BRIBES EN LIGNE
      cerisi et c’était dans polenta le travail de bernard les étourneaux ! un nouvel espace est ouvert je suis     son antoine simon 23   tout est toujours en le vieux qui pourquoi yves klein a-t-il dernier vers aoi j’ai donné, au mois les parents, l’ultime mais jamais on ne pur ceste espee ai dulor e       " « h&eacu     " traquer pour frédéric antoine simon 20 ce granz est li calz, si se cette machine entre mes     à c’est vrai à cri et à   un vendredi il n’est pire enfer que et que dire de la grâce ce jour là, je pouvais le 19 novembre 2013, à la je n’hésiterai       sur et il parlait ainsi dans la les textes mis en ligne ensevelie de silence,       enfant       la f j’ai voulu me pencher madame déchirée       je ne sais pas si de proche en proche tous un soir à paris au à la bonne v.- les amicales aventures du       les d’abord l’échange des lu le choeur des femmes de       au dieu faisait silence, mais "et bien, voilà..." dit inoubliables, les       " la bouche pleine de bulles errer est notre lot, madame,       dans nos voix onzième il souffle sur les collines  “ne pas pour alain borer le 26 attendre. mot terrible. able comme capable de donner dans ce pays ma mère       le ce qui aide à pénétrer le générations       &n     une abeille de autres litanies du saint nom       les antoine simon 33 quel étonnant quand nous rejoignons, en marie-hélène si j’étais un pour mireille et philippe certains soirs, quand je mais non, mais non, tu       la al matin, quant primes pert autre petite voix comme c’est 0 false 21 18 af : j’entends c’est le grand   (dans le noble folie de josué,     [1]  À la loupe, il observa la chaude caresse de la tentation du survol, à quelque temps plus tard, de       au la vie est ce bruissement   jn 2,1-12 : cher bernard antoine simon 25 un titre : il infuse sa dans ma gorge       en  les premières       la    il la vie humble chez les en cet anniversaire, ce qui iv.- du livre d’artiste       apparu bal kanique c’est f dans le sourd chatoiement pierre ciel dernier vers aoi ki mult est las, il se dort un trait gris sur la     adagio   je       sous dire que le livre est une station 7 : as-tu vu judas se avec marc, nous avons les dernières troisième essai présentation du dans les carnets si elle est belle ? je c’est ici, me “dans le dessin dans les hautes herbes       le pour mon épouse nicole les amants se aux barrières des octrois  mise en ligne du texte sixième dernier vers aoi   face aux bronzes de miodrag les plus vieilles la route de la soie, à pied, mes pensées restent même si dernier vers aoi la bouche pure souffrance les premières       pav&ea     hélas,  le grand brassage des       j’ai donc nous avancions en bas de i mes doigts se sont ouverts toutes sortes de papiers, sur       su li emperere s’est     le branches lianes ronces 1. il se trouve que je suis sur la toile de renoir, les       dans  les trois ensembles "moi, esclave" a       une descendre à pigalle, se nous avons affaire à de  “ce travail qui on dit qu’agathe (dans mon ventre pousse une       &agrav       dans du fond des cours et des c’est la distance entre dentelle : il avait se placer sous le signe de le grand combat : pour lee laure et pétrarque comme       dans jusqu’à il y a marcel alocco a dernier vers aoi reprise du site avec la   que signifie très malheureux... pour m.b. quand je me heurte  au mois de mars, 1166       un merci à la toile de clers fut li jurz e li de profondes glaouis etudiant à les oiseaux s’ouvrent la fraîcheur et la je me souviens de le lourd travail des meules     sur la pente À max charvolen et bel équilibre et sa       je me antoine simon 5 10 vers la laisse ccxxxii la fraîcheur et la a ma mère, femme parmi Être tout entier la flamme bernard dejonghe... depuis       et tu assise par accroc au bord de paysage de ta tombe  et l’évidence a claude b.   comme la rencontre d’une   en grec, morías  il y a le f les marques de la mort sur deuxième "si elle est pour maguy giraud et moisissures mousses lichens s’égarer on l’homme est  l’exposition  il en est des noms comme du vous avez  martin miguel vient dans l’effilé de tendresse du mondesi peu de       reine       le les enseignants : quelque chose bien sûr, il y eut f les rêves de c’était une clquez sur deux ajouts ces derniers je m’étonne toujours de la des conserves !       voyage antoine simon 10       " douce est la terre aux yeux       apr&eg ecrire sur karles se dort cum hume lorsqu’on connaît une des voix percent, racontent       neige ço dist li reis : glaciation entre ce monde est semé et la peur, présente petit matin frais. je te merci à marc alpozzo       montag ne faut-il pas vivre comme mougins. décembre dix l’espace ouvert au abu zayd me déplait. pas dernier vers aoi 7) porte-fenêtre pour maxime godard 1 haute la cité de la musique bien sûrla avez-vous vu nice, le 18 novembre 2004    seule au antoine simon 30 a supposer quece monde tienne       au journée de  dernier salut au 0 false 21 18 en 1958 ben ouvre à     double envoi du bulletin de bribes le recueil de textes       aujour vedo la luna vedo le dernier vers aoi 0 false 21 18 je ne saurais dire avec assez seins isabelle boizard 2005 cyclades, iii° f les feux m’ont quand vous serez tout max charvolen, martin miguel pour jean-marie simon et sa  hier, 17             va fontelucco, 6 juillet 2000 religion de josué il    regardant le tissu d’acier     surgi       fleure la danse de entr’els nen at ne pui antoine simon 2 ce qu’un paysage peut que reste-t-il de la "l’art est-il 1) notre-dame au mur violet       " tout à fleur d’eaula danse passet li jurz, si turnet a leonardo rosa tromper le néant       s̵ o tendresses ô mes   six formes de la autre essai d’un     oued coulant       la epuisement de la salle, « e ! malvais     au couchant  “la signification       mouett 1.- les rêves de quel ennui, mortel pour à mi viene in mentemi folie de josuétout est la prédication faite quando me ne so itu pe       jonath tous ces charlatans qui       une ma mémoire ne peut me " je suis un écorché vif. histoire de signes . coupé en deux quand 1-nous sommes dehors. jouer sur tous les tableaux le 28 novembre, mise en ligne l’erbe del camp, ki       &n  dans toutes les rues       j̵       au nouvelles mises en granz fut li colps, li dux en merle noir  pour voudrais je vous       ton dernier vers s’il on peut croire que martine dernier vers que mort j’ai travaillé arbre épanoui au ciel et que vous dire des       la dernier vers aoi agnus dei qui tollis peccata "ah ! mon doux pays,   au milieu de derniers vous avez rossignolet tu la la galerie chave qui ainsi alfred…       longte antoine simon 29 (de)lecta lucta   dans le pays dont je vous toi, mésange à madame est une torche. elle la pureté de la survie. nul au lecteur voici le premier difficile alliage de josué avait un rythme       sabots le 26 août 1887, depuis abstraction voir figuration et combien       sur le pour philippe nice, le 30 juin 2000 pour anne slacik ecrire est pour michèle pour robert nous serons toujours ces je sais, un monde se d’un bout à je ne peins pas avec quoi, et si tu dois apprendre à bribes en ligne a on préparait pour michèle aueret deuxième essai de prime abord, il la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Au nord | Le long d’une rigole ->
Ce matin j’ai mis mes sandales
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

ce matin j’ai mis mes sandales

pour fêter l’anniversaire

du beau temps

Publication en ligne : 13 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette