BRIBES EN LIGNE
si j’étais un ecrire les couleurs du monde tout est possible pour qui il ne sait rien qui ne va pour gilbert madame est une poussées par les vagues les étourneaux ! les durand : une je découvre avant toi je t’enlace gargouille       retour d’un côté a la fin il ne resta que dieu faisait silence, mais madame, c’est notre       ruelle     [1]  a propos de quatre oeuvres de cette machine entre mes nous savons tous, ici, que je suis celle qui trompe il y a tant de saints sur ce qui aide à pénétrer le la prédication faite dernier vers aoi af : j’entends sur la toile de renoir, les dans l’innocence des    regardant a toi le don des cris qui max charvolen, martin miguel l’heure de la madame a des odeurs sauvages   iv    vers      &   si vous souhaitez histoire de signes . le recueil de textes de profondes glaouis vi.- les amicales aventures       cette les dieux s’effacent antoine simon 17 morz est rollant, deus en ad dernier vers aoi aucun hasard si se quatrième essai rares dernier vers aoi chairs à vif paumes Éléments - pour mon épouse nicole  “la signification  “comment 0 false 21 18 macles et roulis photo 4       apr&eg si elle est belle ? je 1257 cleimet sa culpe, si je sais, un monde se     m2 &nbs       crabe-       dans d’un bout à       la réponse de michel pour marcel printemps breton, printemps       gentil     longtemps sur   la production ils sortent tout en travaillant sur les il en est des noms comme du aux george(s) (s est la pour robert       montag sous la pression des quai des chargeurs de antoine simon 26 pour raphaël pour pierre theunissen la la pureté de la survie. nul       dans jouer sur tous les tableaux       au sous l’occupation toutes ces pages de nos       la le passé n’est macles et roulis photo 7 avant propos la peinture est antoine simon 3 o tendresses ô mes m1       je crie la rue mue douleur nous lirons deux extraits de       longte sixième derniers vers sun destre       " des quatre archanges que la force du corps, antoine simon 19 je ne peins pas avec quoi,    7 artistes et 1 neuf j’implore en vain « 8° de le scribe ne retient  si, du nouveau deux ce travail vous est sculpter l’air : premier essai c’est a la libération, les pour lee   je n’ai jamais       au clers fut li jurz e li la légende fleurie est f dans le sourd chatoiement dernier vers aoi v.- les amicales aventures du pas sur coussin d’air mais encore une citation“tu       sur samuelchapitre 16, versets 1 la chaude caresse de comme c’est sables mes parolesvous ils s’étaient ce antoine simon 25 n’ayant pas a christiane la terre nous de pareïs li seit la la vie humble chez les       &n ainsi va le travail de qui le 2 juillet dernier vers aoi il souffle sur les collines rm : d’accord sur nécrologie "le renard connaît les oiseaux s’ouvrent la cité de la musique vedo la luna vedo le folie de josuétout est quatrième essai de       vaches branches lianes ronces (ô fleur de courge... hans freibach : saluer d’abord les plus trois tentatives desesperees pour anne slacik ecrire est antoine simon 10 « e ! malvais dans ce périlleux vous avez a la femme au frères et pour michèle aueret les parents, l’ultime 10 vers la laisse ccxxxii la danse de et tout avait deux mille ans nous       banlie deuxième essai     oued coulant     ton dentelle : il avait pour ma       le c’est un peu comme si, j’ai longtemps une errance de bientôt, aucune amarre voudrais je vous  au mois de mars, 1166 une autre approche de j’ai perdu mon       sur dernier vers aoi       grappe       il avait accepté       sur le « pouvez-vous passet li jurz, si turnet a pour maguy giraud et la musique est le parfum de merle noir  pour quand vous serez tout lentement, josué pluies et bruines,       pav&ea passet li jurz, la noit est tous ces charlatans qui livre grand format en trois    nous nous dirons donc sequence 6   le pour jean-marie simon et sa envoi du bulletin de bribes giovanni rubino dit r.m.a toi le don des cris qui suite de le lourd travail des meules    tu sais villa arson, nice, du 17  tu ne renonceras pas. c’est une sorte de 1- c’est dans pour jean marie madame déchirée       droite       sur   1) cette ki mult est las, il se dort l’impossible dix l’espace ouvert au au programme des actions onzième dernier vers aoi bribes en ligne a       apparu       "       un dans le monde de cette se reprendre. creuser son ajout de fichiers sons dans ce jour-là il lui mougins. décembre       reine le grand combat :       dans  de la trajectoire de ce       soleil légendes de michel violette cachéeton où l’on revient et que vous dire des granz fut li colps, li dux en j’ai parlé le travail de bernard       tourne nos voix mon travail est une       soleil dernier vers que mort "pour tes première       é lorsque martine orsoni     surgi l’attente, le fruit temps de bitume en fusion sur il y a dans ce pays des voies mi viene in mentemi       l̵ « h&eacu de soie les draps, de soie "moi, esclave" a je serai toujours attentif à jamais si entêtanteeurydice jamais je n’aurais station 1 : judas       dans antoine simon 29 pour maxime godard 1 haute monde imaginal, le geste de l’ancienne,       journ& je rêve aux gorges immense est le théâtre et vos estes proz e vostre attention beau ainsi fut pétrarque dans la vie est dans la vie. se 1 au retour au moment démodocos... Ça a bien un  martin miguel vient madame chrysalide fileuse régine robin, ici. les oiseaux y ont fait antoine simon 14  l’écriture       &agrav le soleil n’est pas 1 la confusion des travail de tissage, dans       pass&e petites proses sur terre mult ben i fierent franceis e nice, le 8 octobre  epître aux et je vois dans vos coupé le sonà bel équilibre et sa la vie est ce bruissement en 1958 ben ouvre à dernier vers aoi antoine simon 24 a l’aube des apaches, dans les carnets  marcel migozzi vient de cher bernard       nuage dernier vers aoi tendresse du mondesi peu de dorothée vint au monde     à moi cocon moi momie fuseau antoine simon 15 la terre a souvent tremblé l’instant criblé écoute, josué, ma voix n’est plus que li quens oger cuardise quand il voit s’ouvrir,   saint paul trois sept (forces cachées qui pas facile d’ajuster le présentation du cet univers sans torna a sorrento ulisse torna archipel shopping, la je ne sais pas si       pass&e   entrons et voici maintenant quelques sa langue se cabre devant le il ne s’agit pas de la mort, l’ultime port, a dix sept ans, je ne savais       longte encore la couleur, mais cette chaque automne les la fraîcheur et la 0 false 21 18 heureuse ruine, pensait         &n (ma gorge est une "si elle est Ç’avait été la macles et roulis photo le vieux qui je n’ai pas dit que le       fourmi  l’exposition  toute une faune timide veille la rencontre d’une dans le train premier diaphane est le un tunnel sans fin et, à  la lancinante       en un autre petite voix et nous n’avons rien     du faucon   d’un coté,   anatomie du m et viallat © le château de la tentation du survol, à « voici jusqu’à il y a i mes doigts se sont ouverts un titre : il infuse sa juste un mot pour annoncer li emperere s’est       " ne pas négocier ne depuis le 20 juillet, bribes glaciation entre religion de josué il vous n’avez exode, 16, 1-5 toute       devant       parfoi au labyrinthe des pleursils     hélas, de proche en proche tous         or j’écoute vos un nouvel espace est ouvert c’est parfois un pays souvent je ne sais rien de       je dernier vers aoi mise en ligne       entre la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- L’ortie * | Le soleil se lève * ->
Fourré d’églantines *
© Daniel Biga
Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

fourré d’églantines

amas d’aubépines

rivière de mercure sale

Publication en ligne : 6 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette