BRIBES EN LIGNE
      et le géographe sait tout la force du corps, la vie humble chez les martin miguel art et dernier vers aoi saluer d’abord les plus     chambre madame est toute rimbaud a donc Éléments - karles se dort cum hume le geste de l’ancienne, polenta j’ai changé le bel équilibre et sa  au mois de mars, 1166 l’art c’est la ils sortent cet article est paru le "patriote", (de)lecta lucta   j’ai longtemps       chaque …presque vingt ans plus pour jacky coville guetteurs ecrire sur la réserve des bribes les dieux s’effacent antoine simon 9 dans les hautes herbes nice, le 8 octobre   d’un coté, dans les carnets « pouvez-vous nous savons tous, ici, que       ...mai je ne saurais dire avec assez nous avancions en bas de     quand la lecture de sainte ki mult est las, il se dort « voici macao grise ainsi alfred… et voici maintenant quelques lorsque martine orsoni  “s’ouvre rm : nous sommes en lorsqu’on connaît une       &n vous avez printemps breton, printemps       au autres litanies du saint nom les étourneaux !  de la trajectoire de ce et il fallait aller debout       et tu sors de mon territoire. fais avec marc, nous avons moi cocon moi momie fuseau ne pas négocier ne       bonheu       " le franchissement des mult ben i fierent franceis e il faut laisser venir madame la liberté s’imprime à       voyage       la je me souviens de dernier vers que mort je t’enlace gargouille au seuil de l’atelier deux mille ans nous quelques autres    7 artistes et 1    en   pour olivier reprise du site avec la les plus vieilles f dans le sourd chatoiement vos estes proz e vostre l’instant criblé       les comme un préliminaire la ce texte se présente recleimet deu mult       il soudain un blanc fauche le la deuxième édition du f les rêves de je n’ai pas dit que le c’est ici, me l’art n’existe issent de mer, venent as elle ose à peine "le renard connaît passent .x. portes, premier essai c’est quai des chargeurs de madame déchirée sur la toile de renoir, les       &ccedi sous la pression des dernier vers aoi       &n paroles de chamantu dentelle : il avait       la macles et roulis photo 4 avant dernier vers aoi et si au premier jour il halt sunt li pui e mult halt  dans toutes les rues antoine simon 31 ce texte m’a été carcassonne, le 06 générations le galop du poème me il existe au moins deux faisant dialoguer       l̵ sixième  pour jean le   le 10 décembre bernadette griot vient de m1             ruelle antoine simon 3 temps de cendre de deuil de le lent déferlement 0 false 21 18 d’un bout à       un preambule – ut pictura       &agrav à cri et à j’oublie souvent et dernier vers aoi       le ouverture d’une au matin du les parents, l’ultime f les marques de la mort sur mais non, mais non, tu se reprendre. creuser son       sous antoine simon 13 et je vois dans vos (josué avait lentement mouans sartoux. traverse de madame est une torche. elle       allong  epître aux nécrologie a propos de quatre oeuvres de chaises, tables, verres, vi.- les amicales aventures sa langue se cabre devant le nous avons affaire à de   en grec, morías le plus insupportable chez pour anne slacik ecrire est comme une suite de si tu es étudiant en les lettres ou les chiffres bernard dejonghe... depuis il n’était qu’un marcel alocco a la terre a souvent tremblé le temps passe dans la  le "musée il n’est pire enfer que       le et te voici humanité dernier vers aoi je rêve aux gorges       cerisi je meurs de soif je serai toujours attentif à   nous sommes ce qui aide à pénétrer le       soleil grande lune pourpre dont les       reine mesdames, messieurs, veuillez  les œuvres de zacinto dove giacque il mio monde imaginal,  au travers de toi je de tantes herbes el pre dernier vers aoi antoine simon 16 au programme des actions voudrais je vous c’est pour moi le premier quel ennui, mortel pour mon cher pétrarque, À la loupe, il observa       deux quatrième essai rares       l̵ du fond des cours et des c’est parfois un pays a dix sept ans, je ne savais  il est des objets sur vous avez spectacle de josué dit  ce qui importe pour lancinant ô lancinant       é dernier vers aoi   le texte suivant a  tu vois im font chier       voyage l’impossible     le cygne sur     extraire et que vous dire des dorothée vint au monde paysage de ta tombe  et en cet anniversaire, ce qui une autre approche de n’ayant pas antoine simon 5  il y a le non, björg, iloec endreit remeint li os la brume. nuages il y a des objets qui ont la moisissures mousses lichens il souffle sur les collines quand il voit s’ouvrir, al matin, quant primes pert premier vers aoi dernier       dans quelques textes l’évidence a ma mère, femme parmi  mise en ligne du texte deuxième essai art jonction semble enfin f j’ai voulu me pencher non... non... je vous assure, pour daniel farioli poussant     pourquoi à la mémoire de dernier vers aoi       ce agnus dei qui tollis peccata le 26 août 1887, depuis gardien de phare à vie, au les oiseaux s’ouvrent       baie antoine simon 23 clers est li jurz et li il est le jongleur de lui allons fouiller ce triangle ce qu’un paysage peut temps de bitume en fusion sur       gentil morz est rollant, deus en ad les plus terribles À peine jetés dans le       deux       sur j’ai travaillé pour jean gautheronle cosmos je découvre avant toi pas une année sans évoquer ma voix n’est plus que     à sainte marie, la route de la soie, à pied, pour michèle gazier 1 bribes en ligne a la question du récit le vieux qui dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans toutefois je m’estimais il en est des meurtrières. i en voyant la masse aux       o le coeur du trois tentatives desesperees max charvolen, martin miguel j’ai donné, au mois toutes sortes de papiers, sur antoine simon 10       soleil       sur tout en vérifiant les avenues de ce pays       sur la tentation du survol, à la liberté de l’être un jour nous avons on a cru à quand c’est le vent qui pour jacqueline moretti, le texte qui suit est, bien accoucher baragouiner       un       maquis quand les eaux et les terres intendo... intendo !     rien       midi sculpter l’air :  les trois ensembles avez-vous vu il ne sait rien qui ne va laure et pétrarque comme rita est trois fois humble. un temps hors du dernier vers aoi   a l’aube des apaches, pour ma       sur le   que signifie titrer "claude viallat, 1) notre-dame au mur violet       cette au commencement était la mort, l’ultime port, la galerie chave qui     le constellations et fontelucco, 6 juillet 2000       force "la musique, c’est le mult est vassal carles de les doigts d’ombre de neige antoine simon 18 À perte de vue, la houle des       bien       ton antoine simon 21 "l’art est-il en 1958 ben ouvre à quelque chose le grand combat : dans ma gorge a toi le don des cris qui       m&eacu il semble possible       " pour martine je suis       fourmi       &agrav  dans le livre, le je crie la rue mue douleur on cheval station 5 : comment madame porte à antoine simon 29 autre petite voix buttati ! guarda&nbs au labyrinthe des pleursils 1 au retour au moment à propos “la la prédication faite suite de les dessins de martine orsoni   la production beaucoup de merveilles le glacis de la mort l’erbe del camp, ki       grimpa immense est le théâtre et jouer sur tous les tableaux il arriva que   pour adèle et       " station 4 : judas  pour nicolas lavarenne ma       la       voyage " je suis un écorché vif. mille fardeaux, mille     pluie du pour helmut       pass&e     l’é on peut croire que martine les routes de ce pays sont la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Allongé | Objectif ->
Neige de pétales *
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

neige de pétales

piqués de moustiques

bombardements d’abeilles

Publication en ligne : 24 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette