BRIBES EN LIGNE
juste un  je signerai mon l’existence n’est pierre ciel de prime abord, il     chant de de soie les draps, de soie poussées par les vagues ecrire les couleurs du monde un homme dans la rue se prend bribes en ligne a 1-nous sommes dehors. ce va et vient entre c’est parfois un pays carcassonne, le 06 nice, le 30 juin 2000 “dans le dessin prenez vos casseroles et  “ne pas troisième essai et l’ami michel d’abord l’échange des "moi, esclave" a       la   tout est toujours en me et que dire de la grâce  hors du corps pas   jn 2,1-12 :       pass&e premier essai c’est pour angelo f le feu m’a bernadette griot vient de dernier vers aoi à la mémoire de   ciel !!!!       &agrav première karles se dort cum hume       m̵ si grant dol ai que ne 0 false 21 18    si tout au long c’est extrêmement  la lancinante temps où le sang se carles respunt :       gentil l’homme est elle ose à peine elle réalise des la fraîcheur et la après la lecture de l’attente, le fruit tendresses ô mes envols au programme des actions buttati ! guarda&nbs un tunnel sans fin et, à À peine jetés dans le       sur nous dirons donc petites proses sur terre     après quelques autres un titre : il infuse sa et encore  dits non, björg,    nous cinquième essai tout tous feux éteints. des autre petite voix   iv    vers une autre approche de des conserves !       la la cité de la musique pour michèle gazier 1 pour lee dernier vers aoi       &n madame déchirée       dans j’écoute vos et combien       deux il s’appelait madame aux rumeurs le 15 mai, à l’art c’est la frères et la bouche pleine de bulles préparation des   un vendredi  zones gardées de pure forme, belle muette, ce n’est pas aux choses       pav&ea « voici       l̵ dans ce pays ma mère les lettres ou les chiffres       avant pour andré     à "je me tais. pour taire. dans l’innocence des il avait accepté macles et roulis photo 7   anatomie du m et       jardin villa arson, nice, du 17 n’ayant pas libre de lever la tête       au ma chair n’est les plus vieilles à     cet arbre que le coeur du générations abu zayd me déplait. pas comme un préliminaire la  epître aux dernier vers aoi   j’aime chez pierre       arauca la gaucherie à vivre,       ce pour andré rm : nous sommes en moi cocon moi momie fuseau sept (forces cachées qui on dit qu’agathe       le le scribe ne retient       parfoi       la deuxième apparition de lentement, josué       l̵ voici des œuvres qui, le     faisant la ce qu’un paysage peut pour maguy giraud et deux ajouts ces derniers ensevelie de silence, constellations et quant carles oït la pour gilbert dernier vers aoi recleimet deu mult       é d’un bout à       le très saintes litanies  l’exposition        sur le  les premières ainsi va le travail de qui le recueil de textes de l’autre       entre       dans       dans (ma gorge est une       les j’ai ajouté dernier vers aoi antoine simon 7 descendre à pigalle, se       marche a grant dulur tendrai puis le vieux qui quand il voit s’ouvrir,       fleure       au     le       le la route de la soie, à pied, antoine simon 17 douce est la terre aux yeux le coquillage contre   (à   je ne comprends plus je rêve aux gorges deuxième essai al matin, quant primes pert  dernier salut au         or il en est des noms comme du on préparait       montag le lent tricotage du paysage vertige. une distance       l̵ elle disposait d’une le 2 juillet il en est des meurtrières. rien n’est plus ardu dans un coin de nice, en introduction à j’entends sonner les pour robert « 8° de 10 vers la laisse ccxxxii       dans     &nbs merci au printemps des siglent a fort e nagent e       sur 1- c’est dans a la fin il ne resta que       aux toulon, samedi 9 f les marques de la mort sur quatre si la mer s’est a ma mère, femme parmi la bouche pure souffrance essai de nécrologie, à propos des grands de pareïs li seit la neuf j’implore en vain       la pie       object   la baie des anges ] heureux l’homme le pendu et il parlait ainsi dans la les parents, l’ultime "mais qui lit encore le Éléments -       le à cri et à les étourneaux ! antoine simon 27 ne faut-il pas vivre comme autre citation       pass&e rien n’est le galop du poème me j’ai en réserve v.- les amicales aventures du       &agrav   dits de      & antoine simon 33   au milieu de pour julius baltazar 1 le le tissu d’acier …presque vingt ans plus 0 false 21 18 carmelo arden quin est une pour max charvolen 1)       sur antoine simon 16 temps de pierres dans la je n’hésiterai il arriva que lancinant ô lancinant       &agrav       apr&eg les oiseaux s’ouvrent approche d’une pour martine station 4 : judas  il n’y a pas de plus quelque chose    tu sais ce pays que je dis est le lourd travail des meules il est le jongleur de lui juste un mot pour annoncer depuis ce jour, le site    au balcon       va chaque jour est un appel, une madame, vous débusquez 0 false 21 18       soleil je n’ai pas dit que le       le dans les carnets " je suis un écorché vif. mille fardeaux, mille toujours les lettres : depuis le 20 juillet, bribes       antoine simon 10 noble folie de josué, hans freibach :       la       maquis pour le prochain basilic, (la antoine simon 3 je ne peins pas avec quoi, samuelchapitre 16, versets 1     du faucon   adagio   je     extraire    il ce texte m’a été dans les carnets si j’étais un (de)lecta lucta   normal 0 21 false fal   voici donc la aux george(s) (s est la un soir à paris au       fourr& À max charvolen et pas sur coussin d’air mais avec marc, nous avons travail de tissage, dans sur l’erbe verte si est références : xavier dans les écroulements pluies et bruines, il n’est pire enfer que dernier vers aoi la rencontre d’une c’est ici, me la langue est intarissable une errance de nous avancions en bas de mais jamais on ne iloec endreit remeint li os  les trois ensembles     surgi je ne saurais dire avec assez attendre. mot terrible.       neige dans la caverne primordiale       "       baie dernier vers aoi dernier vers aoi lorsque martine orsoni un besoin de couper comme de ecrire sur       je si, il y a longtemps, les vos estes proz e vostre dernier vers aoi dernier vers aoi       sur lu le choeur des femmes de merle noir  pour le lent déferlement il y a des objets qui ont la sur la toile de renoir, les dans l’effilé de que d’heures la pureté de la survie. nul torna a sorrento ulisse torna coupé en deux quand       et tu coupé le sonà vous êtes "la musique, c’est le petit matin frais. je te on a cru à ki mult est las, il se dort pour qui veut se faire une c’est la peur qui fait beaucoup de merveilles reflets et echosla salle       pass&e   (dans le chairs à vif paumes cyclades, iii°       s̵       banlie ce texte se présente nécrologie 1) notre-dame au mur violet       fleur f toutes mes le géographe sait tout comme une suite de histoire de signes .       magnol       un macles et roulis photo 1  “... parler une       " avant propos la peinture est voudrais je vous dernier vers aoi paien sunt morz, alquant deux ce travail vous est il faut laisser venir madame       en un la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Coupé le son | Assise par accroc ->
Glaciation
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Glaciation entre dedans
où s’agglutinent les syllabes
et dehors
vif comme une nappe
retournée-lancée dans le vide
festin pour les oiseaux
où tu n’as plus ta place

dehors qui s’éloigne

à portée de voix comme on dit

mais si

alors c’est neige et monde feutré
la douce hésitation de la voix qui s’efface

oui mais c’est encore trop beau
ce n’est pas cela neige

mais attente blanche du regard ou de la main
pour passer le pont
se raccorder au nombre

au lieu qu’on reste là
avec tous ses discours givrés à l’entre- soi

Publication en ligne : 13 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette