BRIBES EN LIGNE
 de même que les  les trois ensembles la liberté s’imprime à pour    nous attelage ii est une œuvre la fraîcheur et la     pourquoi l’illusion d’une       voyage prenez vos casseroles et       les j’aime chez pierre autre petite voix ma voix n’est plus que art jonction semble enfin       coude       la libre de lever la tête chaque jour est un appel, une pour jean-marie simon et sa j’ai changé le       et tu l’homme est station 4 : judas  la terre a souvent tremblé       sur le il ne reste plus que le apaches : rien n’est plus ardu pour qui veut se faire une la bouche pure souffrance antoine simon 18 merci à la toile de lentement, josué (vois-tu, sancho, je suis sur la toile de renoir, les ecrire sur je reviens sur des dernier vers aoi  hors du corps pas je suis occupé ces       m&eacu la pureté de la survie. nul 1.- les rêves de je t’ai admiré, l’impression la plus la cité de la musique arbre épanoui au ciel a l’aube des apaches,       nuage légendes de michel "moi, esclave" a       " dernier vers aoi  de la trajectoire de ce     son quel étonnant dans le train premier sequence 6   le voudrais je vous li emperere par sa grant paroles de chamantu le scribe ne retient ce d’un bout à ce monde est semé       neige est-ce parce que, petit, on mon cher pétrarque, introibo ad altare À max charvolen et martin       embarq       en  marcel migozzi vient de face aux bronzes de miodrag vertige. une distance "je me tais. pour taire. je ne saurais dire avec assez ma voix n’est plus que cinq madame aux yeux la fonction, À perte de vue, la houle des comment entrer dans une ici, les choses les plus pour michèle gazier 1) la bouche pleine de bulles au matin du qu’est-ce qui est en     sur la pente coupé en deux quand a claude b.   comme deuxième suite ce texte m’a été nous viendrons nous masser je sais, un monde se quai des chargeurs de alocco en patchworck ©       é       &agrav       " (de)lecta lucta   en introduction à       entre cette machine entre mes vedo la luna vedo le     &nbs 0 false 21 18 madame des forêts de temps où les coeurs non, björg, nécrologie f le feu est venu,ardeur des mouans sartoux. traverse de de pareïs li seit la premier vers aoi dernier petit matin frais. je te au lecteur voici le premier des voix percent, racontent antoine simon 26 quatrième essai rares le temps passe dans la assise par accroc au bord de antoine simon 10 cet article est paru ecrire les couleurs du monde etait-ce le souvenir       magnol montagnesde jouer sur tous les tableaux vous deux, c’est joie et le temps passe si vite, le 23 février 1988, il pour martine, coline et laure     le un temps hors du ce va et vient entre vos estes proz e vostre cet univers sans au rayon des surgelés patrick joquel vient de pour jacqueline moretti, c’est vrai temps de pierres on croit souvent que le but a ma mère, femme parmi les dieux s’effacent 1- c’est dans ce texte se présente envoi du bulletin de bribes certains prétendent       l̵       pav&ea       mouett le samedi 26 mars, à 15       je halt sunt li pui e mult halt "et bien, voilà..." dit si, il y a longtemps, les ajout de fichiers sons dans       de sorte que bientôt f j’ai voulu me pencher franchement, pensait le chef, dans ce pays ma mère n’ayant pas je ne peins pas avec quoi, quand sur vos visages les antoine simon 6   jn 2,1-12 : mon travail est une des quatre archanges que torna a sorrento ulisse torna   le texte suivant a laure et pétrarque comme       bruyan       un       le  l’écriture nu(e), comme son nom suite du blasphème de deux ajouts ces derniers f les feux m’ont et…  dits de     pluie du     m2 &nbs vue à la villa tamaris c’est la distance entre       &agrav reprise du site avec la carissimo ulisse,torna a   pour théa et ses tromper le néant deux mille ans nous       sur le       "       dans le 15 mai, à carles li reis en ad prise sa clquez sur passet li jurz, la noit est de tantes herbes el pre pour egidio fiorin des mots       sur sous l’occupation antoine simon 21 bribes en ligne a seins isabelle boizard 2005 "si elle est r.m.a toi le don des cris qui cinquième essai tout l’instant criblé pour maxime godard 1 haute spectacle de josué dit   entrons à la bonne toi, mésange à mougins. décembre deuxième approche de    au balcon le 26 août 1887, depuis napolì napolì   si vous souhaitez maintenant il connaît le tendresse du mondesi peu de       dans pas sur coussin d’air mais merle noir  pour effleurer le ciel du bout des ainsi va le travail de qui marché ou souk ou       &agrav j’arrivais dans les pur ceste espee ai dulor e le travail de bernard j’ai en réserve 1-nous sommes dehors.       entre il est le jongleur de lui les routes de ce pays sont tes chaussures au bas de pour ma   encore une raphaël et combien bal kanique c’est       la m1         pour adèle et  mise en ligne du texte il faut laisser venir madame pour pierre theunissen la mieux valait découper cinquième citationne pour le prochain basilic, (la dernier vers aoi       six a la femme au tout mon petit univers en   l’oeuvre vit son quelques textes les avenues de ce pays       enfant tendresses ô mes envols vous dites : "un la prédication faite       la j’ai donc cet article est paru dans le       le     extraire       sur dentelle : il avait  les éditions de             bonhe « 8° de       ton station 3 encore il parle       au dernier vers aoi et tout avait j’entends sonner les       à f dans le sourd chatoiement       le de la       ce villa arson, nice, du 17       les un nouvel espace est ouvert   au milieu de un jour nous avons lorsqu’on connaît une       voyage ce paysage que tu contemplais  epître aux madame a des odeurs sauvages siglent a fort e nagent e pour nicolas lavarenne ma descendre à pigalle, se le franchissement des mi viene in mentemi les doigts d’ombre de neige la danse de       le       jardin si elle est belle ? je c’est la chair pourtant frères et le tissu d’acier    de femme liseuse constellations et       sur on a cru à lancinant ô lancinant un homme dans la rue se prend dans les carnets       apr&eg       cette i mes doigts se sont ouverts sa langue se cabre devant le 0 false 21 18       grappe voile de nuità la       midi       avant difficile alliage de macao grise Être tout entier la flamme   iv    vers premier essai c’est depuis ce jour, le site       object il aurait voulu être il arriva que granz fut li colps, li dux en nice, le 30 juin 2000 tout en vérifiant  “ne pas sept (forces cachées qui       sabots   1) cette clers est li jurz et li je meurs de soif josué avait un rythme       la j’ai ajouté       p&eacu quatrième essai de pas facile d’ajuster le antoine simon 19       la (dans mon ventre pousse une nous serons toujours ces saluer d’abord les plus tant pis pour eux. ce pays que je dis est  le grand brassage des antoine simon 9 béatrice machet vient de sculpter l’air : Éléments -  avec « a la tout est possible pour qui et ma foi, dernier vers aoi et si au premier jour il paysage de ta tombe  et       le travail de tissage, dans a christiane grande lune pourpre dont les  la lancinante quelque temps plus tard, de traquer     du faucon dernier vers doel i avrat, li quens oger cuardise violette cachéeton cher bernard la deuxième édition du avez-vous vu il existe deux saints portant quand les mots c’est ici, me station 1 : judas de toutes les je suis bien dans       vaches en cet anniversaire, ce qui       " la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Voyage à nouveau | La végétation pousse ->
Dans l’autorail
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

dans l’autorail

toutes les femmes sont fleuries

au muguet

Publication en ligne : 25 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette