BRIBES EN LIGNE
de soie les draps, de soie       embarq  marcel migozzi vient de toute trace fait sens. que       il la communication est iloec endreit remeint li os hans freibach :     sur la pente trois (mon souffle au matin ...et poème pour       (   se ce pays que je dis est pour jean gautheronle cosmos il faut laisser venir madame v.- les amicales aventures du dans les hautes herbes pour michèle gazier 1)       m&eacu iv.- du livre d’artiste pour egidio fiorin des mots vous êtes     les provisions le ciel est clair au travers       un l’heure de la les amants se vi.- les amicales aventures       grimpa  il est des objets sur le soleil n’est pas       bonhe ne pas négocier ne on peut croire que martine dernier vers que mort dernier vers aoi chaque jour est un appel, une f dans le sourd chatoiement elle ose à peine spectacle de josué dit       le       dans  tu vois im font chier ils s’étaient onze sous les cercles ce texte m’a été dernier vers aoi des quatre archanges que et…  dits de  au mois de mars, 1166 1 la confusion des dernier vers doel i avrat, non... non... je vous assure, vous dites : "un normal 0 21 false fal       allong au labyrinthe des pleursils descendre à pigalle, se quel ennui, mortel pour       force la fraîcheur et la l’impossible sequence 6   le antoine simon 21 deuxième apparition si grant dol ai que ne       vu paroles de chamantu comme ce mur blanc       le lorsque martine orsoni dans le pays dont je vous clers fut li jurz e li       fourmi il arriva que ma mémoire ne peut me et voici maintenant quelques langues de plomba la n’ayant pas issent de mer, venent as       baie il ne sait rien qui ne va je sais, un monde se je ne sais pas si l’impression la plus rm : nous sommes en le plus insupportable chez sur l’erbe verte si est carissimo ulisse,torna a pour pour michèle       "       au antoine simon 32 cliquetis obscène des la lecture de sainte la poésie, à la " je suis un écorché vif. voudrais je vous de sorte que bientôt suite du blasphème de  l’écriture   encore une de toutes les ….omme virginia par la passent .x. portes, mieux valait découper se reprendre. creuser son  dans toutes les rues ma chair n’est de mes deux mains       " coupé en deux quand madame, c’est notre dernier vers aoi     ton une errance de       apparu       les certains prétendent quand les mots  monde rassemblé pluies et bruines,  les trois ensembles madame déchirée dans la caverne primordiale       d’un bout à       la cette machine entre mes     une abeille de dans l’effilé de pour jacqueline moretti,       le dernier vers aoi allons fouiller ce triangle poussées par les vagues À perte de vue, la houle des je t’ai admiré, premier essai c’est buttati ! guarda&nbs       la fin première les plus vieilles     sur la traquer carles li reis en ad prise sa quand nous rejoignons, en l’art n’existe Éléments - ici, les choses les plus       en un ce va et vient entre       journ& et la peur, présente l’erbe del camp, ki la fraîcheur et la     tout autour l’ami michel la littérature de l’éclair me dure,   l’oeuvre vit son morz est rollant, deus en ad pour nicolas lavarenne ma attendre. mot terrible. lentement, josué       le À peine jetés dans le       dans     un mois sans raphaËl le travail de bernard  si, du nouveau le scribe ne retient bel équilibre et sa antoine simon 26       deux antoine simon 18 nécrologie       fleure « e ! malvais à propos “la dernier vers aoi quelque temps plus tard, de  hors du corps pas quando me ne so itu pe       avant     au couchant avant dernier vers aoi ce 28 février 2002. la vie est dans la vie. se  “ce travail qui c’est parfois un pays       aux dernier vers aoi de proche en proche tous       ce     &nbs le texte qui suit est, bien ecrire sur fontelucco, 6 juillet 2000 passet li jurz, si turnet a dans un coin de nice, avant propos la peinture est quand les eaux et les terres antoine simon 29 voici des œuvres qui, le antoine simon 15 autre citation"voui la pureté de la survie. nul c’est extrêmement Être tout entier la flamme cyclades, iii° temps de pierres carles respunt : dans le respect du cahier des antoine simon 7 mais non, mais non, tu sables mes parolesvous douze (se fait terre se Ç’avait été la macles et roulis photo 7 toulon, samedi 9 genre des motsmauvais genre   nous sommes   ces notes mesdames, messieurs, veuillez  les éditions de 10 vers la laisse ccxxxii dernier vers aoi   on dit qu’agathe "mais qui lit encore le sixième toujours les lettres :       droite       il       neige       voyage dernier vers aoi       le le 23 février 1988, il six de l’espace urbain,       au reflets et echosla salle 1257 cleimet sa culpe, si j’ai donc des quatre archanges que autre essai d’un tout mon petit univers en reprise du site avec la dans l’innocence des vous deux, c’est joie et faisant dialoguer que d’heures la musique est le parfum de la danse de les grands       le       &agrav       bien       la a toi le don des cris qui    si tout au long saluer d’abord les plus f les feux m’ont montagnesde le proche et le lointain   le 10 décembre  zones gardées de tu le sais bien. luc ne pour m.b. quand je me heurte dessiner les choses banales lu le choeur des femmes de 1) la plupart de ces       dans grande lune pourpre dont les la liberté s’imprime à cinquième essai tout comme un préliminaire la    courant le coquillage contre quelque chose antoine simon 12  hier, 17 r.m.a toi le don des cris qui     faisant la tu le saiset je le vois mise en ligne d’un antoine simon 22 il semble possible       enfant madame est toute glaciation entre deuxième station 1 : judas (ma gorge est une     après g. duchêne, écriture le antoine simon 33       longte frères et depuis le 20 juillet, bribes       l̵       les       que    tu sais et nous n’avons rien la bouche pure souffrance       entre le lent déferlement souvent je ne sais rien de c’est pour moi le premier       sur avec marc, nous avons toutes sortes de papiers, sur dans l’innocence des dernier vers aoi      &     double       soleil que reste-t-il de la antoine simon 30       au merle noir  pour on cheval pour martine pour andré je suis celle qui trompe antoine simon 28 de tantes herbes el pre  dernier salut au cet article est paru comme une suite de si tu es étudiant en station 5 : comment vous n’avez dernier vers aoi temps où les coeurs  epître aux pour andré       é l’art c’est la imagine que, dans la pour jean-louis cantin 1.- granz fut li colps, li dux en 1) notre-dame au mur violet pour angelo tout en vérifiant antoine simon 10 travail de tissage, dans  avec « a la pour julius baltazar 1 le pour jean-marie simon et sa je ne saurais dire avec assez edmond, sa grande je ne peins pas avec quoi, af : j’entends générations (josué avait         or il n’y a pas de plus       assis nice, le 8 octobre les petites fleurs des un jour, vous m’avez même si  de même que les il y a tant de saints sur dernier vers aoi nous serons toujours ces vertige. une distance de l’autre je reviens sur des tout est possible pour qui f le feu m’a j’écoute vos premier vers aoi dernier       sur pour martin       bribes en ligne a il faut aller voir je suis bien dans clers est li jurz et li seul dans la rue je ris la gardien de phare à vie, au attelage ii est une œuvre       sabots station 4 : judas  la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- La rose * | Fourré d’églantines * ->
L’ortie *
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

l’ortie

je sais comment la tirer

sans m’y brûler

Publication en ligne : 5 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette