BRIBES EN LIGNE
 improbable visage pendu pour jean gautheronle cosmos on croit souvent que le but  hors du corps pas le lent tricotage du paysage temps où le sang se les durand : une au seuil de l’atelier un titre : il infuse sa       sur       retour la bouche pleine de bulles l’art c’est la générations la littérature de       les certains prétendent station 1 : judas tu le sais bien. luc ne et il parlait ainsi dans la 0 false 21 18 nos voix antoine simon 25 Être tout entier la flamme       la pur ceste espee ai dulor e mougins. décembre       sur sequence 6   le ce texte se présente             au vous êtes       l̵ pour michèle aueret 0 false 21 18 pour martin pour martine, coline et laure       dans merle noir  pour pour je ne peins pas avec quoi, dans ce périlleux  mise en ligne du texte se placer sous le signe de les amants se pour jean-marie simon et sa     faisant la madame a des odeurs sauvages le corps encaisse comme il le tissu d’acier       allong face aux bronzes de miodrag carles respunt :   un vendredi dieu faisait silence, mais troisième essai   est-ce que antoine simon 6 deuxième essai pour raphaël         au 0 false 21 18       il   pour adèle et   la production la cité de la musique dernier vers aoi       jonath dans les rêves de la un homme dans la rue se prend un jour, vous m’avez       (       dans       le  on peut passer une vie temps de pierres dans la  marcel migozzi vient de recleimet deu mult siglent a fort e nagent e   si vous souhaitez       en quand c’est le vent qui pas même sous la pression des raphaël « h&eacu entr’els nen at ne pui les textes mis en ligne       fourr& (la numérotation des     au couchant ki mult est las, il se dort bientôt, aucune amarre assise par accroc au bord de antoine simon 17 (josué avait le travail de bernard à propos des grands f les feux m’ont   d’un coté, la liberté de l’être mouans sartoux. traverse de dernier vers aoi     chambre       le exode, 16, 1-5 toute du fond des cours et des       la carles li reis en ad prise sa ouverture de l’espace genre des motsmauvais genre antoine simon 12 antoine simon 26 j’ai travaillé       &agrav "je me tais. pour taire. le 23 février 1988, il       l̵ pour lee et te voici humanité raphaël quant carles oït la sous l’occupation f qu’il vienne, le feu la pureté de la survie. nul de pa(i)smeisuns en est venuz on a cru à eurydice toujours nue à dernier vers aoi clquez sur et voici maintenant quelques       neige n’ayant pas "et bien, voilà..." dit la chaude caresse de       é art jonction semble enfin pour robert dans les horizons de boue, de ici. les oiseaux y ont fait madame chrysalide fileuse       le       voyage si j’avais de son       le on cheval 1- c’est dans antoine simon 15 saluer d’abord les plus présentation du i mes doigts se sont ouverts peinture de rimes. le texte juste un l’appel tonitruant du pour angelo monde imaginal, je ne saurais dire avec assez station 4 : judas  pour philippe       une       la ço dist li reis :     chant de rm : nous sommes en le 26 août 1887, depuis jusqu’à il y a     le    de femme liseuse ] heureux l’homme       d&eacu titrer "claude viallat,  dans toutes les rues   adagio   je nouvelles mises en "tu sais ce que c’est       nuage Ç’avait été la  le grand brassage des bribes en ligne a   pour olivier dernier vers aoi je suis celle qui trompe       voyage  dans le livre, le et c’était dans giovanni rubino dit diaphane est le mot (ou il n’y a pas de plus deuxième able comme capable de donner       longte des voiles de longs cheveux la bouche pure souffrance dernier vers aoi deux ajouts ces derniers macles et roulis photo 7 le texte qui suit est, bien toutes sortes de papiers, sur     l’é les plus vieilles morz est rollant, deus en ad dernier vers aoi antoine simon 28 de sorte que bientôt   maille 1 :que j’ai en réserve antoine simon 9 sur la toile de renoir, les spectacle de josué dit  les œuvres de depuis le 20 juillet, bribes       &n carcassonne, le 06 chairs à vif paumes coupé le sonà la mort d’un oiseau.     du faucon     vers le soir       alla 1) notre-dame au mur violet une il faut dire les voici des œuvres qui, le       au      & rien n’est l’attente, le fruit dans le monde de cette tout est prêt en moi pour       &n il en est des noms comme du « amis rollant, de       "       six c’était une grande lune pourpre dont les cette machine entre mes nous avancions en bas de    au balcon ensevelie de silence, le ciel de ce pays est tout approche d’une religion de josué il       jardin aux george(s) (s est la macles et roulis photo 1       l̵   je n’ai jamais temps de pierres alocco en patchworck © lorsque martine orsoni     sur la pente pas sur coussin d’air mais  zones gardées de dernier vers doel i avrat, je déambule et suis le plus insupportable chez outre la poursuite de la mise percey priest lakesur les antoine simon 13    seule au       il le numéro exceptionnel de carmelo arden quin est une     sur la macles et roulis photo 6  au travers de toi je       o   la baie des anges je suis occupé ces pour egidio fiorin des mots       juin la communication est gardien de phare à vie, au je n’hésiterai antoine simon 2 ce va et vient entre       devant martin miguel art et reflets et echosla salle les parents, l’ultime de soie les draps, de soie printemps breton, printemps références : xavier 1 au retour au moment onzième deuxième suite       vaches sauvage et fuyant comme ainsi fut pétrarque dans a la fin il ne resta que pour jacqueline moretti,  née à in the country la vie est dans la vie. se dernier vers aoi       les les enseignants : tout à fleur d’eaula danse       deux f toutes mes sixième la fraîcheur et la clere est la noit e la ce poème est tiré du   le 10 décembre pour alain borer le 26 toulon, samedi 9 le proche et le lointain nous avons affaire à de "la musique, c’est le quatrième essai rares af : j’entends  au mois de mars, 1166 faisant dialoguer j’ai perdu mon       pourqu       je et tout avait    si tout au long les cuivres de la symphonie trois tentatives desesperees pour m.b. quand je me heurte       apr&eg fontelucco, 6 juillet 2000       dans abu zayd me déplait. pas ma mémoire ne peut me la musique est le parfum de intendo... intendo ! elle ose à peine tromper le néant antoine simon 5 la tentation du survol, à apaches : dentelle : il avait avant propos la peinture est la terre a souvent tremblé arbre épanoui au ciel pour jean marie mult est vassal carles de temps où les coeurs heureuse ruine, pensait marcel alocco a ecrire les couleurs du monde       qui       m&eacu à sylvie i.- avaler l’art par       marche bal kanique c’est macao grise d’un côté coupé en deux quand « e ! malvais pour anne slacik ecrire est ( ce texte a agnus dei qui tollis peccata décembre 2001. le 28 novembre, mise en ligne f les rêves de       la d’abord l’échange des  il est des objets sur  l’écriture     depuis       descen ma voix n’est plus que immense est le théâtre et etudiant à tendresse du mondesi peu de       tout mon petit univers en       longte il y a dans ce pays des voies torna a sorrento ulisse torna autre citation poussées par les vagues la route de la soie, à pied,   j’ai souvent equitable un besoin sonnerait granz fut li colps, li dux en “dans le dessin       gentil       vu       apr&eg moisissures mousses lichens  le livre, avec légendes de michel j’ai parlé la vie est ce bruissement       entre       ...mai       l̵ de profondes glaouis la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Martin, Jean-Loup > Je serai le pilote aux yeux toujours ouverts

JEAN-LOUP MARTIN

<- XII. Strophe | XIV. Microcosme ->
XIII. Poussière
© Jean-Loup Martin
Ecrivain(s) : Martin
Clefs : poésie

Pour Maguy Giraud
et Hervé Dubreil.
J’ai vu

les nuages
s’enrouler sur eux-mêmes
aspirer la poussière du ciel
s’engouffrer dans l’absence

l’océan
boire la poussière du sable
et des algues
et s’engloutir dans l’inexistence

la terre
se dissoudre
et comme la fleur dans ma main
se confondre à la nuit
et à sa poussière

l’univers
poussière dans la main de Dieu
se désagréger
et comme son Créateur
et toute créature
se fracasser dans le néant

le temps et l’espace
être désert
n’être rien


et moi seul

vivre

et

revivre

 

Publication en ligne : 11 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette