BRIBES EN LIGNE
pour alain borer le 26 sequence 6   le       les ce qui fait tableau : ce antoine simon 21  marcel migozzi vient de rm : nous sommes en   pour adèle et antoine simon 13  les éditions de       dans  les œuvres de je ne sais pas si troisième essai et       bien  c’était       la       nuage cinq madame aux yeux dernier vers aoi se placer sous le signe de     double       j̵ l’attente, le fruit quand vous serez tout dans les carnets je dors d’un sommeil de dans les carnets 1. il se trouve que je suis beaucoup de merveilles seins isabelle boizard 2005       ce les dernières a supposer quece monde tienne       le   1) cette je rêve aux gorges "et bien, voilà..." dit autres litanies du saint nom pour mes enfants laure et il semble possible la poésie, à la       le quatrième essai de langues de plomba la antoine simon 33 pour anne slacik ecrire est       le vous dites : "un petites proses sur terre si j’avais de son quelques autres   pour le prochain  le "musée       bonheu       sur les cuivres de la symphonie merci à marc alpozzo la fonction, l’impression la plus difficile alliage de carles li reis en ad prise sa dernier vers aoi dernier vers aoi   toutes sortes de papiers, sur sur la toile de renoir, les       quand À la loupe, il observa       le dernier vers aoi       longte vous n’avez       le le nécessaire non encore une citation“tu pur ceste espee ai dulor e madame déchirée  l’exposition  pure forme, belle muette, station 3 encore il parle autre essai d’un il en est des meurtrières.       neige au seuil de l’atelier carissimo ulisse,torna a polenta À perte de vue, la houle des station 1 : judas       sur tous feux éteints. des rien n’est plus ardu  “... parler une toi, mésange à que reste-t-il de la ce paysage que tu contemplais edmond, sa grande  zones gardées de temps de pierres  de la trajectoire de ce pour andré       il  epître aux       entre (ma gorge est une       la   iv    vers outre la poursuite de la mise       é halt sunt li pui e mult halt pour jean gautheronle cosmos histoire de signes .       ton deux ajouts ces derniers       sur mise en ligne pour pierre theunissen la monde imaginal, exode, 16, 1-5 toute  pour de je m’étonne toujours de la sept (forces cachées qui accorde ton désir à ta et il parlait ainsi dans la le samedi 26 mars, à 15  improbable visage pendu elle réalise des temps de bitume en fusion sur sauvage et fuyant comme carles respunt : f le feu s’est la galerie chave qui       je me       voyage temps de cendre de deuil de " je suis un écorché vif.       et tu lancinant ô lancinant vedo la luna vedo le       six les dieux s’effacent la force du corps, a dix sept ans, je ne savais antoine simon 24 de soie les draps, de soie     un mois sans pour madame aux rumeurs nous lirons deux extraits de       pourqu livre grand format en trois i.- avaler l’art par v.- les amicales aventures du comme c’est i en voyant la masse aux       l̵ le 15 mai, à     après au lecteur voici le premier antoine simon 32 samuelchapitre 16, versets 1 le ciel de ce pays est tout issent de mer, venent as suite du blasphème de le recueil de textes voile de nuità la la brume. nuages       marche certains prétendent pas sur coussin d’air mais chairs à vif paumes       la ce jour là, je pouvais dernier vers aoi temps de pierres dans la dernier vers aoi       un patrick joquel vient de       la il n’y a pas de plus couleur qui ne masque pas branches lianes ronces dans le pays dont je vous     hélas, dimanche 18 avril 2010 nous       descen dieu faisait silence, mais est-ce parce que, petit, on    nous       le j’ai donc dorothée vint au monde   j’ai souvent  au mois de mars, 1166 les étourneaux ! je n’hésiterai écrirecomme on se constellations et c’est un peu comme si, ecrire les couleurs du monde       dans la fraîcheur et la générations antoine simon 17 il n’est pire enfer que soudain un blanc fauche le n’ayant pas     &nbs o tendresses ô mes peinture de rimes. le texte sors de mon territoire. fais nos voix antoine simon 2 vous avez le "patriote", si grant dol ai que ne cinquième essai tout le lent tricotage du paysage assise par accroc au bord de     une abeille de dix l’espace ouvert au     du faucon ço dist li reis :       " on peut croire que martine  née à seul dans la rue je ris la deux ce travail vous est raphaël coupé en deux quand       je « pouvez-vous alocco en patchworck ©       banlie clers est li jurz et li non, björg,       la ses mains aussi étaient macles et roulis photo       aux je suis occupé ces depuis le 20 juillet, bribes et je vois dans vos tous ces charlatans qui que d’heures se reprendre. creuser son cet article est paru guetter cette chose poussées par les vagues f les feux m’ont quel étonnant       dans bernadette griot vient de frères et  mise en ligne du texte des quatre archanges que madame est une torche. elle ce pays que je dis est dernier vers aoi     au couchant effleurer le ciel du bout des    il les amants se quand nous rejoignons, en macao grise a grant dulur tendrai puis vous avez pluies et bruines, madame est la reine des je suis celle qui trompe       pour dans le monde de cette    courant       allong violette cachéeton le pendu la rencontre d’une   (à l’art c’est la     sur la pente       voyage le lourd travail des meules       &agrav le proche et le lointain il faut aller voir       ( l’évidence       &n de pa(i)smeisuns en est venuz je t’enfourche ma petit matin frais. je te à la mémoire de paroles de chamantu   le 10 décembre saluer d’abord les plus       juin je n’ai pas dit que le       les fragilité humaine.       o écoute, josué,       le a la fin il ne resta que jouer sur tous les tableaux s’ouvre la moisissures mousses lichens nous viendrons nous masser ce qui importe pour       apr&eg mes pensées restent       object eurydice toujours nue à     les provisions tes chaussures au bas de 1-nous sommes dehors. dont les secrets… à quoi       noble folie de josué, rare moment de bonheur, il est le jongleur de lui antoine simon 26 quatrième essai de pour maxime godard 1 haute  les premières les plus terribles clere est la noit e la       sur     l’é bribes en ligne a       &agrav       deux je ne saurais dire avec assez (dans mon ventre pousse une giovanni rubino dit ce  il y a le       pass&e traquer dernier vers aoi « e ! malvais (de)lecta lucta   aucun hasard si se normal 0 21 false fal si, il y a longtemps, les douze (se fait terre se carmelo arden quin est une ne faut-il pas vivre comme dans les écroulements 10 vers la laisse ccxxxii antoine simon 27 le temps passe si vite,       tourne       quinze arbre épanoui au ciel       chaque chaises, tables, verres, grant est la plaigne e large suite de  dernier salut au une fois entré dans la iloec endreit remeint li os lorsqu’on connaît une diaphane est le mot (ou ce jour-là il lui       en pas de pluie pour venir antoine simon 5 madame dans l’ombre des pas facile d’ajuster le f le feu m’a antoine simon 7 quel ennui, mortel pour je crie la rue mue douleur journée de il tente de déchiffrer, c’est la chair pourtant max charvolen, martin miguel à la mort, l’ultime port,       vu bien sûr, il y eut       le je ne peins pas avec quoi, "je me tais. pour taire. « 8° de vos estes proz e vostre a l’aube des apaches,       sous       dans une autre approche de dernier vers aoi       d&eacu     pluie du au labyrinthe des pleursils       sur le les premières       & la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 45 | Pas à Pas 47 ->
Pas à Pas 46
© Paul Badin
Ecrivain(s) : Badin P.

Mon cher Pétrarque, c’est vrai : avec ou sans Dieu, ce sera toujours la femme qui nous permettra d’approcher au mieux l’idée de la beauté, l’idéale joie de la contemplation.

Publication en ligne : 5 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette