BRIBES EN LIGNE
comme une suite de 0 false 21 18  hors du corps pas       fourmi antoine simon 2 la mort d’un oiseau.       et ma foi,       en ço dist li reis : ] heureux l’homme  née à le geste de l’ancienne, les lettres ou les chiffres       &eacut f qu’il vienne, le feu charogne sur le seuilce qui       tourne dentelle : il avait pour andré il en est des noms comme du f dans le sourd chatoiement "si elle est       dans tendresse du mondesi peu de avant dernier vers aoi on peut croire que martine recleimet deu mult       m&eacu pour gilbert       d&eacu pour jean-marie simon et sa       je       sabots marché ou souk ou on préparait       j̵ présentation du bien sûr, il y eut (dans mon ventre pousse une macles et roulis photo 6     au couchant béatrice machet vient de dans ma gorge f le feu est venu,ardeur des guetter cette chose j’ai donné, au mois l’heure de la   on n’est on trouvera la captation à la bonne ce qu’un paysage peut janvier 2002 .traverse les enseignants : ainsi fut pétrarque dans   que signifie j’ai en réserve iloec endreit remeint li os travail de tissage, dans (vois-tu, sancho, je suis si c’est ça, (en regardant un dessin de le recueil de textes nous lirons deux extraits de       &ccedi 5) triptyque marocain agnus dei qui tollis peccata cinq madame aux yeux alocco en patchworck ©       allong toi, mésange à religion de josué il l’art c’est la rimbaud a donc       object dernier vers aoi karles se dort cum hume dans le patriote du 16 mars « h&eacu les plus terribles     ton       parfoi avez-vous vu mult ben i fierent franceis e moi cocon moi momie fuseau temps où le sang se polenta station 1 : judas epuisement de la salle, j’aime chez pierre sa langue se cabre devant le préparation des une fois entré dans la "ces deux là se deuxième approche de 1257 cleimet sa culpe, si  improbable visage pendu j’arrivais dans les réponse de michel (josué avait lentement pour michèle gazier 1) antoine simon 26    7 artistes et 1 mise en ligne dans le ciel du   nous sommes       les encore une citation“tu la brume. nuages chairs à vif paumes etait-ce le souvenir le bulletin de "bribes tout à fleur d’eaula danse preambule – ut pictura f tous les feux se sont sainte marie,   tout est toujours en quai des chargeurs de chaque automne les depuis le 20 juillet, bribes       les le samedi 26 mars, à 15 sous l’occupation       chaque voici des œuvres qui, le    si tout au long       jardin martin miguel il va falloir toute une faune timide veille une autre approche de rafale       la  ce qui importe pour (de)lecta lucta   la réserve des bribes r.m.a toi le don des cris qui       l̵       sur vos estes proz e vostre cet univers sans viallat © le château de bientôt, aucune amarre j’ai travaillé   1) cette deuxième essai beaucoup de merveilles dernier vers aoi et te voici humanité station 3 encore il parle pour martin     chambre       à traquer le 28 novembre, mise en ligne l’ami michel       descen de l’autre titrer "claude viallat, le lent tricotage du paysage 0 false 21 18 même si cinquième essai tout tu le saiset je le vois nécrologie sur la toile de renoir, les       entre la route de la soie, à pied, f j’ai voulu me pencher       voyage il tente de déchiffrer, pour jean marie un besoin de couper comme de dernier vers aoi       bruyan je suis occupé ces toutes sortes de papiers, sur lentement, josué huit c’est encore à 1- c’est dans il existe au moins deux vous avez je me souviens de je découvre avant toi  ce mois ci : sub abu zayd me déplait. pas « 8° de    tu sais  dans le livre, le immense est le théâtre et quand c’est le vent qui ainsi alfred… rien n’est plus ardu carles respunt : dernier vers aoi dernier vers aoi   ces notes les avenues de ce pays      &       quinze tendresses ô mes envols un tunnel sans fin et, à pourquoi yves klein a-t-il a la fin il ne resta que dernier vers aoi  jésus       vaches       &agrav       la difficile alliage de la langue est intarissable de proche en proche tous sept (forces cachées qui effleurer le ciel du bout des rafale n° 4 on le mesdames, messieurs, veuillez  dernières mises       le  les œuvres de merle noir  pour dans les carnets       ce quelque temps plus tard, de quatrième essai de       deux c’est la chair pourtant       le temps de pierres dans la       je la musique est le parfum de 1.- les rêves de certains prétendent       au f le feu s’est une image surgit traverse le   un vendredi À l’occasion de paysage de ta tombe  et tous ces charlatans qui dieu faisait silence, mais       les antoine simon 15       &n et que dire de la grâce rafale n° 10 ici ce qui fait tableau : ce halt sunt li pui e mult halt …presque vingt ans plus d’un côté de toutes les       la giovanni rubino dit pour egidio fiorin des mots m1       dont les secrets… à quoi troisième essai et marie-hélène le 23 février 1988, il       (   pour olivier   3   

les des quatre archanges que   voici donc la   anatomie du m et madame est une torche. elle 1) notre-dame au mur violet et la peur, présente À max charvolen et       coude f les rêves de   entrons dernier vers aoi cet article est paru ce jour-là il lui les petites fleurs des la danse de en introduction à       va du bibelot au babilencore une les amants se   est-ce que mon cher pétrarque, et il parlait ainsi dans la je t’ai admiré, cher bernard   se       glouss     &nbs et  riche de mes pas de pluie pour venir  le "musée j’ai perdu mon neuf j’implore en vain rêve, cauchemar, À peine jetés dans le   adagio   je madame des forêts de arbre épanoui au ciel pas même fragilité humaine. « voici  pour de deuxième suite ….omme virginia par la soudain un blanc fauche le   un coupé en deux quand       dans dernier vers aoi antoine simon 25 l’art n’existe  l’exposition  tout en travaillant sur les     quand comme un préliminaire la accorde ton désir à ta       magnol       juin introibo ad altare temps où les coeurs       pass&e vous deux, c’est joie et   (à       six pure forme, belle muette, toujours les lettres : pluies et bruines, pas facile d’ajuster le les textes mis en ligne tant pis pour eux.       &agrav   j’ai souvent nu(e), comme son nom       baie printemps breton, printemps clers est li jurz et li onzième g. duchêne, écriture le en ceste tere ad estet ja  pour le dernier jour le ciel est clair au travers on croit souvent que le but     du faucon À max charvolen et martin pour philippe       je me rita est trois fois humble. dessiner les choses banales À perte de vue, la houle des paroles de chamantu in the country j’ai ajouté     de rigoles en  au travers de toi je     " attendre. mot terrible.       il       la et il fallait aller debout macles et roulis photo 7 macles et roulis photo 1 pur ceste espee ai dulor e cette machine entre mes nous serons toujours ces je rêve aux gorges     dans la ruela   marcel       la allons fouiller ce triangle f le feu s’est genre des motsmauvais genre ouverture de l’espace tes chaussures au bas de nous viendrons nous masser la tentation du survol, à au commencement était pour andré villers 1) vous dites : "un       p&eacu  pour jean le clere est la noit e la (josué avait pour jean-louis cantin 1.- vedo la luna vedo le   pour le prochain iv.- du livre d’artiste la bouche pure souffrance l’illusion d’une vous avez sables mes parolesvous j’ai longtemps juste un mot pour annoncer ...et poème pour est-ce parce que, petit, on la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > A - C

Je serai toujours attentif à ces peintres qui cherchent à ouvrir des voies au-delà du visible… Je m’explique… Nous avons besoin, d’une certaine façon, de baliser nos territoires, qu’ils soient réels, physiques ou imaginaires, géographiques ou artistiques.
Nous avons besoin de savoir, par exemple, qu’un tableau ça se définit de telle et telle façon, en terme de surface, de dimensions, de limites, de format, de structure, qu’un livre, c’est d’abord des feuilles de papier entre elles reliées et portant du texte…

Nous avons besoin de ça, sans quoi nous nous sentons perdus. Et quand nous voyons une feuille blanche, nous savons qu’elle est en attente d’autre chose, qu’ainsi offerte, en fait, elle n’a pas de sens. Quand nous voyons une feuille blanche, nous disons que nous ne voyons rien.

C’est justement là qu’intervient mon peintre, celui qui ouvre des voies au-delà de ce visible-là…. Et ce peintre-là m’intéresse.

Amande In est de ces peintres-là. Cette jeune artiste présente, à la galerie Couturier, 3 types de travaux que je vous engage à aller voir.
D’un côté, 250 dessins sur des papiers de petit format ; des graphismes simples, simplistes, presque naïfs, presque des idéogrammes, avec cette sorte de légèreté et d’apparente facilité qui ne vient qu’à ceux qui s’exercent beaucoup. Un mur de petits dessins sans prétention, petites choses jetées au-delà du blanc…

Le deuxième travail est – je vous le laisse découvrir : allez à la galerie et interrogez son animateur – c’est une feuille blanche- d’une fausse blancheur – je vous le laisse découvrir.

Le troisième travail est à mes yeux le plus étonnant : imaginez une feuille blanche d’un mètre carré et découpée en un puzzle de 10 000 pièces, évidemment toutes aussi différentes que possible et qui –si on les rassemble- vont représenter… une feuille blanche. Le beau de l’affaire, bien entendu, c’est de voir cette invraisemblable accumulation de 10 000 pièces et de penser à leur impossible assemblage.

Et alors me direz-vous ? Et alors… Et alors, en regardant le travail d’Amande In, je me dis : « Tiens… voilà quelqu’un qui s’interroge et questionne ; quelqu’un qui ouvre ici trois pistes au-delà du blanc. Toutes ne sont pas de même valeur et de même niveau, mais toutes trois peuvent conduire à de beaux développements ». Je me dis encore : « Voilà une jeune artiste qui se préoccupe de cette zone limite où l’on dit qu’il n’y a plus rien à voir –comme ces zones inconnues que les géographes représentent par du blanc- et qui s’en va explorer ça et qui nous dit : « venez, venez donc voir : il y a quelque chose là où nous ne voyions rien ». Je me dis : « voilà une artiste qui se tient entre ce qui apparaît et ce qui disparaît et qui travaille là notre vision et notre aveuglement, notre présence et notre disparition. » Je me dis encore : « Voilà quelqu’un qui vient prendre sa place dans le travail sur le blanc –à côté de quelques autres artistes » et je repense, bien entendu à celui qui, voici 90 ans avait oser présenter un tableau blanc sur fond blanc. Mais beaucoup d’autres me viennent à la mémoire, comme ceux qui dessinent ou gravent sur la feuille à sec, laissant au jeu de la lumière et des ombres le soin de faire apparaître des traces à nos regards ; comme ceux qui, fils blancs sur fils blancs, tissent à même le métier les variétés de blancs dans le corps du tissu ; comme d’autres encore, dans l’écriture ceux-là, qui, au lieu de remplir la feuille de mots, laissent de grandes zones vides dans le livre ; et encore d’autres, depuis des temps très anciens, artistes ou non, et qui nous ont appris que la trace sur la feuille, la toile ou le sol est moins importante que notre capacité à installer en nous ce silence suspendu des formes…

Je me dis aussi : « c’est bon pour moi d’avoir vu ce travail : j’ai appris quelque chose. » Et ce puzzle du blanc est venu peupler quelque coin de mon crâne, et il y fait un curieux remue-ménage depuis quelque temps… et je me dis : « C’est bien ! Voilà une bonne journée ! Je ne connaissais pas cette artiste hier et la voici aujourd’hui prête à m’apprendre tant de choses », et j’ajoute : « Formulons des vœux pour qu’il en soit ainsi : un malheur est si vite arrivé ; on peut si aisément se lasser de travailler et de chercher, là, quand on s’installe aux limites de la vision : il est tellement plus facile –et tellement plus gratifiant- de faire joli, de séduire et de plaire… »

Et enfin je me dis : « Ah ! que je partage avec des amis le plaisir de cette découverte et le bonheur de cet apprentissage-là »

Publication en ligne : 15 mars 2008
Première publication : 1er mars 2004

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette