BRIBES EN LIGNE
cyclades, iii°       &agrav le ciel est clair au travers       su pour jean-marie simon et sa ce qu’un paysage peut guetter cette chose    il antoine simon 10 antoine simon 2       quand au matin du     double la réserve des bribes       au antoine simon 9 pour raphaël on cheval je t’ai admiré, l’heure de la les petites fleurs des sables mes parolesvous et si au premier jour il il y a dans ce pays des voies  le grand brassage des (de)lecta lucta   et  riche de mes et tout avait 1. il se trouve que je suis       au   en grec, morías ce qui importe pour ouverture de l’espace       sur le le vieux qui       pourqu       grappe dix l’espace ouvert au les doigts d’ombre de neige on peut croire que martine pour michèle macles et roulis photo pour julius baltazar 1 le un jour nous avons normal 0 21 false fal m1       vous êtes la mastication des les parents, l’ultime   au milieu de josué avait un rythme je dors d’un sommeil de madame aux rumeurs la communication est tandis que dans la grande faisant dialoguer on croit souvent que le but tout en travaillant sur les poussées par les vagues ma chair n’est    regardant à propos des grands comment entrer dans une un nouvel espace est ouvert il semble possible depuis ce jour, le site sur la toile de renoir, les autre citation  dans toutes les rues nous savons tous, ici, que       "       ton jamais je n’aurais dans le monde de cette     après la prédication faite langues de plomba la issent de mer, venent as bribes en ligne a « 8° de       voyage       le       dans elle réalise des "moi, esclave" a douce est la terre aux yeux antoine simon 33 paien sunt morz, alquant à sylvie   est-ce que       la dernier vers aoi prenez vos casseroles et et que vous dire des       &agrav rita est trois fois humble. a l’aube des apaches, madame, on ne la voit jamais et te voici humanité pas sur coussin d’air mais au rayon des surgelés passet li jurz, la noit est chaises, tables, verres,   ces sec erv vre ile cet article est paru dans le descendre à pigalle, se le temps passe dans la       dans je m’étonne toujours de la reflets et echosla salle mais jamais on ne tout est possible pour qui pour mireille et philippe deux ce travail vous est la fonction,       dans  jésus essai de nécrologie, zacinto dove giacque il mio le scribe ne retient ce monde est semé     le références : xavier       le       &agrav la pureté de la survie. nul c’est ici, me tendresses ô mes envols "tu sais ce que c’est si grant dol ai que ne  tu vois im font chier li quens oger cuardise en 1958 ben ouvre à mille fardeaux, mille béatrice machet vient de pour lee dernier vers aoi ce paysage que tu contemplais temps où les coeurs (vois-tu, sancho, je suis je ne saurais dire avec assez dernier vers aoi hans freibach : ainsi alfred… glaciation entre aux barrières des octrois able comme capable de donner archipel shopping, la       st   ces notes quand les eaux et les terres       le siglent a fort e nagent e branches lianes ronces a ma mère, femme parmi de prime abord, il     cet arbre que       dans pour anne slacik ecrire est       neige le coeur du merle noir  pour passent .x. portes, il avait accepté v.- les amicales aventures du       fleure       grimpa  ce qui importe pour       la de pa(i)smeisuns en est venuz la brume. nuages f le feu est venu,ardeur des …presque vingt ans plus couleur qui ne masque pas       p&eacu ce texte se présente écrirecomme on se ici. les oiseaux y ont fait     extraire  “la signification ecrire sur les textes mis en ligne       "     les fleurs du antoine simon 14 certains soirs, quand je je suis bien dans exode, 16, 1-5 toute     dans la ruela vedo la luna vedo le "ah ! mon doux pays, tu le sais bien. luc ne l’art n’existe le corps encaisse comme il autre petite voix pour maxime godard 1 haute  tu ne renonceras pas. la légende fleurie est i en voyant la masse aux mon travail est une     surgi la liberté de l’être journée de la danse de       le pas une année sans évoquer pour andré villers 1)       sur    au balcon  de même que les o tendresses ô mes n’ayant pas accorde ton désir à ta   nous sommes pour alain borer le 26 temps de bitume en fusion sur       dans     m2 &nbs « h&eacu ouverture d’une       marche       baie     hélas, je ne peins pas avec quoi,    tu sais le samedi 26 mars, à 15 et ces je me souviens de ( ce texte a les cuivres de la symphonie       é ce va et vient entre folie de josuétout est dans les hautes herbes régine robin, et encore  dits       et tu       reine   (dans le  il y a le f les marques de la mort sur accoucher baragouiner ce jour-là il lui bernadette griot vient de se reprendre. creuser son toutes ces pages de nos       derniers vers sun destre "nice, nouvel éloge de la seins isabelle boizard 2005 antoine simon 20     &nbs réponse de michel la vie humble chez les la liberté s’imprime à dernier vers aoi       aux janvier 2002 .traverse c’est seulement au ce qui fait tableau : ce samuelchapitre 16, versets 1       sur moisissures mousses lichens  pour jean le légendes de michel       object une errance de la question du récit       midi charogne sur le seuilce qui il aurait voulu être pour gilbert cet article est paru   six formes de la deuxième passet li jurz, si turnet a dans les horizons de boue, de le geste de l’ancienne, il faut laisser venir madame je déambule et suis la galerie chave qui la route de la soie, à pied, l’existence n’est antoine simon 15 trois (mon souffle au matin bernard dejonghe... depuis intendo... intendo !       la après la lecture de fragilité humaine. décembre 2001.  le livre, avec       soleil des voiles de longs cheveux le lent déferlement toute une faune timide veille       cette quand nous rejoignons, en il était question non ço dist li reis : dans ma gorge j’ai changé le  de la trajectoire de ce       la mise en ligne       vaches       &eacut pour michèle gazier 1) de l’autre tout le problème       le      &       ma toujours les lettres : assise par accroc au bord de       nuage la fraîcheur et la paysage de ta tombe  et de proche en proche tous       assis j’ai parlé « voici     son comme un préliminaire la mouans sartoux. traverse de une fois entré dans la la littérature de   né le 7       crabe- ce qui fascine chez       alla je reviens sur des un besoin de couper comme de pour jean marie il y a tant de saints sur       il la lecture de sainte rien n’est       deux       ...mai la chaude caresse de bribes en ligne a le pendu j’aime chez pierre       tourne  au travers de toi je neuf j’implore en vain le 2 juillet  epître aux paroles de chamantu quelque temps plus tard, de     chant de deux mille ans nous raphaël cet univers sans attendre. mot terrible. pour ma bel équilibre et sa a la femme au       apr&eg dernier vers aoi i.- avaler l’art par la cité de la musique       j̵   pour le prochain travail de tissage, dans       maquis f les feux m’ont quatrième essai rares       deux dans le train premier quand les mots lancinant ô lancinant pour qui veut se faire une f le feu s’est   la baie des anges       vu     ton sur l’erbe verte si est marie-hélène dire que le livre est une       sabots       "     chambre equitable un besoin sonnerait deuxième essai       " Être tout entier la flamme (elle entretenait outre la poursuite de la mise (la numérotation des et je vois dans vos sors de mon territoire. fais la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- L’ortie * | Le soleil se lève * ->
Fourré d’églantines *
© Daniel Biga
Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

fourré d’églantines

amas d’aubépines

rivière de mercure sale

Publication en ligne : 6 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette