BRIBES EN LIGNE
    vers le soir       va ton année 2019 ► albert dernier vers aoi la vie est ce bruissement   (dans le à la bonne       dans le cet univers sans « voici dans le vacarme des couleurs,  pour jean le dernier vers aoi dans le patriote du 16 mars l’heure de la       "j& un texte que j’ai sommaire ► page suivante "pour tes ► abÉcÉdaire à jean nous avons affaire à de siglent a fort e nagent e comme ce mur blanc rafale n° 7 un quai des chargeurs de début de la mise en ligne de josué ne       l’   six formes de la que reste-t-il de la derniers textes mis en « pouvez-vous « ces deux là je serai le pilote aux yeux la fraîcheur et la textes mis en ligne en juin {{}} on trouvera la       je me       une       je la toile ou, du moins, la encore une citation “tu       pav&eacu du maurithuis par     de rigoles en "le renard connaît on trouvera la video       "je (vois-tu, sancho, je suis comme c’est pour philippe  martin miguel vient il n’était qu’un pour angelo       sur le il y a bien là, dans dans ma gorge voudrais je vous rafale n° 12 où et encore   dits         sommaire ► page suivante       apparu dernier vers aoi     [1] l in the country aller à avec marc, nous avons       est-ce predication_du_15_ao l’impression la plus 13) polynésie dernier vers aoi page suivante page art jonction semble enfin       entre 1 2  l’évidence pour écouter la lecture, langues de plomb a la       cette page suivante ► page et c’était dans 1 2 3 la danse de textes mis en ligne en mai du même auteur : les page suivante ► je suis né       dans j’ai donné, au mois page suivante ► page « amis rollant, de       l’ le texte qui suit est, bien page suivante ► page pour julius baltazar 1 le a claude b.   comme une le 26 août 1887, depuis 1 2  carcassonne, le 06 pour nicolas lavarenne ma     les provisions cyclades, iii° je t’ai admiré, « ah ! mon sommaire ► page suivante vous, dont l’âme, le antoine simon 33       le long       sur       pass&eac quel ennui, mortel pour si grant dol ai que ne essai de nécrologie,    seule au la mastication des village de poussière et de c’est ici, me avez-vous vu carissimo ulisse, torna a à bernadette exode, 16, 1-5 toute     chambre frères et raphaël monticelli 30 juin granz est li calz, si se a l’extrémité du       la aller à la bribe suivante page suivante ► page       &nbs 1 2  à page suivante ► christ a le coeur du       araucari a grant dulur tendrai puis pour anne slacik ecrire est   un la vie est dans la vie. se page suivante ► voici donc derniers textes mis en     l’é laure et pétrarque comme sommaire ► page suivante page suivante ► page je rêve aux gorges a quelques exceptions près attendre. mot terrible. non, björg, s’il    il       midi même si il y a deux villes à sommaire ► page suivante de prime abord, il le proche et le lointain normalement, la rubrique dernier vers aoi il avait accepté         huit c’est encore à nu(e), comme son nom aller à la bribe suivante pour max charvolen 1) page suivante ► page textes mis en ligne en page suivante ► page bribes en ligne a dernier vers aoi       soleil un nouvel espace est ouvert     cet arbre que je déambule et suis       six ainsi fut pétrarque dans agnus dei qui tollis peccata la fraîcheur et la       pav&eacu sans être grand page précédente retour dans l’effilé de imagine que, dans la prenez vos casseroles et la rencontre d’une madame, c’est notre       la saluer d’abord les plus       au soir   ciel !!!! voici quelques années, je t’enfourche ma charogne sur le seuil ce qui       voyage cecil beaton brassaÏ renÉ la gaucherie à vivre, madame déchirée il y a des mots, mais comme  un livre écrit d’ eurydice ou bien de d’abord l’échange des c’est extrêmement       quinze       dans la sequence       nuage coupé le son à antoine simon 32 halt sunt li pui e mult halt ( ce texte a des quatre archanges que les ruelles blanches qui aller à la bribe suivante les plus terribles  l’exposition  effleurer le ciel du bout des des conserves ! lu le choeur des femmes de  dans le livre, le antoine simon 13  de la trajectoire de ce       ( page suivante ► macles et très saintes litanies page précédente page torna a sorrento ulisse torna    nous       longtemp derniers vers sun destre me j’ai longtemps       la le samedi 26 mars, à 15 la cité de la musique page suivante ► page       dans le le numéro exceptionnel de page suivante ► page À propos de fata en       aujourd       reine j’oublie souvent et dernier vers aoi et…   dits 1 les morceaux de nuit se ce qui fait tableau : ce et ma foi, 1 2 3 la terre nous 1 2  descendre à pigalle, se retour vers le musicien troisième essai     du faucon rafale       je fais 1. il se trouve que je suis seul dans la rue je ris la aller à la bribe suivante quelque chose       tourneso 1 la confusion des ce qui fascine chez bernard dejonghe... depuis ici, les choses les plus page précédente longue 10 vers la laisse ccxxxii     nous avions madame est toute       bâ jusqu’à il y a leonardo rosa       rampant À la loupe, il observa elle dit la main qui fut le l’éclair me dure, préparer le ciel i pour andré dans l’innocence des       droite pour michèle auer et onze sous les cercles couleur qui ne masque pas       fleur     sur la présentation du projet onzième       mouette       au la lecture de sainte les textes mis en ligne page suivante ► page les lettres ou les chiffres       ton dernier vers aoi pas une année sans évoquer station 7 : as-tu vu judas se tu le sais et je le vois  dans toutes les rues mise en ligne page suivante ► nous antoine simon 31 bernard noël en débat l’homme est quelques textes page suivante ► page       ce qui l’ami michel       mé       force page suivante page page suivante page lancinant ô lancinant  tous ces chardonnerets je serai toujours attentif à les premières carissimo ulisse, torna a textes mis en ligne en mars je désire un     après a christiane le 23 février 1988, il travail de tissage, dans ce qu’un paysage peut Être tout entier la flamme 1 2  et tout avait voici des œuvres qui, le « tu sais ce que entr’els nen at ne pui     au couchant i en voyant la masse aux dieu faisait silence, mais le franchissement des raphaËl voir l’essai sur dernier vers aoi  tu vois im font chier je crie la rue mue douleur baous et rious je suis antoine simon 18 les petites fleurs des       sur le       la les plus vieilles       é       le le slam ? une ruse de le corps encaisse comme il il aurait voulu être tout mon petit univers en dans le monde de cette dernier vers aoi de soie les draps, de soie     un mois sans ils avaient si longtemps, si       l’  marcel migozzi vient de qu’est-ce qui est en archipel shopping, la bruno mendonça li emperere par sa grant passent .x. portes, polenta ils sortent l’attente, le fruit quatre si la mer s’est un texte que j’ai rita est trois fois humble. bien sûr, il y eut je n’hésiterai fin première     pluie du       fourmi&n ce poème est tiré du (de)lecta lucta   libre de lever la tête un besoin de couper comme de antoine simon 29 tes chaussures au bas de jamais si entêtanteeurydice antoine simon 3 il en est des meurtrières.       allong&e le 28 novembre, mise en ligne tout est possible pour qui mise en ligne d’un   saint paul trois l’illusion d’une       ...mais présentation du projet sommaire ► page suivante présentation du projet la parol

Retour à l'accueil
Article présent dans les rubriques : AMANDE In /
Une oeuvre est née
Publication en ligne : 15 mars 2008
Première publication : 1er mars 2004
Artiste(s) : Amande In (site)

Je serai toujours attentif à ces peintres qui cherchent à ouvrir des voies au-delà du visible… Je m’explique… Nous avons besoin, d’une certaine façon, de baliser nos territoires, qu’ils soient réels, physiques ou imaginaires, géographiques ou artistiques.
Nous avons besoin de savoir, par exemple, qu’un tableau ça se définit de telle et telle façon, en terme de surface, de dimensions, de limites, de format, de structure, qu’un livre, c’est d’abord des feuilles de papier entre elles reliées et portant du texte…

Nous avons besoin de ça, sans quoi nous nous sentons perdus. Et quand nous voyons une feuille blanche, nous savons qu’elle est en attente d’autre chose, qu’ainsi offerte, en fait, elle n’a pas de sens. Quand nous voyons une feuille blanche, nous disons que nous ne voyons rien.

C’est justement là qu’intervient mon peintre, celui qui ouvre des voies au-delà de ce visible-là…. Et ce peintre-là m’intéresse.

Amande In est de ces peintres-là. Cette jeune artiste présente, à la galerie Couturier, 3 types de travaux que je vous engage à aller voir.
D’un côté, 250 dessins sur des papiers de petit format ; des graphismes simples, simplistes, presque naïfs, presque des idéogrammes, avec cette sorte de légèreté et d’apparente facilité qui ne vient qu’à ceux qui s’exercent beaucoup. Un mur de petits dessins sans prétention, petites choses jetées au-delà du blanc…

Le deuxième travail est – je vous le laisse découvrir : allez à la galerie et interrogez son animateur – c’est une feuille blanche- d’une fausse blancheur – je vous le laisse découvrir.

Le troisième travail est à mes yeux le plus étonnant : imaginez une feuille blanche d’un mètre carré et découpée en un puzzle de 10 000 pièces, évidemment toutes aussi différentes que possible et qui –si on les rassemble- vont représenter… une feuille blanche. Le beau de l’affaire, bien entendu, c’est de voir cette invraisemblable accumulation de 10 000 pièces et de penser à leur impossible assemblage.

Et alors me direz-vous ? Et alors… Et alors, en regardant le travail d’Amande In, je me dis : « Tiens… voilà quelqu’un qui s’interroge et questionne ; quelqu’un qui ouvre ici trois pistes au-delà du blanc. Toutes ne sont pas de même valeur et de même niveau, mais toutes trois peuvent conduire à de beaux développements ». Je me dis encore : « Voilà une jeune artiste qui se préoccupe de cette zone limite où l’on dit qu’il n’y a plus rien à voir –comme ces zones inconnues que les géographes représentent par du blanc- et qui s’en va explorer ça et qui nous dit : « venez, venez donc voir : il y a quelque chose là où nous ne voyions rien ». Je me dis : « voilà une artiste qui se tient entre ce qui apparaît et ce qui disparaît et qui travaille là notre vision et notre aveuglement, notre présence et notre disparition. » Je me dis encore : « Voilà quelqu’un qui vient prendre sa place dans le travail sur le blanc –à côté de quelques autres artistes » et je repense, bien entendu à celui qui, voici 90 ans avait oser présenter un tableau blanc sur fond blanc. Mais beaucoup d’autres me viennent à la mémoire, comme ceux qui dessinent ou gravent sur la feuille à sec, laissant au jeu de la lumière et des ombres le soin de faire apparaître des traces à nos regards ; comme ceux qui, fils blancs sur fils blancs, tissent à même le métier les variétés de blancs dans le corps du tissu ; comme d’autres encore, dans l’écriture ceux-là, qui, au lieu de remplir la feuille de mots, laissent de grandes zones vides dans le livre ; et encore d’autres, depuis des temps très anciens, artistes ou non, et qui nous ont appris que la trace sur la feuille, la toile ou le sol est moins importante que notre capacité à installer en nous ce silence suspendu des formes…

Je me dis aussi : « c’est bon pour moi d’avoir vu ce travail : j’ai appris quelque chose. » Et ce puzzle du blanc est venu peupler quelque coin de mon crâne, et il y fait un curieux remue-ménage depuis quelque temps… et je me dis : « C’est bien ! Voilà une bonne journée ! Je ne connaissais pas cette artiste hier et la voici aujourd’hui prête à m’apprendre tant de choses », et j’ajoute : « Formulons des vœux pour qu’il en soit ainsi : un malheur est si vite arrivé ; on peut si aisément se lasser de travailler et de chercher, là, quand on s’installe aux limites de la vision : il est tellement plus facile –et tellement plus gratifiant- de faire joli, de séduire et de plaire… »

Et enfin je me dis : « Ah ! que je partage avec des amis le plaisir de cette découverte et le bonheur de cet apprentissage-là »

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP