BRIBES EN LIGNE
      la le long de l’ombre le thème sommaire ► page suivante aller au sommaire des textes mis en ligne en langues de plomb a la l’une des dernières epuisement de la salle, aller vers le musicien nègre page suivante ► page il y a bien là, dans page d’accueil de bal kanique c’est      & voudrais je vous pour michèle auer et gérard  les œuvres de a-t-il   anatomie du m et       une dans un coin de nice, kurt schwitters. : des quatre archanges que aller vers bribes, livres 1 antoine simon 7       pour abstraction voir figuration textes mis en ligne en mars janvier 2002 .traverse cent dix remarques i► cent       les c’est une sorte de fête du livre a la fin   il ne resta les amants se quand on arrive de new-york pour accéder au pdf,       nuage page d’accueil de       objectif recleimet deu mult       à madame est une today i eat my des voix percent, racontent il y a deux villes à bruits de langues. en rester       dans pour frédéric naviguer dans le bazar de onzième     chant de hans freibach : textes mis en ligne en juin ce paysage que tu contemplais de mes deux mains gardien de phare à vie, au page suivante page g. duchêne, écriture le raphaël monticelli : tu       sur les vous avez       qui   ces notes je suis celle qui trompe boomerang b ► livre grand rafale       sur le s’il lui faut, en dépit de oui la j’ai longtemps cette machine entre mes dernier vers aoi présentation du projet antoine simon 28 j’ai donné, au mois par max et andré page d’accueil de vers la première les plus vieilles   un vendredi hommage à rené       au textes mis en ligne en août       le les lettres ou les chiffres en guise sommaire ► page suivante art jonction semble enfin       midi soudain un blanc fauche le ++++ il y a, dans mon       descenda iii sur l’eau a) au grÉ       voyage ki mult est las, il se dort dans ce périlleux pluies et bruines, comment le flot pâle des maisons dernier vers aoi textes mis en ligne en mai mais non, mais non, tu qui d’entre nous page précédente ► de textes mis en ligne en août pour julius baltazar 1 le approche d’une       en un l’odeur de ce     après page suivante ► page le nécessaire non des conserves ! exposition de la série (dans mon ventre pousse une a inishmore chaque plante est  pour jean le il tente de déchiffrer, <img852|left> forest pour maxime godard 1 haute       sous à yvon quand une fois on a       bonheu   (à dans un clignement de naviguer dans le bazar de dernier vers aoi la mort, l’ultime port, ce n’est pas aux choses * il te reste à passer cela fait 53 ans que je       ç m1           les fleurs du page précédente page des quatre archanges que de tantes herbes el pre nous dirons donc la vie est dans la vie. se       gentil       apr&egra     les provisions il en est des noms comme du raphaël monticelli 30 juin c’était une j’ai travaillé présentation du projet page suivante ► page       su lou exode, 16, 1-5 toute cent dix remarques i► cent aller à la bribe suivante vers la deuxième  les trois ensembles antoine simon 24 les éditions de la passe du deus li otreit (la sue) pour le prochain basilic, (la       et tu il n’y a pas de plus me page précédente ► page dans le train premier vers le sommaire des recueils le slam ? une ruse de les terrasses abandonnées là-bas, dans le pays des ► les mots du désir à présentation du       le il regarde il écoute il       il “dans le dessin voici l’homme aux deux sommaire ► page suivante avant dernier vers aoi pour georges page suivante ► page   entrons maintenant dans l’innocence des pour philippe nice, le 8 octobre textes mis en ligne en       à à propos “la page suivante ► page l’entreprise dont je me  tu ne renonceras pas.       parfois la poésie, à la le bulletin de oiseau tranquille au vol le poiseau de parisi mon très malheureux...       é comment entrer dans une un besoin de couper comme de page d’accueil de ainsi fut pétrarque dans il faut aller voir     un mois sans sommaire ► page suivante de soie les draps, de soie clers est li jurz et li pour marcel ce si j’étais un       ...mais mise en ligne d’un 199* passé galerie "sine accoucher baragouiner de la après la lecture de titrer "claude viallat,     du faucon lorsque martine orsoni antoine simon 3 un survol de l’annÉe clxvi deus li otreit (la sue) une image surgit traverse le il ne s’agit pas de page précédente retour       grimpant parcourir les espaces ► À venise je dispose, sur le ouvrir la série des pages       (   page suivante ► page a l’extrémité du et te voici humanité retour au pdf sui generis textes mis en ligne en À alessandra page suivante ► page jamais si entêtanteeurydice pas même       vu les dans les carnets clers fut li jurz e li le travail de bernard pas sur coussin d’air mais       dé préparer le ciel i textes mis en ligne en tout en vérifiant   que signifie rafale n° 6 just do page d’accueil de le soleil n’est pas pour visionner la dans ma gorge quelque temps plus tard, de j’ai donc moi cocon moi momie fuseau       sur le aller au sommaire de pablo de profondes glaouis dans les rêves de la page suivante ► page sommaire des contributions   jn 2,1-12 : imagine que, dans la quatre si la mer s’est c’est la peur qui fait a-t-on remarqué à quel autre citation dieu faisait silence, mais comme un prÉliminaire la dernier vers aoi coupé le son à aller à la liste des auteurs       le le chêne de dodonne (i) toutes ces pages de nos douze (se fait terre se       st textes mis en ligne en mars alain remila : un des  la lancinante sans être grand lire la réponse de michel dans le vacarme des couleurs,       grappes aller à la bribe suivante je n’ai pas dit que le (ma gorge est une page suivante ► page l’homme est tu le sais bien. luc ne du maurithuis par textes mis en ligne en elle dit la main qui fut le ouverture de l’espace       dans le       il       frères et dernier vers aoi zacinto dove giacque il mio " je suis un écorché vif. allons fouiller ce triangle ajout de fichiers sons dans avant-dire  “... préparation des corps       l’ tous ces charlatans qui page suivante ►   les photos de frédéric aller à la liste des auteurs l’envers de à page d’accueil de je suis occupé ces page suivante ► page ce poème est tiré du nous serons toujours ces un soir à paris au napolì napolì       pass&eac c’est le grand le chêne de dodonne (i) 1) notre-dame au mur violet marché ou souk ou quand c’est le vent qui la pureté de la survie. nul page suivante ► page la brume. nuages morz est rollant, deus en ad vers le sommaire des recueils sommaire ► page suivante très saintes litanies les dernières onze sous les cercles seul dans la rue je ris la je suis ….omme virginia par la retour au texte pour qui veut se faire une       aux  ce mois ci : sub une il faut dire les sculpter l’air : dimanche 18 avril 2010 nous  dernières mises sous ces étagements liquides "école de   un textes mis en ligne en juin sauver la vie c’est ne de pareïs li seit la antoine simon 6 josué avait un rythme on dit qu’agathe 1     pour d’abord quelques rafale       dans la visite de la fondation page suivante ► page textes mis en ligne en haut var ► brec je sais bien ce qu’il page suivante page page suivante ► page page suivante ► page ce qui fait tableau : ce   les antoine simon 30 j’imagine que, comme tout alocco en patchworck ©     dans la rue la a supposer que ce monde eurydice toujours nue à polenta jusqu’à il y a ceci… pour prendre mesure. c’est un peu comme si, le peintre manuel casimiro certains prétendent vers le sommaire des recueils ce mot comme à la hâte page suivante ► page       la pie la chaise, le châssis, le  dans le livre, le aller au texte nous sommes la parol

Retour à l'accueil

Quel étonnant bâtisseur il avait été ! Après avoir monté, avec une célérité rare, les murs de sa maison, il s’était aperçu que, faute d’avoir prévu des portes, il ne pouvait plus sortir.

Il pleuvait à Londres ce jour-là, mais la Côte d’Azur jouissait d’un soleil splendide.

Eloge timide du brin d’herbe
Le brin d’herbe à lui seul mériterait plus d’un ouvrage. Il est d’ailleurs heureux qu’il en ait tant suscité déjà. Il paraît si construit dans son éphémère splendeur, et se répète si semblable à lui-même, il se perd si aisément parmi tant d’autres comme lui, que son sort, ne saurait nous laisser indifférents… La terre semble le produire avec une telle nécessité, une telle férocité, que, craquelant le goudron, fendant le ciment, fissurant le mur, il apparaît, sans raison particulière. Il témoigne ainsi de la force qu’on veut étouffer et qui, d’une manière ou d’une autre, renaît, moins belle peut-être, moins soignée, sans doute, mais toujours aussi essentielle et vivace. La terre a le visage des larmes du départ. Elle est la brisure profonde que chacun porte en soi ; des chants purs la parcourent qui ne demandent qu’à surgir et qui prennent parfois forme de plantes. Et l’arbre, qui profondément ancré en elle, se tend sans cesse vers le ciel (la répartition de ses forces semble se faire suivant les règles de quelque mélodie perdue) son architecture semble due à un génie effrayant de vigueur qui tantôt pose sa joie calme et discrète dans un dépouillement austère, tantôt tord sa douleur et équilibre, selon des normes secrètes, les pleins et les vides, confiant, peut-être, tantôt combine les masses d’ombre et de lumière, joue sur les fenêtres, brasse l’air et le ciel dans une harmonie de sons et de visions dont la reconstruction est impossible, les plans perdus.
Ce qui reste de la vieille forêt suffit certainement au plaisir des promeneurs des dimanches oisifs.
Et il dit ces mots ailés

Suite des contaminations nécrologiques

Né le 15 josué 189*, agrésué d’histoires, pensionnaire de la fondation, monsieur A. Josué a ensuégé tout bador dans les lysués, notairement à Ajué, à Ebué, Montjosué. Il fut ensuite correspondant du temps de Vienne à Berlué avant de diriger la rubrocque étranjosuère à l’Ere nouvelle.
En 192* il entra au bourreau de prêche de la société des nasués où il exerça les fonctions de director ad Josué. Il demeura. Membre du secret aria jusqu’en 194*.
Membre de la déguelation franzaise à la conne férence de San Fran Chisco il représenta la France à la commission budjosuétaire des nations ués pendant vingt cinq canés de 194* à 197*

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP