BRIBES EN LIGNE
je suis moisissures mousses lichens       sur " je suis un écorché vif. descendre à pigalle, se voudrais je vous dernier vers aoi nous serons toujours ces ecrire sur       b&acir c’est la distance entre il tente de déchiffrer,       ruelle 0 false 21 18 j’ai longtemps ço dist li reis : autres litanies du saint nom       coude antoine simon 11 régine robin, rêves de josué, bernard dejonghe... depuis  je signerai mon c’est vrai chaque jour est un appel, une 1-nous sommes dehors. c’est un peu comme si, carcassonne, le 06 madame porte à genre des motsmauvais genre la bouche pleine de bulles pour jean-louis cantin 1.- mouans sartoux. traverse de exode, 16, 1-5 toute       le tous feux éteints. des et te voici humanité rêve, cauchemar, d’abord l’échange des pour jean marie   maille 1 :que un jour, vous m’avez sa langue se cabre devant le pure forme, belle muette, « e ! malvais       baie 1) la plupart de ces       p&eacu huit c’est encore à pour andré dernier vers aoi merci à marc alpozzo       je me abstraction voir figuration deuxième essai le la terre a souvent tremblé       soleil la bouche pure souffrance siglent a fort e nagent e de la les amants se (À l’église bribes en ligne a un trait gris sur la etudiant à dans la caverne primordiale    regardant madame chrysalide fileuse zacinto dove giacque il mio f j’ai voulu me pencher ( ce texte a       deux dernier vers aoi ce qui importe pour       que À l’occasion de antoine simon 10 clere est la noit e la  pour le dernier jour il est le jongleur de lui si tu es étudiant en       vu dans les carnets       s̵ folie de josuétout est   anatomie du m et       pour       apr&eg    au balcon pour jean gautheronle cosmos deuxième apparition la prédication faite f les rêves de       la à la bonne petites proses sur terre premier vers aoi dernier constellations et dans l’innocence des       il "ah ! mon doux pays, pour ma macles et roulis photo 1 à propos “la se reprendre. creuser son   je n’ai jamais on trouvera la video dernier vers aoi le proche et le lointain un soir à paris au la tentation du survol, à 1 au retour au moment   l’oeuvre vit son peinture de rimes. le texte les routes de ce pays sont   le 10 décembre ….omme virginia par la les avenues de ce pays       aux  tous ces chardonnerets       dans       au où l’on revient       montag able comme capable de donner     un mois sans  le livre, avec     &nbs    7 artistes et 1       bruyan portrait. 1255 : "nice, nouvel éloge de la alocco en patchworck ©       l̵ ce 28 février 2002. 0 false 21 18 préparation des les plus terribles pour helmut       un non... non... je vous assure, guetter cette chose ils avaient si longtemps, si  les premières fragilité humaine. toutes ces pages de nos quatrième essai de cette machine entre mes napolì napolì     l’é pas de pluie pour venir je n’hésiterai   nous sommes       au la lecture de sainte ici, les choses les plus     double l’illusion d’une       fleure       &n c’est la peur qui fait mieux valait découper chercher une sorte de       et tu "moi, esclave" a la musique est le parfum de       deux pour m.b. quand je me heurte tu le sais bien. luc ne villa arson, nice, du 17 "la musique, c’est le paysage de ta tombe  et une errance de   ciel !!!! il n’était qu’un f le feu est venu,ardeur des mi viene in mentemi il était question non branches lianes ronces ainsi alfred… pour julius baltazar 1 le des conserves ! là, c’est le sable et       bonhe ici. les oiseaux y ont fait suite de     &nbs nu(e), comme son nom       sur       je me il aurait voulu être mille fardeaux, mille avec marc, nous avons       crabe- ce qui fait tableau : ce     cet arbre que       le la force du corps, tout mon petit univers en ne faut-il pas vivre comme religion de josué il 1) notre-dame au mur violet c’était une     depuis pour andrée tes chaussures au bas de bel équilibre et sa deuxième neuf j’implore en vain madame, c’est notre dernier vers aoi iloec endreit remeint li os rien n’est très saintes litanies nous savons tous, ici, que les dernières  tu vois im font chier f les feux m’ont     du faucon       ...mai fontelucco, 6 juillet 2000 attendre. mot terrible. face aux bronzes de miodrag nous avons affaire à de antoine simon 19 le texte qui suit est, bien (ô fleur de courge... je sais, un monde se       glouss journée de  ce mois ci : sub la mort d’un oiseau. macles et roulis photo 6 granz est li calz, si se       l̵ derniers « h&eacu       la diaphane est le       &agrav   pour théa et ses ce jour là, je pouvais quand les eaux et les terres a propos d’une       l̵  au travers de toi je     chant de la liberté de l’être ensevelie de silence,       apr&eg mes pensées restent sauvage et fuyant comme pour pierre theunissen la     extraire (dans mon ventre pousse une       rampan Éléments - percey priest lakesur les autre citation"voui de tantes herbes el pre "et bien, voilà..." dit   né le 7 dans le monde de cette la langue est intarissable ma voix n’est plus que ce pays que je dis est  si, du nouveau  “la signification   un vendredi c’est extrêmement l’attente, le fruit       cette issent de mer, venent as pour le prochain basilic, (la mon travail est une si j’avais de son un tunnel sans fin et, à  tu ne renonceras pas.  les trois ensembles     tout autour et la peur, présente   se le corps encaisse comme il à sylvie et encore  dits bientôt, aucune amarre       je       à max charvolen, martin miguel  on peut passer une vie etait-ce le souvenir chaque automne les       sur à propos des grands les installations souvent,       le la pureté de la survie. nul antoine simon 30 reprise du site avec la antoine simon 14 moi cocon moi momie fuseau       l̵       chaque ce monde est semé à bernadette  dans toutes les rues       sur glaciation entre six de l’espace urbain,       tourne  de même que les je déambule et suis  avec « a la À max charvolen et nous dirons donc pour philippe     "       les f le feu s’est dernier vers aoi   dernier vers aoi li emperere s’est    en il existe deux saints portant  au mois de mars, 1166 écrirecomme on se temps de cendre de deuil de  le "musée « 8° de pour mireille et philippe   dernier vers aoi macao grise trois tentatives desesperees rm : nous sommes en monde imaginal, epuisement de la salle, avant dernier vers aoi des voiles de longs cheveux       en         &n  monde rassemblé nécrologie antoine simon 16 josué avait un rythme       ton       o    courant       la antoine simon 13 « voici   3   

les ecrire les couleurs du monde en 1958 ben ouvre à madame des forêts de a la libération, les les étourneaux ! sixième f le feu m’a       &n pluies et bruines,       sur de proche en proche tous dans les rêves de la le coquillage contre       vaches       pourqu l’ami michel gardien de phare à vie, au  epître aux de toutes les antoine simon 15 douze (se fait terre se ce qui aide à pénétrer le toi, mésange à  pour jean le et je vois dans vos 0 false 21 18 travail de tissage, dans saluer d’abord les plus les plus vieilles le 15 mai, à "pour tes       je il n’y a pas de plus titrer "claude viallat, première heureuse ruine, pensait  référencem pour yves et pierre poher et la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Bâton de marche | Dans les fondations de la tour ->
Au pas de ma porte
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

au pas de ma porte

une lavande

dont je n’ai rien à dire

Publication en ligne : 22 août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette