BRIBES EN LIGNE
présentation du projet la terre nous antoine simon 27       l’ les embrassées , cantilène ouvrir la série des pages dorothée vint au monde avant propos la peinture est aller à la bribe suivante comme ce mur blanc nous serons toujours ces page suivante ► page roland barthes : propos giovanni rubino dit quand c’est le vent qui c’est le grand archipel shopping, la un besoin de couper comme de page suivante ► page       à page suivante ► page aller vers bribes, livres 1 "si elle est   on n’est       le sommaire ► page suivante dessiner les choses banales 1. passera-t-on par l’eau j’ai perdu mon je découvre avant toi il y a quelques livres, c’est à caminito que page suivante ► page       sur le l’attente, le fruit naviguer dans le bazar de bruno mendonça   (à voir les œufs de deuxième essai textes mis en ligne en     m2   voici quelques années, rafale a - preliminaire prenez 3 3 

les lieux aussi sont antoine simon 22 grande digue est dispersée préparer le ciel ii j’ai donné, au mois dernier vers aoi page suivante ► page vertige. une distance dans l’effilé de ouverture d’une pour lee au commencement était si c’est ça, sixième la vie est dans la vie. se       m’ pour egidio fiorin des mots le ciel est clair au travers    en page précédente retour pour sophie, magali et     un mois sans page d’accueil de deus li otreit (la sue) préparer le ciel i       coude le texte qui suit est, bien derniers vers sun destre station 7 : as-tu vu judas se biboon. plus qu’une saison.       la aller à la bribe suivante     du faucon les lettres ou les chiffres page d’accueil de préparer le ciel i a christiane sommaire des mises en village de poussière et de rita est trois fois humble. la fonction, naviguer dans le bazar de noir d’en bas ► un page suivante ► page ► les mots du désir à textes mis en ligne en avril immense est le théâtre et antoine simon 26   saint paul trois d’abord la crise du page suivante page et ces       et tu le grand combat : on a cru à non, björg, s’il pour accéder au recueil, encore la couleur, mais cette page précédente page sommaire ► page suivante page précédente retour glaciation entre aller à la liste des auteurs je me souviens qu’à propos titrer "claude viallat, textes mis en ligne en août sommaire ► page suivante       gentil sommaire ► page suivante pour rico roberto   ce il n’y a pas de plus il ne sait rien qui ne va  marcel migozzi vient de ce poème est tiré du c’est la chair pourtant lors de la fête du livre le numéro exceptionnel de à raphaël page suivante ► page éphémère du 2 oui la textes mis en ligne en mars au centre des quartiers de c’est — pense-t-on -    7 artistes et 1 si tu es étudiant en m1       trois tentatives desesperees sur la toile de renoir, les     quand basile cliquetis obscène des page suivante ► ce pays que je n’ai pas dit que le (de)lecta lucta         l’ napolì napolì       sous un texte venu de l’autre l’une des dernières     cet arbre que dernier vers aoi josué avait un rythme je n’aime pas ce monde. page suivante gérard sous l’occupation al matin, quant primes pert       aux bien sûr, il y eut toujours les lettres :       ce les parents, l’ultime page d’accueil de la tentation du survol, à avec marc, nous avons aux george(s) (s est la edmond, sa grande       dé       la i mes doigts se sont ouverts quatrième essai de       magnolia     dans la rue la     sur la pente voir les bifaces de b. page suivante ► page dernier vers aoi pour frédéric raphaël monticelli 30 juin ce 28 février 2002.     hélas, en introduction à je crie la rue mue douleur villa arson d’exposition en dernier vers aoi voici des œuvres qui, le dernier vers aoi nous serons toujours ces "le renard connaît       sur le       je fais bernar venet -   pour le prochain un titre : il infuse sa et te voici humanité je serai toujours attentif à c’est vrai le nécessaire non « pouvez-vous page précédente ► de       s’       vaches douce est la terre aux yeux textes mis en ligne en juin page suivante ► christ a il nous aura laissé textes mis en ligne en mai   tout est toujours en j’ai longtemps les plus terribles       dans la       aujourd le chêne de dodonne (i) i.- avaler l’art par halt sunt li pui e mult halt       pourquoi a) le chemin de fer 1) la       cette thème principal : antoine simon 13 deux ajouts ces derniers       au pas juste un tout le problème paien sunt morz, alquant page suivante ► page page d’accueil de    seule au   se cent dix remarques i► cent retour à la recherche et combien approche du continent les dessins de martine orsoni aux barrières des octrois 1er moins quinze hiver bruits de langues. en rester marie antoinette embrasement du mantra gore     le cygne sur     " bribes en ligne a les installations souvent,       longtem  les trois ensembles pour max charvolen 1) antoine simon 7 cliquer sur le titre pour tu le sais bien. luc ne agnus dei qui tollis peccata page suivante page difficile alliage de dentelle : il avait commençons donc par le aller à la bribe suivante 1- ai-je reçu une est-ce parce que, petit, on et si au premier jour il des quatre archanges que li quens oger cuardise si j’étais un il en est des meurtrières. antoine simon 12       dans     sur la voir les bifaces de b. des quatre archanges que mult ben i fierent franceis e textes mis en ligne en si grant dol ai que ne en 1958 ben ouvre à au rayon des surgelés du maurithuis par fragilité humaine. page suivante ► page alla lingua lingua madre     longtemps sur dernier vers aoi vue à la villa tamaris branches lianes ronces  le grand brassage des 199* passé galerie "sine rafale Être appelé par son nom pour martin antoine simon 6 présentation du projet les ruelles blanches qui À propos de fata en       tourneso il y a tant de saints sur de pa(i)smeisuns en est venuz a propos d’une attention beau antoine simon 14  au travers de toi je "l’art est-il les plus vieilles présentation du projet page suivante ► macles et (À l’église       sur la l’appel tonitruant du le chêne de dodonne (i) page suivante ► page montagnes de       allong&e page suivante ► page pour andré villers 1) antoine simon 21       à       m’ voudrais je vous       sur le       voyage la force du corps, pour andré page suivante page   six formes de la fête du livre la lecture de sainte patrick joquel vient de       pé dernier vers aoi toutes ces pages de nos page d’accueil de certains prétendent alocco en patchworck © s’il lui faut, en dépit de page suivante ► page aller au sommaire de pablo je reviens sur des aller au sommaire des page suivante ► page le plus insupportable chez viallat © le château de il avait accepté       devant premier vers aoi dernier pour robert ce qui fascine chez  jésus     au couchant gardien de phare à vie, au « (…) et il  pour de le scribe ne retient la musique est le parfum de       entre le geste de l’ancienne, dans le flou des souvenirs... de mes deux mains       la mise en ligne d’un pas même quel ennui, mortel pour pour marcel j’ai ajouté en une, une œuvre de bribes dans le nid de diaphane est le abu zayd me déplait. pas cent dix remarques i► cent       sur le pour visionner la retour au pdf sui generis iii sur l’eau a) au grÉ préparer le ciel i           adagio   je outre la poursuite de la mise       six le rideau (gallimard 2005) de antoine simon 29 quelque temps plus tard, de       force page suivante page       les page suivante ► voici donc merci à marc alpozzo dans les rêves de la il ne s’agit pas de vedo la luna vedo le  ce mois ci : sub vous dites : "un et que vous dire des ] heureux l’homme le 15 mai, à antoine simon 33 je t’enlace gargouille pour jacky coville guetteurs ++++   sur le papier le lent tricotage du paysage pour anne slacik ecrire est       une la parol

Retour à l'accueil

MARCEL ALOCCO

Alfred Angeletti, peintre
© Marcel Alocco
Publication en ligne : 9 novembre 2009
Première publication : mars 1992 / catalogue d’exposition article dans revue d’art
Artiste(s) : Angeletti Ecrivain(s) : Alocco

Revue Alias n°11 mars 1992 et Catalogue Angeletti, Espace J.Vallès, Saint-Martin d’Hères, juin 1992


 De la trajectoire de ce peintre (Arpino, Latium, Italie, 1919 - Nice 1991) et de sa production, cette exposition ne prend délibérément en compte que la dernière période, 1973-1991. Ce qui, dans l’espace proposé, permet une bonne introduction à une œuvre peu connue à Nice, bien qu’Angeletti s’y soit installé dès 1946.
 Dans la mesure où le choix de la plasticité comme moyen d’expression entend que seront privilégiées la matière et la durée et que, en principe, le peintre est l’homme qui pour se montrer se cache derrière (ou dans) sa toile, on est surpris qu’il soit nécessaire de le souligner : Alfred Angeletti fut d’une extrême discrétion. En notre époque de présent brûlé et de mise en scène médiatique, le contraire absolu de l’acteur. On peut penser aux bruyantes exceptions qui peut-être confirmeraient la règle, interposant leur personne gesticulante ou proférante devant l’œuvre – dans l’espace théâtralisé de l’atelier, ou dans l’espace social – pour sa perception réelle ou mentale : Ainsi Jackson Pollock, Yves Klein, ou Ben... Mais s’agit-il alors encore, principalement, d’art plastique ? Ou bien de tout autre chose, tout aussi importante peut-être, mais se jouant pour l’essentiel sur une autre scène, ailleurs et différente du lieu de la peinture, ayant à voir justement avec une théâtralité actuelle – et en cela plus proche de la fragilité temporelle de l’acteur ?
 
 La curiosité du peintre Angeletti diversifie par sa prospection les apparences de l’œuvre : il ne s’immobilise pas sur une image identificatrice, celle qui aiderait en terme de marketing la reconnaissance. Porté par l’idée "qu’un créateur peut passer de la figuration à la non-figuration simultanément", des "Humbles" tout en noirs et gris (1946) au "Cérémonial pour un chevalier du Graal"(1990), en passant par "Maille"(1954) ou la période, véritables cris des couleurs, des "Tableaux minute" (1968-1969), l’itinéraire d’Angeletti obéit finalement à une exigence qui se révèle à l’unité obtenue dans l’économie des moyens où le geste se retrouve semblable, ici dans la longueur d’un nez, et là dans la trace droite ou courbe qui n’est rien d’autre qu’une trace.
 
 Germain Roesz, dans son ouvrage "Angeletti", ( Editions-Galerie Le Faisant, Strasbourg/Ed. La Différence, Paris 1991), montre à ceux qui ne l’ont pas ou peu connu, un Alfred Angeletti menant une réflexion d’humaniste et sensible plus particulièrement aux œuvres des musiciens. Là son travail prend racine et se ressource. Plus qu’aux références mythiques avouées, le regardeur sera sensible à la dimension souvent dramatique, parfois nocturne, de sa peinture. A la projection, prétexte du peintre, peut répondre un investissement projectif du visiteur. L’une aura eu la durée des gestes nécessaires à la matérialisation du tableau, l’autre celle d’une visite. Il reste, ce qui nous importe, une mémoire en peinture.
 
 Qu’on ait pu au sujet d’Angeletti évoquer les proximités de Paul Klee, Dubuffet, Degottex, Reinhardt, et ... bien d’autres, indique, concernant une œuvre à la facture aussi constante, la complexité d’un travail pourtant, d’apparence, souvent dépouillé. Rapprochements qui cependant se justifient, davantage que par des ressemblances illusoires et réductrices, par cette permanence durant un demi-siècle à prendre le motif quel qu’il soit dans un réseau obstiné, où le geste, souvent noir, met à plat, exposées, les couleurs. Figures totémiques (comme "Mon Père" de 1952, ou "Personnage et arbre" de 1955) surfaces sensibilisées de touches dans l’épaisseur ("Sensibilisation" de 1957, ou "Monochrome" de 1976) fantasmes à la limite du dessiné-écrit (tel "... Et devant l’adversité" de 1963, ou l’émouvant "A Maguy" de 1967) ou encore transparence du geste que met en évidence le blanc support ("Tableaux minute" déjà cités, ou "Parcours brisés" de 1979), les périodes successives ou enchevêtrées témoignent de l’évidente prédominance de la peinture sur son prétexte. Il s’agit d’un travail original, qui possède assez de présence personnelle pour ne rien gagner à être rattaché à un mouvement quelconque, où il ne serait perçu au mieux que comme un marginal tardif. Et c’est davantage par l’errance du Dom Quichotte dédié au combat contre le tourbillon des toiles d’un moulin tout intérieur qu’armé des seuls pinceaux et couleurs il affronte, que par des similitudes lointaines ou ambiguës avec Support-Surface naguère par certains évoquées, que l’œuvre d’Angeletti s’inscrit dans l’aventure de notre époque. 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP