BRIBES EN LIGNE
      cerisier station 7 : as-tu vu judas se page suivante ► page       sur les       entre page d’accueil de je déambule et suis je ne sais pas si archipel shopping, la passet li jurz, la noit est pour frédéric la visite de la fondation       la a l’aube des apaches, pour andré villers 1) madame est une torche. elle quel étonnant textes mis en ligne en       montagne       chaque “dans le dessin le 23 février 1988, il le texte qui suit est, bien nouvelles mises en paroles de chaman tu textes mis en ligne en mise en ligne textes mis en ligne en       la bernard noël, droits     les fleurs du quelque chose entr’els nen at ne pui creuser de la langue, outil (elle entretenait j’arrivais dans les tu le sais et je le vois pour daniel farioli poussant   se l’annÉe 2021 mois par page d’accueil de       o page d’accueil de bernar venet - ainsi fut pétrarque dans pénétrer dans ce jour, dans un coin de nice, page d’accueil de textes mis en ligne en août ouverture d’une les carnets éclaboussés 2 le long de l’ombre kurt schwitters. : quand les mots mis en ligne durant       enfant « h&eacut a la femme au page suivante ► page retour au texte dessiner les choses banales         textes mis en ligne en mars que nos princes et empereurs aller à la liste des auteurs quel ennui, mortel pour  si, du nouveau cent dix remarques i► cent très saintes litanies  zones gardées de page suivante ► page textes mis en ligne en mes pensées restent À peine jetés dans le     extraire  la toile couvre les cent dix remarques i► cent       fleurett retour au pdf sui generis la chaise, le châssis, le       fleur       est-ce       pour       au soir préparer le ciel i       les       ...mais textes mis en ligne en samuel chapitre 16, versets 1 par max et andré nous savons tous, ici, que       la toulon, samedi 9 les céramiques et leurs alocco peinture en laudatu sii, mi signore,     double de l’autre dans ma gorge textes mis en ligne en juin les embrassées , cantilène c’est à caminito que derniers textes mis en  tu vois im font chier page d’accueil de  hier, 17   un vendredi       le Éditeur : la diane portrait. 1255 : c’est — pense-t-on - rimbaud a donc carles respunt : il arriva que ce qu’un paysage peut       au sa langue se cabre devant le et te voici humanité toute une faune timide veille leonardo rosa ici, les choses les plus ainsi alfred… page suivante ► page lire chronogaphie (bribe 133 in the country bribes en ligne a   jn 2,1-12 : et voici maintenant quelques un nouvel espace est ouvert       le page d’accueil de page suivante ► page a) les villes abandonnées il       dans la aller à l’échange sur errer est notre lot, madame,       en     sur la pente 1- c’est dans un titre : il infuse sa stèle de la il y a des titres qui prenez vos casseroles et elle réalise des polenta retour à la recherche rossignolet tu la de pa(i)smeisuns en est venuz depuis ce jour, le site des quatre archanges que  la lancinante a) le chemin de fer 1) la    en       dans le       l’ rafale n° 4 on le chaises, tables, verres, antoine simon 12 la littérature de       neige à propos “la       les bruno mendonça avait son rafale       tourneso paysage de ta pour helmut (ô fleur de courge... paru en ce mois de juin 2021, dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.-       bâ préparer le ciel i les installations souvent, la prédication faite je t’ai admiré, madame dans l’ombre des       l’ dans l’innocence des denis roche : bernard dejonghe... depuis page précédente retour   *   libre dans le patriote du 16 mars heureuse ruine, pensait sous ces étagements liquides À propos de fata en de profondes glaouis le chêne de dodonne (i) pour michèle auer et gérard sables mes paroles vous charogne sur le seuil ce qui sommaire ► page suivante       s’     m2   page suivante ► page Éphémère du 22 juillet à la poésie, à la       sur       le long       apr&egra    tu sais oiseau tranquille au vol       fourmi&n l’ami michel   pour théa et ses effeuillage d’une feuille le lourd travail des meules textes mis en ligne en     surgi l’homme est vers les voix de l’ange j’ai ajouté la bouche pleine de bulles sous la pression des textes mis en ligne en avril textes mis en ligne en avril 1- ai-je reçu une le franchissement des il pleut. j’ai vu la « l’essentiel est toujours les lettres :       à   pour le prochain page suivante ► page parcourir les espaces ► les mots te viennent que tu présentation du outre la poursuite de la mise c’est un peu comme si, un texte venu de l’autre peinture de rimes. le texte au programme des actions aller à la bribe suivante dieu faisait silence, mais le soleil n’est pas sainte marie,       deux  les œuvres de aller vers le musicien nègre pour lee dernier vers aoi       quand la chaude caresse de sculpter l’air :  de la trajectoire de ce eurydice toujours nue à villa arson, nice, du 17 sommaire ► page de prime abord, il hans freibach : marcel alocco a       nuage       en deux  l’exposition  l’éclair me dure, i mes doigts se sont ouverts page suivante ► page et tout avait       droite à la mémoire de christian dans le monde de cette allons fouiller ce triangle je n’ai pas dit que le       voyage       à torna a sorrento ulisse torna madame a des odeurs sauvages quatre si la mer s’est si vous entendez le lac les cahiers butor sont       pourquoi       la accéder au texte en cliquant iloec endreit remeint li os quand on arrive de new-york 19 mars 2022, savigny sur d’abord trouver un titre.       un page d’accueil de sommaire ► page suivante cliquer pour rejoindre la (ma gorge est une naviguer dans le bazar de les lettres ou les chiffres fin première  je ne voulais pas       neige j’ai changé le ils sortent traversé le lieu-dit de     hélas, au centre des quartiers de sors de mon territoire. fais       bonheu       le pour accéder au recueil, art et territoire durant soudain un blanc fauche le       j’ carcassonne, le 06   (à   À léon-gontran vous êtes ■ cézanne en peinture grande lune pourpre dont les art jonction semble enfin c’est ici, me  il y a le châssis, ecrire les couleurs du monde l’évidence le phonétisme n’a-t-il pas       sur la   la production rafale n° 5 un       dans le       une       il feuilleton d’un travail sommaire ► page suivante encore une citation “tu       fourr&ea able comme capable de donner l’instant, celui qui ne ce poème est tiré du pour le prochain basilic, (la il y a des mots, mais comme cinq madame aux yeux vers ponctuations   j’ai souvent trois (mon souffle au matin page suivante ► page et toi figure le chêne de dodonne (i) les plus terribles dont les secrets… à quoi aller à la liste des auteurs     nous avions jamais si entêtanteeurydice le "patriote",       une pour sophie, magali et « non, peut-être des voix percent, racontent page suivante aller à la bribe suivante         or autre citation normalement, la rubrique du maurithuis par       sur le page suivante page karles se dort cum hume lorsque martine orsoni page d’accueil de [voir le texte de cummings voir les questions de r. le samedi 26 mars, à 15 i) dieu doit-il présenter sous ce titre inspiré de la si grant dol ai que ne suite du blasphème de a la fin   il ne resta voir document expo boltanski genre des mots mauvais genre al matin, quant primes pert cet article est paru dans le derniers textes mis en agnus dei qui tollis peccata il était question non cent dix remarques i► cent ils avaient si longtemps, si quelques autres page suivante ► macles et pour alain borer le 26 en europe enfin, c’est la régine robin,       la je suis et ma foi, ce qui fascine chez dernier vers doel i avrat, toute trace fait sens. que voir les œufs de les étourneaux ! aller au sommaire de pablo station 5 : comment "mais qui lit encore le la mort d’un oiseau.       un on peut croire que martine voir les œufs de  pour le dernier jour page suivante page je serai le pilote aux yeux la parol

Retour à l'accueil

RAPHAEL MONTICELLI

Dans l’atelier de Gérald Thupinier
Publication en ligne : 10 décembre 2009
Artiste(s) : Thupinier

C’était une fête... C’est toujours une fête quand un artiste me reçoit dans son atelier. Et ça faisait dix ans que je n’avais plus mis le pied dans celui de Thupinier.
L’atelier de Thupinier, c’est un ancien hangar, dans une ruelle parallèle aux quais du port de Nice. À deux pas de celui d’Edmond Vernassa. Dans l’atelier, un vaste espace de travail et de stockage, quelques toiles récentes visibles sur les murs, d’autres, rangées, ne sont visibles que côté chassis. Dans presque toute la médiane de l’atelier, quatre grands meubles d’architecte, pleins de petits formats, et couverts de livres. Sol maculé, encombré de pots, de tasseaux, de cales. En entrant, à gauche, on a aménagé un espace à vivre avec salon de discussion et chambre à l’étage.
Les premiers mots qui me sont venus à l’esprit, en entrant là dedans, furent : "la déroute du blanc"... Et me sont revenus, comme par opposition, en mémoire, les flaques noires que j’ai vues, il y a plus de trente ans, lors de ma première visite chez Thupinier, alors que son atelier se trouvait dans la vieille ville, à la rue Saint Vincent, derrière la cathédrale Sainte Réparate... Rétrospectivement, en entrant dans l’atelier du Port, je me remémore la déroute du noir.
De Thupinier, je connais peu de choses. Juste assez pour me faire une fête de lui rendre visite. Je sais qu’il est peintre. Ni plasticien, ni installateur, ni vidéaste. Peintre. Sur des surface orthogonales, il pose des formes colorées. Peintre. Mais depuis 30 ans ses formes m’échappent et ses couleurs me fuient.
"Thupinier traite de l’identité"... Voilà ce que j’entendais lorsqu’il travaillait ces séries de visages d’un blanc sale, aux traits fondus, fantomatiques... Eh oui... Mais de quel artiste ne pourrait-on dire qu’il traite de l’identité ?
En entrant dans l’atelier du port, sur le mur de droite, 5 ou 6 grands tableaux d’un blanc sale, aux formes plus ou moins affirmées, fantomatiques, me prennent. Et ce ne sont pas des visages... J’ai cru d’abord des sexes, testicules et verge au repos. À y regarder de plus près je m’aperçois que ce sont des feuilles... et je me dis "de vigne", naturellement... Je reste là. "Non, pas de vigne, de figuier", me précisera-t-il... Bon... De la vigne au figuier, toutes sortes caractéristiques sont sauvegardées : la connotation sexuelle, l’espace méditerranéen, les référence à l’antiquité et à la peinture de la renaissance. Le dessin est plus ou moins net, mine de plomb ou fusain ; la peinture produit plus ou moins de traces ; l’espace du tableau diversement composé ; le blanc est plus ou moins sale... ou au moins, noirci. Je reste là. La feuille est toujours la feuille, comme issue d’un même gabarit... Je marche le long du mur où sont accrochés les tableaux. Et c’est la même sensation que celle que j’avais ressentie devant ceux qu’il avait exposés au musée de Nice. Une présence. Quelque chose qui s’en va fouiller en vous l’inquiétude sourde de la disparition en acte. La mise au regard, troublante, de l’évanescence. Et l’impression, à nouveau, de flotter devant les oeuvres. 
Cette dernière impression, du moins, je ne l’ai pas ressentie tout de suite, mais plus tard, quand Thupinier a ouvert les grands tiroirs de son meuble d’architecte. Série après série, tout un ensemble de petits formats, sur des supports de récupération, chutes de marie-louise, reproductions de tableaux classiques, sur lesquels des couleurs se disposent presque toujours en cercle. Parfois la salissure (mais pourquoi dire salissure), la marque d’une fumée de bougie.
L’impression de flotter, j’en ai déjà parlé à propos des travaux de Thupinier et de Charvolen. Je l’ai comprise, la première fois, lors d’une exposition de Rotkho au musée d’art moderne de la ville de Paris. Je sais que ce n’est pas le format qui la provoque, mais le fait que l’oeuvre que je regarde devient mon espace référent et efface l’espace physique dans lequel je pose mes pieds. Je sais aussi qu’elle a quelque chose à voir avec la sensation qu’éprouve parfois le rêveur.
 

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP