BRIBES EN LIGNE
entr’els nen at ne pui neuf j’implore en vain   ciel !!!! j’pense à toi bruno fin première dernier vers aoi 1 2 3 si j’étais un six de l’espace urbain, « je me tais.       sur le je suis page d’accueil de sommaire ► page suivante nice, le 18 novembre 2004       pourquoi préparer le ciel i       tourneso     [1] l bernard noël en débat 1 2 3&nbs peinture de rimes. le texte       pass&eac tandis que dans la grande seins isabelle boizard  je ne voulais pas   que signifie torna a sorrento ulisse torna page d’accueil de de tantes herbes el pre outre la poursuite de la mise       entre la mastication des sauver la vie c’est ne  avec « a la page précédente le café merle noir  pour tous ces charlatans qui en une, une œuvre de les amants se rafale démodocos... Ça a bien un       sur le s’égarer on accoucher baragouiner clquez sur Éphémère du 22 juillet à page suivante ► page halt sunt li pui e mult halt ki mult est las, il se dort on préparait antoine simon 33 textes mis en ligne en je n’aime pas les gens retour au pdf sui generis les parents, l’ultime aller à la bribe suivante voir les œufs de  les trois ensembles 1 2 3&nbs sommaire ► page suivante       "je  au travers de toi je essai de nécrologie,       apr&egra descendre à pigalle, se antoine simon 12 bernadette griot vient de 1 2 3&nbs à la bonne rafale n° 10 ici       magnolia bribes en ligne a page suivante ► page il semble possible tromper le néant préparer le ciel i le proche et le lointain       la Ç’avait été la sommaire ► page suivante la chaude caresse de nos voix pour bruno charlotte, in village de poussière et de   si vous souhaitez       les villa arson, nice, du 17       sur le et ces page suivante ► page page suivante page un jour nous avons       un vedo la luna vedo le       ton le chêne de dodonne (i) trois (mon souffle au matin le chêne de dodonne (i)       vu les le chêne de dodonne (i) « ah ! mon très saintes litanies tout en vérifiant page suivante ► page aller à la liste des auteurs et que vous dire des dernier vers aoi ouvrir f.a.t.a. i ► le ils avaient si longtemps, si mes pensées restent vous êtes elle ose à peine raphaËl station 7 : as-tu vu judas se   *   libre       ma quelques autres retour à la recherche pour andré sommaire des tout est possible pour qui     du faucon aller au texte nous sommes       journ&ea à sylvie       dans       sur les dessiner les choses banales le 26 août 1887, depuis pour max charvolen 1) mais non, mais non, tu     ton plaisir "le renard connaît pour jacky coville guetteurs la communication est       deux dans les hautes herbes nous lirons deux extraits de 1 2 3&nbs 0- souviens-toi. sa sommaire ► page suivante le film sur annie sidro et le page précédente retour aller à la bribe suivante       ruelle       le à bernard dejonghe... depuis       retourn& le flot pâle des maisons c’est vrai la tentation du survol, à elle dit la main qui fut le diaphane est le  hier, 17 1 2 3&nbs errer est notre lot, madame, page suivante ► page dernier vers aoi       soleil able comme capable de donner       voyage iloec endreit remeint li os cent dix remarques i► cent le texte qui suit est, bien 1 2 3&nbs raphaël monticelli 30 juin préparer le ciel i cent dix remarques i► cent titrer "claude viallat,       l’ 1- c’est dans       st       ( aller à attendre. mot terrible.       baie textes mis en ligne en non, björg, s’il pour accéder au pdf,   voici donc la station 4 : judas  tes chaussures au bas de page d’accueil de aller à la liste des auteurs 1 2 3&nbs bribes dans le nid de les terrasses abandonnées cliquetis obscène des je déambule et suis   adagio   je       je me       gloussem page suivante ► page ce mot comme à la hâte     au couchant       longtem année 2018 ► année 2020 c’était une pour lire les textes de 1 2 3&nbs dernier vers aoi jusqu’à il y a     sur la pente sur l’erbe verte si est li emperere par sa grant ma mémoire ne peut me sommaire ► page suivante       dans le  les premières ne pas négocier ne à yvon quand une fois on a depuis le 20 juillet, bribes a propos d’une edmond, sa grande marcel alocco a   anatomie du m et il pleut. j’ai vu la       nuage dernier vers aoi madame aux rumeurs       sur     faisant la béatrice machet vient de j’ai donc tant pis pour eux. lancinant ô lancinant antoine simon 14       aux aller à la bribe suivante un nouvel espace est ouvert approche d’une page suivante page li emperere s’est sites de mes napolì napolì       dans le et c’était dans la liberté de l’être la mort, l’ultime port, certains prétendent rafale n° 9 un       coude dans le respect du cahier des madame chrysalide fileuse noble folie de josué,       et tu accorde ton désir à ta sur la toile de renoir, les  martin miguel vient antoine simon 16 sommaire ► page suivante   né le 7 d’abord un curieux       descenda     une abeille de j’ai donné, au mois       les     un mois sans    de femme liseuse   pour théa et ses je découvre avant toi dans les écroulements page suivante ►   les       à aller à la liste des auteurs pour accéder au pdf, cliquez sur l’icône il y a longtemps, deux ce travail vous est 1 2 3&nbs  marcel migozzi vient de 1. il se trouve que je suis 1 2 3&nbs pas de pluie pour venir à propos des grands       deux page suivante ► page 1) notre-dame au mur violet du bibelot au babil encore etudiant à la littérature de écoute, josué, sommaire ► page suivante       soleil  ce mois ci : sub j’oublie souvent et clers est li jurz et li pour lee antoine simon 24 textes mis en ligne en j’ai travaillé le chêne de dodonne (i) dernier vers aoi page d’accueil de préparer le ciel i exposition de la série ce qui aide à pénétrer le textes mis en ligne en 13) polynésie aller à la bribe suivante et tout avait "a cannes, propos de table       le long bal kanique c’est (de)lecta lucta   page suivante ► macles et     quand basile de pareïs li seit la 1 2 3&nbs page suivante ► page le poiseau de parisi mon 1 2 3&nbs       bâ dernier vers s’il josué avait un rythme granz est li calz, si se Être appelé par son nom   tout est toujours en       pav&eacu aller à la bribe suivante s’ouvre la       un normalement, la rubrique cent dix remarques i► cent éphémère du 6 octobre  ce qui importe pour       dans page suivante ► page arbre épanoui au ciel page précédente page  tu vois im font chier  dernières mises À l’occasion de 1 2 3&nbs en cet anniversaire, ce qui oiseau tranquille au vol et que dire de la grâce       avant les lettres ou les chiffres dans la caverne primordiale aller à la bribe suivante face aux bronzes de miodrag on dit qu’agathe       juin voici des œuvres qui, le pour m.b. quand je me heurte page suivante ► page bien sûr la dernier vers aoi quai des chargeurs de les ruelles blanches qui       dans la le coeur du histoire de signes .       midi rafale n° 7 un qu’est-ce qui est en equitable un besoin sonnerait chaises, tables, verres, « la musique, trois tentatives desesperees n’ayant pas       le ciel carissimo ulisse, torna a page suivante page page suivante ► ce pays que       au récapitulatif lieux et cent dix remarques i► cent printemps breton, printemps aller à la bribe suivante cent dix remarques i► cent     surgi       le de l’autre il en est des meurtrières. l’impossible 1- ai-je reçu une « tu sais ce que et si tu dois apprendre à vos estes proz e vostre page suivante ► page 1 2 3&nbs madame, vous débusquez aller à la bribe suivante juste un mot pour annoncer le pendu il souffle sur les collines derniers textes mis en avant dernier vers aoi page suivante ► page   la baie des anges la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : Textes critiques /

MARCEL ALOCCO

École de Nice, fondations
© Marcel Alocco
Publication en ligne : 4 octobre 2009
Ecrivain(s) : Alocco

Bien sûr, il y eut parfois sur la Côte d’Azur quelques bons peintres locaux. Quelques grands noms aussi, résidants plus ou moins permanents, venus en ordre dispersé et le principal de l’œuvre fait, étaler sur le tard leurs couleurs au soleil : Renoir, Bonnard, Picasso, Matisse, Léger, Dufy, Chagall, Van Dongen… Souvenirs hétéroclites d’une Ecole de Paris.
Et depuis les années 60 il est question d’une École de Nice.
Une activité créatrice plus remarquable est toujours le produit de l’effervescence d’un milieu culturel établi sur un réseau d’échange : des écrivains et des artistes de disciplines diverses, ayant souvent connus d’autres horizons, se rencontrent, discutent, s’accompagnent ou s’opposent, et même quand les paroles s’envolent, elles sont paroles en travail qui fécondent ou révèlent les œuvres produites. Dès les années 60-70 existaient, à Nice et autour, des lieux de rencontres comme Le Provence et sa cave qui abritait musiciens de jazz et les diverses jeunes troupes de théâtre, ou le poétique Club des jeunes. Il y avait les domiciles et les ateliers de l’un ou l’autre artiste, et surtout Le Laboratoire 32 de Ben et La Cédille qui sourit de George Brecht et Robert Filliou ; et aussi le Club des Vaguants, Le Cercle Théâtral, Lieu 5, Calibre 33… Circulaient des revues comme « Tout » (et autres nombreuses publications de Ben) les Fluxfest de Maciunas, Sud-communication de Sosno, Identités de M. Alocco et Jean-Pierre Charles, Open de Francis Merino et M. Alocco, les cahiers INterVENTION de Raphaël Monticelli, Le Guèp’Art de Serge Oldenbourg – publications imprimées ou ronéotées, le plus souvent éphémères et marginales par nécessité.
Quand les actualités cinématographiques occupaient encore la place prise aujourd’hui par les journaux télévisés, les Actualités Gaumont (été 1965) montraient sur grand écran un groupe de jeunes artistes niçois gambadant sur la Promenade des Anglais. La revue Identités (juin 1965) sous le titre « Lettres et le néon, l’école de Nice » donnait la parole à ses principaux acteurs, l’hebdomadaire L’Express (Otto Hahn, août 1965) proposaient deux pages sur le thème, le magazine d’art Opus (Jean-Jacques Lévêque, avril 1967) traitait le sujet… mais l’événement n’était pas bien reçu par tous : Dans le quotidien Combat du 22 août 1966, le journaliste et critique d’art François Pluchart titrait « Sur la tombe de Klein, l’école de Nice compte ses sous » un article très violent d’une page, (ce qui lui valait, par lettre ouverte, une réponse tout aussi vive). Pour André Parinaud (Galerie, décembre 1972), l’Ecole de Nice « est devenue l’école du vice de peindre, un repaire de truqueurs et de petits faisans… »
Toutes constituées par cooptations des artistes, sans intervention institutionnelle, avec un groupe variable autour d’une dizaine de permanents, les expositions organisées tous les dix ans (1967, 1974, 1977, 1987, 1997) par A. de La Salle, et l’exposition proposée par Jean Ferrero dans son « Studio » place Ile de Beauté, à Nice, en octobre 1972, donnent l’image de L’Ecole de Nice par elle-même depuis son époque fondatrice : Onze artistes, « le noyau dur » selon A. de La Salle, figurent dans toutes les expositions : Alocco, Arman, Ben, César, Chubac, Farhi, Gilli, Klein, Malaval, Raysse, Venet, et par respect pour le personnage, bien que poète et peintre d’une génération antérieure, André Verdet. S’y ajouteront pour les manifestations suivantes à Saint-Paul et au Centre Pompidou en 1977 : Serge III (Oldenbourg), Pinoncelli, Sosno, Dolla, Miguel, Charvolen, Maccaferri, Chacallis, Isnard, Mas.
Certains artistes, comme Patrick Saytour, Ernest Pignon-Ernest, Bernard Pagès, Henri Maccheroni, Bruno Mendonça, Roland Flexner, par choix, par raisons ou déraisons d’incompatibilité diverses, resteront le plus souvent à l’écart ; et d’autres seront parfois participants à des manifestations élargies par l’arbitraire institutionnel. Si l’image d’une École de Nice a pu s’imposer, c’est qu’il existait une ambiance de création plus large, que des artistes contemporains extérieurs ont apporté à des degrés variables leurs contributions : George Brecht, Robert Filliou, Erik Dietman, Joe Jones, Claude Viallat, Carmelo Arden-Quin, Daniel Dezeuze, en résidant et travaillant un temps dans la région et en participant aux échanges et activités. Maciunas, Takis, Dick Higgins, Pavlos, et beaucoup d’autres venus en visiteurs…
« À propos de Nice », en 1977, l’une des expositions inaugurales du Centre Pompidou proposées par Ponthus Hulten et première reconnaissance officielle, fit événement. Succèderont d’autres expositions : à Berlin (DAAD 1980), aux USA (Ringling Museum,1989 et Bass Museum, 1990), à Taïwan (Fine Arts Museum, Taipei, 1990), au Japon (Megaro Museum of Art, Tokyo 1995). Certains artistes figurent dans l’accrochage des sections de leurs tendances depuis l’ouverture en1990 du Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice (Mamac), où une salle est aujourd’hui particulièrement réservée à l’ensemble.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP