BRIBES EN LIGNE
la mort, l’ultime port, imagine que, dans la       &n madame chrysalide fileuse ils s’étaient il s’appelait       les les durand : une       gentil vous dites : "un du fond des cours et des trois tentatives desesperees  née à  epître aux station 3 encore il parle       embarq il est le jongleur de lui dont les secrets… à quoi paien sunt morz, alquant       glouss     au couchant       "       en heureuse ruine, pensait antoine simon 28    si tout au long quel ennui, mortel pour antoine simon 20 comme un préliminaire la bribes en ligne a     "       la nice, le 8 octobre autre citation merle noir  pour lorsque martine orsoni je serai toujours attentif à travail de tissage, dans la bouche pure souffrance al matin, quant primes pert il souffle sur les collines très malheureux...  au mois de mars, 1166 les amants se carissimo ulisse,torna a printemps breton, printemps       retour religion de josué il de la non, björg,     quand quelque chose références : xavier pour jacqueline moretti, rien n’est plus ardu martin miguel art et       dans la force du corps, ce qui aide à pénétrer le  le livre, avec charogne sur le seuilce qui vous n’avez 1-nous sommes dehors. dernier vers aoi pour gilbert       pourqu       entre cette machine entre mes c’est la distance entre intendo... intendo ! quand vous serez tout abstraction voir figuration et c’était dans les cuivres de la symphonie raphaël pour jean marie       crabe-       longte       " il n’est pire enfer que tant pis pour eux. pierre ciel non... non... je vous assure, douze (se fait terre se les enseignants : noble folie de josué, c’était une si j’étais un       je me pour martin folie de josuétout est j’ai relu daniel biga, quand les mots       la       dans antoine simon 25 et tout avait nouvelles mises en toute une faune timide veille langues de plomba la quand c’est le vent qui la réserve des bribes des conserves ! à propos “la dans le respect du cahier des patrick joquel vient de temps de cendre de deuil de bientôt, aucune amarre on peut croire que martine j’ai travaillé et que dire de la grâce i en voyant la masse aux suite de granz est li calz, si se « h&eacu       cette       ma des voiles de longs cheveux  la lancinante l’impossible tout mon petit univers en monde imaginal, dans ce pays ma mère onzième la danse de       et je vois dans vos   en grec, morías quatrième essai rares   l’oeuvre vit son toute trace fait sens. que le 23 février 1988, il temps où le sang se démodocos... Ça a bien un sept (forces cachées qui       fourmi le lent déferlement à cri et à vedo la luna vedo le f les feux m’ont tous ces charlatans qui pour mon épouse nicole quatre si la mer s’est li emperere par sa grant "ces deux là se       m&eacu d’ eurydice ou bien de le soleil n’est pas   encore une des quatre archanges que essai de nécrologie, vue à la villa tamaris tendresse du mondesi peu de pure forme, belle muette, quando me ne so itu pe je suis leonardo rosa nous serons toujours ces antoine simon 32 « 8° de  il y a le en ceste tere ad estet ja ce paysage que tu contemplais dans les carnets madame, vous débusquez       rampan derniers       d&eacu pour lee antoine simon 7 il aurait voulu être       six prenez vos casseroles et de pa(i)smeisuns en est venuz là, c’est le sable et dans la caverne primordiale  hier, 17 ils avaient si longtemps, si présentation du elle réalise des (vois-tu, sancho, je suis f le feu est venu,ardeur des ] heureux l’homme la terre nous    7 artistes et 1 la terre a souvent tremblé exode, 16, 1-5 toute antoine simon 9 vous avez de soie les draps, de soie mes pensées restent rossignolet tu la       ( dans le pays dont je vous a christiane       cerisi titrer "claude viallat,       il cyclades, iii°   pour adèle et       à au labyrinthe des pleursils temps où les coeurs ici. les oiseaux y ont fait toutefois je m’estimais   pour olivier       st    seule au dernier vers aoi de prime abord, il de pareïs li seit la madame porte à avez-vous vu     [1]      son siglent a fort e nagent e j’ai en réserve j’ai parlé seins isabelle boizard 2005       les violette cachéeton       et le plus insupportable chez dimanche 18 avril 2010 nous       deux c’est une sorte de antoine simon 14       un et…  dits de       apparu " je suis un écorché vif. reprise du site avec la merci au printemps des       sur deux mille ans nous « pouvez-vous   pour le prochain un temps hors du       la clquez sur   jn 2,1-12 :    tu sais passent .x. portes,  tu ne renonceras pas.   pour théa et ses bruno mendonça bernard dejonghe... depuis la rencontre d’une dernier vers aoi descendre à pigalle, se "le renard connaît frères et il était question non       l̵ pour julius baltazar 1 le le coquillage contre       object vertige. une distance juste un mot pour annoncer a grant dulur tendrai puis c’est parfois un pays (de)lecta lucta   j’arrivais dans les j’ai donc au matin du  “ce travail qui       pass&e       je   j’ai souvent madame, c’est notre quai des chargeurs de       dans aucun hasard si se       la merci à marc alpozzo       un un verre de vin pour tacher tu le sais bien. luc ne    courant       p&eacu portrait. 1255 :       &n  improbable visage pendu       va marcel alocco a écoute, josué, dans ce périlleux paysage de ta tombe  et  pour de (josué avait       pass&e le passé n’est il ne s’agit pas de     &nbs dernier vers aoi le tissu d’acier       j̵ jouer sur tous les tableaux dernier vers aoi       aujour       midi et voici maintenant quelques dans les carnets je ne sais pas si  marcel migozzi vient de l’illusion d’une   un vendredi ne faut-il pas vivre comme les parents, l’ultime l’existence n’est torna a sorrento ulisse torna g. duchêne, écriture le       dans sa langue se cabre devant le des quatre archanges que       grimpa a la femme au moisissures mousses lichens ensevelie de silence, pas de pluie pour venir     les provisions dans les horizons de boue, de   marcel montagnesde le ciel est clair au travers station 4 : judas  j’ai perdu mon un jour nous avons quatrième essai de introibo ad altare “dans le dessin pour jean gautheronle cosmos josué avait un rythme souvent je ne sais rien de (josué avait lentement pour andré chaque automne les au lecteur voici le premier lorsqu’on connaît une les grands dernier vers aoi ma voix n’est plus que pour martine, coline et laure dessiner les choses banales quelque temps plus tard, de de l’autre   je n’ai jamais c’est vrai voile de nuità la       ce   nous sommes comme c’est le franchissement des passet li jurz, si turnet a de tantes herbes el pre       le       au qu’est-ce qui est en rêves de josué, giovanni rubino dit c’est la peur qui fait il ne sait rien qui ne va       mouett       le     vers le soir tout le problème l’attente, le fruit paroles de chamantu     dans la ruela dernier vers aoi on cheval le grand combat :       neige mougins. décembre d’un côté       ton dernier vers aoi       au le glacis de la mort c’est extrêmement je t’ai admiré, madame dans l’ombre des jamais je n’aurais       object i.- avaler l’art par  au travers de toi je la vie est ce bruissement attendre. mot terrible. suite du blasphème de et ces antoine simon 31 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Martin, Jean-Loup > en attente

en attente

Dernier ajout : 10 juin 2010.

Les 3 derniers textes : Sorbonnardises ? .

Les 3 textes les plus lus : Sorbonnardises ? .


  • Sorbonnardises ?

    Clefs : Alocco
    Marie-Hélène Dampérat nous livre, publié par l’Université de Saint-Etienne, le corps principal d’une thèse soutenue en 1997 à Paris IV-Sorbonne. L’ouvrage souffre fondamentalement du péché originel : sa (...)
Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette