BRIBES EN LIGNE
seins isabelle boizard 2005 et la peur, présente dans les écroulements lorsqu’on connaît une morz est rollant, deus en ad j’ai longtemps deux mille ans nous f les marques de la mort sur ils sortent tous ces charlatans qui       et tu dernier vers aoi attendre. mot terrible.       les le lourd travail des meules dernier vers aoi dernier vers aoi madame, vous débusquez on croit souvent que le but il tente de déchiffrer, « voici polenta       le corps encaisse comme il       b&acir     longtemps sur f qu’il vienne, le feu chaque automne les ouverture d’une quand il voit s’ouvrir, si, il y a longtemps, les ce texte se présente ce jour là, je pouvais difficile alliage de deuxième essai le voudrais je vous bien sûrla    en  “la signification  martin miguel vient peinture de rimes. le texte antoine simon 6 l’impossible antoine simon 14 approche d’une       je me la légende fleurie est ce n’est pas aux choses la danse de lu le choeur des femmes de dernier vers aoi une fois entré dans la moi cocon moi momie fuseau le texte qui suit est, bien on a cru à   ces sec erv vre ile rien n’est il existe deux saints portant       crabe- j’ai changé le printemps breton, printemps    de femme liseuse 1 la confusion des ce 28 février 2002. douze (se fait terre se f toutes mes branches lianes ronces       p&eacu quel ennui, mortel pour max charvolen, martin miguel lorsque martine orsoni antoine simon 3 attendre. mot terrible. spectacle de josué dit il y a tant de saints sur et combien il n’était qu’un marcel alocco a les plus terribles cinquième essai tout rêves de josué, madame dans l’ombre des libre de lever la tête aux barrières des octrois   si vous souhaitez voici des œuvres qui, le faisant dialoguer six de l’espace urbain, immense est le théâtre et ici, les choses les plus petites proses sur terre vedo la luna vedo le pour robert dernier vers aoi chaque jour est un appel, une le géographe sait tout seul dans la rue je ris la merle noir  pour     vers le soir       aux ce qui fait tableau : ce villa arson, nice, du 17 ce qui importe pour les routes de ce pays sont bribes en ligne a je suis (dans mon ventre pousse une station 4 : judas  apaches : station 1 : judas       nuage pas facile d’ajuster le tout à fleur d’eaula danse face aux bronzes de miodrag madame est toute et si tu dois apprendre à  l’exposition  ( ce texte a     " les amants se il ne sait rien qui ne va il ne reste plus que le errer est notre lot, madame, le "patriote", deuxième suite carcassonne, le 06       object       allong travail de tissage, dans       bonheu       le       arauca       chaque raphaËl il pleut. j’ai vu la     après       droite   se comment entrer dans une sixième       bonhe       glouss   en grec, morías       deux       en un     les fleurs du sur l’erbe verte si est s’ouvre la d’un bout à noble folie de josué, dorothée vint au monde station 5 : comment dans le train premier antoine simon 11 s’égarer on   encore une buttati ! guarda&nbs religion de josué il pas sur coussin d’air mais à bernadette       apr&eg pour andré 1254 : naissance de À l’occasion de quelque temps plus tard, de vi.- les amicales aventures madame est une torche. elle des voix percent, racontent comme c’est outre la poursuite de la mise     extraire aux george(s) (s est la dans les horizons de boue, de 0 false 21 18       au     une abeille de   ciel !!!! jamais si entêtanteeurydice antoine simon 18       la       reine     ton et te voici humanité de toutes les cher bernard macles et roulis photo 3 comme une suite de essai de nécrologie, deux ajouts ces derniers percey priest lakesur les       à références : xavier attention beau station 3 encore il parle temps de pierres c’est vrai edmond, sa grande antoine simon 24 de sorte que bientôt et nous n’avons rien j’entends sonner les       les equitable un besoin sonnerait la musique est le parfum de si j’étais un pour max charvolen 1) quatrième essai rares le temps passe si vite, carissimo ulisse,torna a aucun hasard si se deux nouveauté, j’ai ajouté la réserve des bribes karles se dort cum hume fontelucco, 6 juillet 2000  marcel migozzi vient de tout en travaillant sur les       &agrav       ( si elle est belle ? je il arriva que rossignolet tu la  improbable visage pendu gardien de phare à vie, au non, björg, j’aime chez pierre       mouett       neige       dans       sur onzième le 23 février 1988, il il faut laisser venir madame ço dist li reis : reprise du site avec la   voici donc la autre essai d’un et ma foi,   tout est toujours en pour egidio fiorin des mots  pour de dont les secrets… à quoi antoine simon 26 toulon, samedi 9 j’ai en réserve f j’ai voulu me pencher sauvage et fuyant comme tout le problème c’est le grand  au mois de mars, 1166 la terre a souvent tremblé à propos des grands  le livre, avec     rien ce va et vient entre       dans  il y a le carissimo ulisse,torna a encore une citation“tu       au   pour adèle et temps de pierres dans la comme un préliminaire la     double       en j’ai donc a christiane janvier 2002 .traverse       fourr& sors de mon territoire. fais de prime abord, il l’instant criblé dernier vers doel i avrat, le recueil de textes       dans je découvre avant toi   marcel vous deux, c’est joie et effleurer le ciel du bout des cet univers sans au seuil de l’atelier je ne saurais dire avec assez des quatre archanges que       pass&e l’art n’existe soudain un blanc fauche le derniers vers sun destre (ô fleur de courge...       le et il fallait aller debout mult est vassal carles de iloec endreit remeint li os bientôt, aucune amarre abstraction voir figuration  de la trajectoire de ce pour martine jouer sur tous les tableaux       enfant deuxième  epître aux     quand dernier vers aoi   genre des motsmauvais genre ce monde est semé   né le 7       en ce paysage que tu contemplais  pour le dernier jour et si au premier jour il sables mes parolesvous station 7 : as-tu vu judas se c’est parfois un pays ecrire les couleurs du monde sculpter l’air :      & fragilité humaine. tout est possible pour qui       sur à cri et à         &n le nécessaire non dernier vers aoi à la mémoire de je dors d’un sommeil de       &n dernier vers aoi il souffle sur les collines première granz fut li colps, li dux en troisième essai et  hors du corps pas les avenues de ce pays       jardin des quatre archanges que temps de bitume en fusion sur dans l’effilé de 1.- les rêves de ce texte m’a été antoine simon 29       il  un livre écrit ...et poème pour  c’était mise en ligne d’un merci au printemps des       le ses mains aussi étaient ma chair n’est     cet arbre que  ce mois ci : sub il n’y a pas de plus tout est prêt en moi pour nice, le 8 octobre antoine simon 28 1) la plupart de ces avant dernier vers aoi je t’ai admiré, le tissu d’acier dernier vers aoi     de rigoles en l’ami michel l’attente, le fruit pas une année sans évoquer abu zayd me déplait. pas deux ce travail vous est traquer       au quatrième essai de nous savons tous, ici, que légendes de michel c’est un peu comme si,     &nbs maintenant il connaît le       quand l’erbe del camp, ki ecrire sur la mort, l’ultime port, l’heure de la charogne sur le seuilce qui mi viene in mentemi  l’écriture depuis le 20 juillet, bribes se placer sous le signe de je m’étonne toujours de la       la nous avancions en bas de dans l’innocence des       une écrirecomme on se mes pensées restent       m̵       retour la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 37 | Pas à Pas 39 ->
Pas à Pas 38
© Paul Badin
Ecrivain(s) : Badin P.

À la loupe, il observa longuement le grain de silice et fut fasciné : un monde minéral s’ouvrait à lui. Quand il se releva, impassible, l’étendue des sables… Il en oublia sa loupe.

Publication en ligne : 28 août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette