BRIBES EN LIGNE
rafale n° 10 ici le temps passe dans la merci à la toile de  l’entretien       "       grappes guetter cette chose préparer le ciel i juste un mot pour annoncer madame, vous débusquez 1 2 questions       l’ 1 2 3&nbs lire chronogaphie (bribe 133 ouverture d’une d’ eurydice ou bien de deus li otreit (la sue) lu le choeur des femmes de avant dernier vers aoi       ( dernier vers que mort à la bonne l’envers de ce jour là, je pouvais       au fond année 2018 ► année 2020 pour egidio fiorin des mots l’heure de la travail de tissage, dans quand c’est le vent qui histoire de signes . page d’accueil de       gloussem   est-ce que monticelli raphael 510 035 ...et la mémoire rêve aller à la liste des auteurs       dans préparer le ciel ii page suivante ► page     pourquoi tu il y a des titres qui       il antoine simon 32 halt sunt li pui e mult halt les embrassées , cantilène dernier vers aoi peinture de rimes. le texte cher.e.s ami.e.s vous pouvez       cette 1 2 3&nbs si grant dol ai que ne l’homme est abu zayd me déplait. pas et…   dits c’est extrêmement allons fouiller ce triangle page suivante ► page   en grec, morías le chêne de dodonne (i) aller à la liste des auteurs abords de l’inaccessible marché ou souk ou cliquez sur l’icône mais jamais on ne       " ce qui aide à pénétrer le normal 0 21 false fal les amants se a) les villes abandonnées il les premières  l’écriture de prime abord, il       sur le a inishmore chaque plante est       au li emperere s’est 0- souviens-toi. sa madame est une torche. elle  pour de il tente de déchiffrer,       dans       au soir il nous aura laissé       s’ page suivante ► page depuis ce jour, le site « 8° de les petites fleurs des quelques textes À la loupe, il observa printemps breton, printemps revue polenta dernier vers aoi 1 2 3&nbs de profondes glaouis 1 2 3&nbs  l’exposition  page suivante page dernier vers aoi 1 2 3&nbs ainsi alfred… chers élèves du collège page suivante ► page j’pense à toi bruno page suivante page       la abstraction voir figuration aller à la liste des auteurs page précédente retour bruno mendonça 1 2 3&nbs je ne sais pas si textes mis en ligne en 1- ai-je reçu une tout est possible pour qui et nous n’avons rien vertige. une distance quel ennui, mortel pour       la   j’ai souvent antoine simon 17 deux ce travail vous est 1 2 3&nbs pour michèle auer et grande lune pourpre dont les aller à la bribe suivante parmi les éditeurs       ç page suivante ► voici donc dernier vers aoi sur la toile de renoir, les page suivante ► page station 7 : as-tu vu judas se dernier vers aoi page suivante ► ce pays que sommaire des page précédente le café les grands page suivante 1) notre-dame au mur violet la légende fleurie est hommage à rené aller à la liste des auteurs cette machine entre mes       à antoine simon 14 aller à la bribe suivante madame porte à la communication est grant est la plaigne e large preambule – ut pictura de la       la textes mis en ligne en c’est vrai   (à reflets et echos la salle       le au labyrinthe des pleursils aller à la bribe suivante       " aller à la liste des auteurs     dans la rue la napolì napolì aller à la liste des auteurs     rien de pareïs li seit la art jonction semble enfin dans les horizons de boue, de et voici maintenant quelques douce est la terre aux yeux coupé le son à faisant dialoguer       et tu l’attente, le fruit la pureté de la survie. nul mise en ligne page suivante ► page ouvrir f.a.t.a. i ► le carissimo ulisse, torna a les éditions de la passe du       pass&eac Éléments - là-bas, dans le pays des page suivante ► page       mouette antoine simon 15       le villa arson, nice, du 17 mieux valait découper  hier, 17 le flot pâle des maisons j’ai en réserve carcassonne, le 06 pour lee page suivante ► page sommaire ► page suivante   pour théa et ses se placer sous le signe de ma mémoire ne peut me sculpter l’air : il pleut. j’ai vu la         au centre des quartiers de un texte que j’ai  epître aux       pav&eacu il ne s’agit pas de page suivante ► page       je fais page suivante page sophie calle à beaubourg... a la libération, les je me souviens de préparation des corps       avant « e ! malvais   maille 1 : que  monde rassemblé ici, les choses les plus 1 2 3 dans ce périlleux page d’accueil de page suivante gérard       dans et ma foi, 1254 : naissance de éphémère du 6 octobre ensevelie de silence, les plus terribles   encore une présentation du projet nouvelles mises en  zones gardées de   adagio   je roland barthes : propos page d’accueil de karles se dort cum hume textes mis en ligne en mai trois (mon souffle au matin pour accéder au texte, cet article est paru dans le juste un dernier vers aoi et que vous dire des marie-hélène antoine simon 6 descendre à pigalle, se li emperere par sa grant en 1958 ben ouvre à  les œuvres de préparer le ciel i j’aime chez pierre aller à la liste des auteurs la galerie chave qui libre de lever la tête       jonathan laure et pétrarque comme       bâ pour jacky coville guetteurs page suivante ► page embrasement du mantra gore aller à la bribe suivante voudrais je vous ses mains aussi étaient 1 2 la strada pour michèle non... non... je vous aller à la bribe suivante dernier vers aoi dernier vers aoi un tunnel sans fin et, à préparer le ciel i dernier vers aoi edmond, sa grande présentation du projet       dé sous ce titre inspiré de la très saintes litanies arbre épanoui au ciel "nice, nouvel éloge de la l’appel tonitruant du les terrasses abandonnées page suivante ► page percey priest lake sur les fragilité humaine. antoine simon 7 la poésie, à la 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs démodocos... Ça a bien un frères et attention beau en une, une œuvre de nu(e), comme son nom       dans le mis en ligne durant lors de la fête du livre « et bien, monde imaginal, de mes deux mains rafale aller à la bribe suivante vedo la luna vedo le madame, c’est notre si c’est ça,     surgi    seule au catalogue.03pdf.pdf aller à l’échange sur rafale n° 9 un    tu sais paru en ce mois de juin 2021, thème principal : c’est la peur qui fait l’éclair me dure,       objectif normalement, la rubrique antoine simon 5 premier vers aoi dernier cent dix remarques i► cent jamais je n’aurais réponse de michel accéder au texte en cliquant le chêne de dodonne (i) rimbaud a donc passent .x. portes, dans le vacarme des couleurs, aux george(s) (s est la     de rigoles en   d’un coté,     cet arbre que envoi du bulletin de bribes madame aux rumeurs       la               l’ cover-oleti_artin_ri nous serons toujours ces autre essai d’un dans le respect du cahier des quatrième essai de tromper le néant pas facile d’ajuster le le numéro exceptionnel de 1 la confusion des un survol de l’annÉe       entre s’égarer on       ton madame dans l’ombre des aller à la bribe suivante <img852|left> forest gardien de phare à vie, au       bruyante page suivante ► page pas une année sans évoquer « voici i mes doigts se sont ouverts fête du livre j’ai longtemps exposition et ouvrage de préparer le ciel i dernier vers aoi pour qui veut se faire une cent dix remarques i► cent   anatomie du m et 1 2 3 je sommaire ► page suivante de soie les draps, de soie dans ma gorge aller à la liste des auteurs des voix percent, racontent 1 2 3&nbs   pour olivier   saint paul trois ► abÉcÉdaire à jean dans le pain brisé son  tous ces chardonnerets derniers vers sun destre quai des chargeurs de préparer le ciel i j’ai donc ce 28 février 2002.       le vent la terre a souvent tremblé  tu ne renonceras pas.       le page suivante ► christ a jean dubuffet : honneur pour bruno charlotte, in dans l’herbier de ses il souffle sur les collines voir les œufs de la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : CAUWET Thierry /
Eloge du repentir
Publication en ligne : 15 mars 2008
Première publication : mai 1997
Artiste(s) : Cauwet

publié en mai 1997, dans le catalogue « Thierry Cauwet », éditions Al Dante


DE QUELQUES VOIES D’ACCES A LA PEINTURE DE THIERRY CAUWET

I.-LE SUPPORT
« Peindre sur le lisse, le brillant... »
Le support de Thierry Cauwet n’est pas la toile. Il peint sur des surfaces aussi lisses que possible ; il a choisi d’abord de peindre sur des plaques de mélaminé blanc qu’il remplace, depuis quelques années, par un épais papier couché brillant blanc, plus aisé à travailler et manipuler que le mélaminé. Le choix du support est fonctionnel. La surface est choisie en fonction de son adéquation à l’ensemble des procédures envisagées.

II.- APPRETER
De la polychromie comme apprêt
La première phase de toute peinture, le moindre bricoleur le sait, c’est de préparer les fonds. Dans la peinture classique, cette phase d’apprêt a pour but de transformer le tissu, souple, irrégulier, plus ou moins rugueux, plus ou moins épais, peu apte, en fait, à recevoir de la peinture (toute projection liquide y diffuse, y fait tache), poreux, et riche des colorations des fibres tissées (beige, bistre, blanc cassé, couleurs du coton et du lin). L’objectif c’est d’en faire une surface lisse, tendue, blanche, neutre sur laquelle les couleurs, les formes vont venir s’ajouter et se combiner comme sur un mur. L’originalité de Thierry Cauwet c’est de remplacer toute cette phase d’apprêt et de mise à blanc par une phase de recouvrement et de coloration polychrome.

Remplacer l’apprêt, la neutralisation et la mise à blanc de la surface à peindre par un recouvrement polychrome, c’est, pour l’artiste, dire qu’il y a équivalence entre le blanc et la polychromie, ou encore que, le blanc est plus bavard, moins neutre qu’il n’y paraît, que la surface blanche sur laquelle nous inscrivons nos signes et nos traces est moins insignifiante qu’on ne le croit, et même qu’elle est la condition préalable de tout déploiement de signes et de traces dont elle oriente le sens pratiquement, plastiquement et symboliquement.
On voit que cette phase d’apprêt est essentielle dans la mise en place du dispositif plastique de Thierry Cauwet. Il nous apprend simplement à ne pas faire abstraction du fond matériel du tableau.

III.- EFFACER
Du blanc comme révélateur de formes
La polychromie initiale de Thierry Cauwet ne se confond toutefois pas avec un simple traitement du fond : classiquement, le support, rigide ou souple, toile ou bois, une fois apprêté, reçoit une première couche colorée dont l’objectif est de masquer l’apprêt. La polychromie de Cauwet se confondrait avec cette opération classique, si elle devait recevoir des formes. Or Thierry Cauwet n’ajoute pas des formes à la surface peinte, il enlève de la couleur pour faire apparaître des formes.
Cet effacement est encore un de ces gestes simples et décisifs qui font les oeuvres fortes : l’artiste ne peint pas, il dé-peint, si l’on veut bien prêter au préfixe « dé » une valeur privative. Curieusement, en dé-peignant, il fait jouer au blanc le rôle de cerne que nous faisons jouer au trait noir pour délimiter les forme. Il inverse, une nouvelle fois, les pratiques habituelles de la peinture et, ce faisant nous ouvre des espaces imaginaires inédits.
Que l’on y songe... Le renversement pratique (sortir les formes par effacement du fond classique) n’est possible d’abord que si l’on considère la surface préparée comme contenant déjà, potentiellement, les formes possibles. Il n’est possible ensuite que si l’artiste accepte de donner au blanc un rôle de révélateur et d’organisateur de formes. C’est ainsi que s’accomplit le premier renversement, celui du traitement de l’apprêt, le support n’est plus ce sur quoi l’artiste inscrit des formes mais le lieu dans lequel il découvre, dévoile, des formes potentielles. Ce qui veut dire très pratiquement que l’artiste ne considère pas que les formes à peindre sont d’abord dans sa tête, son esprit et son imagination, mais très concrètement, dans la surface colorée, dans la réalité matérielle de la peinture. Ainsi Thierry Cauwet nous apprend que peindre ça n’est pas proposer aux regards des spectateurs les rêves dont l’artiste est porteur, mais soumettre son regard aux formes qui prennent naissance dans une rêverie des surfaces. Incidemment, cette démarche permet de traiter les questions de formes et de figures à l’intérieur d’une démarche qui ressortit plutôt de ce que l’on appelle communément « l’abstraction »
On reconnaîtra ici l’écho des rêves d’autres artistes. Le souvenir le plus marquant est celui du Matisse des gouaches découpées. On connaît cette technique initiée par le maître à la fin de sa vie : il peignait uniformément des surfaces, dans lesquels il découpait ensuite ses sujets qu’il collait et composait sur les supports. L’idée de départ est la même : la surface colorée contient toutes les formes possibles, de toutes ces formes l’artiste retient celles qui poussent de son regard sur les surfaces. De ce point de vue Thierry Cauwet relit la leçon de Matisse. Il s’inscrit dans une problématique analogue, où la forme naît d’abord du fait et du faire plastiques, et il l’interprète pour les besoins de nos regards post-matissiens : à la place de la découpe et des ciseaux sculpteurs de formes, l’effacement à l’éponge ; à la place du support sur lequel on ajoute les formes à voir, une surface à laquelle on enlève pour donner à voir des formes...
On n’est pas loin non plus des questions posées par Yves Klein, et c’est très lucidement et à juste titre que Thierry Cauwet situe l’artiste du monochrome et des anthropométries parmi ses références.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP