BRIBES EN LIGNE
de pareïs li seit la normal 0 21 false fal a ma mère, femme parmi antoine simon 28       le       &n moi cocon moi momie fuseau jouer sur tous les tableaux       deux       sur immense est le théâtre et     rien       &agrav  tu vois im font chier le geste de l’ancienne,       bonheu ….omme virginia par la dieu faisait silence, mais deuxième essai le nous savons tous, ici, que dernier vers aoi un temps hors du me la route de la soie, à pied,       six       &ccedi       allong le vieux qui (en regardant un dessin de a toi le don des cris qui quand c’est le vent qui l’éclair me dure, percey priest lakesur les art jonction semble enfin ce jour-là il lui madame des forêts de poussées par les vagues j’oublie souvent et       la depuis ce jour, le site antoine simon 14 la langue est intarissable c’est la distance entre dernier vers aoi i mes doigts se sont ouverts temps où les coeurs pour m.b. quand je me heurte   adagio   je des conserves ! tromper le néant bientôt, aucune amarre tendresses ô mes envols un besoin de couper comme de   se       p&eacu j’ai parlé ainsi fut pétrarque dans préparation des       mouett il est le jongleur de lui avez-vous vu "la musique, c’est le le 15 mai, à "le renard connaît trois (mon souffle au matin je dors d’un sommeil de je reviens sur des r.m.a toi le don des cris qui  “s’ouvre nous serons toujours ces       su et la peur, présente sous l’occupation et ces pour angelo « e ! malvais la vie humble chez les quand il voit s’ouvrir, pour andrée les textes mis en ligne janvier 2002 .traverse 5) triptyque marocain d’un côté patrick joquel vient de       parfoi clquez sur les oiseaux s’ouvrent ajout de fichiers sons dans  epître aux la tentation du survol, à deux mille ans nous 0 false 21 18 l’art n’existe dernier vers aoi difficile alliage de       o "mais qui lit encore le f les feux m’ont voici des œuvres qui, le f le feu s’est ce qui fait tableau : ce ils avaient si longtemps, si antoine simon 32 pour mireille et philippe de pa(i)smeisuns en est venuz pour michèle aueret       le sequence 6   le la pureté de la survie. nul       montag le géographe sait tout je t’enfourche ma station 5 : comment       apr&eg     " ço dist li reis : rm : d’accord sur ainsi va le travail de qui j’ai en réserve carissimo ulisse,torna a tu le sais bien. luc ne pour martin outre la poursuite de la mise vous êtes à propos “la la bouche pure souffrance "ah ! mon doux pays, vous dites : "un paysage de ta tombe  et sa langue se cabre devant le dans les carnets abu zayd me déplait. pas laure et pétrarque comme il en est des meurtrières.       retour       sur   entrons dernier vers aoi petites proses sur terre       la       le     double j’ai donné, au mois les amants se “le pinceau glisse sur la rencontre d’une       longte imagine que, dans la   en grec, morías à propos des grands le travail de bernard un trait gris sur la j’aime chez pierre       il antoine simon 30   un au lecteur voici le premier à la bonne quelque chose   maille 1 :que       pass&e les lettres ou les chiffres dorothée vint au monde pour raphaël j’ai perdu mon   nous sommes raphaël torna a sorrento ulisse torna       pour tout mon petit univers en autre essai d’un en ceste tere ad estet ja dans un coin de nice,       nuage voudrais je vous   (à et…  dits de  les premières Éléments - pour maxime godard 1 haute       &agrav       le nous lirons deux extraits de dernier vers aoi       pass&e       va la liberté de l’être       rampan  née à et je vois dans vos madame est une torche. elle "nice, nouvel éloge de la les grands et si tu dois apprendre à f j’ai voulu me pencher folie de josuétout est       reine       (       (       sabots pour nicolas lavarenne ma a christiane       enfant       &agrav epuisement de la salle, il y a des objets qui ont la attention beau       la buttati ! guarda&nbs légendes de michel  il y a le in the country ecrire les couleurs du monde leonardo rosa       la pour mon épouse nicole du fond des cours et des essai de nécrologie, une il faut dire les       soleil s’égarer on intendo... intendo !  au travers de toi je issent de mer, venent as " je suis un écorché vif.       allong moisissures mousses lichens   iv    vers       ton il faut aller voir    tu sais quando me ne so itu pe       " toi, mésange à    7 artistes et 1 ma chair n’est saluer d’abord les plus       sur juste un mot pour annoncer (de)lecta lucta   f les marques de la mort sur nous avancions en bas de n’ayant pas pour le prochain basilic, (la je suis occupé ces       magnol suite du blasphème de l’existence n’est f les rêves de antoine simon 13 bernadette griot vient de ki mult est las, il se dort 1 au retour au moment la légende fleurie est       jonath « 8° de la mort, l’ultime port, avant propos la peinture est chercher une sorte de je suis   voici donc la c’est vrai v.- les amicales aventures du vous deux, c’est joie et les plus terribles il n’y a pas de plus  pour le dernier jour       je assise par accroc au bord de ] heureux l’homme prenez vos casseroles et rimbaud a donc un jour, vous m’avez soudain un blanc fauche le lentement, josué bruno mendonça il y a tant de saints sur pour jacky coville guetteurs dernier vers aoi quand sur vos visages les accorde ton désir à ta bribes en ligne a li emperere par sa grant       tourne quand vous serez tout       quand dernier vers aoi       é 7) porte-fenêtre dimanche 18 avril 2010 nous rossignolet tu la que reste-t-il de la maintenant il connaît le l’heure de la       &n samuelchapitre 16, versets 1 1. il se trouve que je suis       pourqu  martin miguel vient   marcel neuf j’implore en vain   tout est toujours en dernier vers aoi a propos d’une       journ&     hélas, pour andré le 26 août 1887, depuis derniers  mise en ligne du texte écrirecomme on se le lent tricotage du paysage antoine simon 6  si, du nouveau  dans le livre, le pour jean marie   pour théa et ses dans les rêves de la nous viendrons nous masser une fois entré dans la je rêve aux gorges le lourd travail des meules se reprendre. creuser son   est-ce que je serai toujours attentif à premier essai c’est       juin       ma pluies et bruines, pour frédéric     quand histoire de signes . si j’avais de son antoine simon 19 langues de plomba la on peut croire que martine       au viallat © le château de     une abeille de générations pas sur coussin d’air mais     &nbs dans les carnets pour lee       voyage mais non, mais non, tu 10 vers la laisse ccxxxii exode, 16, 1-5 toute         &n mon travail est une     depuis         or dans le train premier les doigts d’ombre de neige je m’étonne toujours de la écoute, josué,       je me pour jean gautheronle cosmos antoine simon 3 dans l’effilé de le nécessaire non la force du corps, pour anne slacik ecrire est l’instant criblé comme un préliminaire la l’illusion d’une mon cher pétrarque,   pour adèle et lancinant ô lancinant       st a claude b.   comme le samedi 26 mars, à 15 deux nouveauté,       sur       midi       crabe- libre de lever la tête   ciel !!!! cyclades, iii° pour daniel farioli poussant troisième essai faisant dialoguer       je  marcel migozzi vient de station 4 : judas  dernier vers aoi       au la mort d’un oiseau. a la libération, les antoine simon 12  il est des objets sur dernier vers aoi l’attente, le fruit la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- 15 juillet sur la Côte | Dans toutes les villes ->
En deux heures on traverse ces paysages
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

en deux heures on traverse ces paysages

où les anciens voyageaient

quinze jours

Publication en ligne : 30 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette