BRIBES EN LIGNE
posté sur facebook sorti de le recueil de textes rafale 1- nous sommes dehors. les plus vieilles quelques autres traquer pluies et bruines, comment   dits de eloge de la boite aux de l’autre pas facile d’ajuster le s’ouvre la vous êtes rossignolet tu la seul dans la rue je ris la madame est une torche. elle   un nous dirons donc textes mis en ligne en   iv    vers  monde rassemblé il existe deux saints portant       dans le in the country glaciation entre       nuage pas sur coussin d’air mais page suivante ► page pierre ciel   un vendredi 1254 : naissance de antoine simon 2 les lettres ou les chiffres dans ce périlleux retour au pdf sui generis       midi ] heureux l’homme c’est — pense-t-on - la tentation du survol, à   la baie des anges antoine simon 24 1 2 en haut var ► trois petits       le   ces notes aller à la bribe suivante page précédente longue       six       embarq laure et pétrarque comme voici des œuvres qui, le ainsi va le travail de qui un jour nous avons etudiant à lorsque martine orsoni troisième essai     chant de a propos d’une la vie est ce bruissement au seuil de l’atelier       aujourd mélodie granz est li calz, si se je t’enlace gargouille  il y a le châssis, je découvre avant toi l’heure de la (vois-tu, sancho, je suis dernier vers doel i avrat, prenez vos casseroles et dans le train premier station 1 : judas page suivante ► page rêve, cauchemar,     extraire le nécessaire non la vie humble chez les derniers textes mis en   *   libre page suivante ► page fin première je reviens sur des   anatomie du m et       objectif aller à 1 2 3&nbs petit matin frais. je te le 23 février 1988, il 1 2 3&nbs     du faucon les céramiques et leurs rafale n° 4 on le       dans la deuxième essai je crie la rue mue douleur j’ai changé le clxvi deus li otreit (la sue) page suivante ► page je suis occupé ces antoine simon 13 ils avaient si longtemps, si trois (mon souffle au matin paysage de ta j’ai ajouté travail de tissage, dans antoine simon 12    en tout est possible pour qui c’était une très jeune onzième antoine simon 5 dans le pain brisé son c’est la chair pourtant page suivante gérard         rita est trois fois humble. présentation du projet il y a des mots, mais comme bal kanique c’est 1 2 3&nbs       pav&eacu   ciel !!!! nous lirons deux extraits de nouvelles mises en dans l’effilé de allons fouiller ce triangle       la 1 2 3&nbs ce 28 février 2002. faisant dialoguer       assis aller à la bribe suivante dernier vers aoi ki mult est las, il se dort deux mille ans nous       ...mais       ( les grands tout le temps est là sièges la brume. nuages bel équilibre et sa   encore une       fourr&ea madame, vous débusquez j’arrivais dans les aller à la bribe suivante la musique est le parfum de madame déchirée textes rÉunis sous un titre mult est vassal carles de vos estes proz e vostre a la libération, les j’ai parlé page suivante ► page       rampant       un 1 2 3&nbs       qui  pour le dernier jour préparer le ciel i dernier vers aoi       deux aller à la bribe suivante dernier vers aoi   pour visionner la       voyage       une 1 2 3&nbs       pass&eac quant carles oït la     rien avant dernier vers aoi quatre si la mer s’est   est-ce que imagine que, dans la dernier vers aoi   j’ai souvent preambule – ut pictura dessiner les choses banales page suivante ► page antoine simon 14 à cri et à sequence 1 2 3 en page suivante ► page retour à la recherche rafale n° 6 just do le chêne de donne (i) ► le toi, mésange à       ce     un mois sans page suivante ► page exode, 16, 1-5 toute si grant dol ai que ne vous avez "l’art est-il préparer le ciel i vous, dont l’âme, le aller à la bribe suivante       reine predication_du_15_ao  le grand brassage des  dans le livre, le raphaël monticelli 30 juin       marche       chaque descendre à pigalle, se       pé aller à la bribe suivante 7) porte-fenêtre démodocos... Ça a bien un       sur le       au pas à frères et références : xavier le slam ? une ruse de « tu sais ce que béatrice machet vient de 1 2 3       fleur 1 2 3&nbs ce qu’un paysage peut percey priest lake sur les  marcel migozzi vient de À hélène il ne sait rien qui ne va sommaire ► page suivante aller à la bribe i au       vu les il y a longtemps, pour accéder au texte,       montagne un tunnel sans fin et, à page suivante ► page       &nbs    regardant   maille 1 : que 1) notre-dame au mur violet et tout avait couleur qui ne masque pas violette cachée ton dernier vers aoi       entre max charvolen, martin miguel       au  ce qui importe pour antoine simon 17       au       reine dernier vers aoi       bruyante       quinze tous ces charlatans qui dernier vers aoi 1 2 3&nbs page suivante ► page   pour olivier josué avait un rythme sur l’erbe verte si est quando me ne so itu pe j’ai perdu mon page suivante page haut var ► brec sommaire ► page suivante  pour de   au milieu de       en deux viallat © le château de ils s’étaient de nouvelles mises en iigne,       crabe-ta bernadette griot vient de en 1958 ben ouvre à       dans le préparer le ciel i li emperere s’est dans ma gorge la fonction, de sorte que bientôt hans freibach :       o       je fais page suivante ► nous préparer le ciel i ce qui aide à pénétrer le       allong&e       la a supposer que ce monde ecrire les couleurs du monde entr’els nen at ne pui       cerisier pour jean marie le plus insupportable chez       st derniers vers sun destre       ton sous ce titre inspiré de la sommaire ► page suivante en ceste tere ad estet ja la fraîcheur et la page suivante ► page aller à la bribe suivante autres litanies du saint nom un verre de vin pour tacher titrer "claude viallat, les photos et archives « je me tais. dans le vacarme des couleurs, page suivante ► page la cité de la musique  je ne voulais pas aller à la bribe suivante comme c’est l’appel tonitruant du       une antoine simon 30 cet univers sans       mé 1 2 3&nbs       au     sur la pente Ç’avait été la     le       sur le page suivante ► page catalogue.03pdf.pdf autre citation dernier vers aoi se placer sous le signe de je meurs de soif station 5 : comment 1 la confusion des 1 2 3&nbs       ruelle       la  hors du corps pas etait-ce le souvenir       maquis la toile ou, du moins, la pour michèle josué ne si elle est belle ? je page précédente retour       objectif rafale n° 3 des nous avons affaire à de bien sûr, il y eut       sur la du maurithuis par  mise en ligne du texte pas de pluie pour venir page suivante ► page le corps encaisse comme il sites de mes sommaire ► page suivante samuel chapitre 16, versets 1 1 les morceaux de nuit se ce poème est tiré du       à n’ayant pas recleimet deu mult tout en vérifiant on croit souvent que le but où l’on revient des conserves ! le chêne de donne (i) ► le 1 2 3&nbs marché ou souk ou thème principal : et…   dits dernier vers aoi l’une des dernières dans le respect du cahier des       s’ si c’est ça,       dans le       cyclades, iii° il pleut. j’ai vu la       m’ page suivante ► page   ces sec erv vre ile textes mis en ligne en mars ce qui importe pour je suis celle qui trompe 1 2 3 je charogne sur le seuil ce qui rimbaud a donc page précédente page a a quelques exceptions près la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : La légende fleurie /
Saint Raphaël
Publication en ligne : 18 janvier 2020

Voici quelques années, j’ai promis d’évoquer pour toi Saint Raphaël. Alors Voici.

Tu dois savoir que de nombreux saints répondent au nom de Raphaël. L’un des plus anciens est originaire de Serbie. Le plus récent vivait dans la lointaine Madagascar. Le plus illustre d’entre eux était, avec Gabriel et Michel, l’un des trois archanges dont nous parlent les Ecritures. Le livre de Tobit nous raconte comment cet envoyé de Dieu s’est manifesté parmi les hommes. Tu as pu y lire comment il a accompagné le jeune Tobias sur le chemin qui conduit de Ninive à Raguès aux temps de la spendeur de la Perse, bien avant la naissance de NSJC. Tu t’es émerveilé d’apprendre comment il le convainquit de prendre pour épouse Sara, qui, sept fois marié, était toujours intacte et pure parce que chacun de ses sept maris avait mystérieusement péri la nuit même des noces. Et tu as loué le Seigneur quand tu as su comment, de retour à Ninive, il permit à Tobit, le père de Tobias de recouvrer la vue qu’il avait perdue après avoir eu les yeux remplis de fientes de moineaux.

Cette histoire t’est familière, aussi t’en raconterai-je une autre.

Il nacquit un jour, à Urbino, dans la famille des Santi, ce qui signifie Saints dans notre langue, un enfant que ses parents nommèrent Raphaël. Alors qu’il n’était pas encore en âge de parler, Raphaël faisait preuve d’une miraculeuse adresse quand il réveillait du doigt sur la buée, sur la neige ou le sable, les figures qui y étaient comme endormies. Fouillant dans les braises mortes, il choisissait des bouts de bois calcinés avec lesquels il animait les murs chaulés. C’était merveille de voir comment tout ce qui pouvait laisser une trace obéissait à sa main. Et lui même sans cesses s’étonnait de ce que sa main apprenait à ses yeux. 

Le père de Raphaël, Giovanni Santi, était peintre. Il loua Dieu du don qu’il avait fait à son fils et ouvrit à l’enfant les portes son atelier, lui recommandant simplement de n’y rien déranger et et de ne pas gêner le travail qui s’y faisait.

Raphaël était tout juste âgé de cinq ans quand il accompagna son père à Florence. Giovanni devait traiter une affaire avec l’un de ses amis peintres, Francesco, de la famille des Botticini. Ce Francesco avait un fils, d’une dizaine d’années plus âgé que celui de Giovanni, qui se prénommait aussi Raphaël et qui se destinait à la peinture. Le petit Raphaël ne quitta pas son aîné durant tout le séjour que fit son père. Il le suivait partout, essayait ses outils, le regardait poncer le bois et préparer ses poudres, et le harcelait de toutes les questions qu’il n’avait pu poser dans l’atelier de Giovanni... D’abord amusé par la vivacité de l’enfant, le fils de Francesco fut ébloui quand il vit ce qu’il savait faire avec un fusain ou une sanguine sur le moindre débris de papier ou de bois qu’il trouvait.

Dans l’après-midi du deuxième jour, alors que Francesco et Giovanni étaient en grande conversation, Raphaël Botticini proposa à son jeune ami de lui faire découvrir une église de l’autre côté de fleuve. "Je veux t’y montrer quelque chose qui te plaira, lui dit-il, mon père y a représenté notre Saint Patron".

Dans la pénombre, Raphaël, d’un geste de l’index, montrait Saint Raphaël à Raphaël en chuchotant ; Raphaël considérait le tableau au beau ciel bleu à peine marqué par deux nuages, sur lequel le Saint se détachait entouré de trois personnages ailés. "Tu vois, il tient Tobie par la main", lui murmura Raphaël. Raphaël reconnut Tobie, pieds nus sur le chemin pierreux, vêtu d’une ample robe aux plis artistement disposés ; il admira la façon dont Francesco avait fait tournoyer la pourpre et l’émeraude entre Tobie et ses deux compagnons ailés et comment il en avait vêtu son jeune Saint Patron ; il a le même âge que Raphaël, se dit-il. Il s’intéressa au petit chien blanc qui cheminait à la droite de Tobie et au poisson que Saint Raphaël tenait par sa main gauche. Cela me sera expliqué plus tard, pensa-t-il, et il fut pris par les regards des quatre personnages et la façon dont Tobie considérait Saint Raphaël et dont celui-ci lui répondait des yeux. 

Ce n’est que bien plus tard, bien après son retour à Urbino, quand son père lui eut raconté l’histoire que l’on trouve dans les Ecritures que Raphaël comprit son erreur : celui qu’il avait pris pour son Saint patron parce qu’il n’avait pas d’ailes et qu’il avait l’âge de son compagnon n’était pas Raphaël, mais Tobie. Sa vie durant, il devait porter avec lui cette bévue : il avait vu l’ange, mais ne l’avait pas reconnu, et jamais il n’osa le représenter : en lui même il continua à se dire que l’enfant qui tenait le poisson était plus proche de lui que le saint ailé qui lui prenait la main et qu’il devait accepter d’être aveugle aux anges s’il voulait pouvoir représenter la simple beauté des hommes et des femmes.

Je te dirai qu’il vécut ainsi le même mystère que celui qui nous est révélé dans les Ecritures : la cécité physique de Tobit était à l’image de l’aveuglement de tous ceux qui, voyant l’ange, ne le reconnassaient pas pour ce qu’il était. Ni Tobit, ni Anna, sa femme, ni Sara, ni personne en Médie, ni au retour à Ninive, ni Tobias lui-même qui partagea pourtant de longues journées avec Raphaël, ne se doutèrent jamais de qui il était, tant qu’il ne le leur manifesta pas lui-même pour disparaître aussitôt. Même guéri de sa cécité Tobit ne sut pas reconnaître l’ange. Ce n’est que lorsque Raphaël dit à Tobit et à son fils qui il était que les yeux de leur coeur se décillèrent, mais lorsqu’il voulurent le regarder en face, Raphaël avait disparu.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP