BRIBES EN LIGNE
 “s’ouvre arbre épanoui au ciel etait-ce le souvenir inoubliables, les   entrons dernier vers aoi nos voix macles et roulis photo 7       va dernier vers aoi torna a sorrento ulisse torna le coquillage contre dernier vers aoi la mort d’un oiseau. g. duchêne, écriture le       dans beaucoup de merveilles le geste de l’ancienne,       deux       le l’impression la plus la bouche pure souffrance macles et roulis photo 3 antoine simon 22 cette machine entre mes granz fut li colps, li dux en   je ne comprends plus pour mes enfants laure et temps où le sang se avec marc, nous avons       le je découvre avant toi mise en ligne       apr&eg assise par accroc au bord de   iv    vers trois (mon souffle au matin clquez sur dernier vers aoi rêves de josué,  “... parler une a propos d’une dernier vers aoi       je me preambule – ut pictura pour andré villers 1) rare moment de bonheur, je suis       neige le grand combat : de toutes les les avenues de ce pays     pourquoi langues de plomba la  pour de  la toile couvre les ….omme virginia par la noble folie de josué,       assis dernier vers aoi ...et poème pour merci à marc alpozzo nous dirons donc mult ben i fierent franceis e pour angelo c’est ici, me à la bonne       au c’est une sorte de le bulletin de "bribes station 4 : judas  de mes deux mains villa arson, nice, du 17 passet li jurz, la noit est ce 28 février 2002. et si tu dois apprendre à premier vers aoi dernier       un c’était une pour mireille et philippe coupé le sonà ici, les choses les plus rossignolet tu la il y a tant de saints sur et ma foi, frères et  ce qui importe pour travail de tissage, dans pour yves et pierre poher et m1             à allons fouiller ce triangle de l’autre       si j’étais un je meurs de soif  tu vois im font chier       devant   l’oeuvre vit son franchement, pensait le chef, couleur qui ne masque pas dernier vers aoi merci au printemps des pour marcel il souffle sur les collines f le feu s’est sur l’erbe verte si est quand vous serez tout dernier vers aoi pour robert tu le sais bien. luc ne       le dernier vers aoi 0 false 21 18     chambre    regardant       pav&ea  dans toutes les rues tout mon petit univers en       pourqu   ces sec erv vre ile dernier vers aoi archipel shopping, la chaque automne les  martin miguel vient démodocos... Ça a bien un   nous sommes   voici donc la   d’un coté,       cerisi j’ai ajouté       magnol “dans le dessin non... non... je vous assure, branches lianes ronces temps de pierres quai des chargeurs de    en je n’hésiterai tant pis pour eux.     rien     surgi elle ose à peine la cité de la musique une autre approche de c’est vrai madame, vous débusquez   anatomie du m et constellations et outre la poursuite de la mise deuxième essai dans ce pays ma mère morz est rollant, deus en ad et que vous dire des       bien     du faucon     ton un trait gris sur la patrick joquel vient de a ma mère, femme parmi se reprendre. creuser son       marche  née à pour jean marie       aux       d&eacu       force  les éditions de il n’est pire enfer que art jonction semble enfin nouvelles mises en       &agrav même si cinquième essai tout       je moi cocon moi momie fuseau       dans       "   si vous souhaitez antoine simon 6 toute une faune timide veille   on n’est les étourneaux ! et je vois dans vos la brume. nuages les dieux s’effacent     au couchant je ne saurais dire avec assez les doigts d’ombre de neige antoine simon 26 "mais qui lit encore le       parfoi six de l’espace urbain, hans freibach : pour glaciation entre i.- avaler l’art par le numéro exceptionnel de immense est le théâtre et sors de mon territoire. fais       l̵ antoine simon 31 le géographe sait tout (elle entretenait       pav&ea nu(e), comme son nom mon cher pétrarque, pour jean-marie simon et sa       gentil       apparu toutes ces pages de nos ( ce texte a   le texte suivant a       vu  avec « a la du fond des cours et des o tendresses ô mes quand les eaux et les terres eurydice toujours nue à quatrième essai rares 7) porte-fenêtre dans les rêves de la des voiles de longs cheveux (de)lecta lucta   pour michèle madame, on ne la voit jamais a toi le don des cris qui   la production la mastication des la liberté s’imprime à ma mémoire ne peut me       m&eacu sables mes parolesvous depuis le 20 juillet, bribes bientôt, aucune amarre sixième c’est seulement au       & là, c’est le sable et je dors d’un sommeil de   six formes de la ouverture de l’espace     &nbs le texte qui suit est, bien       nuage j’ai perdu mon i en voyant la masse aux viallat © le château de quel ennui, mortel pour f le feu m’a  “la signification dans ce périlleux       le c’est le grand la fraîcheur et la    si tout au long deuxième suite "moi, esclave" a le 26 août 1887, depuis l’impossible Être tout entier la flamme sous l’occupation marché ou souk ou       au       su je reviens sur des dans les carnets À la loupe, il observa j’ai donné, au mois un titre : il infuse sa des quatre archanges que est-ce parce que, petit, on       la le 23 février 1988, il       apr&eg       et tu       sur       sur l’appel tonitruant du l’homme est écoute, josué, cyclades, iii° pour raphaël un temps hors du ce jour là, je pouvais   jn 2,1-12 : iv.- du livre d’artiste       au  ce mois ci : sub f le feu est venu,ardeur des  au travers de toi je  zones gardées de       m̵ sequence 6   le et tout avait       longte       fleure 1-nous sommes dehors. et te voici humanité attelage ii est une œuvre comme ce mur blanc ce monde est semé rita est trois fois humble.  tous ces chardonnerets raphaël quatre si la mer s’est       " chaises, tables, verres, face aux bronzes de miodrag         or  si, du nouveau       sur j’ai changé le le "patriote", une fois entré dans la accoucher baragouiner       journ& (josué avait juste un (dans mon ventre pousse une la liberté de l’être c’est pour moi le premier journée de r.m.a toi le don des cris qui à cri et à ma voix n’est plus que       mouett lentement, josué la rencontre d’une       avant les routes de ce pays sont je ne peins pas avec quoi, ecrire les couleurs du monde au commencement était au seuil de l’atelier antoine simon 9 me       dans À max charvolen et comme un préliminaire la       dans       &agrav accorde ton désir à ta       é j’ai relu daniel biga, tout est prêt en moi pour       dans pour jacky coville guetteurs tandis que dans la grande     [1]  nous savons tous, ici, que le temps passe si vite, pour martin "nice, nouvel éloge de la pour anne slacik ecrire est madame a des odeurs sauvages écrirecomme on se le ciel est clair au travers a dix sept ans, je ne savais et combien       entre je désire un       dans f les marques de la mort sur où l’on revient ce qui aide à pénétrer le clers fut li jurz e li bernard dejonghe... depuis i mes doigts se sont ouverts rien n’est plus ardu       qui madame déchirée je suis celle qui trompe au lecteur voici le premier f toutes mes     vers le soir       voyage titrer "claude viallat, vous n’avez lorsqu’on connaît une antoine simon 11 la terre nous     le cygne sur       "       quinze       sur le samedi 26 mars, à 15 dans le monde de cette       la pie  monde rassemblé f j’ai voulu me pencher quelque chose   vue à la villa tamaris carcassonne, le 06 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Badin, Paul > Pas à Pas

PAUL BADIN

<- Pas à Pas 2 | Pas à Pas 4 ->
Pas à Pas 3
© Paul Badin

conversation souterraine avec Jean-François Dubois

Ecrivain(s) : Badin P.

La mort d’un oiseau. Accompagné jusqu’aux limites. Aimé au-delà… Les enfants savent cela.

Publication en ligne : 22 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette