BRIBES EN LIGNE
deuxième essai le     sur la au rayon des surgelés siglent a fort e nagent e       sur a supposer quece monde tienne  la toile couvre les gardien de phare à vie, au  martin miguel vient juste un l’impression la plus       préparation des       la preambule – ut pictura huit c’est encore à f le feu m’a c’est seulement au et te voici humanité aucun hasard si se se reprendre. creuser son la légende fleurie est grande lune pourpre dont les le soleil n’est pas quant carles oït la raphaël       entre le galop du poème me religion de josué il nos voix dernier vers doel i avrat, même si j’ai donné, au mois pour jean gautheronle cosmos   1) cette je désire un  un livre écrit pour marcel       soleil nous dirons donc paroles de chamantu suite de (ma gorge est une l’homme est station 4 : judas        dans       sur lorsqu’on connaît une l’appel tonitruant du le 26 août 1887, depuis dernier vers aoi    dans toutes les rues       soleil temps de pierres dans la eurydice toujours nue à antoine simon 22 onze sous les cercles il souffle sur les collines     &nbs deuxième apparition je t’enlace gargouille la tentation du survol, à  référencem la vie est ce bruissement station 7 : as-tu vu judas se quand c’est le vent qui carcassonne, le 06 on dit qu’agathe À max charvolen et martin  “ce travail qui       dans là, c’est le sable et bien sûr, il y eut bernard dejonghe... depuis ainsi fut pétrarque dans la vie est dans la vie. se on croit souvent que le but tendresses ô mes envols dentelle : il avait         or       la je n’hésiterai un jour, vous m’avez i mes doigts se sont ouverts buttati ! guarda&nbs toujours les lettres : n’ayant pas pour angelo le samedi 26 mars, à 15 je suis bien dans       la f les marques de la mort sur quand vous serez tout Être tout entier la flamme       la       la pour raphaël antoine simon 29       les à propos “la mon cher pétrarque, la force du corps, josué avait un rythme temps de pierres comme une suite de       les pour jean-louis cantin 1.- dernier vers aoi     son       sur       ruelle des voix percent, racontent si tu es étudiant en autre petite voix       dans       apr&eg       vu merci à la toile de allons fouiller ce triangle       dans petites proses sur terre pour alain borer le 26       pour       magnol de pa(i)smeisuns en est venuz le grand combat : premier vers aoi dernier "moi, esclave" a écrirecomme on se le geste de l’ancienne, 0 false 21 18 la réserve des bribes le tissu d’acier je rêve aux gorges       maquis dont les secrets… à quoi il y a des objets qui ont la approche d’une   (dans le jusqu’à il y a 13) polynésie tant pis pour eux. pour martine, coline et laure les petites fleurs des       le   né le 7       les antoine simon 16 temps où les coeurs la bouche pure souffrance il arriva que sors de mon territoire. fais tu le sais bien. luc ne il ne reste plus que le c’est la distance entre j’ai longtemps       à je sais, un monde se l’illusion d’une faisant dialoguer l’existence n’est leonardo rosa antoine simon 30 tout en travaillant sur les quel ennui, mortel pour la route de la soie, à pied, le lent déferlement et ces intendo... intendo !       o quai des chargeurs de un verre de vin pour tacher souvent je ne sais rien de la prédication faite toulon, samedi 9 des voiles de longs cheveux 1.- les rêves de s’égarer on 1 la confusion des       le    courant     l’é maintenant il connaît le encore une citation“tu jamais je n’aurais bribes en ligne a       le  pour le dernier jour   (à mise en ligne sous la pression des tout est prêt en moi pour pour michèle station 5 : comment deuxième patrick joquel vient de pour lee antoine simon 3 nous avancions en bas de frères et 10 vers la laisse ccxxxii rien n’est plus ardu de profondes glaouis de la un jour nous avons trois (mon souffle au matin etait-ce le souvenir aux barrières des octrois     rien comme un préliminaire la laure et pétrarque comme j’ai perdu mon c’est extrêmement   pour adèle et rm : nous sommes en sur la toile de renoir, les pour daniel farioli poussant rita est trois fois humble.       &ccedi le franchissement des       gentil     le ] heureux l’homme quatrième essai de dernier vers aoi   se placer sous le signe de je suis celle qui trompe       j̵ mille fardeaux, mille bien sûrla soudain un blanc fauche le clquez sur les dernières pas même c’est le grand l’heure de la  dans le livre, le j’entends sonner les       le       le que d’heures g. duchêne, écriture le le lent tricotage du paysage depuis ce jour, le site   maille 1 :que  tous ces chardonnerets f les feux m’ont       s̵   ciel !!!! la fraîcheur et la la langue est intarissable madame, vous débusquez macles et roulis photo 1 tout mon petit univers en       il sequence 6   le ce qu’un paysage peut ce 28 février 2002. rêve, cauchemar, polenta tous ces charlatans qui toute une faune timide veille comme c’est douze (se fait terre se attendre. mot terrible. deuxième approche de     longtemps sur   tout est toujours en dans le pain brisé son un soir à paris au que reste-t-il de la j’ai changé le   le texte suivant a dans le monde de cette   marcel       ( outre la poursuite de la mise       ( chercher une sorte de ce qui aide à pénétrer le       " une errance de essai de nécrologie, la deuxième édition du il n’y a pas de plus  il y a le a ma mère, femme parmi macles et roulis photo       quinze le 2 juillet d’un bout à en cet anniversaire, ce qui suite du blasphème de dernier vers aoi pour jacky coville guetteurs avant propos la peinture est dans les écroulements       grimpa iv.- du livre d’artiste a la libération, les je ne sais pas si quelque temps plus tard, de c’est la peur qui fait       sous       &agrav " je suis un écorché vif. sur l’erbe verte si est j’arrivais dans les  zones gardées de 7) porte-fenêtre marché ou souk ou       pav&ea dernier vers aoi où l’on revient dernier vers aoi cet univers sans 1257 cleimet sa culpe, si       arauca able comme capable de donner antoine simon 24    regardant a la femme au je meurs de soif  les œuvres de les installations souvent, au commencement était dans le pays dont je vous       pourqu     quand    en onzième pas facile d’ajuster le madame des forêts de madame porte à ma voix n’est plus que nous serons toujours ces     au couchant dans les horizons de boue, de   voici donc la     "       va j’ai travaillé ( ce texte a       object j’écoute vos fin première       rampan pur ceste espee ai dulor e       pav&ea nous viendrons nous masser j’ai en réserve encore la couleur, mais cette       baie 1) notre-dame au mur violet  au mois de mars, 1166 clers est li jurz et li et combien et il fallait aller debout est-ce parce que, petit, on       quand les durand : une       fourr&       une pour martine antoine simon 31 vue à la villa tamaris vous avez diaphane est le si elle est belle ? je madame dans l’ombre des  epître aux errer est notre lot, madame, dire que le livre est une apaches :       coude bernadette griot vient de il était question non       ce À la loupe, il observa 0 false 21 18 ce jour-là il lui si, il y a longtemps, les     à c’est la chair pourtant     tout autour       sur       bien     surgi i en voyant la masse aux   pour théa et ses titrer "claude viallat, et il parlait ainsi dans la pour qui veut se faire une la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Tes chaussures | Souvent je ne sais rien de toi ->
Je découvre avant toi
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Je découvre avant toi combien tu aspires à la quiétude. Combien te lasse l’incessante récrimination de la vie. Figuration du grand repos. Que le monde tourne autour de ton axe immobile ! Ataraxie. Et tu lèves un regard absent ou prends machinalement la cuillère du bout des doigts.
Un babil d’enfant, un gazouillis d’oiseau te retiennent. Comme si tu t’étonnais devant tel appétit, tu te penches vers eux devenus des énigmes.
Tu rejoins la silhouette qui marchait un peu en avant de toi. Vos ombres se confondent, soudées par ce que disent les autres qui enfin te reconnaissent. Un des leurs. Prêt à consentir à la défaite. Ou à l’apaisement. Tout dépend du versant d’où la langue nomme ce qui n’a pas de nom.

Publication en ligne : 24 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette