BRIBES EN LIGNE
    m2 &nbs je suis bien dans tendresses ô mes envols moi cocon moi momie fuseau “le pinceau glisse sur pour raphaël je sais, un monde se il en est des noms comme du       neige deux ajouts ces derniers introibo ad altare la fonction, libre de lever la tête carmelo arden quin est une 1 la confusion des pas de pluie pour venir avec marc, nous avons À max charvolen et       voyage  les éditions de       la pour angelo af : j’entends sa langue se cabre devant le       allong f les rêves de     sur la pente six de l’espace urbain, un tunnel sans fin et, à       bonheu Éléments -     extraire folie de josuétout est toi, mésange à ses mains aussi étaient nice, le 30 juin 2000       dans   j’ai souvent antoine simon 11 ici. les oiseaux y ont fait ne pas négocier ne a la fin il ne resta que       baie antoine simon 33       &       la ce monde est semé j’ai relu daniel biga,       juin 1257 cleimet sa culpe, si tous ces charlatans qui j’oublie souvent et À peine jetés dans le j’aime chez pierre "et bien, voilà..." dit quand nous rejoignons, en pour maxime godard 1 haute le ciel de ce pays est tout le texte qui suit est, bien poème pour la route de la soie, à pied, c’est parfois un pays attendre. mot terrible. antoine simon 31 apaches : sixième travail de tissage, dans comme ce mur blanc       nuage       dans « amis rollant, de j’ai en réserve     depuis       gentil buttati ! guarda&nbs       le     hélas, dernier vers aoi les étourneaux ! pour marcel al matin, quant primes pert       arauca ainsi fut pétrarque dans       le bribes en ligne a s’ouvre la toute une faune timide veille (josué avait certains prétendent tandis que dans la grande en 1958 ben ouvre à le travail de bernard       ce   je ne comprends plus c’est le grand un verre de vin pour tacher au lecteur voici le premier avant dernier vers aoi  on peut passer une vie c’est extrêmement quatre si la mer s’est equitable un besoin sonnerait je n’ai pas dit que le  les premières au rayon des surgelés       é antoine simon 28       dont les secrets… à quoi d’un côté pas sur coussin d’air mais       je me li emperere s’est   se antoine simon 21 lentement, josué genre des motsmauvais genre f dans le sourd chatoiement bribes en ligne a       coude tes chaussures au bas de pour le prochain basilic, (la       assis antoine simon 25 quand vous serez tout       la   tout est toujours en vertige. une distance       sur   maille 1 :que ouverture d’une  avec « a la paysage de ta tombe  et dans l’effilé de tromper le néant la liberté de l’être cet article est paru comment entrer dans une       qui titrer "claude viallat, f le feu s’est toujours les lettres : la tentation du survol, à le 23 février 1988, il (À l’église ensevelie de silence, antoine simon 29 le tissu d’acier voudrais je vous   1) cette l’une des dernières de pareïs li seit la le coeur du     "       sur     de rigoles en carles respunt : je serai toujours attentif à les doigts d’ombre de neige     oued coulant     le cygne sur     longtemps sur on préparait pour michèle chairs à vif paumes elle ose à peine "mais qui lit encore le j’ai ajouté pour alain borer le 26       dans il faut aller voir un besoin de couper comme de une fois entré dans la pour       " cet univers sans merci à la toile de l’ami michel beaucoup de merveilles       devant antoine simon 2       en un       fourr& ouverture de l’espace max charvolen, martin miguel ainsi alfred… dans l’innocence des les petites fleurs des       la "tu sais ce que c’est c’est un peu comme si, madame est la reine des juste un a supposer quece monde tienne dernier vers aoi    il sous l’occupation i.- avaler l’art par iloec endreit remeint li os (josué avait lentement toute trace fait sens. que sous la pression des dire que le livre est une napolì napolì a ma mère, femme parmi c’est pour moi le premier       cette encore la couleur, mais cette       le       o    au balcon 1254 : naissance de mougins. décembre "je me tais. pour taire.  martin miguel vient des conserves ! le bulletin de "bribes       pav&ea merle noir  pour agnus dei qui tollis peccata nous lirons deux extraits de       (  la lancinante temps de pierres dans la granz fut li colps, li dux en le "patriote",   la production poussées par les vagues   entrons un homme dans la rue se prend onze sous les cercles a propos d’une  le grand brassage des autre petite voix printemps breton, printemps dernier vers aoi souvent je ne sais rien de en ceste tere ad estet ja intendo... intendo ! glaciation entre       pass&e cinquième essai tout outre la poursuite de la mise au programme des actions   si vous souhaitez la deuxième édition du on peut croire que martine si elle est belle ? je soudain un blanc fauche le le 2 juillet  dans le livre, le   six formes de la et je vois dans vos il souffle sur les collines dans le respect du cahier des       la       sur       reine mon travail est une dernier vers aoi troisième essai la fraîcheur et la v.- les amicales aventures du nécrologie c’est la distance entre faisant dialoguer présentation du       au les installations souvent, « 8° de clquez sur la réserve des bribes       voyage       l̵ ma chair n’est     &nbs décembre 2001.   pour adèle et dans les hautes herbes le glacis de la mort madame chrysalide fileuse derniers vers sun destre f toutes mes  référencem     l’é ne faut-il pas vivre comme de soie les draps, de soie l’illusion d’une     tout autour dernier vers aoi couleur qui ne masque pas heureuse ruine, pensait le temps passe dans la les enseignants : quelques autres ajout de fichiers sons dans on cheval les dieux s’effacent à la mémoire de dernier vers aoi alocco en patchworck © pour daniel farioli poussant lu le choeur des femmes de  ce mois ci : sub écrirecomme on se mesdames, messieurs, veuillez       la  marcel migozzi vient de bernard dejonghe... depuis   le 10 décembre i mes doigts se sont ouverts  mise en ligne du texte le lent tricotage du paysage onzième       le antoine simon 13 cyclades, iii° À l’occasion de 1) la plupart de ces deux nouveauté, la danse de jamais je n’aurais des quatre archanges que macles et roulis photo 4       soleil ce texte m’a été approche d’une       dans la bouche pure souffrance j’arrivais dans les le ciel est clair au travers tant pis pour eux.  un livre écrit station 4 : judas  dimanche 18 avril 2010 nous  née à c’est la chair pourtant carcassonne, le 06   (dans le dans un coin de nice, pour m.b. quand je me heurte l’erbe del camp, ki f le feu s’est  c’était "ces deux là se       sous antoine simon 9 on a cru à si tu es étudiant en pour jacqueline moretti,       alla spectacle de josué dit le vieux qui et  riche de mes de la ma mémoire ne peut me a l’aube des apaches, quelques textes viallat © le château de       apparu "nice, nouvel éloge de la la rencontre d’une et il fallait aller debout nous savons tous, ici, que raphaël je t’ai admiré,   adagio   je la question du récit       sur le je crie la rue mue douleur       au etudiant à de profondes glaouis et voici maintenant quelques il était question non       dans juste un mot pour annoncer     les fleurs du  zones gardées de rien n’est plus ardu       marche accoucher baragouiner l’impression la plus nous avancions en bas de   anatomie du m et 0 false 21 18       la ce 28 février 2002. pour martine, coline et laure pierre ciel rm : nous sommes en ce qui aide à pénétrer le livre grand format en trois   est-ce que la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Mésanges plumes heureuses | 15 juillet sur la Côte ->
L’araignée rousse
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

l’araignée rousse

escalade

l’air

Publication en ligne : 28 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette