BRIBES EN LIGNE
approche d’une   au milieu de       au chaque jour est un appel, une 1) notre-dame au mur violet comme ce mur blanc rien n’est plus ardu  dernières mises macles et roulis photo 7 un titre : il infuse sa toujours les lettres :     son dernier vers aoi lentement, josué en 1958 ben ouvre à       nuage pour egidio fiorin des mots toutefois je m’estimais     chambre l’heure de la   certains prétendent       aux macles et roulis photo 1   ces sec erv vre ile les grands       l̵  un livre écrit un homme dans la rue se prend       sur l’instant criblé     dans la ruela je sais, un monde se       parfoi       l̵   pour théa et ses   est-ce que quand nous rejoignons, en 1) la plupart de ces       deux la langue est intarissable les durand : une toulon, samedi 9 la fraîcheur et la en introduction à passent .x. portes,  mise en ligne du texte le travail de bernard  il y a le c’est parfois un pays le 26 août 1887, depuis       d&eacu ma voix n’est plus que au programme des actions charogne sur le seuilce qui     surgi     cet arbre que       le nous serons toujours ces  dans toutes les rues À max charvolen et martin pour michèle gazier 1 mesdames, messieurs, veuillez Éléments - il ne s’agit pas de       sabots  les œuvres de pour ma 0 false 21 18 ce des voix percent, racontent carcassonne, le 06 attention beau ouverture de l’espace pas sur coussin d’air mais pour alain borer le 26 printemps breton, printemps et encore  dits je n’hésiterai  le livre, avec cet univers sans histoire de signes . pourquoi yves klein a-t-il vertige. une distance f le feu m’a c’est la distance entre      & ne pas négocier ne rien n’est       deux dernier vers aoi le texte qui suit est, bien nice, le 30 juin 2000 bel équilibre et sa j’arrivais dans les   marcel dernier vers aoi attelage ii est une œuvre c’est le grand       " j’écoute vos le vieux qui 7) porte-fenêtre       la buttati ! guarda&nbs   d’un coté,       quand deuxième essai le 1 au retour au moment certains soirs, quand je       assis "moi, esclave" a       la “dans le dessin       une     m2 &nbs       dans coupé en deux quand au lecteur voici le premier la deuxième édition du     longtemps sur "si elle est l’ami michel (dans mon ventre pousse une deux ce travail vous est deuxième apparition me     [1]  dans le respect du cahier des       " très malheureux... antoine simon 12 ] heureux l’homme l’existence n’est  les éditions de montagnesde vos estes proz e vostre bientôt, aucune amarre  tous ces chardonnerets nice, le 8 octobre d’ eurydice ou bien de deuxième apparition de rita est trois fois humble.       retour première       object l’impossible pour michèle aueret 1257 cleimet sa culpe, si (josué avait lentement f le feu est venu,ardeur des titrer "claude viallat,       marche     sur la pente tout en vérifiant le tissu d’acier morz est rollant, deus en ad tandis que dans la grande  ce qui importe pour mille fardeaux, mille dans ma gorge vedo la luna vedo le dans l’effilé de à cri et à dix l’espace ouvert au la légende fleurie est premier vers aoi dernier chaises, tables, verres, tes chaussures au bas de lorsque martine orsoni etait-ce le souvenir "mais qui lit encore le du fond des cours et des "je me tais. pour taire. macles et roulis photo 4 o tendresses ô mes quatrième essai de où l’on revient pour martine, coline et laure c’est extrêmement patrick joquel vient de dernier vers aoi   1) cette   un       ruelle macles et roulis photo 6 on trouvera la video j’entends sonner les       en un travail de tissage, dans dernier vers doel i avrat,       la archipel shopping, la dentelle : il avait je suis bien dans je rêve aux gorges la fraîcheur et la abu zayd me déplait. pas madame dans l’ombre des en ceste tere ad estet ja dernier vers aoi antoine simon 30 bien sûrla  jésus préparation des (josué avait a supposer quece monde tienne un verre de vin pour tacher       que merle noir  pour antoine simon 20   né le 7 il souffle sur les collines       je pour antoine simon 2 dernier vers aoi la lecture de sainte ce texte m’a été  marcel migozzi vient de   nous sommes se placer sous le signe de carles li reis en ad prise sa       dans le grand combat : dans les hautes herbes clquez sur preambule – ut pictura antoine simon 33     &nbs antoine simon 3 macao grise au matin du voici des œuvres qui, le la cité de la musique mais jamais on ne     les fleurs du  hors du corps pas  dernier salut au je t’ai admiré,       entre       sur folie de josuétout est "ces deux là se je déambule et suis ce 28 février 2002.       quinze       ton voudrais je vous       la  “ne pas le "patriote", je ne sais pas si vi.- les amicales aventures sixième       je me errer est notre lot, madame,       un pour mireille et philippe vous n’avez de proche en proche tous temps de pierres un tunnel sans fin et, à sixième       pass&e mi viene in mentemi       les À la loupe, il observa le lourd travail des meules       au pour mes enfants laure et antoine simon 7       la carissimo ulisse,torna a pas facile d’ajuster le attendre. mot terrible. petit matin frais. je te  la toile couvre les j’aime chez pierre À max charvolen et  les trois ensembles  tu ne renonceras pas. est-ce parce que, petit, on là, c’est le sable et les enseignants : dans ce pays ma mère dans la caverne primordiale art jonction semble enfin ici. les oiseaux y ont fait l’art n’existe  le "musée  “s’ouvre il en est des meurtrières. les petites fleurs des noble folie de josué,  dans le livre, le       sur autre citation"voui le scribe ne retient 1 la confusion des mise en ligne       le dire que le livre est une       la tu le sais bien. luc ne il existe au moins deux nous lirons deux extraits de antoine simon 19       pourqu on préparait mise en ligne d’un pour pierre theunissen la       s̵       l̵ nous dirons donc carissimo ulisse,torna a   le texte suivant a a grant dulur tendrai puis 0 false 21 18       au     pluie du  “la signification cinquième citationne macles et roulis photo 3 chercher une sorte de   on n’est c’est une sorte de une errance de   si vous souhaitez sous la pression des ce pays que je dis est s’ouvre la les dessins de martine orsoni couleur qui ne masque pas chairs à vif paumes encore une citation“tu       le constellations et temps où les coeurs normal 0 21 false fal cinquième essai tout pas même sequence 6   le   adagio   je       nuage ço dist li reis : dernier vers aoi intendo... intendo ! prenez vos casseroles et le temps passe si vite, marché ou souk ou " je suis un écorché vif. deuxième essai mais non, mais non, tu juste un mot pour annoncer dans les horizons de boue, de       &agrav dernier vers aoi lorsqu’on connaît une la réserve des bribes poème pour       les antoine simon 28       allong clers fut li jurz e li pour max charvolen 1) madame porte à fragilité humaine. dernier vers aoi       &ccedi des quatre archanges que       &n  au travers de toi je       je ainsi alfred… la vie est dans la vie. se     après outre la poursuite de la mise passet li jurz, la noit est guetter cette chose accorde ton désir à ta       l̵ le coquillage contre  “comment     tout autour quel étonnant à bernadette       il   (à comme une suite de antoine simon 25 de pa(i)smeisuns en est venuz je t’enlace gargouille ouverture d’une la parol

Accueil > Actualité du site

Bribes en ligne a été rendu public en février 2009.

Chaque jour, Il est visité en moyenne par une quarantaine d’internautes.

Il a reçu des contributions de

Jean-Marie Barnaud, Daniel Biga, Albertine Benedetto, Béatrice Bonhomme, Michel Butor, Jean Gabriel Coscullulela, Henri Desoubeaux, Alain Freixe, Jean-Luc Gastecelle, Patrick Joquel, Béatrice Machet, Jean-Loup Martin, Katy Remy, Nathalie Riera, Yves Ughes.

Depuis le 27 juin, date du dernier point sur l’actualité du site, de nouvelles pages ont été mises en ligne :

des haïkus de Daniel Biga, dans le recueil Le sentier qui serpente ;
la totalité du texte Comment écrire sur Jasper Johns, et Rimbaud vu d’Extrême-Orient par Michel Butor ;
la suite de l’étude de Transit par Henri Desoubeaux avec une approche des 13 lectures dans le calme genevois et 8 éclaircies dans l’épaisseur du Nord-Ouest ;
3 textes d’Alain Freixe, qui ont donné lieu à des livres d’artiste : À la bonne ombre, tombe tombé et Aux yeux de ce qui nous aime ;
la suite des déambulations de Patrick Joquel : À propos de camera
et une libre réflexion sur la poésie par Nathalie Riera : Poésie, pourquoi ? comment ?
 
Durant l’été, seront mis en ligne trois autres Écrits sur Rimbaud de Michel Butor et quatre Prédications d’Yves Ughes.
Chaque jour Daniel Biga ajoutera un haïku au Sentier qui serpente

A partir du 20 juillet, Paul Badin donnera chaque jour un fragment de ses "Pas à pas" ; l’auteur précise qu’il s’agit conversation souterraine avec Jean-François Dubois. Il ajoute : "Ce texte n’existe pas par lui-même. Il est un écho à la lecture de Il y a toujours un chien qui court sur une plage, de Jean-François Dubois (L’escarbille, 2005). Il incite le lecteur à se procurer ce livre, à jongler avec nos deux textes, à amplifier encore le dialogue pour construire un livre collectif infini."

 

 

 

 

Publication en ligne : 11 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette