BRIBES EN LIGNE
troisième essai ….omme virginia par la je suis celle qui trompe       sur "ah ! mon doux pays, madame porte à       pour toujours les lettres : immense est le théâtre et dieu faisait silence, mais       dans     après   l’oeuvre vit son le coeur du il aurait voulu être la langue est intarissable la force du corps,       entre j’entends sonner les f le feu s’est au rayon des surgelés         or rimbaud a donc        “s’ouvre très saintes litanies quelques autres agnus dei qui tollis peccata   (à       dans dimanche 18 avril 2010 nous af : j’entends able comme capable de donner  on peut passer une vie une il faut dire les karles se dort cum hume       aujour       baie prenez vos casseroles et la bouche pleine de bulles ouverture de l’espace et combien    regardant à la bonne que d’heures j’écoute vos grande lune pourpre dont les   anatomie du m et       la       en buttati ! guarda&nbs voile de nuità la mieux valait découper antoine simon 21 en 1958 ben ouvre à livre grand format en trois tout est prêt en moi pour vous dites : "un       allong       voyage bribes en ligne a et…  dits de  il y a le    il elle réalise des       m̵ normal 0 21 false fal un jour, vous m’avez "l’art est-il dernier vers aoi       pass&e madame est une j’ai perdu mon       ma pour michèle aueret avant dernier vers aoi       au martin miguel art et       banlie comment entrer dans une « h&eacu madame chrysalide fileuse dans ce pays ma mère pour andrée un temps hors du pour le prochain basilic, (la deuxième approche de       neige morz est rollant, deus en ad       à pas une année sans évoquer c’est pour moi le premier le scribe ne retient     les provisions rare moment de bonheur, m1       "le renard connaît       cerisi       arauca pluies et bruines,    en les lettres ou les chiffres vous deux, c’est joie et  monde rassemblé  le livre, avec (josué avait antoine simon 27 le recueil de textes mon travail est une  au mois de mars, 1166 j’ai changé le accoucher baragouiner       sabots toute trace fait sens. que le nécessaire non     cet arbre que deux nouveauté, c’est une sorte de certains soirs, quand je pour raphaël       l̵ dans l’effilé de il faut laisser venir madame pour max charvolen 1)     tout autour       la travail de tissage, dans bernard dejonghe... depuis  jésus  l’exposition   mise en ligne du texte     surgi  pour le dernier jour i.- avaler l’art par       la dernier vers aoi       l̵ l’éclair me dure, de prime abord, il       j̵ marché ou souk ou  avec « a la sables mes parolesvous  je signerai mon si tu es étudiant en       deux poussées par les vagues depuis ce jour, le site bribes en ligne a je déambule et suis ne faut-il pas vivre comme « voici on trouvera la video il existe deux saints portant il s’appelait quand c’est le vent qui l’impression la plus station 7 : as-tu vu judas se l’heure de la   on n’est quelque chose des quatre archanges que et nous n’avons rien se placer sous le signe de "ces deux là se madame est toute j’ai longtemps leonardo rosa dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e antoine simon 32 à la mémoire de un nouvel espace est ouvert la deuxième édition du       voyage       b&acir je t’ai admiré,    improbable visage pendu libre de lever la tête derniers     longtemps sur de proche en proche tous pour lee       au …presque vingt ans plus la musique est le parfum de 1254 : naissance de il pleut. j’ai vu la  martin miguel vient deuxième apparition de il souffle sur les collines la galerie chave qui       deux c’est vrai temps de pierres dans la même si ] heureux l’homme   saint paul trois       le epuisement de la salle, couleur qui ne masque pas  tous ces chardonnerets max charvolen, martin miguel ecrire sur       enfant le texte qui suit est, bien il y a tant de saints sur je crie la rue mue douleur  dernières mises la route de la soie, à pied,     vers le soir a supposer quece monde tienne douze (se fait terre se       ...mai       en       dans les plus terribles carles li reis en ad prise sa faisant dialoguer       gentil violette cachéeton marcel alocco a quand vous serez tout mes pensées restent ki mult est las, il se dort Ç’avait été la les oiseaux s’ouvrent diaphane est le dernier vers aoi       vu pour martine, coline et laure ma voix n’est plus que       vaches petites proses sur terre "mais qui lit encore le maintenant il connaît le cette machine entre mes et il fallait aller debout le passé n’est   iv    vers quelque temps plus tard, de       entre   dits de ici. les oiseaux y ont fait j’oublie souvent et dorothée vint au monde dans les horizons de boue, de pour michèle elle disposait d’une si elle est belle ? je petit matin frais. je te du bibelot au babilencore une un besoin de couper comme de allons fouiller ce triangle un jour nous avons       le       parfoi       ruelle       object pour jean marie tes chaussures au bas de je ne peins pas avec quoi, halt sunt li pui e mult halt de l’autre pour m.b. quand je me heurte 10 vers la laisse ccxxxii       je ce qu’un paysage peut       " l’évidence       avant d’abord l’échange des granz est li calz, si se deuxième suite       sur madame est une torche. elle ( ce texte a toutes ces pages de nos si j’étais un     nous iv.- du livre d’artiste l’art c’est la chaque jour est un appel, une c’est la peur qui fait le lent déferlement pour anne slacik ecrire est peinture de rimes. le texte macao grise       sur envoi du bulletin de bribes la vie est ce bruissement vous n’avez moi cocon moi momie fuseau le galop du poème me     sur la pente au labyrinthe des pleursils un tunnel sans fin et, à le proche et le lointain passent .x. portes, avec marc, nous avons tout le problème       "       apr&eg jusqu’à il y a « pouvez-vous       sur       il       cette nous dirons donc pour marcel       dans des voiles de longs cheveux   pour théa et ses percey priest lakesur les       le elle ose à peine traquer titrer "claude viallat, ce qui aide à pénétrer le nouvelles mises en 0 false 21 18 constellations et f qu’il vienne, le feu preambule – ut pictura   le 10 décembre pour ma jouer sur tous les tableaux     l’é frères et  référencem  “... parler une pour gilbert       &ccedi station 3 encore il parle imagine que, dans la la danse de       le là, c’est le sable et pour martin fontelucco, 6 juillet 2000 laure et pétrarque comme  le "musée ço dist li reis : régine robin, il tente de déchiffrer,       les       sur "pour tes ma mémoire ne peut me dernier vers aoi       pass&e vous avez madame aux rumeurs (la numérotation des lorsqu’on connaît une cliquetis obscène des est-ce parce que, petit, on temps de bitume en fusion sur torna a sorrento ulisse torna   six formes de la deuxième essai le dernier vers aoi pure forme, belle muette,       le le travail de bernard juste un mot pour annoncer       " j’ai ajouté la liberté de l’être l’appel tonitruant du paroles de chamantu pour angelo préparation des difficile alliage de fin première la fraîcheur et la in the country tu le sais bien. luc ne  les œuvres de       au diaphane est le mot (ou       sur le À l’occasion de       "  un livre écrit paien sunt morz, alquant nous avancions en bas de coupé le sonà giovanni rubino dit la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- "Faut pas être cardiaque ici !" | Descendant le chemin des hêtres ->
Après le départ des amis
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

après le départ des amis

un grand silence

règne

Publication en ligne : 30 août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette