BRIBES EN LIGNE
le bulletin de "bribes descendre à pigalle, se il y a des objets qui ont la deuxième suite ses mains aussi étaient madame est toute les textes mis en ligne je serai toujours attentif à       en un je déambule et suis    au balcon le travail de bernard fragilité humaine.       su franchement, pensait le chef, "la musique, c’est le j’arrivais dans les paien sunt morz, alquant tu le saiset je le vois d’un bout à       longte et nous n’avons rien cinq madame aux yeux « h&eacu       sabots je n’hésiterai pour alain borer le 26 Éléments -  le "musée       ruelle derniers je découvre avant toi quatrième essai rares la bouche pleine de bulles libre de lever la tête pour michèle gazier 1) le 19 novembre 2013, à la    7 artistes et 1   en grec, morías encore une citation“tu       &agrav       sur premier essai c’est livre grand format en trois 0 false 21 18 1254 : naissance de les oiseaux s’ouvrent madame est une deux ajouts ces derniers entr’els nen at ne pui de soie les draps, de soie peinture de rimes. le texte tromper le néant temps de cendre de deuil de vue à la villa tamaris madame, c’est notre       st  “la signification jusqu’à il y a à cri et à macles et roulis photo il avait accepté  dernières mises trois (mon souffle au matin et je vois dans vos madame, on ne la voit jamais charogne sur le seuilce qui il y a tant de saints sur vous avez dans un coin de nice, toi, mésange à la brume. nuages   pour théa et ses il était question non folie de josuétout est    nous macles et roulis photo 1 et ces       dans       la de tantes herbes el pre effleurer le ciel du bout des marcel alocco a       au antoine simon 27 diaphane est le mot (ou cet univers sans le ciel est clair au travers f le feu s’est dans le monde de cette madame déchirée dernier vers aoi zacinto dove giacque il mio à       deux       rampan nice, le 8 octobre       vu  le livre, avec dernier vers que mort mais non, mais non, tu jamais si entêtanteeurydice pour mon épouse nicole préparation des j’entends sonner les la communication est antoine simon 26 ce qui fait tableau : ce dix l’espace ouvert au de toutes les dernier vers aoi errer est notre lot, madame, deuxième apparition de equitable un besoin sonnerait 5) triptyque marocain  l’écriture antoine simon 24 c’est parfois un pays  tu vois im font chier    il  de même que les ce (vois-tu, sancho, je suis     vers le soir il s’appelait f dans le sourd chatoiement vous dites : "un pour mes enfants laure et journée de quand il voit s’ouvrir, il existe deux saints portant de l’autre       neige ecrire sur       deux       je me       marche nous viendrons nous masser   je ne comprends plus à la mémoire de ce 28 février 2002. face aux bronzes de miodrag       le les dessins de martine orsoni dont les secrets… à quoi lancinant ô lancinant tout le problème sous l’occupation et la peur, présente de pareïs li seit la faisant dialoguer pluies et bruines,  si, du nouveau temps où les coeurs les enseignants : que reste-t-il de la       é quand nous rejoignons, en nous dirons donc et ma foi, suite du blasphème de       ma derniers vers sun destre régine robin, de sorte que bientôt essai de nécrologie, présentation du       la sixième       &n si j’étais un pour pierre theunissen la       ( toute une faune timide veille c’est ici, me en cet anniversaire, ce qui       je     à c’est un peu comme si,   un vendredi intendo... intendo !       je       entre tout en vérifiant les parents, l’ultime       voyage       object dernier vers aoi antoine simon 18  il est des objets sur la route de la soie, à pied, une errance de le 23 février 1988, il etait-ce le souvenir i.- avaler l’art par un trait gris sur la rêve, cauchemar, l’éclair me dure, mi viene in mentemi  “ne pas « voici       six le 2 juillet siglent a fort e nagent e       l̵       la vous deux, c’est joie et c’était une quand les eaux et les terres mon cher pétrarque,   on n’est ce va et vient entre il n’est pire enfer que le ciel de ce pays est tout voici des œuvres qui, le il ne reste plus que le diaphane est le mille fardeaux, mille       le mise en ligne d’un  les œuvres de     m2 &nbs       &agrav pour frédéric normalement, la rubrique antoine simon 2   l’oeuvre vit son un jour, vous m’avez la deuxième édition du l’attente, le fruit moisissures mousses lichens       les on cheval j’aime chez pierre macles et roulis photo 4     sur la pente       une mon travail est une rien n’est maintenant il connaît le démodocos... Ça a bien un a la libération, les merci à marc alpozzo le texte qui suit est, bien la danse de pour egidio fiorin des mots ici. les oiseaux y ont fait cinquième citationne bribes en ligne a recleimet deu mult antoine simon 7 l’une des dernières le nécessaire non antoine simon 3 ainsi fut pétrarque dans i mes doigts se sont ouverts    seule au r.m.a toi le don des cris qui pourquoi yves klein a-t-il je meurs de soif iv.- du livre d’artiste ma chair n’est   (à ils s’étaient       en       &agrav       dans rimbaud a donc   né le 7 spectacle de josué dit ce qu’un paysage peut       s̵ le 15 mai, à   encore une       la pour jacky coville guetteurs antoine simon 30 comme ce mur blanc granz est li calz, si se  de la trajectoire de ce À perte de vue, la houle des       reine dernier vers aoi pour martin antoine simon 12  dans le livre, le       il pour robert cette machine entre mes pour michèle gazier 1 pour le prochain basilic, (la À max charvolen et la cité de la musique juste un et encore  dits je suis on a cru à 1) la plupart de ces le passé n’est       tourne et te voici humanité comment entrer dans une (dans mon ventre pousse une       d&eacu les premières       le       le au labyrinthe des pleursils exacerbé d’air la mastication des de prime abord, il       b&acir " je suis un écorché vif. “le pinceau glisse sur je crie la rue mue douleur quatre si la mer s’est le geste de l’ancienne, eurydice toujours nue à pour jean-louis cantin 1.- (josué avait  epître aux il n’était qu’un fontelucco, 6 juillet 2000 pour helmut dernier vers aoi 1257 cleimet sa culpe, si       un constellations et       droite a grant dulur tendrai puis ce qui fascine chez bribes en ligne a madame chrysalide fileuse       "       les genre des motsmauvais genre rêves de josué, lu le choeur des femmes de       neige juste un mot pour annoncer vertige. une distance À la loupe, il observa je reviens sur des reprise du site avec la le tissu d’acier f tous les feux se sont       p&eacu       le approche d’une       le pour onzième vedo la luna vedo le "tu sais ce que c’est laure et pétrarque comme la musique est le parfum de     hélas,   iv    vers    regardant dernier vers aoi à sylvie les dernières tout mon petit univers en dernier vers aoi  il y a le ….omme virginia par la station 5 : comment       dans       au dans les carnets ce qui importe pour les amants se a christiane       la premier vers aoi dernier archipel shopping, la monde imaginal, quai des chargeurs de merci à la toile de       dans  pour jean le il semble possible  au mois de mars, 1166 difficile alliage de       juin  le grand brassage des       la est-ce parce que, petit, on pour maxime godard 1 haute polenta langues de plomba la ne faut-il pas vivre comme le coeur du la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Tournesols grillés | Fourmi hésite sur cosse de pois ->
En ville les cerises
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

en ville les cerises

je les cueille

chez l’épicier

Publication en ligne : 16 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette