BRIBES EN LIGNE
 l’écriture et c’était dans l’impression la plus    courant 0 false 21 18 il s’appelait effleurer le ciel du bout des nous avons affaire à de carmelo arden quin est une     faisant la ( ce texte a dans la caverne primordiale       dans pas une année sans évoquer le plus insupportable chez merle noir  pour sixième antoine simon 23    en comme un préliminaire la premier essai c’est       apparu ainsi fut pétrarque dans ensevelie de silence, i mes doigts se sont ouverts   dits de antoine simon 20 “le pinceau glisse sur dernier vers aoi dernier vers aoi la réserve des bribes leonardo rosa au seuil de l’atelier le temps passe si vite, autre petite voix     longtemps sur ma chair n’est il semble possible la chaude caresse de         or des quatre archanges que dernier vers doel i avrat, bientôt, aucune amarre  “... parler une       soleil       le       é le "patriote",    regardant station 4 : judas  madame dans l’ombre des       vaches il n’était qu’un où l’on revient a supposer quece monde tienne j’ai ajouté       object  hors du corps pas la légende fleurie est       dans bal kanique c’est prenez vos casseroles et tout mon petit univers en le 2 juillet       un la question du récit       et tu je serai toujours attentif à dernier vers aoi 1257 cleimet sa culpe, si si tu es étudiant en une autre approche de       alla onze sous les cercles       le m1       je découvre avant toi c’est un peu comme si, il ne reste plus que le       le petites proses sur terre temps de pierres dans la genre des motsmauvais genre       &agrav quel étonnant ce va et vient entre antoine simon 21 ] heureux l’homme « 8° de au labyrinthe des pleursils li quens oger cuardise avez-vous vu l’art c’est la je désire un la vie est ce bruissement     surgi une errance de les cuivres de la symphonie avec marc, nous avons       grimpa " je suis un écorché vif. antoine simon 26       neige laure et pétrarque comme suite du blasphème de dans l’effilé de       voyage       de proche en proche tous marcel alocco a frères et autre essai d’un encore la couleur, mais cette       le   que signifie a propos de quatre oeuvres de  tu ne renonceras pas. d’un côté un soir à paris au dernier vers aoi torna a sorrento ulisse torna nécrologie  l’exposition  preambule – ut pictura pour ma le franchissement des antoine simon 17 0 false 21 18 mais jamais on ne l’une des dernières       fleure elle ose à peine la pureté de la survie. nul       le clers est li jurz et li dorothée vint au monde   j’ai souvent mieux valait découper ecrire les couleurs du monde mes pensées restent les petites fleurs des   encore une chairs à vif paumes antoine simon 24 pourquoi yves klein a-t-il deuxième apparition de nous serons toujours ces dans les écroulements l’évidence cet univers sans toutes ces pages de nos madame des forêts de l’art n’existe sables mes parolesvous la vie humble chez les ainsi alfred… a l’aube des apaches,     vers le soir   je n’ai jamais ouverture de l’espace c’est une sorte de 1. il se trouve que je suis  c’était lu le choeur des femmes de les durand : une quelque temps plus tard, de les plus vieilles  le livre, avec 1.- les rêves de       sur soudain un blanc fauche le  zones gardées de l’attente, le fruit sa langue se cabre devant le  avec « a la noble folie de josué, iv.- du livre d’artiste merci à la toile de nous dirons donc archipel shopping, la il tente de déchiffrer, madame, vous débusquez   nous sommes f les marques de la mort sur 1-nous sommes dehors.       il abu zayd me déplait. pas j’entends sonner les  au mois de mars, 1166 si, il y a longtemps, les       le vous avez       le pour martin le scribe ne retient jouer sur tous les tableaux     " Ç’avait été la à sylvie la bouche pure souffrance pour pierre theunissen la comme ce mur blanc ce 28 février 2002. normalement, la rubrique       coude histoire de signes . f tous les feux se sont a la femme au   né le 7 je ne saurais dire avec assez  on peut passer une vie il existe au moins deux g. duchêne, écriture le À l’occasion de   1) cette deux ce travail vous est allons fouiller ce triangle de profondes glaouis       object le soleil n’est pas il faut aller voir non... non... je vous assure, et il parlait ainsi dans la rimbaud a donc       marche j’ai donc on croit souvent que le but de l’autre dans ce pays ma mère vertige. une distance   marcel "moi, esclave" a  le grand brassage des le ciel de ce pays est tout je m’étonne toujours de la etudiant à       ruelle antoine simon 15 je suis       le Éléments - raphaël halt sunt li pui e mult halt   je ne comprends plus       cette c’était une chercher une sorte de présentation du       vu on cheval       & (josué avait 1 la confusion des       force dernier vers aoi       au dernier vers aoi macles et roulis photo 3 le bulletin de "bribes antoine simon 13 et voici maintenant quelques pour raphaël je suis bien dans       pass&e pour robert pas facile d’ajuster le le ciel est clair au travers   adagio   je sors de mon territoire. fais     l’é vedo la luna vedo le f dans le sourd chatoiement écoute, josué,   traquer l’homme est morz est rollant, deus en ad branches lianes ronces     chambre 1254 : naissance de   (à macles et roulis photo 7 pour jacky coville guetteurs le coquillage contre tout en travaillant sur les maintenant il connaît le c’est parfois un pays essai de nécrologie,     dans la ruela temps de pierres quatre si la mer s’est dernier vers aoi rare moment de bonheur, à temps de bitume en fusion sur    nous       &agrav tout le problème “dans le dessin mougins. décembre       retour À max charvolen et raphaël introibo ad altare       la zacinto dove giacque il mio       crabe- et ma foi, chaque automne les poème pour       su sur l’erbe verte si est la prédication faite écrirecomme on se (ma gorge est une deux nouveauté, en ceste tere ad estet ja antoine simon 12 cinquième essai tout la brume. nuages antoine simon 14     tout autour me       rampan le nécessaire non il en est des meurtrières. franchement, pensait le chef, autre citation"voui voici des œuvres qui, le il aurait voulu être bel équilibre et sa la fraîcheur et la v.- les amicales aventures du  je signerai mon  dernier salut au un titre : il infuse sa « e ! malvais f le feu s’est d’abord l’échange des quand il voit s’ouvrir, pure forme, belle muette, temps où les coeurs   iv    vers alocco en patchworck ©       pav&ea la mort d’un oiseau. « amis rollant, de ...et poème pour hans freibach : sous l’occupation "le renard connaît pour nicolas lavarenne ma   tout est toujours en comment entrer dans une nu(e), comme son nom peinture de rimes. le texte de la     le vous dites : "un       banlie lancinant ô lancinant décembre 2001.  le "musée     pourquoi des conserves ! madame, c’est notre       dans dans un coin de nice, dans le respect du cahier des violette cachéeton macles et roulis photo 1 dernier vers s’il la rencontre d’une tant pis pour eux. huit c’est encore à le galop du poème me     [1]  max charvolen, martin miguel       au   maille 1 :que lorsqu’on connaît une rita est trois fois humble. toutes sortes de papiers, sur       m̵ et la peur, présente       la       "  mise en ligne du texte antoine simon 5 a dix sept ans, je ne savais    7 artistes et 1 granz est li calz, si se       je       aux       un la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Descendant le chemin des hêtres | Grimpant l’antique sentier ->
Retourné là où je vis
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

retourné là où je vis la première fois Julien

menant sa charrue attelée aux deux grands boeufs

y-a-t-il si longtemps ?

Publication en ligne : 1er septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette