BRIBES EN LIGNE
le lent déferlement       entre   nous sommes pour julius baltazar 1 le grant est la plaigne e large nice, le 8 octobre on peut croire que martine l’existence n’est immense est le théâtre et 1257 cleimet sa culpe, si toutes ces pages de nos       les deuxième essai le pour philippe temps de pierres dans la   en grec, morías antoine simon 26       reine j’entends sonner les temps où les coeurs sables mes parolesvous       &n in the country       arauca antoine simon 13   ciel !!!! ki mult est las, il se dort   marcel   on n’est douce est la terre aux yeux   religion de josué il au seuil de l’atelier   se       voyage pour frédéric petites proses sur terre       fleur comme une suite de pour       je me voudrais je vous le nécessaire non rm : nous sommes en elle disposait d’une    regardant dernier vers aoi la question du récit       vaches je suis occupé ces rien n’est pas même dernier vers aoi je ne saurais dire avec assez vertige. une distance on cheval       baie pour jacqueline moretti,       au   entrons quelque chose ….omme virginia par la et il fallait aller debout       va pas sur coussin d’air mais seul dans la rue je ris la   au milieu de station 1 : judas     les provisions pour ma face aux bronzes de miodrag lorsque martine orsoni « pouvez-vous le proche et le lointain etudiant à pour michèle gazier 1 ce jour-là il lui heureuse ruine, pensait certains prétendent     hélas,   ces notes  née à temps où le sang se       deux   voici donc la À la loupe, il observa envoi du bulletin de bribes pas de pluie pour venir sculpter l’air : le géographe sait tout       au les amants se l’appel tonitruant du dernier vers s’il       dans la vie est dans la vie. se toujours les lettres : dernier vers aoi quand les mots bal kanique c’est rita est trois fois humble. dernier vers aoi autre citation"voui un besoin de couper comme de la mastication des vedo la luna vedo le clere est la noit e la “dans le dessin elle réalise des travail de tissage, dans       ma voix n’est plus que       force       pass&e       retour "ces deux là se nous savons tous, ici, que a christiane tous ces charlatans qui       la légende fleurie est la prédication faite  le grand brassage des       dans les dernières       la pie deux ajouts ces derniers li emperere par sa grant dernier vers aoi dans les carnets souvent je ne sais rien de la réserve des bribes quatrième essai rares a supposer quece monde tienne je ne sais pas si       aujour ici. les oiseaux y ont fait essai de nécrologie, chaises, tables, verres, o tendresses ô mes temps de cendre de deuil de 0 false 21 18       sur je désire un       crabe-     double à la mémoire de ce monde est semé c’est le grand merci à la toile de rossignolet tu la antoine simon 5 pourquoi yves klein a-t-il       jardin descendre à pigalle, se      & dernier vers aoi       le je ne peins pas avec quoi, sa langue se cabre devant le antoine simon 24 "moi, esclave" a (josué avait lentement 7) porte-fenêtre recleimet deu mult je sais, un monde se c’est parfois un pays il tente de déchiffrer, li quens oger cuardise j’ai donc       dans   3   

les       le la musique est le parfum de légendes de michel pour martine lancinant ô lancinant le 23 février 1988, il attendre. mot terrible. quatrième essai de reflets et echosla salle       la paysage de ta tombe  et 0 false 21 18 là, c’est le sable et à cri et à a dix sept ans, je ne savais       aux et ces tout en vérifiant il souffle sur les collines c’est un peu comme si, prenez vos casseroles et ( ce texte a diaphane est le mot (ou thème principal :  martin miguel vient pour anne slacik ecrire est       la       il j’aime chez pierre 1 la confusion des ouverture d’une alocco en patchworck © ce texte m’a été ço dist li reis : cette machine entre mes toute trace fait sens. que faisant dialoguer       d&eacu rien n’est plus ardu à propos “la Ç’avait été la  “comment nice, le 18 novembre 2004       &agrav cet article est paru dans le tout en travaillant sur les antoine simon 32 comme c’est des voiles de longs cheveux       m̵       nuage (de)lecta lucta   ici, les choses les plus fragilité humaine. qu’est-ce qui est en  tu vois im font chier le galop du poème me il faut laisser venir madame max charvolen, martin miguel bientôt, aucune amarre     [1]  dernier vers aoi "nice, nouvel éloge de la ce texte se présente et encore  dits       le langues de plomba la       cerisi jusqu’à il y a    de femme liseuse lu le choeur des femmes de       é nice, le 30 juin 2000  “... parler une aux barrières des octrois preambule – ut pictura madame est toute nu(e), comme son nom  de la trajectoire de ce       "       sur granz fut li colps, li dux en a propos d’une antoine simon 29  au mois de mars, 1166 1-nous sommes dehors.       la la gaucherie à vivre,       la       sur le plus insupportable chez       st j’ai changé le Être tout entier la flamme j’écoute vos       neige  si, du nouveau nécrologie mise en ligne   anatomie du m et  les trois ensembles temps de pierres voici des œuvres qui, le       m&eacu on croit souvent que le but       et en ceste tere ad estet ja raphaËl je déambule et suis       allong le lourd travail des meules f le feu m’a préparation des pour pierre theunissen la percey priest lakesur les un temps hors du       au fin première  les œuvres de  le livre, avec dans le monde de cette cinquième essai tout le franchissement des mon cher pétrarque, quel ennui, mortel pour   un vendredi c’est la distance entre le soleil n’est pas les grands macao grise carles respunt : maintenant il connaît le moi cocon moi momie fuseau en introduction à après la lecture de la rencontre d’une villa arson, nice, du 17 couleur qui ne masque pas encore une citation“tu    en quai des chargeurs de pour lee       les 1 au retour au moment       ( toi, mésange à iv.- du livre d’artiste c’est pour moi le premier c’est une sorte de   iv    vers moisissures mousses lichens li emperere s’est et  riche de mes dieu faisait silence, mais  jésus       deux histoire de signes .       " mille fardeaux, mille     pluie du l’éclair me dure, dans l’innocence des (elle entretenait le pendu je me souviens de       cette où l’on revient inoubliables, les napolì napolì       pourqu     après n’ayant pas 10 vers la laisse ccxxxii    courant sous l’occupation       &agrav madame est la reine des passet li jurz, la noit est paien sunt morz, alquant       nuage ...et poème pour j’ai en réserve poème pour       " avant dernier vers aoi bernadette griot vient de ils s’étaient il n’y a pas de plus issent de mer, venent as sur l’erbe verte si est nous serons toujours ces 1- c’est dans toutes sortes de papiers, sur carissimo ulisse,torna a     faisant la a claude b.   comme dix l’espace ouvert au       &ccedi       je les doigts d’ombre de neige le scribe ne retient       m̵ dont les secrets… à quoi la fonction, le bulletin de "bribes       sur le de tantes herbes el pre il s’appelait mougins. décembre je n’ai pas dit que le  les premières dernier vers aoi des conserves ! constellations et je meurs de soif le 26 août 1887, depuis et que dire de la grâce zacinto dove giacque il mio paroles de chamantu la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Assis dans le torrent | Quand le sourire est là ->
Aux clues nous nous baignons
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

aux clues nous nous baignons

baignoire aria aperto

ah ! le bel Estéron

Publication en ligne : 16 août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette