BRIBES EN LIGNE
      la       journ& a l’aube des apaches, je ne sais pas si à   dits de des quatre archanges que juste un mot pour annoncer temps où le sang se pour yves et pierre poher et antoine simon 16 un trait gris sur la pour martin       parfoi très malheureux...       l̵ la danse de vous avez       au la question du récit dans la caverne primordiale monde imaginal,       sur la fraîcheur et la       voyage madame porte à les installations souvent, (ma gorge est une    courant       ...mai percey priest lakesur les       en pas sur coussin d’air mais pour julius baltazar 1 le et te voici humanité l’impression la plus mouans sartoux. traverse de bien sûr, il y eut constellations et pour philippe antoine simon 15       "       la madame a des odeurs sauvages       au   maille 1 :que le coeur du comme c’est il n’est pire enfer que dernier vers aoi    regardant       le sequence 6   le je reviens sur des quel étonnant       banlie dimanche 18 avril 2010 nous nouvelles mises en       crabe- il existe deux saints portant la mort, l’ultime port,  les œuvres de carcassonne, le 06       dans       gentil     à f les feux m’ont fin première       su       entre antoine simon 29  référencem il y a des objets qui ont la       &   que signifie       bruyan accorde ton désir à ta epuisement de la salle, c’est le grand et la peur, présente les premières dans un coin de nice, s’égarer on le lent tricotage du paysage antoine simon 19  au mois de mars, 1166 dans le pays dont je vous glaciation entre       l̵ dans le monde de cette sous l’occupation iv.- du livre d’artiste    7 artistes et 1       " deux ce travail vous est troisième essai et       chaque la force du corps, dont les secrets… à quoi pour jean-marie simon et sa 1 la confusion des présentation du     au couchant       longte « voici f j’ai voulu me pencher en introduction à je déambule et suis premier vers aoi dernier le lourd travail des meules " je suis un écorché vif.       reine sur l’erbe verte si est il souffle sur les collines noble folie de josué, et…  dits de       la la bouche pure souffrance i en voyant la masse aux quelque chose janvier 2002 .traverse viallat © le château de   est-ce que pour michèle       p&eacu  il y a le  dernier salut au   si vous souhaitez       object il n’y a pas de plus gardien de phare à vie, au      &       aujour       les bribes en ligne a passent .x. portes, c’est une sorte de  de la trajectoire de ce régine robin, les dernières       pour nous savons tous, ici, que       &agrav dernier vers aoi suite de   marcel       apparu autres litanies du saint nom   en grec, morías   né le 7 d’ eurydice ou bien de preambule – ut pictura premier essai c’est la mastication des pluies et bruines, merci à la toile de a grant dulur tendrai puis vertige. une distance       dans on trouvera la video  née à madame, on ne la voit jamais arbre épanoui au ciel dernier vers aoi ne pas négocier ne la gaucherie à vivre,       rampan d’un bout à et il fallait aller debout j’ai parlé     " 7) porte-fenêtre       une au commencement était il en est des noms comme du   ciel !!!!       sabots j’ai travaillé la vie humble chez les f qu’il vienne, le feu temps de pierres dans la la musique est le parfum de mult ben i fierent franceis e il ne reste plus que le  epître aux le 19 novembre 2013, à la  pour jean le de l’autre quant carles oït la sauvage et fuyant comme dans le train premier de prime abord, il     son outre la poursuite de la mise ajout de fichiers sons dans juste un la langue est intarissable effleurer le ciel du bout des f les rêves de si elle est belle ? je mon travail est une rare moment de bonheur, paien sunt morz, alquant c’est la distance entre dans les carnets a claude b.   comme la deuxième édition du       dans deuxième apparition antoine simon 10 ensevelie de silence, mieux valait découper nous viendrons nous masser la réserve des bribes à propos “la       sur le derniers vers sun destre je ne saurais dire avec assez de sorte que bientôt  mise en ligne du texte     rien lentement, josué bernard dejonghe... depuis     les provisions il y a tant de saints sur   ces notes a la fin il ne resta que madame est la reine des  le grand brassage des clere est la noit e la les lettres ou les chiffres       nuage il ne sait rien qui ne va il existe au moins deux le 28 novembre, mise en ligne « 8° de 1254 : naissance de   on n’est temps où les coeurs       nuage   se un besoin de couper comme de tous ces charlatans qui à cri et à montagnesde       jonath sainte marie,       le       m̵ difficile alliage de       pass&e 1.- les rêves de       m&eacu huit c’est encore à charogne sur le seuilce qui       ton       " pour marcel pour maguy giraud et “dans le dessin la communication est le 23 février 1988, il dix l’espace ouvert au n’ayant pas au programme des actions 13) polynésie on croit souvent que le but  ce qui importe pour     longtemps sur lancinant ô lancinant   je désire un pour max charvolen 1) j’entends sonner les toulon, samedi 9 dernier vers aoi diaphane est le mot (ou paysage de ta tombe  et écoute, josué,       fourmi sur la toile de renoir, les couleur qui ne masque pas là, c’est le sable et dernier vers aoi     hélas, si tu es étudiant en la chaude caresse de       il à bernadette vue à la villa tamaris poussées par les vagues une autre approche de       aux mais non, mais non, tu     vers le soir de pa(i)smeisuns en est venuz de pareïs li seit la au matin du madame aux rumeurs dernier vers aoi coupé en deux quand (de)lecta lucta   il faut aller voir l’art c’est la les cuivres de la symphonie mise en ligne d’un le nécessaire non attelage ii est une œuvre dernier vers aoi    pour de onzième       marche marché ou souk ou       le première pour jean gautheronle cosmos À max charvolen et l’impossible dans les hautes herbes sors de mon territoire. fais pour andré le coquillage contre la poésie, à la souvent je ne sais rien de pas même vous n’avez carmelo arden quin est une au rayon des surgelés et je vois dans vos issent de mer, venent as sous la pression des leonardo rosa       ma toute une faune timide veille voile de nuità la le galop du poème me tout à fleur d’eaula danse dernier vers aoi de la li emperere par sa grant       cette la légende fleurie est       cerisi toutes ces pages de nos raphaël antoine simon 32 dernier vers aoi equitable un besoin sonnerait madame est une maintenant il connaît le ce monde est semé ce texte m’a été que reste-t-il de la pour andrée entr’els nen at ne pui un nouvel espace est ouvert seul dans la rue je ris la paroles de chamantu après la lecture de diaphane est le pour frédéric dans l’effilé de       vu antoine simon 23 rêve, cauchemar, dernier vers aoi dans l’innocence des bel équilibre et sa la vie est dans la vie. se « e ! malvais qu’est-ce qui est en les étourneaux !   saint paul trois cet article est paru       la       quinze antoine simon 13 ils sortent    en   pour adèle et       la tes chaussures au bas de       le certains soirs, quand je je n’hésiterai antoine simon 27 pour jean-louis cantin 1.- pas facile d’ajuster le       à       pav&ea l’erbe del camp, ki       au la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Assis dans le torrent | Quand le sourire est là ->
Aux clues nous nous baignons
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

aux clues nous nous baignons

baignoire aria aperto

ah ! le bel Estéron

Publication en ligne : 16 août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette