BRIBES EN LIGNE
temps de bitume en fusion sur dernier vers aoi       le a dix sept ans, je ne savais nécrologie il souffle sur les collines buttati ! guarda&nbs antoine simon 31 antoine simon 27 grant est la plaigne e large       la ici. les oiseaux y ont fait ….omme virginia par la       voyage       la pour martine, coline et laure       jardin       au je me souviens de       ( face aux bronzes de miodrag   au milieu de À max charvolen et martin l’attente, le fruit elle ose à peine dernier vers aoi avant propos la peinture est       au j’ai parlé je meurs de soif   pour théa et ses       rampan et ma foi, le 23 février 1988, il et…  dits de le corps encaisse comme il que d’heures tout mon petit univers en pour andré villers 1)       vu dernier vers aoi et nous n’avons rien   on n’est dernier vers aoi que reste-t-il de la non, björg, grande lune pourpre dont les À max charvolen et les parents, l’ultime  tu vois im font chier bernadette griot vient de il n’est pire enfer que merle noir  pour il en est des noms comme du       sur       m̵ madame est la reine des jamais je n’aurais  les trois ensembles ce poème est tiré du dernier vers aoi "je me tais. pour taire. et la peur, présente       au antoine simon 9 les amants se descendre à pigalle, se attendre. mot terrible. le bulletin de "bribes quelques autres a propos de quatre oeuvres de m1       le "patriote", l’art n’existe  dans toutes les rues je crie la rue mue douleur pour jean gautheronle cosmos cet article est paru non... non... je vous assure, nous savons tous, ici, que on a cru à « 8° de troisième essai et le lent déferlement antoine simon 26       aujour       les au rayon des surgelés le coquillage contre il avait accepté rien n’est       six le galop du poème me le scribe ne retient       dans couleur qui ne masque pas in the country dieu faisait silence, mais     pluie du antoine simon 12 ce monde est semé pour frédéric dans l’effilé de       devant attendre. mot terrible.   né le 7 ils sortent i.- avaler l’art par très saintes litanies premier vers aoi dernier antoine simon 33       l̵       le       le sables mes parolesvous elle réalise des  il y a le en cet anniversaire, ce qui pour michèle à propos “la mille fardeaux, mille le nécessaire non se reprendre. creuser son       au deuxième apparition à bernadette  la toile couvre les c’était une ço dist li reis : au matin du  dernières mises dernier vers aoi béatrice machet vient de « amis rollant, de un trait gris sur la pour yves et pierre poher et je m’étonne toujours de la c’est extrêmement antoine simon 23 autre essai d’un depuis ce jour, le site     chambre il n’était qu’un carles respunt : eurydice toujours nue à "mais qui lit encore le reflets et echosla salle suite de       les les installations souvent, dernier vers aoi pour gilbert mouans sartoux. traverse de l’existence n’est       fourr& la légende fleurie est       fourr& heureuse ruine, pensait morz est rollant, deus en ad   si vous souhaitez effleurer le ciel du bout des lu le choeur des femmes de toujours les lettres : envoi du bulletin de bribes       dans antoine simon 30 dernier vers aoi je désire un la liberté de l’être       sur le       (    regardant o tendresses ô mes bernard dejonghe... depuis     le juste un mot pour annoncer     faisant la aux barrières des octrois   est-ce que       un ecrire sur       &agrav tromper le néant il arriva que nos voix torna a sorrento ulisse torna       fourmi il est le jongleur de lui       dans ce 28 février 2002. nous viendrons nous masser jouer sur tous les tableaux cinquième essai tout pour jean-louis cantin 1.- le lourd travail des meules li emperere s’est l’évidence dernier vers aoi à propos des grands l’illusion d’une giovanni rubino dit antoine simon 22     hélas, f qu’il vienne, le feu       il       &n à             le fontelucco, 6 juillet 2000       le "si elle est moi cocon moi momie fuseau ajout de fichiers sons dans exacerbé d’air de tantes herbes el pre     cet arbre que un soir à paris au nu(e), comme son nom       neige le pendu nice, le 18 novembre 2004 pour max charvolen 1)       m̵       vaches nous avancions en bas de       dans clere est la noit e la       banlie un tunnel sans fin et, à mais jamais on ne       arauca tendresses ô mes envols Être tout entier la flamme       &agrav mise en ligne il y a dans ce pays des voies quatrième essai de       quinze paysage de ta tombe  et glaciation entre       l̵       et    nous la deuxième édition du       &agrav       reine aucun hasard si se   tout est toujours en suite du blasphème de deuxième (ô fleur de courge... 1-nous sommes dehors. la langue est intarissable 7) porte-fenêtre madame chrysalide fileuse dorothée vint au monde tous ces charlatans qui  tous ces chardonnerets de sorte que bientôt       les c’est une sorte de quand les eaux et les terres       qui fin première marie-hélène       pourqu abu zayd me déplait. pas dans le pays dont je vous       ...mai       &n sur l’erbe verte si est au commencement était outre la poursuite de la mise les durand : une et voici maintenant quelques printemps breton, printemps maintenant il connaît le cyclades, iii° d’un bout à thème principal :  le livre, avec premier essai c’est pierre ciel art jonction semble enfin  l’écriture pour nicolas lavarenne ma n’ayant pas (josué avait lentement constellations et       crabe-       un certains soirs, quand je j’ai longtemps       pav&ea mes pensées restent         &n dernier vers aoi       au 1254 : naissance de     vers le soir ouverture de l’espace 5) triptyque marocain pour jacqueline moretti, antoine simon 10 antoine simon 32 mesdames, messieurs, veuillez       dans « h&eacu on croit souvent que le but       ton le geste de l’ancienne,     du faucon   l’oeuvre vit son  c’était lorsque martine orsoni    de femme liseuse me  de même que les       bonheu al matin, quant primes pert bien sûr, il y eut     dans la ruela nous avons affaire à de ce texte m’a été    au balcon       il       embarq de prime abord, il trois tentatives desesperees je ne sais pas si …presque vingt ans plus titrer "claude viallat,       assis cher bernard le 26 août 1887, depuis   adagio   je après la lecture de  “ce travail qui pour martine       d&eacu able comme capable de donner derniers     un mois sans       la franchement, pensait le chef, dans le respect du cahier des dernier vers aoi dernier vers aoi     au couchant       au vi.- les amicales aventures encore la couleur, mais cette mon travail est une       enfant accorde ton désir à ta gardien de phare à vie, au quand sur vos visages les tout en travaillant sur les       nuage je déambule et suis       bruyan f le feu est venu,ardeur des       sur le ciel de ce pays est tout faisant dialoguer pour maxime godard 1 haute j’ai relu daniel biga, coupé le sonà       tourne       pav&ea     sur la edmond, sa grande       l̵ souvent je ne sais rien de       le rm : nous sommes en pour maguy giraud et en introduction à     nous dans l’innocence des quai des chargeurs de dans ce pays ma mère je ne peins pas avec quoi, ils s’étaient       bien a claude b.   comme normalement, la rubrique  hors du corps pas       pour ecrire les couleurs du monde  née à 13) polynésie ma mémoire ne peut me la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel > Comment écrire sur Jasper Johns

MICHEL BUTOR

<- Objets familiers | Constellations ->
Illusions d’optique
© Michel Butor
Artiste(s) : Jasper Johns , Vecchiet Ecrivain(s) : Butor (site)

Il y a des objets qui ont la propriété de se renverser, de changer brusquement leur signification, de révéler leur face cachée. Ce sont tous ceux pour lesquels il y a illusion d’optique, et la peinture classique avec sa perspective théâtrale, son modelé, est la première maîtresse d’illusion, donc peut être sa première dénonciatrice. Par elle nous pouvons savoir que ce que nous prenons pour une porte n’est qu’un mur, et que dans ce qu’on nous dit mur, il y a peut-être la possibilité d’une porte.

Agitations dans l’arsenal. Le jeune Nigérien ne peut plus se passer de la Nigériane. Le 1er octobre Christophe Colomb annonce à ses compagnons qu’ils ont fait 584 lieues dans l’Ouest depuis l’île de Fer. En réalité, la distance parcourue par les caravelles est supérieure à 700 lieues et l’amiral le sait bien, mais il persiste à dissimuler la vérité. Au matin du 12 un marin crie :"Terre !" Et pourtant... Dans les faubourgs on pressent la guerre. On organise la paix. A l’équateur les jours sont toujours égaux aux nuits. Le Soleil est dans la Balance. On voit à la télé des reconstitutions historiques. Monsieur dîne avec sa secrétaire. Une fleuriste norvégienne dispose un chrysanthème rouge près d’un rameau brun.

Dans ses peintures récentes Johns utlise trois formes ambiguës essentielles : d’abord la tête de lapin qui apparaît brusquement comme celle d’un canard, les oreilles du premier devenant le bec du second, le sens du regard de l’animal ou de sa marche se renversant. En passant derrière le miroir, le coureur est devenu nageur et même oiseau migrateur.

Bombardement de l’hôpital. La jeune Néo-zélandaise se demande si elle est vraiment amoureuse de l’Ougandais. On attend. Dans les écoles on craint la guerre. Marchandages. Plus on approche du pôle Nord plus les nuits sont longues. On murmure qu’il y en a qui se remplissent les poches. Madame se languit. Un artiste pakistanais pose des lettres noires sur un fond rose.

Tandis que tu cherchais toujours
l’énigmatique île des éventails
dont nul n’aurait pu énumérer
les richesses mais aussi la cité
des douze portes avec ses courtisanes
somptueusement vêtues et parfumées
dans des maisons délicieusement décorées...


Il est certain qu’il faudrait des réformes. On hésite. Dans les camps on apprend la déclaration de la guerre. Défilés de carnaval. Au pôle nord c’est la nuit de six mois ; on voit Persée. Des orateurs dénoncent l’incapacité des militaires. Un professeur rédige sa déclaration d’impôts. Un couturier panaméen pose une écharpe blanche sur une robe de couleur inconnue.

Le vase posé à côté d’un autre objet, qui donc semble appartenir à la même représentation, mais dont on s’aperçoit bientôt que ses côtés sont formés de deux profils face à face. Cette fois, c’est le plein qui se change en vide, et par conséquent le mur de la geôle en porte d’issue. Qu’on se souvienne de ces bobines ou tabatières du temps de la révolution française, dont l’ombre projetée sur un mur dessinait le profil interdit du roi.

On se décide. Ici la guerre s’étend. Couronnements. Plus on s’éloigne du pôle Nord moins les nuits augmentent. Des journaux annoncent une invasion de requins. Une secrétaire se demande quelle attitude elle va prendre devant les déclarations de son patron.

Les rois catholiques émus par les plaintes
des mécontents rentrés en Espagne
et de tous les envieux ont envoyé
le commandeur Bobadilla pour te remplacer
comme gouverneur et te mettre aux fers
puis t’ont rappelé auprès d’eux te laissant
enfin repartir pour une quatrième aventure...


On y va. A côté la guerre se calme un peu. Sécheresses. A l’équateur les nuits sont toujours égales aux jours. Les murs se recouvrent de cendres.

La devinette classique, présentée comme une image à l’intérieur de l’image, une page détachée d’une publication pour enfant. Cette fois, c’est le temps qui saute. Ce que nous avions pris pour une jeune femme élégante en profil perdu, avec manteau de fourrure, tour de cou et toque, est soudain remplacé, comme dans les légendes de cruelles séductrices, par cette sorcière dont nous avons déjà rencontré le balai. Le tour de cou devient lèvres, l’oreille devient oeil, le menton nez, la toque cheveux sous le fichu. La matière du manteau, évidemment luxueuse fourrure dans la première interprétation, devient peau de chèvre. Un seul détail reste inchangé, la plume en point d’interrogation renversé, qui somme aussi bien le fichu que la toque, en quelque sorte la charnière entre les deux faces de ce miroir du temps. "Col tempo", disait la vieille de Giorgione.

On rate. Ailleurs la guerre reprend. Cruautés. Plus on s’approche du pôle Sud plus les jours sont longs.

Déjà derrière l’horizon du temps couvaient
des incendies orchestres et engloutissements
des astronefs et des écrasements alors
au continent de la décantation il y avait
sur le marché de Tlatelolco entouré d’arcades
plus grand que toute la ville de Salamanque
des juges et des agents pour surveiller le troc

On recommence. Un peu plus loin la guerre s’éternise. On perd tout espoir. Quelque part un futur architecte commence à marcher. Grêle sur la savane.

Une tache de jus de hamburger pour Andrew Johnson, sous la présidence de qui se joignit aux 36 étoiles précédentes : NEBRASKA, les rues désertes, un rayon de soleil sur la plaine, et qui mourut le 31 juillet 1875 à Carter’s Depot, Tennessee, âgé de 66 ans ; une tache de choux brocolis sur le portrait d’Ulysses Grant, sous la présidence de qui tomba le premier centenaire, et se joignit aux 37 étoiles précédentes : COLORADO, bleu,basalte, et qui mourut le 23 juillet 1885 à New York City, âgé de 63 ans ; une tache de lait pour Rutherford Hayes qui mourut le 17 janvier 1893 à Fremont, Ohio, âgé de70 ans ; une tache de vin pour James Garfield, et une tache de sang, car il mourut assassiné en exercice le 19 septembre 1881 à Elberon, New Jersey, âgé de 49 ans ; une tache de thé pour Chester Arthur qui mourut le 18 novembre 1886 à New York City, âgé de 56 ans ; une tache de thé mormon pour Grover Cleveland, sous la seconde présidence de qui se joignit aux 38 étoiles précédentes : UTAH, après avoir marché des mois et des mois dans le désert les Saints du dernier Jour arrivèrent en vue du grand lac Salé, et qui mourut le 24 juin 1908 à Princeton, New Jersey, âgé de71 ans.

On échoue. Dans un autre continent la guerre s’achève enfin. On se désole.

Inverser la marche du temps. Exorciser la chute de glace. Retrouver le printemps après l’hiver. Retrouver le nouveau monde au moment de sa nouveauté, le monde même dans les matinées de sa perpétuelle création.

Publication en ligne : 2 juillet 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette