugène) ; ou à l’opposé Beckett (Samuel). Il advient aussi, oui, que ces chemins fassent « œuvre ». C’est que le plus important à dire est peut-être les banalités de notre temps : elles seront tellement « Kitsch » dans quelques dizaines d’années !
Jeunes gens qui ignorez ces noms (ceux que je ne cite pas), ne vous « prenez pas la tête ». Consacrez votre temps à de meilleures (est-ce possible ? qui sait ?) ou pour le moins de plus vivantes lectures que celles qui ne sont que d’actualité. La Strada est bornée de caniveaux… sur les bas côtés.
 
La Strada n° 00, décembre 98

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP