BRIBES EN LIGNE
voici des œuvres qui, le nous viendrons nous masser nice, le 8 octobre dans un coin de nice, ce pays que je dis est à propos des grands mi viene in mentemi un temps hors du que d’heures 13) polynésie      & essai de nécrologie,       vu le plus insupportable chez tout est prêt en moi pour le coquillage contre huit c’est encore à je reviens sur des que reste-t-il de la madame, vous débusquez avant dernier vers aoi     sur la pente dans ce pays ma mère "la musique, c’est le légendes de michel 1- c’est dans poussées par les vagues lorsque martine orsoni merci à marc alpozzo il souffle sur les collines " je suis un écorché vif. la vie humble chez les       le dans la caverne primordiale       rampan vi.- les amicales aventures "ah ! mon doux pays, dernier vers doel i avrat,       soleil nous avons affaire à de normal 0 21 false fal le temps passe si vite, f j’ai voulu me pencher sous la pression des douce est la terre aux yeux depuis ce jour, le site ne pas négocier ne       sur sauvage et fuyant comme dans le monde de cette chairs à vif paumes errer est notre lot, madame, "je me tais. pour taire. etudiant à j’ai relu daniel biga, tout en vérifiant antoine simon 23 madame dans l’ombre des         or granz fut li colps, li dux en c’est seulement au je n’ai pas dit que le deuxième essai l’une des dernières la vie est dans la vie. se maintenant il connaît le       parfoi 0 false 21 18 les doigts d’ombre de neige       grappe le 26 août 1887, depuis pour anne slacik ecrire est traquer       la j’oublie souvent et passet li jurz, si turnet a quatre si la mer s’est une il faut dire les je déambule et suis pour qui veut se faire une "le renard connaît aucun hasard si se       le pour mon épouse nicole pas même l’évidence quelques autres À l’occasion de inoubliables, les à cri et à j’aime chez pierre je suis bien dans jouer sur tous les tableaux     le cygne sur station 5 : comment de sorte que bientôt cinquième citationne       un i mes doigts se sont ouverts station 3 encore il parle       devant   iv    vers     dans la ruela l’éclair me dure, livre grand format en trois le 23 février 1988, il abstraction voir figuration       quinze       la pie     &nbs dernier vers aoi max charvolen, martin miguel et  riche de mes cet article est paru     [1]  cinquième essai tout "moi, esclave" a       &n noble folie de josué, dernier vers que mort souvent je ne sais rien de ainsi va le travail de qui je m’étonne toujours de la     rien  monde rassemblé (ô fleur de courge... n’ayant pas       et tu bien sûrla à sylvie   j’ai souvent       au vertige. une distance les enseignants : temps où le sang se se placer sous le signe de de soie les draps, de soie et…  dits de un homme dans la rue se prend À peine jetés dans le tout en travaillant sur les le temps passe dans la       dans l’appel tonitruant du clquez sur en ceste tere ad estet ja premier essai c’est viallat © le château de c’est une sorte de     depuis il semble possible       au jamais si entêtanteeurydice bel équilibre et sa   (dans le       enfant dans les horizons de boue, de le pendu cette machine entre mes la gaucherie à vivre, antoine simon 19       dans       aux « 8° de jamais je n’aurais À max charvolen et le tissu d’acier ki mult est las, il se dort deux mille ans nous dix l’espace ouvert au quando me ne so itu pe       m̵ bal kanique c’est outre la poursuite de la mise dans les écroulements       un le bulletin de "bribes on cheval dernier vers aoi quand nous rejoignons, en  “ce travail qui j’ai ajouté certains prétendent pour gilbert des voix percent, racontent introibo ad altare       apr&eg fin première       sur     oued coulant   tout est toujours en 1-nous sommes dehors. mes pensées restent Éléments -       &ccedi sa langue se cabre devant le de profondes glaouis et que vous dire des al matin, quant primes pert     après approche d’une       à pour jean gautheronle cosmos       dans archipel shopping, la   que signifie les lettres ou les chiffres       &agrav les durand : une les grands       au   3   

les carissimo ulisse,torna a       l̵ nécrologie       glouss carles li reis en ad prise sa mougins. décembre dans le pain brisé son qu’est-ce qui est en antoine simon 3 le proche et le lointain nous savons tous, ici, que dentelle : il avait cher bernard  “la signification  “comment   nous sommes assise par accroc au bord de nous lirons deux extraits de d’abord l’échange des toutes sortes de papiers, sur       il       dans a christiane       retour       le       la ma mémoire ne peut me coupé en deux quand à vedo la luna vedo le     surgi       longte j’ai longtemps       la rm : d’accord sur entr’els nen at ne pui monde imaginal, ce texte se présente dernier vers aoi l’existence n’est les cuivres de la symphonie nouvelles mises en autre citation"voui lu le choeur des femmes de où l’on revient de pa(i)smeisuns en est venuz tu le saiset je le vois il pleut. j’ai vu la   né le 7 a la femme au montagnesde dans le train premier la fonction, deuxième essai le guetter cette chose dernier vers aoi deuxième approche de a propos d’une la pureté de la survie. nul       dans je serai toujours attentif à j’écoute vos autres litanies du saint nom marie-hélène samuelchapitre 16, versets 1 on peut croire que martine li emperere s’est paysage de ta tombe  et raphaël 1. il se trouve que je suis dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.- c’est vrai c’est le grand siglent a fort e nagent e réponse de michel c’est la distance entre preambule – ut pictura neuf j’implore en vain un besoin de couper comme de le glacis de la mort buttati ! guarda&nbs depuis le 20 juillet, bribes avez-vous vu j’ai travaillé cliquetis obscène des un titre : il infuse sa les plus vieilles l’instant criblé       allong       les le vieux qui références : xavier l’ami michel accoucher baragouiner  pour jean le       et tous feux éteints. des carcassonne, le 06  un livre écrit   maille 1 :que mouans sartoux. traverse de les textes mis en ligne  zones gardées de ouverture de l’espace       & ( ce texte a       quand l’heure de la issent de mer, venent as la poésie, à la madame est la reine des antoine simon 2 antoine simon 12 cet univers sans       voyage f toutes mes       sur pour pierre theunissen la prenez vos casseroles et (elle entretenait c’est parfois un pays je t’enfourche ma de l’autre dernier vers aoi vous êtes  l’exposition  l’art c’est la (ma gorge est une “dans le dessin       montag l’attente, le fruit pour michèle aueret démodocos... Ça a bien un du fond des cours et des       d&eacu raphaËl pluies et bruines,       les passent .x. portes,       va     une abeille de vue à la villa tamaris dernier vers aoi hans freibach :       jardin  née à quand sur vos visages les f les marques de la mort sur encore la couleur, mais cette       droite f les feux m’ont de tantes herbes el pre toi, mésange à ici. les oiseaux y ont fait dernier vers aoi   pure forme, belle muette, (À l’église de mes deux mains       embarq je désire un       ma  tu ne renonceras pas.       ruelle   voici donc la     tout autour comme une suite de antoine simon 15 violette cachéeton pour maxime godard 1 haute deuxième villa arson, nice, du 17       journ& la terre nous       voyage pas de pluie pour venir ce qui fascine chez       o la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Martin, Jean-Loup > Je serai le pilote aux yeux toujours ouverts

JEAN-LOUP MARTIN

<- XIV. Microcosme | XVI. Réveil ->
XV. Sommeil
© Jean-Loup Martin
Ecrivain(s) : Martin
Clefs : poésie

Je dors d’un sommeil de plomb
d’un sommeil sans rêve
je coule au fond de mon corps de plomb
et mon esprit se fond
dans ma chair inerte
où je me noie







Je meurs d’une vie de plomb
d’une vie sans rêve
je coule au fond
mais ma vie n’a pas de fond
je me noie dans mon néant
et j’ai froid

 

Publication en ligne : 14 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette