BRIBES EN LIGNE
dernier vers aoi je serai toujours attentif à autres litanies du saint nom je découvre avant toi pour qui veut se faire une rafale n° 12 où le poiseau de parisi mon  pour de 0- souviens-toi. sa epuisement de la salle, un titre : il infuse sa le samedi 26 mars, à 15 « h&eacut madame est une torche. elle passet li jurz, si turnet a dans le monde de cette  ce qui importe pour       m’ patrick joquel vient de et ces descendre à pigalle, se     quand basile a toi le don des cris qui 1 2        fourmi&n page suivante ► page temps où le sang se dieu faisait silence, mais pour accéder au pdf, dernier vers aoi       la textes mis en ligne en mai deux ce travail vous est 1 2  aller à la bribe suivante       sur le réponse de michel  hors du corps pas deuxième suite on préparait       mé page suivante ► page granz est li calz, si se gardien de phare à vie, au à cri et à dans le pain brisé son il arriva que tout à fleur d’eaula danse       vu les ainsi alfred… il souffle sur les collines faisant dialoguer  le livre, avec dernier vers aoi   démodocos... Ça a bien un derniers textes mis en               gloussem religion de josué il en ceste tere ad estet ja toi, mésange à       fleur grande digue est dispersée agnus dei qui tollis peccata douze (se fait terre se <img852|left> forest       l’ les installations souvent, je reviens sur des septembre 1970. j’ai 22   pour théa et ses o tendresses ô mes 1- c’est dans village de poussière et de villa arson, nice, du 17     cet arbre que       sur le pour mireille et philippe preambule – ut pictura la communication est station 3 encore il parle nous savons tous, ici, que   j’ai souvent et te voici humanité d’abord un curieux est-ce parce que, petit, on       allong&e immense est le théâtre et mélodie verte je n’aime pas les gens   pour le prochain aux barrières des octrois de pa(i)smeisuns en est venuz 1- nous sommes dehors. 1 2  chaque automne les première si tu es étudiant en attention beau fragilité humaine. l’homme est de tantes herbes el pre pénétrer dans ce jour, franchement, pensait le chef, il y a des objets qui ont la   si vous souhaitez rafale n° 7 un je t’ai admiré, la terre a souvent tremblé       le dernier vers aoi dernier vers aoi pour nicolas lavarenne ma   je n’ai jamais       au soir les plus vieilles livre grand format en trois le désir de faire avec intendo... intendo ! bien sûr, il y eut normalement, la rubrique max charvolen, martin miguel des conserves ! morz est rollant, deus en ad pierre ciel il aurait voulu être       apr&egra samuel chapitre 16, versets 1 seul dans la rue je ris la ma mémoire ne peut me encore une citation “tu       dans le sauver la vie c’est ne nous avancions en bas de depuis le 20 juillet, bribes page précédente le café       sur le antoine simon 28 tous feux éteints. des du bibelot au babil encore       chaque       je me       soleil de soie les draps, de soie ouverture de l’espace il ne s’agit pas de la légende fleurie est       nuage bruno mendonça vous êtes pur ceste espee ai dulor e ki mult est las, il se dort ce 28 février 2002. page suivante page c’est seulement au       ...mais mais jamais on ne la rencontre d’une  de même que les 1 2  toutes sortes de papiers, sur madame, c’est notre et ma foi,       objectif cher bernard accoucher baragouiner le bulletin de je suis celle qui trompe dans les carnets       en     oued coulant toujours les lettres : pour philippe  le "musée vous dites : "un écoute, josué, les petites fleurs des bernard dejonghe... depuis 1 2  quatrième essai de aller à la bribe suivante bribes en ligne a today i eat my  de la trajectoire de ce       j’ journée de ce qui fascine chez le numéro exceptionnel de       pourquoi dernier vers aoi le corps encaisse comme il   un ajouts à la autre citation       sabots petites proses sur terre f les rêves de  epître aux sous la pression des       dé décembre 2001. si vous entendez le lac « e ! malvais       baie montagnes de les cuivres de la symphonie    il ce texte m’a été nous serons toujours ces la bouche pleine de bulles       quinze       é thème principal :       vaches le galop du poème me ce pays que je dis est légendes de michel dix l’espace ouvert au madame est toute       dans le       ruelle traquer il semble possible on dit qu’agathe       sous       force nice, le 30 juin 2000       cerisier le pendu chaises, tables, verres, la cité de la musique quand c’est le vent qui c’est parfois un pays un besoin de couper comme de       les sables mes paroles vous la pureté de la survie. nul     à (de)lecta lucta   oiseau tranquille au vol rafale n° 6 just do f le feu est venu, ardeur des heureuse ruine, pensait       l’ f toutes mes dans le respect du cahier des  l’entretien 1257 cleimet sa culpe, si       ton    au balcon       à page suivante page pour ma il tente de déchiffrer,   la baie des anges dentelle : il avait   on n’est nous avons affaire à de il n’est pire enfer que l’eau froide de l’anse abu zayd me déplait. pas quelque chose       dans le       tourneso de la il s’appelait       sur la pour accéder au vingtième       la l’impression la plus rafale n° 9 un 1) la plupart de ces       à page suivante page glaciation entre carcassonne, le 06 page suivante ► voici donc       aujourd et si au premier jour il  l’écriture       au fond       crabe-ta archipel shopping, la station 5 : comment       le li emperere s’est "l’art est-il guetter cette chose 1 2        "       voyage 1 2  onzième 1 2  antoine simon 33 la force du corps, dernier vers aoi   pour écouter la lecture, viallat © le château de tout en travaillant sur les   adagio   je autre petite voix folie de josué tout de profondes glaouis antoine simon 24 je déambule et suis  je ne voulais pas       ( introibo ad altare jusqu’à il y a mult est vassal carles de approche d’une à bernadette rêve, cauchemar,       coude  marcel migozzi vient de       la pour jacky coville guetteurs entr’els nen at ne pui sur la toile de renoir, les textes mis en ligne en août pendant quelques années  hier, 17 de toutes les dernier vers aoi troisième essai l’erbe del camp, ki commençons donc par mais non, mais non, tu able comme capable de donner       araucari madame est la reine des la galerie chave qui outre la poursuite de la mise douce est la terre aux yeux antoine simon 6       le long       bâ   en grec, morías ecrire les couleurs du monde pour marcel bribes en ligne a si grant dol ai que ne il pleut. j’ai vu la cher.e.s ami.e.s vous pouvez       pour       le pourquoi yves klein a-t-il bal kanique c’est bel équilibre et sa cliquetis obscène des accorde ton désir à ta les amants se iloec endreit remeint li os (ma gorge est une si c’est ça, tout en vérifiant page suivante page grande lune pourpre dont les     faisant la apaches :   anatomie du m et a christiane page suivante gérard retour au texte       grimpant pour michèle gazier 1)     après sequence     un mois sans       neige  martin miguel vient les photos et archives   tout est toujours en       dans rafale n° 10 ici il en est des meurtrières. art jonction semble enfin la fonction, le 26 août 1887, depuis si j’étais un       le ciel cliquez sur l’icône violette cachée ton  jésus juste un mot pour annoncer cette machine entre mes pas une année sans évoquer et il fallait aller debout je t’enfourche ma la parol

Accueil > La légende fleurie
Saint Raphaël Archange
Publication en ligne : 18 janvier

Il y a longtemps, déjà, je t’ai promis de te raconter l’histoire de Saint Raphaël Archange. Alors, la voici.

Tu te souviens que les écritures nomment quatre archanges : Ouriel est le plus secret et seul le Midrash le cite, Michel le plus combatif, Gabriel le plus tendre et peut-être le plus élevé, quant à Raphaël, le plus controversé, c’est le livre de Tobit qui nous en parle, d’une manière telle que l’on ne saurait nommer Saint Raphaël Archange sans raconter de l’aventure du vieux Tobit qui recouvra la vue au terme du long voyage de son fils Tobie que l’archange, sans se faire reconnaître, avait accepté d’accompagner.

Comme bien d’autres descendants de Moïse, Tobit vivait exilé à Babylone, dans ce pays que l’on nomme aujourd’hui Iraq ou Irak, et qui était alors la florissante Perse, bien avant la venue au monde de NSJC. Il y vivait dans la dignité respectant les lois édictées par ses princes tout en demeurant fidèle à la Loi de Dieu et aux règles qu’elle impose. La cécité lui avait été imposée par deux forces : la première devait tout à la nature et au vouloir de Dieu, la deuxième était le fruit de l’incompétence des hommes.

Alors qu’il venait, comme à son habitude, de rendre les derniers devoirs que l’on doit aux disparus, Tobit s’était réfugié au pied d’un muret pour y prendre un peu de repos sans se douter qu’une multitude de moineaux nichait dans ses anfractuosités. Au moment où la nuit et le jour se partagent, les moineaux, par nuées, avaient quitté leurs nids dans un grand vacarme de piaillements et de froissements d’ailes, et tout en répandant sur leur passage leurs minuscules fientes. Certaines tombèrent sur les paupières de Tobit, s’infiltrant jusque dans sa cornée que leur acidité brûla provoquant ces taches blanches que l’on nomme "leucomes". C’est ainsi que le regard de Tobit acquit cette teinte que l’on trouve aux toiles que les peintres apprêtent avant d’y déposer de la couleur.

Pour son malheur Tobit alla consulter force médecins. Chacun y alla de sa drogue, de son onguent ou de son intervention, de sorte que le monde blanc dans lequel vivait Tobit depuis qu’il s’était endormi parmi les oiseaux, vira bientôt au noir, plus dense qu’une nuit sans lune et sans étoile.

Pensant qu’il ne lui restait plus qu’à attendre la mort, Tobit décida de régler ses affaires, et il chargea son fils Tobias d’aller récupérer une fortune qu’il avait, par contrat, prêtée des années aupraravant à l’un de ses parents, Gabaël, dont on ne sait s’il était fils ou frère de Gabri. Ce qui est sûr, c’est que le contrat avait été passé en Médie, du temps où Tobit y était allé, et qu’il n’avait jamais pu retourner. Le chemin étant long et les routes peu sûres, Tobit conseilla à Tobias de se trouver, parmi les enfants d’Israël, un compagnon de voyage qui pût le seconder et le défendre. C’est ainsi que Tobias trouva l’Archange qui se présenta à lui comme Azarias, fils d’Ananias. Petit, rablé, l’oeil sombre et vif, le cheveu noir, dru et frisé ; musculeux, il avait l’air à la fois tranquille et décidé et semblait fort et dur à la tâche, comme on le voit des paysans de nos montagnes, des maçons de nos villes ou pêcheurs de nos côtes. Ne t’étonne pas si tu ne reconnais pas dans le portrait que je t’en fais le visage d’un ange : d’abord parce que Raphaël avait décidé d’apparaître à Tobias sous les traits d’un homme du commun, ensuite parce que les anges ne nous apparaissent jamais comme tels que dans l’aveuglant éblouissement de la transfiguration, de sorte que les images que nous percevons alors d’eux ne nous viennent pas du dehors de nous, mais remontent, troubles et tremblantes, des profonds territoires que nous portons en nous.

En chemin, Tobias, sur les conseil d’Azarias, recueillit le fiel, le coeur et le foie d’un poisson qu’il avait pêché dans le fleuve Angys qui dessine le chemin le plus aisé de Babylone Ecbatane par laquelle on se rend ensuite à Raguès de Médie, où se trouve aujourd’hui la belle ville de Téhéran. Le voyage de Tobias aurait pu ne durer que quelques jours, s’l n’avait rencontré Sara sur sa route, à Ecbatane, et si Azarias ne l’avait convaincu de la prendre pour épouse. Bien que Sara eût cette beauté que donnent l’ardeur et la jeunesse, elle emplissait Tobias d’hésitation et de crainte. Elle avait en effet déjà été mariée sept fois et chacun de ses maris était mort dans la chambre nuptiale, de sorte que si on ne pouvait douter qu’elle fût intacte et pure, sa pureté même alimentait toutes sortes de rumeurs dans Ecbatane et jetait les hommes qui la voyaient dans le trouble et la crainte.

Ce qu’ Azarias dit à Tobias pour le convaincre est rapporté dans les saintes écritures. Tu retiendras qu’il se persuada que les sept deuils qu’avait connu Sara étaient autant de marques qu’elle lui était destinée, qu’Azarias lui apprit à muer la violence du désir en douceur partagée, 

Voilà un bien grand mystère : pendant tout le temps que dura son voyage, Tobie eut le temps de souffrir et de se réjouir, il connut des pays et des gens nouveaux, se fit des amis et prit femme avant de revenir auprès de Tobit, son père, chargé de présents et d’onguents. Il partagea des jours durant ses instants et ses efforts avec l’archange sans avoir jamais reconnu sa condition surnaturelle, sans même avoir jamais su son véritable nom. Je te dirai que quand Tobie aurait su le nom de son compagnon, il n’en aurait pas pour autant inférer du nom à l’identité de l’archange. Il fallut, pour qu’il la connaisse enfin que Tobit recouvrât la vue et que disparaisse l’archange. 

 

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP