BRIBES EN LIGNE
rare moment de bonheur, pour marcel encore la couleur, mais cette     faisant la pour jean-louis cantin 1.-       st       ce       quinze en cet anniversaire, ce qui thème principal : a dix sept ans, je ne savais     &nbs       l̵ pour pierre theunissen la l’attente, le fruit josué avait un rythme il avait accepté « e ! malvais i en voyant la masse aux antoine simon 9 j’arrivais dans les de la merci à la toile de huit c’est encore à ce monde est semé tous feux éteints. des de prime abord, il  ce qui importe pour si elle est belle ? je       &agrav "le renard connaît g. duchêne, écriture le l’art n’existe dans les écroulements du bibelot au babilencore une  les trois ensembles sixième       l̵ les textes mis en ligne le soleil n’est pas ce jour-là il lui ce jour là, je pouvais epuisement de la salle,       maquis       le ce qui importe pour       sur pour gilbert (À l’église fin première       pass&e "pour tes       aujour moi cocon moi momie fuseau       la     tout autour "ces deux là se onzième a propos de quatre oeuvres de rm : nous sommes en attendre. mot terrible. cinquième essai tout cet univers sans de soie les draps, de soie carmelo arden quin est une on dit qu’agathe a ma mère, femme parmi ( ce texte a       coude v.- les amicales aventures du     [1]  si, il y a longtemps, les       chaque       un       un ma chair n’est       gentil passet li jurz, si turnet a maintenant il connaît le sors de mon territoire. fais exode, 16, 1-5 toute       &agrav dernier vers aoi non... non... je vous assure, suite de temps de bitume en fusion sur il s’appelait ce qui fait tableau : ce lorsque martine orsoni percey priest lakesur les voici des œuvres qui, le seins isabelle boizard 2005 diaphane est le mot (ou et encore  dits       retour j’ai ajouté       midi imagine que, dans la l’illusion d’une un temps hors du autre petite voix   tout est toujours en       &eacut deux ajouts ces derniers quelques textes       l̵ il est le jongleur de lui je désire un dans le train premier       glouss outre la poursuite de la mise encore une citation“tu les cuivres de la symphonie il pleut. j’ai vu la art jonction semble enfin macles et roulis photo 7 la route de la soie, à pied, antoine simon 33 madame dans l’ombre des lorsqu’on connaît une lu le choeur des femmes de sixième 1 la confusion des comment entrer dans une       abu zayd me déplait. pas passet li jurz, la noit est carissimo ulisse,torna a deuxième se reprendre. creuser son pour ma       bruyan je meurs de soif       apparu  de la trajectoire de ce station 7 : as-tu vu judas se il semble possible heureuse ruine, pensait edmond, sa grande au labyrinthe des pleursils       devant ma mémoire ne peut me de toutes les station 5 : comment j’oublie souvent et et voici maintenant quelques pour max charvolen 1) il existe deux saints portant « 8° de f j’ai voulu me pencher les routes de ce pays sont    si tout au long et ces abstraction voir figuration  marcel migozzi vient de sequence 6   le viallat © le château de tandis que dans la grande       sur   le 10 décembre nous serons toujours ces       quand  dans le livre, le       soleil douze (se fait terre se et c’était dans des voix percent, racontent agnus dei qui tollis peccata ainsi va le travail de qui     dans la ruela aucun hasard si se       " Ç’avait été la       montag   1) cette       une accorde ton désir à ta   maille 1 :que  au travers de toi je je ne saurais dire avec assez hans freibach :     du faucon       &n a la femme au       au dernier vers aoi       mouett   pour olivier le scribe ne retient je sais, un monde se 1 au retour au moment le nécessaire non et il fallait aller debout (josué avait il existe au moins deux à la mémoire de morz est rollant, deus en ad in the country       dans chaque jour est un appel, une sa langue se cabre devant le   (dans le li emperere s’est       au torna a sorrento ulisse torna sauvage et fuyant comme       sur les plus vieilles antoine simon 21 un besoin de couper comme de on trouvera la video       ...mai le coeur du ensevelie de silence, (ô fleur de courge... très malheureux... la mastication des nouvelles mises en j’ai parlé tout en travaillant sur les       et tu les plus terribles antoine simon 24 dernier vers aoi       cette la fraîcheur et la antoine simon 17 le lent déferlement clere est la noit e la   ces notes antoine simon 13 quelque chose dernier vers aoi       pass&e une il faut dire les       descen deuxième suite de proche en proche tous dernier vers aoi attention beau la bouche pleine de bulles le recueil de textes quand c’est le vent qui       reine       arauca raphaël vous avez pour jacqueline moretti, un homme dans la rue se prend "ah ! mon doux pays,       dans rien n’est pour alain borer le 26 madame chrysalide fileuse       au ki mult est las, il se dort d’abord l’échange des       crabe- on peut croire que martine antoine simon 7 reprise du site avec la de l’autre constellations et je suis bien dans guetter cette chose un titre : il infuse sa dernier vers aoi l’appel tonitruant du cher bernard buttati ! guarda&nbs nice, le 8 octobre trois (mon souffle au matin bientôt, aucune amarre reflets et echosla salle       nous avancions en bas de     chambre antoine simon 26  il y a le pour helmut sur l’erbe verte si est       embarq  si, du nouveau troisième essai et preambule – ut pictura       il elle disposait d’une pour petites proses sur terre ouverture de l’espace ce texte m’a été j’ai donc nice, le 18 novembre 2004       droite dans les rêves de la premier essai c’est pure forme, belle muette, iloec endreit remeint li os dans les carnets coupé le sonà       entre charogne sur le seuilce qui dernier vers aoi antoine simon 22 le coquillage contre antoine simon 29       " tout est possible pour qui dans ce périlleux c’est la peur qui fait journée de trois tentatives desesperees je serai toujours attentif à un jour nous avons le samedi 26 mars, à 15       sur juste un mot pour annoncer bien sûr, il y eut       sur  tu ne renonceras pas. 5) triptyque marocain mi viene in mentemi il aurait voulu être antoine simon 30 je suis celle qui trompe les parents, l’ultime nu(e), comme son nom 0 false 21 18 les grands cliquetis obscène des madame aux rumeurs raphaël  “ce travail qui antoine simon 25 et tout avait       rampan sous la pression des tant pis pour eux. références : xavier d’un côté f tous les feux se sont portrait. 1255 : bal kanique c’est frères et carissimo ulisse,torna a f le feu s’est able comme capable de donner langues de plomba la       au  “comment les lettres ou les chiffres ma voix n’est plus que d’un bout à mais non, mais non, tu à sylvie c’est le grand sur la toile de renoir, les   au milieu de je suis       je me À peine jetés dans le  née à       vaches avant propos la peinture est saluer d’abord les plus j’ai longtemps effleurer le ciel du bout des       neige la bouche pure souffrance tes chaussures au bas de     de rigoles en     sur la jusqu’à il y a       le temps où les coeurs autre citation"voui bribes en ligne a comme un préliminaire la 1-nous sommes dehors. pour egidio fiorin des mots pour maxime godard 1 haute deux nouveauté, exacerbé d’air   est-ce que cet article est paru dans le si j’avais de son aux george(s) (s est la napolì napolì dernier vers aoi  tous ces chardonnerets  martin miguel vient le ciel est clair au travers passent .x. portes, dernier vers aoi   la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Tendresse du monde |
Du bibelot au babil
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Du bibelot au babil
encore une fois
baigner dans l’écume du langage
cette fraîcheur du monde
coulant des bouches de la maison
encore une fois
s’ébattre au festin des mots
dans leur glouglou de lait de miel
repu de sons et de chansons
dans l’immédiat du sensible
appréhender la vie par le sein et les lèvres
loin de la raison tatillonne et mesquine
son marteau de commissaire-priseur
son paysage géométrisé
dans la langue mise au pas
mise au pli de nos sacro-saintes habitudes
manières de voir
et de penser
réglo-rectal
encore une fois
n’y rien comprendre
attraper des mots comme au filet
se faire preneur de sons en pleine jungle
se faire barbare et jouir
de ces étoiles filantes retenues entre les dents
enfant ou poète
c’était où




A Raphaël M.











dimanche des Rameaux 2009 

 

Publication en ligne : 25 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette