BRIBES EN LIGNE
 les premières   entrons difficile alliage de       dans       alla accorde ton désir à ta c’est la distance entre     rien   l’oeuvre vit son le 23 février 1988, il rêve, cauchemar, pour julius baltazar 1 le le bulletin de "bribes le coquillage contre "la musique, c’est le       les ici, les choses les plus c’est parfois un pays     un mois sans et c’était dans il était question non    courant     double il tente de déchiffrer, la langue est intarissable couleur qui ne masque pas sauvage et fuyant comme le soleil n’est pas de profondes glaouis j’ai longtemps       voyage le nécessaire non titrer "claude viallat, rare moment de bonheur, six de l’espace urbain, “le pinceau glisse sur "moi, esclave" a raphaël dorothée vint au monde les textes mis en ligne pur ceste espee ai dulor e de toutes les le temps passe dans la il y a des objets qui ont la 1257 cleimet sa culpe, si de pa(i)smeisuns en est venuz le recueil de textes     sur la josué avait un rythme à propos des grands       au raphaël il faut laisser venir madame antoine simon 30 clers est li jurz et li       sur dans un coin de nice, passet li jurz, si turnet a pour qui veut se faire une       dans       une       à cri et à pour marcel pour martine temps de cendre de deuil de o tendresses ô mes pour martine, coline et laure de mes deux mains       aujour 1 la confusion des       deux       neige dernier vers aoi sainte marie,    il merci à marc alpozzo  ce qui importe pour madame, vous débusquez       la le geste de l’ancienne, chaque jour est un appel, une dernier vers aoi les doigts d’ombre de neige  “s’ouvre on préparait       au li quens oger cuardise béatrice machet vient de il semble possible je découvre avant toi       dans juste un mot pour annoncer   marcel et nous n’avons rien le proche et le lointain       ce  au mois de mars, 1166 c’est le grand l’appel tonitruant du       je la force du corps, "nice, nouvel éloge de la elle ose à peine le travail de bernard  ce mois ci : sub le 15 mai, à dans les carnets effleurer le ciel du bout des       je madame chrysalide fileuse les grands (en regardant un dessin de des quatre archanges que ….omme virginia par la       pour dernier vers s’il tu le saiset je le vois cher bernard passent .x. portes, lancinant ô lancinant 1254 : naissance de       " les oiseaux s’ouvrent (josué avait lentement 0 false 21 18 (À l’église nice, le 8 octobre       su       pass&e       dans Ç’avait été la mille fardeaux, mille   j’ai souvent introibo ad altare       avant ce encore la couleur, mais cette les avenues de ce pays   je n’ai jamais   que signifie   ciel !!!!       magnol     nous       d&eacu       la mise en ligne d’un je crie la rue mue douleur       " au rayon des surgelés paroles de chamantu la réserve des bribes "ces deux là se napolì napolì       sur    nous dont les secrets… à quoi on peut croire que martine madame a des odeurs sauvages       il raphaËl       b&acir merle noir  pour on cheval j’arrivais dans les monde imaginal, quatrième essai de rossignolet tu la dernier vers doel i avrat, toutes sortes de papiers, sur le franchissement des un homme dans la rue se prend hans freibach :  “comment en cet anniversaire, ce qui d’ eurydice ou bien de dix l’espace ouvert au       &eacut certains soirs, quand je tes chaussures au bas de nous savons tous, ici, que pour michèle gazier 1  née à mult ben i fierent franceis e l’instant criblé cet article est paru dans le     surgi  je signerai mon       dans l’illusion d’une la danse de       bonheu     pluie du ce monde est semé coupé en deux quand bribes en ligne a non, björg, “dans le dessin À l’occasion de c’était une     oued coulant antoine simon 15 attention beau f le feu est venu,ardeur des  dans le livre, le branches lianes ronces un jour, vous m’avez       pav&ea a supposer quece monde tienne dimanche 18 avril 2010 nous 1 au retour au moment la littérature de j’ai relu daniel biga,       ma  l’exposition  pour mireille et philippe guetter cette chose       coude dernier vers aoi   « 8° de dernier vers aoi dernier vers aoi quelques textes moisissures mousses lichens   six formes de la  dans toutes les rues       baie des conserves ! siglent a fort e nagent e dans ce pays ma mère antoine simon 3 deuxième suite       sur       longte légendes de michel preambule – ut pictura deuxième apparition quelques autres on croit souvent que le but lorsqu’on connaît une d’abord l’échange des     m2 &nbs la prédication faite je sais, un monde se     chambre pour jean-louis cantin 1.- un titre : il infuse sa   le texte suivant a saluer d’abord les plus ne faut-il pas vivre comme       rampan l’attente, le fruit dernier vers aoi pour angelo pour maxime godard 1 haute  avec « a la       au la fraîcheur et la au commencement était j’ai donc       le    7 artistes et 1 antoine simon 6       fourr& si, il y a longtemps, les j’ai changé le quelque chose sors de mon territoire. fais ce va et vient entre dernier vers aoi onzième si tu es étudiant en l’ami michel   (à       le la cité de la musique et si au premier jour il tendresses ô mes envols       pass&e quelque temps plus tard, de allons fouiller ce triangle tandis que dans la grande leonardo rosa dans le pays dont je vous       chaque normalement, la rubrique je suis celle qui trompe       sur se reprendre. creuser son au labyrinthe des pleursils dans ce périlleux le plus insupportable chez deuxième apparition de du bibelot au babilencore une glaciation entre antoine simon 19 et tout avait dernier vers aoi non... non... je vous assure, le pendu n’ayant pas violette cachéeton onze sous les cercles       p&eacu coupé le sonà dernier vers aoi vous avez pour m.b. quand je me heurte tout le problème dans les carnets       cerisi  il est des objets sur l’impossible c’est ici, me troisième essai et cyclades, iii° j’oublie souvent et mise en ligne pour michèle       dans       sur le a ma mère, femme parmi toulon, samedi 9 polenta       sur le géographe sait tout  monde rassemblé carissimo ulisse,torna a   saint paul trois que reste-t-il de la dernier vers aoi frères et       ( le 28 novembre, mise en ligne iv.- du livre d’artiste a christiane       midi dans le monde de cette j’ai perdu mon bien sûr, il y eut  dernières mises madame, on ne la voit jamais antoine simon 27  “ce travail qui   se souvent je ne sais rien de elle réalise des   jn 2,1-12 :   anatomie du m et toutes ces pages de nos f j’ai voulu me pencher cinquième essai tout j’écoute vos antoine simon 25 quand sur vos visages les pour andré deuxième approche de  “... parler une pas même   tout est toujours en       descen vous êtes les petites fleurs des v.- les amicales aventures du       en   un  de la trajectoire de ce le galop du poème me nous serons toujours ces c’est extrêmement bientôt, aucune amarre able comme capable de donner       sur quel étonnant écrirecomme on se   la baie des anges       crabe- la terre a souvent tremblé       " langues de plomba la       entre   1) cette dernier vers aoi       &agrav je me souviens de travail de tissage, dans l’une des dernières issent de mer, venent as autres litanies du saint nom régine robin, la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Apparu | Au marais ->
Le moineau
© Daniel Biga

Le sentier qui serpente : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

le moineau

s’assoit

à côté de moi

Publication en ligne : 12 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette