BRIBES EN LIGNE
Être tout entier la flamme mon travail est une       au pas seins isabelle boizard 2005 sauvage et fuyant comme effleurer le ciel du bout des         &n         or c’est ici, me dont les secrets… à quoi poème pour « pouvez-vous       ( il est le jongleur de lui       grimpant charogne sur le seuil ce qui       retourn&   d’un coté, À max charvolen et   voici donc la dernier vers aoi       l’ autre petite voix un trait gris sur la je suis celle qui trompe tous ces charlatans qui     ton plaisir mille fardeaux, mille   la production des voiles de longs cheveux     extraire       dans la moisissures mousses lichens autre essai d’un antoine simon 14 les oiseaux s’ouvrent   ces notes       pass&eac ainsi fut pétrarque dans pas facile d’ajuster le de pareïs li seit la  il est des objets sur quel ennui, mortel pour j’oublie souvent et a dix sept ans, je ne savais       la eurydice toujours nue à       et tu ensevelie de silence, face aux bronzes de miodrag 1. il se trouve que je suis       la c’est parfois un pays       sabots premier vers aoi dernier passet li jurz, si turnet a sors de mon territoire. fais ce ce qu’un paysage peut la fonction,       tourneso il existe au moins deux bientôt, aucune amarre imagine que, dans la       ...mais ouverture de l’espace dès l’origine de son je ne peins pas avec quoi, quelques textes juste un madame des forêts de madame est la reine des j’arrivais dans les   l’oeuvre vit son    au balcon l’eau s’infiltre dernier vers aoi d’abord l’échange des       objectif dernier vers aoi À propos de fata en voici le texte qui ouvre dernier vers aoi chaque jour est un appel, une     sur la pente laure et pétrarque comme ce n’est pas aux choses       neige si elle est belle ? je la pureté de la survie. nul ainsi alfred… la main saisit       sur le  “ce travail qui temps où les coeurs d’un bout à prenez vos casseroles et 1.- les rêves de un titre : il infuse sa       avant du fond des cours et des des quatre archanges que il aura fallu longtemps - il y a tant de saints sur les avenues de ce pays pour philippe rafale n° 10 ici quel étonnant leonardo rosa sur l’erbe verte si est o tendresses ô mes       " maintenant il connaît le     longtemps sur encore une citation “tu « je suis un merci à marc alpozzo   entrons maintenant antoine simon 15       le long j’aime chez pierre     depuis 1) notre-dame au mur violet attendre. mot terrible. un soir à paris au franchement, pensait le chef, paysage de ta karles se dort cum hume     le cygne sur en cet anniversaire, ce qui       allong&e       mé le grand combat : (en regardant un dessin de       le si j’étais un mult est vassal carles de madame est une miguel a osé habiter si vous entendez le lac  il y a le dernier vers aoi au programme des actions dernier vers s’il premier essai c’est certains soirs, quand je tu le sais et je le vois toutefois je m’estimais       il on peut croire que martine je dors d’un sommeil de les petites fleurs des la fraîcheur et la  l’écriture       nuage il aurait voulu être le coquillage contre pour julius baltazar 1 le     surgi  c’était le temps passe dans la Éléments -     dans la rue la dans les hautes herbes         lancinant ô lancinant able comme capable de donner le vieux qui nécrologie très malheureux... derniers vers sun destre rafale n° 5 un pour andré issent de mer, venent as     double le travail de miguel, de 1968  l’exposition   ce qui importe pour   né le 7 tout le problème et voici maintenant quelques sixième pour michèle gazier 1) clere est la noit e la est-ce parce que, petit, on difficile alliage de voile de nuit à la       bonheu descendre à pigalle, se le glacis de la mort me folie de josué tout     cet arbre que le numéro exceptionnel de    tu sais un nouvel espace est ouvert dernier vers aoi une autre approche de     une abeille de nous dirons donc thème principal : pour martine  hors du corps pas pour max charvolen 1)  née à ...et poème pour       ruelle je ne sais pas si nous lirons deux extraits de 13) polynésie     du faucon       que de a claude b.   comme une tu le sais bien. luc ne dernier vers aoi   dans le pain brisé son jusqu’à il y a chaises, tables, verres, g. duchêne, écriture le pour le soleil n’est pas faisant dialoguer ce paysage que tu contemplais la vie est dans la vie. se les parents, l’ultime etudiant à cinquième essai tout diaphane est le mot (ou a-t-il pour angelo pour helmut je reviens sur des       araucari approche d’une       est-ce  on peut passer une vie       quinze  zones gardées de allons fouiller ce triangle       force dans l’innocence des       reine  de la trajectoire de ce "l’art est-il antoine simon 18  le "musée       gentil seul dans la rue je ris la autre citation "voui pour frédéric alocco en patchworck © c’est extrêmement le 28 novembre, mise en ligne nice, le 8 octobre elle réalise des giovanni rubino dit       vu les dernier vers aoi li emperere s’est « tu sais ce que   le texte suivant a les textes mis en ligne grant est la plaigne e large       en un       six tendresses ô mes envols dernier vers aoi martin miguel art et libre de lever la tête       juin       enfant       la je suis « voici autre citation la question du récit f dans le sourd chatoiement mi viene in mentemi  les éditions de bernard dejonghe... depuis comme ce mur blanc il tente de déchiffrer, grande lune pourpre dont les       rampant d’ eurydice ou bien de "nice, nouvel éloge de la       bonheur décembre 2001. tout en vérifiant       cette     un mois sans « ces deux là au commencement était 1254 : naissance de       é       droite bien sûr, il y eut le ciel est clair au travers rafale n° 4 on le  dernier salut au       ma entr’els nen at ne pui 10 vers la laisse ccxxxii l’homme est       les antoine simon 19       sur le les étourneaux ! violette cachée ton depuis le 20 juillet, bribes antoine simon 17       mouette de soie les draps, de soie que reste-t-il de la    il     son     chambre le "patriote", à bernadette pour egidio fiorin des mots pour andrée 1 la confusion des       devant pour robert toi, mésange à avez-vous vu m1          seule au       " dans un coin de nice, deux ce travail vous est       dans le martin miguel il va falloir pur ceste espee ai dulor e le désir de faire avec assise par accroc au bord de       le normalement, la rubrique sept (forces cachées qui ce qui importe pour “le pinceau glisse sur  improbable visage pendu madame, c’est notre    courant         dernier vers aoi       marche antoine simon 11 r.m. a toi le don des cris intendo carthage, fille de   f les feux m’ont    nous  marcel migozzi vient de       sur marché ou souk ou    si tout au long cyclades, iii° pluies et bruines, comment le nécessaire non       fleurett c’est vrai guetter cette chose « et bien,       aujourd       o de prime abord, il j’ai ajouté on dit qu’agathe  les trois ensembles ...et la mémoire rêve poussées par les vagues antoine simon 25 rafale 1- c’est dans halt sunt li pui e mult halt intendo... intendo ! pour daniel farioli poussant toute trace fait sens. que mes pensées restent dernier vers aoi villa arson, nice, du 17 dernier vers aoi ma mémoire ne peut me       je suis les enseignants : et que vous dire des je suis occupé ces la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie

Terre de l’enfuie

Dernier ajout : 7 janvier 2009.

Les 3 derniers textes : X , IX , VIII .

Les 3 textes les plus lus : X , IX , VII .

Ce texte est né d’une commande urgente de Jean-Jacques Laurent. Yvan Koenig, qui tenait l’atelier de céramique "Jean Gerbino", à Vallauris, avait lancé l’idée d’une collection de livres uniques en céramique, au titre générique de "Mélange", associant le céramiste, un artiste peintre et un écrivain. Jean Jacques Laurent devait fournir le premier exemplaire. A la veille de rendre son travail, il se retrouvait sans texte par défection de l’auteur qu’il avait d’abord pressenti...

Emboitage Y. Koenig
page titre

Sans détails. Il m’a appelé. Je me suis rendu à Vallauris immédiatement. Nous avons travaillé. J’ai livré le texte manuscrit dans la nuit. Jamais je n’ai osé retoucher "Terre de l’enfuie"...

 


  • I

    Ce pays que je dis est né d’eau d’herbe et de neige, nuage entre désirs et perte ; les terres qui l’entourent sans cesse s’effilochent. l’aigle se bat contre lui-même il étire ses ailes en rêve on (...)
  • II

    C’est parfois un pays de bord de fleuves il porte le monde ou les oripeaux du monde peuplé d’oiseaux aux ports de rois et de poissons inattendus entre son corps et la figure du monde dans (...)
  • III

    Les routes de ce pays sont cerclées d’ombres la chevauchée de nuit aucun mystère vraiment entre harpe et sabot seules palpitent des vies infinies éclatement d’une terre étirée dans des creux (...)
  • IV

    Dans ce pays ma mère l’ombre il se fait une grande fête pleine de chants et de danses lentes tu es partie on croirait parfois que l’air ne laissant à nos abords que ton cénotaphe jalousement (...)
  • V

    D’un bout à l’autre de ce pays ce ne sont que promenades allez allez pauvres nomades tous les retours sont lassants le long des eaux herbe et neige la nuit qui nous poursuit nous coiffe parmi (...)
  • VI

    Dans le pays dont je vous parle on cache ses douleurs la momie d’arlequin se porte bien elle s’enterre dans son enfance ; lui, danse dans le dedans de soi, rien ne transparaît de sa joie (...)
  • VII

    Les avenues de ce pays laissent glisser l’eau et le vent tu pars ton ombre te suit jusqu’à la mer au loin des échos s’affaiblissent il se fait ainsi de grands remous de vagues et d’écume les (...)
  • VIII

    Le ciel de ce pays est tout d’un bloc la nuit s’y effondre donc dans le silence de la tentation du monde sans préalable elle s’échappe sans effet d’annonce et sans bruit l’étalement des soubresauts (...)
  • IX

    Quand les eaux et les terres de ce pays se réunissent les porteuses d’eau de terre et de pain se dirigent lentement vers la rivière le ciel n’est alors jamais trop loin avec ses airs de femme (...)
  • X

    Il y a dans ce pays des voies déroutées et des canaux sans but écoute les coups redoublés des eaux sur mes rives le réseau en est si dense cependant que l’ on se trouve toujours où l’on veut se (...)
Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP