BRIBES EN LIGNE
ce qu’un paysage peut rita est trois fois humble.       ( 1 2 3 i) vers le sommaire des recueils  née à 1- c’est dans       &nbs antoine simon 18 nous serons toujours ces     extraire « h&eacut suite de dernier vers aoi 1 2 3&nbs jacques kober : les antoine simon 23 a grant dulur tendrai puis les embrassées , cantilène a la fin   il ne resta       m’ comme une suite de peinture de rimes. le texte  de même que les raphaël monticelli 30 juin       l’ cliquer sur l’icône sites de mes le chêne de dodonne (i) l’envers de ainsi alfred… 1 2 3&nbs clers est li jurz et li       à les installations souvent, bien sûr la la pureté de la survie. nul j’arrivais dans les pour michèle auer et il était question non aller à la liste des auteurs   pour olivier page précédente le café   un vendredi             le long sept (forces cachées qui quelques textes madame dans l’ombre des       grimpant dernier vers aoi       je fais à propos des grands la chaude caresse de pour jean-louis cantin 1.- 1 2 3&nbs la brume. nuages       au cet univers sans macao grise dimanche 18 avril 2010 nous pour michèle 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs textes mis en ligne en mai 1 2 3&nbs « et bien, que d’heures page suivante ► page aller à la bribe suivante textes mis en ligne en sommaire ► page suivante 1 2 3&nbs gardien de phare à vie, au depuis ce jour, le site page suivante ► page page précédente retour dernier vers aoi elle réalise des       bien dernier vers aoi aller à la bribe suivante bal kanique c’est écoute, josué, "école de page d’accueil de au seuil de l’atelier page d’accueil de vous, dont l’âme, le textes mis en ligne en mai avant dernier vers aoi       le 1 2 3&nbs       sabots avant lire une interview de       les réponse de michel       les ma mémoire ne peut me soudain un blanc fauche le 1 2 3&nbs pluies et bruines, comment ses mains aussi étaient pour egidio fiorin des mots c’est ici, me ceci… pour prendre mesure. marcel alocco a le samedi 26 mars, à 15 en 1958 ben ouvre à sommaire ► page suivante j’ai relu daniel biga,     m2   passet li jurz, si turnet a charogne sur le seuil ce qui dernier vers s’il       dans le torna a sorrento ulisse torna     surgi (vois-tu, sancho, je suis 1 2 3&nbs page suivante ► page raphaËl voici quelques années, les photos et archives  la lancinante derniers textes mis en sommaire ► page suivante leonardo rosa boomerang b ► livre grand du maurithuis par « pouvez-vous je n’aime pas les gens       quinze je suis bien dans le film sur annie sidro et le c’était une très jeune portrait. 1255 : 1 2 3&nbs alain remila : un des si vous entendez le lac s’égarer on page suivante ► page "a cannes, propos de table on peut croire que martine le long de l’ombre       au pas je me souviens de viallat © le château de À l’occasion de page suivante ► page       les en une, une œuvre de cet article est paru aux barrières des octrois       à les étourneaux ! dernier vers aoi aller à la bribe suivante encore la couleur, mais cette 1 2 3 rafale et que vous dire des 1 2 3&nbs antoine simon 15 page d’accueil de       sur le cliquer sur l’icône l’attente, le fruit pour frédéric       " les éditions de la passe du il nous aura laissé cliquer sur l’icône       l’ page suivante ► page seins isabelle boizard 1 2 3 je dans les rêves de la juste un mot pour annoncer nécrologie  martin miguel vient vers le sommaire des recueils pour écouter ce moment de ce jour là, je pouvais 1 2 3&nbs la bouche pleine de bulles 1 2 3&nbs présentation du projet errer est notre lot, madame,       nuage dernier vers aoi    seule au textes mis en ligne en avril page d’accueil de embrasement du mantra gore il arriva que (ô fleur de courge... la vie humble chez les  les œuvres de page d’accueil de pour qui veut se faire une cinq madame aux yeux antoine simon 31 bernadette griot vient de  tu ne renonceras pas.    tu sais       l’ sommaire ► page suivante       chaque dernier vers aoi il pleut. j’ai vu la lancinant ô lancinant aller à la bribe suivante Éphémère du 22 juillet à toutes ces pages de nos les ruelles blanches qui     l’é imagine que, dans la ajout de fichiers sons dans     chant de 1 2 3&nbs  de la trajectoire de ce   voici donc la  avec « a la aller à la bribe suivante elle ose à peine douze (se fait terre se page précédente retour à pour nicolas lavarenne ma les premières pour accéder au pdf, edmond, sa grande page suivante page oiseau tranquille au vol       entre quelques autres       mé textes mis en ligne en laure et pétrarque comme sculpter l’air : 1 2 3&nbs oui la ce n’est pas aux choses nous avancions en bas de le franchissement des le grand combat : madame est une       objectif 13) polynésie page d’accueil de page suivante ► page quel ennui, mortel pour l’annÉe 2022 mois par bribes en ligne a le temps passe dans la préparer le ciel i que reste-t-il de la antoine simon 12 cliquer pour rejoindre la 1 2 3&nbs aller à la bribe suivante page suivante ► page deux mille ans nous     un mois sans carles li reis en ad prise sa dernier vers aoi       il       (       au d’abord un curieux bel équilibre et sa la toile ou, du moins, la sequence 1 2 questions       la mieux valait découper antoine simon 16 deux ce travail vous est village de poussière et de derniers textes mis en antoine simon 33 1 2 3 dernier vers aoi page suivante page       pav&eacu     tout autour archipel shopping, la toute une faune timide veille je désire un dernier vers aoi beaucoup de merveilles deux ajouts ces derniers chers élèves du collège   ciel !!!! ço dist li reis : (dans mon ventre pousse une   adagio   je lorsqu’on connaît une       ...mais denis roche : dans l’innocence des   marcel       dans le page suivante page carissimo ulisse, torna a ne pas négocier ne page suivante ► page predication_du_15_ao le nécessaire non 1 2 3 préparer le ciel i  dernières mises       la     nous avions « amis rollant, de 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs À propos de fata en pour robert 1 2 3&nbs       à et encore   dits dans le vacarme des couleurs,  le "musée etait-ce le souvenir et   riche de mes dernier vers aoi début de la mise en ligne de page suivante ► page voile de nuit à la       ma pour martin l’heure de la antoine simon 27     hélas, sixième tes chaussures au bas de ensevelie de silence, dernier vers aoi de la cyclades, iii° page suivante ► page le texte qui suit est, bien       pass&eac 10 vers la laisse ccxxxii dernier vers doel i avrat, preambule – ut pictura textes mis en ligne en 1 2 3&nbs textes mis en ligne en l’homme est rien n’est plus ardu descendre à pigalle, se antoine simon 24 dans les hautes herbes le vieux qui       l’   j’ai souvent passent .x. portes, 1 2 3 pour andré villers 1) c’est vrai dans les écroulements aller à la liste des cent dix remarques i► cent page suivante ► page textes mis en ligne en mult est vassal carles de ils s’étaient       deux       "je pas même mise en ligne d’un <p présentation du projet       st et…   dits le dernier recueil de   d’un coté,       le aller à la liste des auteurs cent dix remarques i► cent mouans sartoux. traverse de 1 2 3&nbs je crie la rue mue douleur antoine simon 26 c’est extrêmement page suivante ► page   encore une dans les carnets       le nouvelles mises en pour écouter la lecture, aller au sommaire de pablo la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : CHARLES, Jean-Pierre /

RAPHAËL MONTICELLI

À l’écoute du vent

A propos de Jean Pierre Charles, ed de l’Ormaie

Publication en ligne : 26 mars 2010
Première publication : janvier 2000 / le Patriote

C’est un peu comme si, soudain, quelqu’un vous révélait enfin tout un pan perdu de votre vie... Quelque chose s’était bien produit, mais quoi, mais quand ? Et qui était alors venu vers vous ? Quelle main avez vous serrée qui vous a soudain tiré vers quelque chose que vous ne connaissiez pas et qui vous a, comme l’on dit, ouvert de nouveaux horizons ? Puis tout s’est enfoncé dans la nuit, et dans une sorte de faux oubli qui met mal à l’aise.

 
J’ai ainsi lu quelques textes de Jean Pierre Charles voici plus de trente ans. Dans la revue "Identités"[1] dont des numéros, déjà vieillis, me parvenaient par d’étonnantes voies. Ses textes m’avaient heurtés, j’avais du reste pris l’un d’entre eux, "on cheval", comme exemple de ce que ne pouvait pas être la poésie. Et j’ai travaillé alors ce texte, et l’écriture de Jean Pierre Charles, à la recherche de ses insuffisances. Et voyez comment sont les choses. Quand j’ai eu fini de travailler là-dessus, je n’ai plus vu que des raisons de m’y intéresser."On cheval", et Jean Pierre Charles étaient devenus un repère particulier dans mes lectures poétiques. Il m’a fait relire -autrement- Le Clézio (celui des années 60 : le Procès Verbal, La fièvre), il m’a certainement conduit à Daniel Biga qui publiait aussi dans "Identités", et à Marcel Alocco qui dirigeait la revue.
 
Et voici que les éditions de l’Ormaie[2] nous donnent tous les textes de Jean Pierre Charles des années 1958 à 1965. J’ai pu ainsi découvrir la totalité d’une démarche dont je ne connaissais qu’une partie. Tout le cheminement. Depuis les textes adolescents, dans leur naïveté sentimentale et leurs lourdes références jusqu’à ceux d’une maturité très tôt affirmée, jouant sur tous les registres de la poésie et de la mise en cause des poncifs de la poésie. J’ai vu ainsi, trente ans après, la poésie de Jean Pierre Charles devenir (être devenue), au fil du temps, une poésie de la désignation du monde et des objets du monde, une poésie de la mise en étrangeté du monde, une poésie de la mise en étrangeté de la désignation et de la langue. L’usage de l’expression "il y a" est bien symptomatique de la démarche poétique de Jean Pierre Charles. Les échos sont nettement ceux de Rimbaud (voyez dans le texte "Enfances" tiré des "llluminations", ce texte qui commence par "Au bois, il y a un oiseau, son chant vous arrête et vous fait rougir" et qui se poursuit par une désignation de ce qu’"il y a" cinq ou six fois répété), comme ils sont ceux de l’Apollinaire des poèmes de guerre. Ainsi le poème liminaire commence ainsi :
 
"il y en a dont les cheveux ondulent naturellement
d’autres qui sont nés poètes
bons ou mauvais qu’importe
et parfois ce sont les mêmes
avec trois allumettes ils vous piquent une étoile
avec trois bouts de laine ils vous filent un amour
ils vous filent des larmes et des mots de velours"
 
tandis que le premier poème, de la période adolescente, note :
"il y a une fougère verte
de la bruyère mauve dans l’air
qui tombent du grand ciel ouvert..."
 
et l’un des tout dernier remache encore cet "il y a", les souvenirs littéraires qu’il porte avec lui, et ce regard...
"il y a au commencement ou à la fin de ce poème
un goût hautain et lancinant de thym et de sueur
 
Il y a ma paresse qui commence tout et ne finit rien
toutes mes contrées le Mexique et le Coin de ma chambre
je n’en finis pas d’explorer
un passé qui n’en finit pas de croître
et d’enfanter des monstres
..."
 
Je n’ai pas fini de refaire du chemin dans ces textes. Un peu comme si je pouvais enfin serrer des années après cette main qui m’avait été tendue... Et Jean Pierre Charles, tranquillement poursuit :
 
"Il y a
Vous me direz c’est un peu longuet votre histoire
pour dure quoi quelle histoire quel nom
nous exigeons le nom sacré nom de nom
 
(...)
 
ILYA c’est une femme que j’aurais aimée naguère."
 


[1] Les éditions de l’Ormaie ont réédité la totalité de la collection de la revue "Identités"
[2] Jean Pierre Charles, "Poèmes qu’on jette au vent", avec des dessins de Ernest Pignon Ernest, ed de l’Ormaie, Vence.

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP