BRIBES EN LIGNE
depuis le 20 juillet, bribes dans le monde de cette neuf j’implore en vain religion de josué il       chaque c’est pour moi le premier la chaude caresse de à cri et à deuxième apparition de maintenant il connaît le       la f tous les feux se sont je t’enfourche ma       le À la loupe, il observa dernier vers aoi dans l’effilé de toulon, samedi 9 clers est li jurz et li       dans       deux l’illusion d’une   en grec, morías       six en cet anniversaire, ce qui au commencement était aux george(s) (s est la rêves de josué, je meurs de soif       alla pas facile d’ajuster le 1254 : naissance de  hors du corps pas À max charvolen et et voici maintenant quelques il faut aller voir chaque jour est un appel, une deuxième approche de pour maguy giraud et dernier vers aoi pour le prochain basilic, (la dans l’innocence des journée de edmond, sa grande coupé le sonà antoine simon 10 derniers       montag rare moment de bonheur, constellations et le coeur du       sur si, il y a longtemps, les paien sunt morz, alquant sainte marie,     " mougins. décembre sa langue se cabre devant le   je ne comprends plus quand il voit s’ouvrir, i en voyant la masse aux la cité de la musique les petites fleurs des napolì napolì carissimo ulisse,torna a quelque chose les plus terribles j’ai donc       &agrav       vaches grande lune pourpre dont les       une       juin  l’exposition      pourquoi       au le ciel de ce pays est tout   ciel !!!! rimbaud a donc  “... parler une pour daniel farioli poussant avant propos la peinture est mille fardeaux, mille       sur tu le saiset je le vois le géographe sait tout quand c’est le vent qui       je je dors d’un sommeil de antoine simon 16 du fond des cours et des       " rêve, cauchemar, madame déchirée       soleil clers fut li jurz e li f toutes mes un soir à paris au       arauca cet article est paru dans le       la titrer "claude viallat, autre citation"voui dernier vers aoi l’erbe del camp, ki lu le choeur des femmes de temps de pierres       jonath quand nous rejoignons, en bribes en ligne a       &agrav pour alain borer le 26 le samedi 26 mars, à 15 charogne sur le seuilce qui carles respunt : juste un mot pour annoncer   3   

les tes chaussures au bas de dernier vers aoi   dans ma gorge  jésus entr’els nen at ne pui du bibelot au babilencore une pour martine, coline et laure nous savons tous, ici, que temps de cendre de deuil de il semble possible  pour jean le       va pour martin je m’étonne toujours de la f les rêves de       grimpa des conserves !   pour théa et ses chaises, tables, verres, la route de la soie, à pied, art jonction semble enfin c’est la peur qui fait  mise en ligne du texte  tu ne renonceras pas. l’heure de la giovanni rubino dit « pouvez-vous madame est une madame est une torche. elle tandis que dans la grande ajout de fichiers sons dans archipel shopping, la  au travers de toi je trois (mon souffle au matin   au milieu de madame est toute f dans le sourd chatoiement "nice, nouvel éloge de la lancinant ô lancinant la prédication faite d’ eurydice ou bien de vous deux, c’est joie et mise en ligne nous avons affaire à de  les trois ensembles abstraction voir figuration antoine simon 28 en introduction à quelques textes la terre a souvent tremblé   encore une       il       force j’ai longtemps  un livre écrit ecrire sur       m̵ ils avaient si longtemps, si       fleure la vie est dans la vie. se je déambule et suis ...et poème pour le ciel est clair au travers antoine simon 29 "mais qui lit encore le les plus vieilles       et tu attendre. mot terrible.       sur  on peut passer une vie Éléments - la vie est ce bruissement    de femme liseuse ce texte m’a été eurydice toujours nue à     extraire d’abord l’échange des s’égarer on juste un       fourr& il ne sait rien qui ne va       ...mai j’ai changé le il pleut. j’ai vu la sixième les dessins de martine orsoni       droite       0 false 21 18 d’un bout à petites proses sur terre il y a des objets qui ont la c’est seulement au pour andrée       au deux nouveauté, chairs à vif paumes       &agrav sept (forces cachées qui mult est vassal carles de madame dans l’ombre des (de)lecta lucta   prenez vos casseroles et dernier vers aoi même si toujours les lettres :   ces notes       à i mes doigts se sont ouverts       allong leonardo rosa       é le 28 novembre, mise en ligne   adagio   je rien n’est plus ardu "je me tais. pour taire. tendresse du mondesi peu de la réserve des bribes pour raphaël madame chrysalide fileuse ainsi va le travail de qui bal kanique c’est       m̵ il faut laisser venir madame et je vois dans vos pierre ciel de soie les draps, de soie l’homme est     le la terre nous le grand combat : deux mille ans nous le "patriote",       quinze   (dans le     une abeille de le scribe ne retient immense est le théâtre et à propos “la       dans beaucoup de merveilles il en est des noms comme du antoine simon 14 “le pinceau glisse sur quatrième essai de       su pur ceste espee ai dulor e  tu vois im font chier       pass&e mise en ligne d’un certains prétendent josué avait un rythme   on n’est ainsi fut pétrarque dans       m&eacu  “la signification   la danse de    7 artistes et 1       crabe- "tu sais ce que c’est   1) cette dans le pays dont je vous a dix sept ans, je ne savais vous êtes station 4 : judas  recleimet deu mult    si tout au long ce qui importe pour "ah ! mon doux pays, le nécessaire non (vois-tu, sancho, je suis  le "musée     l’é apaches : fin première paysage de ta tombe  et douce est la terre aux yeux l’une des dernières madame, c’est notre et…  dits de fontelucco, 6 juillet 2000 accorde ton désir à ta janvier 2002 .traverse ne pas négocier ne  née à passent .x. portes, je ne saurais dire avec assez des voiles de longs cheveux       devant il y a dans ce pays des voies exacerbé d’air pour maxime godard 1 haute   j’ai souvent intendo... intendo !       grappe errer est notre lot, madame, la galerie chave qui premier vers aoi dernier ils sortent       l̵ il y a tant de saints sur ce qui fascine chez au lecteur voici le premier je désire un À max charvolen et martin le tissu d’acier zacinto dove giacque il mio       magnol       le arbre épanoui au ciel mouans sartoux. traverse de iv.- du livre d’artiste comme une suite de       " si j’avais de son (ma gorge est une  c’était       vertige. une distance dernier vers aoi troisième essai et le vieux qui       l̵ cliquetis obscène des cher bernard       j̵ nu(e), comme son nom se placer sous le signe de seins isabelle boizard 2005 nous viendrons nous masser raphaël le glacis de la mort hans freibach :       pour dernier vers aoi "la musique, c’est le « h&eacu les étourneaux ! deuxième essai le macles et roulis photo 4 que reste-t-il de la et que dire de la grâce       au il tente de déchiffrer, nous serons toujours ces "ces deux là se antoine simon 23       le     [1]  in the country dieu faisait silence, mais tout à fleur d’eaula danse       nuage       parfoi dernier vers doel i avrat, "si elle est l’évidence       &n 0 false 21 18 pour jean-louis cantin 1.- vous avez madame aux rumeurs       tourne       la avant dernier vers aoi les lettres ou les chiffres       ( c’est extrêmement réponse de michel   saint paul trois quel ennui, mortel pour lorsque martine orsoni se reprendre. creuser son la brume. nuages la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- À supposer que | Ma gorge est une grotte ->
Sables mes paroles
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Sables mes paroles
vous m’ensevelissez
vivante
et si ma chair se rebelle
et si mon cœur se transit
vous pesez
votre masse tranquille

Quel vent arasera
ce monument cette fable
inventera la vie
de ma bouche en travail

Publication en ligne : 17 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette