BRIBES EN LIGNE
les enseignants : ce monde est semé je suis bien dans       descen un besoin de couper comme de clers fut li jurz e li les oiseaux s’ouvrent       nuage pour frédéric dernier vers aoi imagine que, dans la     tout autour un nouvel espace est ouvert    tu sais a propos d’une les petites fleurs des une autre approche de madame, vous débusquez  le "musée les dessins de martine orsoni le proche et le lointain comme un préliminaire la c’est vrai le 23 février 1988, il il aurait voulu être constellations et     une abeille de       qui     vers le soir aucun hasard si se bribes en ligne a       va antoine simon 24 me dans ce pays ma mère une il faut dire les       que       le en cet anniversaire, ce qui et…  dits de la vie humble chez les   pour le prochain carmelo arden quin est une ce qui fait tableau : ce la galerie chave qui À max charvolen et martin carles respunt : dans les hautes herbes si j’étais un nous dirons donc l’une des dernières 1) notre-dame au mur violet jusqu’à il y a   dits de la fraîcheur et la       parfoi       sabots dernier vers aoi douce est la terre aux yeux     dans la ruela aux barrières des octrois mille fardeaux, mille       quinze le texte qui suit est, bien       apparu je découvre avant toi  tu ne renonceras pas.       dans vi.- les amicales aventures dernier vers aoi   si vous souhaitez petites proses sur terre « pouvez-vous pour nicolas lavarenne ma mon travail est une a la libération, les deuxième apparition grant est la plaigne e large  l’exposition  le scribe ne retient un jour, vous m’avez  “ne pas i en voyant la masse aux les dieux s’effacent carissimo ulisse,torna a 1. il se trouve que je suis petit matin frais. je te dans les horizons de boue, de il avait accepté je serai toujours attentif à       crabe- ce va et vient entre archipel shopping, la antoine simon 25 à propos “la prenez vos casseroles et charogne sur le seuilce qui pour helmut dernier vers aoi antoine simon 13 coupé le sonà frères et       il sors de mon territoire. fais huit c’est encore à madame porte à les plus vieilles       bonheu   se       force     cet arbre que pour mireille et philippe       d&eacu af : j’entends 5) triptyque marocain       deux toutes sortes de papiers, sur quelque temps plus tard, de de sorte que bientôt pour julius baltazar 1 le mise en ligne d’un jamais si entêtanteeurydice       l̵ diaphane est le l’erbe del camp, ki j’ai longtemps un temps hors du la liberté de l’être autre essai d’un langues de plomba la pour robert pour philippe       tourne       sur toute une faune timide veille la vie est ce bruissement rêves de josué, printemps breton, printemps dans ma gorge       coude ce qu’un paysage peut ses mains aussi étaient   d’un coté, c’est pour moi le premier pour rm : nous sommes en       ruelle       fourr& f toutes mes  epître aux dernier vers aoi au programme des actions ce pays que je dis est   j’ai souvent       m&eacu journée de « h&eacu       sur le 19 novembre 2013, à la station 4 : judas  bal kanique c’est       longte difficile alliage de se placer sous le signe de       &agrav       b&acir dernier vers aoi pour michèle gazier 1) je désire un  l’écriture comment entrer dans une tout en travaillant sur les antoine simon 20 tout à fleur d’eaula danse  il est des objets sur pour raphaël le corps encaisse comme il ajout de fichiers sons dans  les éditions de a ma mère, femme parmi temps où le sang se     m2 &nbs ki mult est las, il se dort       apr&eg macles et roulis photo 3 le 28 novembre, mise en ligne c’est ici, me   le 10 décembre f le feu s’est   six formes de la       je       ( o tendresses ô mes je n’hésiterai on croit souvent que le but     rien en 1958 ben ouvre à le vieux qui reprise du site avec la madame est toute la fonction,       je peinture de rimes. le texte le passé n’est       aujour 1 la confusion des       cette       jardin paroles de chamantu tromper le néant marcel alocco a       é nos voix       sur poussées par les vagues noble folie de josué,  “ce travail qui un tunnel sans fin et, à equitable un besoin sonnerait Ç’avait été la "mais qui lit encore le "si elle est il est le jongleur de lui le lent tricotage du paysage     du faucon   je n’ai jamais temps de cendre de deuil de       la   encore une monde imaginal, dans le respect du cahier des     l’é pour jacky coville guetteurs       sur le l’impression la plus c’est la chair pourtant il y a des objets qui ont la il en est des noms comme du       en un       au cet univers sans eurydice toujours nue à     nous  de la trajectoire de ce si tu es étudiant en c’est extrêmement ….omme virginia par la     ton       sur montagnesde dans le train premier les parents, l’ultime dernier vers aoi des quatre archanges que la littérature de a l’aube des apaches, (elle entretenait le temps passe si vite,       o si elle est belle ? je on a cru à préparation des  “s’ouvre       la marie-hélène giovanni rubino dit       ma ne faut-il pas vivre comme douze (se fait terre se       devant       les dernières       je me "nice, nouvel éloge de la dernier vers aoi     &nbs et que dire de la grâce ainsi fut pétrarque dans   marcel inoubliables, les j’ai ajouté       &agrav      & encore une citation“tu autre citation"voui antoine simon 15 antoine simon 27 pour egidio fiorin des mots le bulletin de "bribes deuxième approche de       fourr& soudain un blanc fauche le introibo ad altare antoine simon 22 in the country marché ou souk ou les routes de ce pays sont       dans   on n’est les textes mis en ligne allons fouiller ce triangle dorothée vint au monde       marche les cuivres de la symphonie l’ami michel a claude b.   comme issent de mer, venent as il semble possible “dans le dessin dernier vers aoi dans l’effilé de pour maguy giraud et       object 1257 cleimet sa culpe, si dans le monde de cette de pa(i)smeisuns en est venuz       allong de pareïs li seit la zacinto dove giacque il mio même si elle réalise des et combien normal 0 21 false fal f tous les feux se sont   né le 7 vertige. une distance quand les eaux et les terres martin miguel art et  la lancinante pour angelo temps où les coeurs un homme dans la rue se prend n’ayant pas       & les lettres ou les chiffres       &agrav branches lianes ronces antoine simon 32  ce mois ci : sub j’ai changé le c’est un peu comme si,  de même que les la bouche pleine de bulles non... non... je vous assure, le soleil n’est pas les amants se dans les carnets pluies et bruines, merci au printemps des la vie est dans la vie. se carissimo ulisse,torna a       magnol accoucher baragouiner je t’enfourche ma       sur 0 false 21 18       soleil rita est trois fois humble. pour daniel farioli poussant    nous le temps passe dans la la chaude caresse de rossignolet tu la mais non, mais non, tu  ce qui importe pour       enfant et je vois dans vos la mort, l’ultime port,       la un soir à paris au raphaël dernier vers aoi rien n’est plus ardu l’existence n’est    au balcon chercher une sorte de non, björg, vous deux, c’est joie et macles et roulis photo dernier vers aoi       voyage c’était une rêve, cauchemar, antoine simon 21 gardien de phare à vie, au       su       dans       embarq présentation du intendo... intendo ! tout mon petit univers en la question du récit outre la poursuite de la mise       la antoine simon 26 au rayon des surgelés la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- S’appuyer à un grand arbre | Reine des reinettes ->
Reine des rainettes
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

reine des rainettes

une minuscule grenouille

un grondement d’orgue

Publication en ligne : 23 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette