BRIBES EN LIGNE
      sur grande digue est dispersée 1 2  page suivante page à propos “la granz fut li colps, li dux en ce qui importe pour textes mis en ligne en juin       la il y a tant de saints sur rêve, cauchemar, je me souviens de rafale n° 5 un portrait. 1255 : 1 2  pour marcel       la 1 2  de l’autre ce texte m’a été       alla j’ai en réserve       l’ aller à la bribe suivante bal kanique c’est textes mis en ligne en carissimo ulisse, torna a       vaches derniers textes mis en antoine simon 14 il aurait voulu être je sais bien ce qu’il paru en ce mois de juin 2021, face aux bronzes de miodrag sur la toile de renoir, les accoucher baragouiner comme c’est et si tu dois apprendre à 1 2 3 page suivante ► page sommaire ► page suivante       fourr&ea * il te reste à passer réponse de michel 1 2 3 depuis le 20 juillet, bribes       une cher.e.s ami.e.s vous pouvez station 7 : as-tu vu judas se       le       je suis     après sommaire ► page suivante page suivante ► page morz est rollant, deus en ad   saint paul trois 1 2 3 aux george(s) (s est la voir aussi boltanski galerie un texte que j’ai page suivante ► je suis né dans un clignement de nécrologie j’oublie souvent et 1 2  je n’aime pas les gens normalement, la rubrique       à ecrire les couleurs du monde c’est le grand  ce mois ci : sub page suivante ► page aller à l’échange sur       au le vieux qui       le long page suivante ► page 1 2  aller vers bribes, livres 1 antoine simon 25   pour olivier     au couchant la fraîcheur et la page suivante ► page traversé le lieu-dit de page suivante ► page     surgi sous la pression des a ma mère, femme parmi l’heure de la antoine simon 16 la fonction, de mes deux mains   dits de chaises, tables, verres,       le       le       bien approche d’une pour accéder au texte, onzième       au fond "pour tes       les et tout avait alocco en patchworck © j’ai ajouté       "je et c’était dans il n’est pire enfer que page suivante ► page page suivante ► macles et pour écouter la lecture,  le livre, avec ce jour-là il lui       dans le tout le problème sommaire ► page suivante page suivante ► page       sous je suis     chambre aller à la bribe i au  il est des objets sur quel étonnant laure et pétrarque comme soudain un blanc fauche le  l’écriture       é le lourd travail des meules glaciation entre madame chrysalide fileuse       une rafale n° 12 où page suivante ► page n’ayant pas le thème ils avaient si longtemps, si  pour de page suivante ► page exode, 16, 1-5 toute madame est une dernier vers aoi c’est une sorte de « 8° de rafale n° 4 on le       le ciel textes mis en ligne en       objectif antoine simon 13 li emperere par sa grant on peut croire que martine station 4 : judas        crabe-ta     double giovanni rubino dit       en rafale  dernières mises l’erbe del camp, ki de proche en proche tous  dernier salut au         &n rafale epuisement de la salle, dernier vers aoi chants à tu mon recueil       longtemp     ton plaisir passet li jurz, si turnet a       s’       un la question du récit les cuivres de la symphonie madame, c’est notre       fleur et nous n’avons rien page précédente    en sauver la vie c’est ne le travail de bernard ce jour là, je pouvais pour andré villers 1) today i eat my   je découvre avant toi       pav&eacu il ne s’agit pas de cela fait 53 ans que je       sur le dernier vers aoi si j’étais un dernier vers aoi       l’ toi, mésange à page précédente retour  marcel migozzi vient de page suivante ► page oiseau tranquille au vol    si tout au long macao grise   anatomie du m et  zones gardées de avec marc, nous avons ainsi alfred… (la numérotation des       entre coupé le son à  référencem leonardo rosa le grand combat : et encore   dits il n’y a pas de plus suite de fin première j’ai longtemps violette cachée ton       l’ la force du corps,       voyage 1) notre-dame au mur violet quand les mots 1 2  eloge de la boite aux nous dirons donc 1 2      m2   antoine simon 33 les grands qui d’entre nous ► abÉcÉdaire à jean quando me ne so itu pe le texte qui suit est, bien quelques autres page suivante ► page je t’enfourche ma  un livre écrit "le renard connaît derniers       grappes six de l’espace urbain, nu(e), comme son nom page suivante ► page pour helmut aller à la bribe suivante 1 2  page suivante page neuf j’implore en vain la prédication faite     le cygne sur    il rita est trois fois humble.       &       bonheu sur l’erbe verte si est cet article est paru       pass&eac   ciel !!!! dernier vers aoi accéder au texte en cliquant 1 2  dans le train premier l’impossible quand c’est le vent qui antoine simon 10 dernier vers aoi (ma gorge est une       vu les un jour nous avons bien sûr, il y eut   les       ...mais dernier vers aoi  de même que les en introduction à <script     dimanche 18 avril 2010 nous 3 

les lieux aussi sont pour angelo       j’ l’appel tonitruant du passent .x. portes, l’entreprise dont je me on trouvera la video autre essai d’un madame est toute il est le jongleur de lui textes mis en ligne en au centre des quartiers de page suivante ► nous la mastication des du maurithuis par sixième comme ce mur blanc napolì napolì page suivante gérard dire que le livre est une       à je me souviens qu’à propos  hier, 17 toutes sortes de papiers, sur ses mains aussi étaient dans le monde de cette aller à la bribe suivante       l’       au       la       apr&egra       su lou la cité de la musique la mort, l’ultime port,       dans ( ce texte a baous et rious je suis elle dit la main qui fut le antoine simon 32  les trois ensembles pour frédéric       apparu sous l’occupation       quinze je voudrais voir les arbres pour michèle auer et       cette       dans la il a surgi sans crier À la loupe, il observa pour maxime godard 1 haute       descenda bribes en ligne a       araucari josué avait un rythme       longtem  tous ces chardonnerets 1 2        sabots samuel chapitre 16, versets 1 la tentation du survol, à aller à la bribe suivante tu le sais bien. luc ne dernier vers aoi la réserve des bribes  jésus antoine simon 23       parfois  au mois de mars, 1166 deux ce travail vous est   un vendredi nous avons affaire à de "école de très saintes litanies dernier vers aoi grant est la plaigne e large tout en travaillant sur les antoine simon 26   pour le prochain présentation du projet année 2019 ► albert       le les photos et archives textes mis en ligne en mars je t’ai admiré, madame a des odeurs sauvages et que dire de la grâce quant carles oït la il en est des meurtrières. le flot pâle des maisons   six formes de la merci au printemps des page suivante ► page   ces notes préparer le ciel i présentation du projet préparer le ciel ii       un la mort d’un oiseau.     les fleurs du bernard dejonghe... depuis aller à la bribe suivante       ç un texte que j’ai pour andré frères et l’illusion d’une dernier vers aoi dernier vers aoi page suivante page au matin du sommaire ► page suivante       que de page suivante ► page aller à villa arson, nice, du 17 la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : MOHEN Daniel /

RAPHAËL MONTICELLI

Terrils

Pour Daniel Mohen

Publication en ligne : 18 mars 2010
Artiste(s) : Mohen (site) Ecrivain(s) : Monticelli R.

1.-

Les rêves de naissance attendent dans des veines de sève durcie
Quand j’ai voulu approcher ma bouche de celle des enfers, ils m’ont saisi.
Tu en portes la trace au bout de tes pinceaux.
 
2.-
temps momifié
 
Mes enveloppes
détruites
Mes pauvres armures
 
M’a laissé
cet éclat terne de laves et de rouilles
ce goût de cendre et de charbon
 
 
Pour survivre à sa perte.
 
3.-
Sous des bruits d’écorce la respiration humide des aubiers
endormie dans sa forme
où les feux sont enfouis
 
Ils ont détruit une à une toutes mes enveloppes, mes pauvres armures ;
Ils ont laissé ces cendres,
Charbons, laves et rouilles
 
et se survivent
 
Marque leur territoire au bout de tes pinceaux.
 
4.-
Les sèves froides
sont demeurées
béances au bord du vide.
 
Elles sont
survie de leur perte
 
Elles viennent
 
Ardeur des lumières
Explosive,
 
celle des oxydations,
Lente.
 
5.-
Qu’elle vienne, la force silencieuse des longues métamorphoses,
Ardeur des explosions,
Lumineuse,
Celle des oxydations,
Lente ;
Qu’elle creuse mes doutes,
Plus profond que ma chair ;
Qu’elle mette à vif ma plaie la plus secète.
 
Relèves-en le lieu au bout de tes pinceaux.
 
6.-
Toutes mes enveloppes,
Pauvres armures,
Une à une ont été détruites.
Établis tes espaces dans le chatoiement sourds des poussières ;
Des rêves de naissance attendent
au creux des veines durcies
 
7.-
J’ai voulu me pencher au bord des enfers,
Et le feu m’a saisi.
Quand il s’est retiré,
Il a laissé cendres et charbons, laves et rouilles.
 
Établis nos territoires dans ces chatoiements sourds.
 
8.-
Ici se sont enfouis tous les feux à venir.
 
Ils m’ont laissé béance au bord du vide,
Perdu parmi les cendres, charbons, laves et rouilles
Qui survivent de sa mort.
 
Recueilles-en la trace au bout de tes pinceaux.
 
9.-
Il viendra, le feu,
Ardeur des lumières explosives ou des oxydations lentes.
Il m’a saisi quand j’ai voulu me pencher au bord des enfers ;
jamais On ne se consume que des feux que l’on a osé voler.
 
10.-
Béance en bord de vide
Pour survivre à la perte.
 
Tu poses
Ce qui fut
en tremblement de vie.
 
11.-
Jette tes traces en gestes vifs
illuminés de froid
Un feu les reprendra
la vie tremblante
 
Plaies à vif,
Plis intimes,
Plus profondes que les douleurs de chair.
 
Apprends que les torrents des sèves endormies sont toujours prêts à sourdre
On ne se consume que des feux dérobés.
 
12.-
Dans le sourd chatoiement des charbons et des cendres,
poussière que le vent de solitude blesse
Établis les espaces dont tu veux prendre possession.
- Ma douleur y est ensevelie-
Plus profonde que celle de mes chairs mises à vif au creux le plus intime de moi-même.
 
Des rêves de naissance frémissent sous les torrents durcis des sèves endormies
 
 
 
*
* *
 
FINALE
 
Les morceaux de nuit se retirent dans leurs propres replis
(Ainsi le font les oiseaux dans leurs ailes
Qui s’abandonnent au sommeil).
L’aube vacille et chancelle, chassant les chiffons d’ombres.
 
Le bout de mes doigts engourdis parcourt les humidités que le froid cristallise en efflorescences de givre
Seule la lumière rasante et silencieuse les rend perceptibles 
L’air
Tremble
Encore
Incertain
De l’à peine ébauchée d’un cri au premier plan
Ou de l’improbable présence d’un massif suspendu, dans le lointain, à la légèreté des gouttes de lumières.
 
Bientôt les horizons se feront transparents ;
L’air le plus proche s’échauffera,
Et parmi des vibrations d’ardoise, mica, plomb, peaux anciennes, argent vieilli,
Les vapeurs lentes des rêves de naissance
dilateront nos regards.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP