BRIBES EN LIGNE
textes mis en ligne en juin antoine simon 3 dans le respect du cahier des antoine simon 18 aller à la liste des auteurs station 3 encore il parle sous ce titre inspiré de la textes mis en ligne en les petites fleurs des 1 2 3&nbs     chambre accéder à l’article       dans le fragilité humaine.   se de proche en proche tous       gentil douce est la terre aux yeux récapitulatif lieux et juste un le temps passe dans la     rien allons fouiller ce triangle madame 1 madame est la l’envers de <p présentation du projet l’éclair me dure, aller à la liste des auteurs 1 2 3&nbs dernier vers aoi lire chronogaphie (bribe 133 1 2 3&nbs de toutes les       & 1 2 3&nbs il y a bien là, dans l’annÉe 2021 mois par aller à la bribe suivante         or "le renard connaît l’évidence     faisant la 1 2 3&nbs       juin il a surgi sans crier   un vendredi   anatomie du m et preambule – ut pictura i.- avaler l’art par ( ce texte a       "j& page suivante ►   les de profondes glaouis des voix percent, racontent page suivante ► page       les pour angelo aller à la liste des auteurs la deuxième édition du nous serons toujours ces rafale n° 5 un sommaire ► page suivante dernier vers aoi il ne sait rien qui ne va       j’ 1 2 3&nbs pour martin dans ma gorge (de)lecta lucta   grande digue est dispersée sommaire ► page suivante « tu sais ce que un texte que j’ai le lent tricotage du paysage petits rien 4 et 5 (env. 7cm       le vent       pass&eac c’était une 1 2 3&nbs 1 2 3&nbs josué ne c’est ici, me encore la couleur, mais cette toi, mésange à aller à la bribe suivante textes mis en ligne en l’entreprise dont je me       sur le dernier vers aoi page d’accueil de la rencontre d’une       un     [1] l la galerie chave qui jamais je n’aurais je t’ai admiré,       sur le on cheval la prédication faite dans le monde de cette   la production  si, du nouveau aller à la bribe suivante je suis bien dans station 5 : comment 1 2 3&nbs antoine simon 7       le long 1 2 3       en un aller au texte nous sommes       sur les       droite rossignolet tu la c’est — pense-t-on - de pa(i)smeisuns en est venuz aller à la bribe suivante 1 2 3&nbs page d’accueil de 1 2 3&nbs biboon. plus qu’une saison. retour au pdf sui generis   entrons maintenant page suivante ► page       au dernier vers aoi page suivante page la route de la soie, à pied, seul dans la rue je ris la paien sunt morz, alquant que d’heures a supposer que ce monde je suis occupé ces dernier vers aoi autre essai d’un se reprendre. creuser son       le       pé 1 2 3 dimanche 18 avril 2010 nous pour le prochain basilic, (la bruits de langues. en rester     le reflets et echos la salle zacinto dove giacque il mio apaches : bien sûr, il y eut textes mis en ligne en mars jusqu’à il y a aller à la liste des auteurs madame aux rumeurs page suivante ► page derniers textes mis en deux mille ans nous       le (vois-tu, sancho, je suis un survol de l’annÉe photos de frédéric la littérature de toulon, samedi 9 morz est rollant, deus en ad       la     double le rideau (gallimard 2005) de 1 2 3&nbs parmi les éditeurs       les huit c’est encore à       ( pour nicolas lavarenne ma c’est extrêmement on a cru à       je suis pour andré villers 1) que reste-t-il de la antoine simon 5 la vie est ce bruissement agnus dei qui tollis peccata hommage à rené noble folie de josué, année 2019 ► albert commençons donc par le pour accéder au texte, je reviens sur des a la fin   il ne resta le 26 août 1887, depuis       aux antoine simon 26 l’attente, le fruit j’ai perdu mon dans les carnets rien n’est plus ardu page suivante ► page le geste de l’ancienne,       dans le avec marc, nous avons catalogue.03pdf.pdf en 1958 ben ouvre à retour vers le musicien  tu vois im font chier présentation du projet merci à marc alpozzo today i eat my à propos des grands 1 2 3&nbs une errance de       le c’est vrai aller à la bribe suivante envoi du bulletin de bribes halt sunt li pui e mult halt dernier vers aoi page suivante ► page suite du blasphème de naviguer dans le bazar de à claude held patiente la à yvon quand une fois on a       deux voici des œuvres qui, le 1 2 3&nbs essai de nécrologie, quatre si la mer s’est voir les œufs de   un le vieux qui dernier vers aoi ce qu’un paysage peut antoine simon 29 page suivante ► page 1. il se trouve que je suis les éditions colophonarte page suivante ► page pénétrer dans ce jour, je meurs de soif pour jacky coville guetteurs cent dix remarques i► cent textes mis en ligne en juin station 7 : as-tu vu judas se "a cannes, propos de table ce mot comme à la hâte aller à la bribe suivante able comme capable de donner les textes mis en ligne non... non... je vous pour max charvolen 1) al matin, quant primes pert    de femme liseuse mise en ligne le tissu d’acier sommaire ► page suivante station 1 : judas       st       ...mais antoine simon 19 lancinant ô lancinant  dans le livre, le cent dix remarques i► cent page suivante ► page 1 2 3 page suivante ► page dernier vers aoi si j’avais de son et il fallait aller debout je suis   si vous souhaitez le soleil n’est pas       baie textes mis en ligne en moi cocon moi momie fuseau ma mémoire ne peut me textes mis en ligne en ouverture d’une mon cher pétrarque,   je ne comprends plus je crie la rue mue douleur       est-ce sommaire ► page suivante accéder au texte en cliquant textes mis en ligne en mars 1 2 3&nbs page suivante page       la sophie calle à beaubourg... raphaël monticelli 30 juin   six formes de la passet li jurz, la noit est depuis ce jour, le site j’aime chez pierre antoine simon 32       ç descendre à pigalle, se page suivante ► page retour au texte       quinze présentation du projet dernier vers aoi     les fleurs du tout le temps est là sièges       cette une autre approche de commençons donc par tout en travaillant sur les     ton plaisir aller à la bribe suivante de prime abord, il la tentation du survol, à page précédente retour d’abord l’échange des       la deux nouveauté,       une je ne sais pas si eloge de la boite aux mieux valait découper nouvelles mises en j’ai changé le le flot gris roule contre pour marcel le numéro exceptionnel de un nouvel espace est ouvert       coude page précédente ► de mise en ligne d’un alocco en patchworck © "l’art est-il dans les rêves de la de sorte que bientôt « la musique, dire que le livre est une derniers textes mis en    si tout au long à madame est une si elle est belle ? je 1 2 3&nbs nous savons tous, ici, que a ma mère, femme parmi textes mis en ligne en 1 la confusion des  tous ces chardonnerets le proche et le lointain antoine simon 23   j’ai souvent page suivante page voir l’essai sur (la numérotation des nous serons toujours ces tous ces charlatans qui  la toile couvre les antoine simon 12 aller à la liste des auteurs et que vous dire des pour écouter ce moment de       bonheu   les antoine simon 25 rafale n° 4 on le i mes doigts se sont ouverts sors de mon territoire. fais       qui       fleurett       tourneso vos estes proz e vostre le texte qui suit est, bien       la je suis celle qui trompe « je suis un Ç’avait été la rafale 1 2 3&nbs page suivante page du maurithuis par ço dist li reis : page suivante ► page il aurait voulu être "école de ce qui aide à pénétrer le après la lecture de au commencement était comment entrer dans une     tout autour la vie est dans la vie. se cent dix remarques i► cent cent dix remarques i► cent un titre : il infuse sa 1 2 3&nbs       ce se placer sous le signe de dans l’herbier de ses rafale       l’ quelques textes la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : MOHEN Daniel /

RAPHAËL MONTICELLI

Terrils

Pour Daniel Mohen

Publication en ligne : 18 mars 2010
Artiste(s) : Mohen (site) Ecrivain(s) : Monticelli R.

1.-

Les rêves de naissance attendent dans des veines de sève durcie
Quand j’ai voulu approcher ma bouche de celle des enfers, ils m’ont saisi.
Tu en portes la trace au bout de tes pinceaux.
 
2.-
temps momifié
 
Mes enveloppes
détruites
Mes pauvres armures
 
M’a laissé
cet éclat terne de laves et de rouilles
ce goût de cendre et de charbon
 
 
Pour survivre à sa perte.
 
3.-
Sous des bruits d’écorce la respiration humide des aubiers
endormie dans sa forme
où les feux sont enfouis
 
Ils ont détruit une à une toutes mes enveloppes, mes pauvres armures ;
Ils ont laissé ces cendres,
Charbons, laves et rouilles
 
et se survivent
 
Marque leur territoire au bout de tes pinceaux.
 
4.-
Les sèves froides
sont demeurées
béances au bord du vide.
 
Elles sont
survie de leur perte
 
Elles viennent
 
Ardeur des lumières
Explosive,
 
celle des oxydations,
Lente.
 
5.-
Qu’elle vienne, la force silencieuse des longues métamorphoses,
Ardeur des explosions,
Lumineuse,
Celle des oxydations,
Lente ;
Qu’elle creuse mes doutes,
Plus profond que ma chair ;
Qu’elle mette à vif ma plaie la plus secète.
 
Relèves-en le lieu au bout de tes pinceaux.
 
6.-
Toutes mes enveloppes,
Pauvres armures,
Une à une ont été détruites.
Établis tes espaces dans le chatoiement sourds des poussières ;
Des rêves de naissance attendent
au creux des veines durcies
 
7.-
J’ai voulu me pencher au bord des enfers,
Et le feu m’a saisi.
Quand il s’est retiré,
Il a laissé cendres et charbons, laves et rouilles.
 
Établis nos territoires dans ces chatoiements sourds.
 
8.-
Ici se sont enfouis tous les feux à venir.
 
Ils m’ont laissé béance au bord du vide,
Perdu parmi les cendres, charbons, laves et rouilles
Qui survivent de sa mort.
 
Recueilles-en la trace au bout de tes pinceaux.
 
9.-
Il viendra, le feu,
Ardeur des lumières explosives ou des oxydations lentes.
Il m’a saisi quand j’ai voulu me pencher au bord des enfers ;
jamais On ne se consume que des feux que l’on a osé voler.
 
10.-
Béance en bord de vide
Pour survivre à la perte.
 
Tu poses
Ce qui fut
en tremblement de vie.
 
11.-
Jette tes traces en gestes vifs
illuminés de froid
Un feu les reprendra
la vie tremblante
 
Plaies à vif,
Plis intimes,
Plus profondes que les douleurs de chair.
 
Apprends que les torrents des sèves endormies sont toujours prêts à sourdre
On ne se consume que des feux dérobés.
 
12.-
Dans le sourd chatoiement des charbons et des cendres,
poussière que le vent de solitude blesse
Établis les espaces dont tu veux prendre possession.
- Ma douleur y est ensevelie-
Plus profonde que celle de mes chairs mises à vif au creux le plus intime de moi-même.
 
Des rêves de naissance frémissent sous les torrents durcis des sèves endormies
 
 
 
*
* *
 
FINALE
 
Les morceaux de nuit se retirent dans leurs propres replis
(Ainsi le font les oiseaux dans leurs ailes
Qui s’abandonnent au sommeil).
L’aube vacille et chancelle, chassant les chiffons d’ombres.
 
Le bout de mes doigts engourdis parcourt les humidités que le froid cristallise en efflorescences de givre
Seule la lumière rasante et silencieuse les rend perceptibles 
L’air
Tremble
Encore
Incertain
De l’à peine ébauchée d’un cri au premier plan
Ou de l’improbable présence d’un massif suspendu, dans le lointain, à la légèreté des gouttes de lumières.
 
Bientôt les horizons se feront transparents ;
L’air le plus proche s’échauffera,
Et parmi des vibrations d’ardoise, mica, plomb, peaux anciennes, argent vieilli,
Les vapeurs lentes des rêves de naissance
dilateront nos regards.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP