BRIBES EN LIGNE
  si vous souhaitez     longtemps sur     tout autour quelques textes epuisement de la salle,     cet arbre que lorsqu’on connaît une dire que le livre est une j’ai donné, au mois et si au premier jour il       ruelle derniers l’attente, le fruit ce paysage que tu contemplais       &n c’est pour moi le premier introibo ad altare i mes doigts se sont ouverts dorothée vint au monde des quatre archanges que ecrire les couleurs du monde       dans 0 false 21 18 dans l’innocence des morz est rollant, deus en ad       nuage ajout de fichiers sons dans approche d’une       object       dans en ceste tere ad estet ja les petites fleurs des “dans le dessin branches lianes ronces très malheureux...  la toile couvre les       la mouans sartoux. traverse de on trouvera la video portrait. 1255 :   la baie des anges accoucher baragouiner       sous suite de quand il voit s’ouvrir, folie de josuétout est ce texte se présente montagnesde al matin, quant primes pert violette cachéeton a supposer quece monde tienne il s’appelait o tendresses ô mes       le       sur glaciation entre il y a des objets qui ont la l’éclair me dure, …presque vingt ans plus       m̵ il tente de déchiffrer, bal kanique c’est antoine simon 9 j’ai en réserve  au travers de toi je livre grand format en trois       journ& dans les carnets       au pour mes enfants laure et là, c’est le sable et "l’art est-il       la    tu sais martin miguel art et diaphane est le mot (ou     ton (la numérotation des pour egidio fiorin des mots non... non... je vous assure, je m’étonne toujours de la le geste de l’ancienne, un soir à paris au dernier vers aoi zacinto dove giacque il mio la liberté s’imprime à le proche et le lointain       bonheu (josué avait il aurait voulu être   pour le prochain le texte qui suit est, bien dans l’innocence des ne faut-il pas vivre comme  dernières mises art jonction semble enfin       pav&ea la prédication faite   je n’ai jamais quand sur vos visages les quelques autres tes chaussures au bas de c’est un peu comme si, pour philippe       voyage les amants se       &ccedi marcel alocco a ( ce texte a f les feux m’ont antoine simon 14       dans  dans toutes les rues tendresses ô mes envols (dans mon ventre pousse une       longte envoi du bulletin de bribes cette machine entre mes       l̵ nous viendrons nous masser deuxième approche de bruno mendonça trois (mon souffle au matin avant propos la peinture est ce       sur madame, vous débusquez       sur pour michèle bien sûrla il n’était qu’un « voici     extraire   (dans le max charvolen, martin miguel       j̵ dernier vers aoi chaises, tables, verres,  la lancinante  “ne pas       je un verre de vin pour tacher aucun hasard si se       rampan coupé en deux quand on dit qu’agathe si, il y a longtemps, les pour jean marie dernier vers aoi         descen le 23 février 1988, il le passé n’est rêves de josué, je ne sais pas si vi.- les amicales aventures  epître aux les routes de ce pays sont « pouvez-vous la galerie chave qui       &n la poésie, à la l’impossible macles et roulis photo   entrons raphaËl dessiner les choses banales pour michèle aueret f le feu m’a 1254 : naissance de la liberté de l’être moisissures mousses lichens les plus terribles       va ainsi va le travail de qui de l’autre     rien       la  “ce travail qui       (   nous sommes entr’els nen at ne pui c’était une       sur       dans seul dans la rue je ris la       la      & ce qui fascine chez deuxième apparition de  les œuvres de       dans     pluie du l’existence n’est tout mon petit univers en "le renard connaît       un en introduction à béatrice machet vient de  ce mois ci : sub     les provisions c’est la peur qui fait dans le pays dont je vous c’est extrêmement pour andré villers 1)   iv    vers histoire de signes . faisant dialoguer où l’on revient beaucoup de merveilles       baie       les paysage de ta tombe  et dernier vers aoi       quand       allong un jour, vous m’avez     son il ne reste plus que le (elle entretenait les enseignants :       &agrav nice, le 8 octobre tout est prêt en moi pour autres litanies du saint nom encore une citation“tu ki mult est las, il se dort à la mémoire de equitable un besoin sonnerait dans le monde de cette réponse de michel j’oublie souvent et les textes mis en ligne dans les rêves de la ce pays que je dis est antoine simon 20 le lourd travail des meules       la deuxième suite autre citation"voui       sur ses mains aussi étaient ici, les choses les plus     une abeille de le plus insupportable chez face aux bronzes de miodrag       l̵ ma mémoire ne peut me     au couchant       que   en grec, morías       coude d’ eurydice ou bien de de pa(i)smeisuns en est venuz m1       f qu’il vienne, le feu bientôt, aucune amarre pour raphaël vous dites : "un une autre approche de l’évidence nécrologie   jn 2,1-12 : 0 false 21 18     du faucon troisième essai et un temps hors du     le cygne sur       fourmi et tout avait   ciel !!!! pour michèle gazier 1 ensevelie de silence,       la l’illusion d’une du fond des cours et des le pendu c’est seulement au il souffle sur les collines le vieux qui si tu es étudiant en prenez vos casseroles et Ç’avait été la pour m.b. quand je me heurte  née à il arriva que  ce qui importe pour en 1958 ben ouvre à il pleut. j’ai vu la a toi le don des cris qui la bouche pure souffrance lu le choeur des femmes de  hors du corps pas       une dont les secrets… à quoi  improbable visage pendu couleur qui ne masque pas quand nous rejoignons, en la mort d’un oiseau. toujours les lettres : antoine simon 16 si j’étais un pour martine, coline et laure immense est le théâtre et pierre ciel dernier vers aoi la légende fleurie est ] heureux l’homme il en est des noms comme du comme un préliminaire la edmond, sa grande raphaël c’est une sorte de préparation des       ce       assis je ne peins pas avec quoi, autre essai d’un tromper le néant nice, le 30 juin 2000  pour de pour ma noble folie de josué, la bouche pleine de bulles et encore  dits abu zayd me déplait. pas       sabots essai de nécrologie, n’ayant pas pour marcel comme c’est le grand combat :    de femme liseuse       apr&eg langues de plomba la je ne saurais dire avec assez la littérature de       alla nous serons toujours ces dans les hautes herbes il ne sait rien qui ne va dernier vers aoi sauvage et fuyant comme non, björg, pur ceste espee ai dulor e quatrième essai de ouverture d’une   pour adèle et  tous ces chardonnerets    7 artistes et 1 ce jour-là il lui       la pour lee des conserves ! même si je crie la rue mue douleur les cuivres de la symphonie     &nbs       vu nous lirons deux extraits de tout le problème il y a tant de saints sur       sur       voyage dans le respect du cahier des       " lancinant ô lancinant granz fut li colps, li dux en a la femme au antoine simon 17       neige pour andrée coupé le sonà       m&eacu À max charvolen et martin       deux difficile alliage de sixième   né le 7 vue à la villa tamaris   ces sec erv vre ile régine robin, antoine simon 30 a l’aube des apaches, cliquetis obscène des « 8° de  “comment générations il y a dans ce pays des voies la fraîcheur et la "nice, nouvel éloge de la pour alain borer le 26 guetter cette chose j’ai changé le 0 false 21 18 À la loupe, il observa quand c’est le vent qui je désire un la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Dans toutes les villes | Banlieue immense où tu passes ->
Pourquoi est-ce toujours la mauvaise herbe
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

pourquoi est-ce toujours la mauvaise herbe

celle qui dépasse

de l’allée ?

Publication en ligne : 1er août 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette