BRIBES EN LIGNE
station 1 : judas       midi l’instant criblé des conserves ! le "patriote", la danse de errer est notre lot, madame, imagine que, dans la reflets et echosla salle le lent tricotage du paysage hans freibach : voici des œuvres qui, le il aurait voulu être dernier vers aoi qu’est-ce qui est en       fleure grande lune pourpre dont les madame est toute       arauca   né le 7 derniers d’abord l’échange des   pour adèle et au commencement était 0 false 21 18 antoine simon 21 si grant dol ai que ne un titre : il infuse sa       apr&eg siglent a fort e nagent e rêves de josué, Ç’avait été la suite du blasphème de f le feu s’est ( ce texte a vertige. une distance si elle est belle ? je       baie sur la toile de renoir, les j’ai perdu mon cet univers sans toi, mésange à  au travers de toi je le tissu d’acier de profondes glaouis       marche       au attendre. mot terrible. dernier vers aoi antoine simon 6 chaque jour est un appel, une vi.- les amicales aventures station 3 encore il parle 1. il se trouve que je suis vous êtes mon travail est une       la       d&eacu deuxième essai le et la peur, présente les plus terribles il y a dans ce pays des voies dernier vers aoi il y a des objets qui ont la l’art n’existe quatre si la mer s’est       la de pa(i)smeisuns en est venuz la cité de la musique 10 vers la laisse ccxxxii Être tout entier la flamme a l’aube des apaches, c’est une sorte de jouer sur tous les tableaux   (dans le   (à pur ceste espee ai dulor e guetter cette chose voile de nuità la     "       o passet li jurz, si turnet a face aux bronzes de miodrag       le douze (se fait terre se pour martine, coline et laure c’est la distance entre     l’é l’homme est rimbaud a donc dans ce pays ma mère 1) notre-dame au mur violet       glouss       tourne a claude b.   comme trois tentatives desesperees on cheval j’aime chez pierre al matin, quant primes pert (ô fleur de courge... le scribe ne retient les dernières rien n’est plus ardu deux ajouts ces derniers pour helmut       &agrav dernier vers aoi       force       la pour michèle gazier 1) sept (forces cachées qui epuisement de la salle, des quatre archanges que heureuse ruine, pensait 13) polynésie ...et poème pour       je "nice, nouvel éloge de la       reine       coude       chaque là, c’est le sable et pour philippe les textes mis en ligne pour martin introibo ad altare au matin du et ma foi, pour daniel farioli poussant leonardo rosa       dans dernier vers aoi il n’est pire enfer que allons fouiller ce triangle la musique est le parfum de j’ai relu daniel biga, dernier vers aoi  les œuvres de la terre nous  “la signification je serai toujours attentif à     pluie du la mort, l’ultime port, ce qu’un paysage peut   que signifie vos estes proz e vostre ce texte m’a été soudain un blanc fauche le    nous ço dist li reis : c’est ici, me g. duchêne, écriture le pluies et bruines, sequence 6   le madame dans l’ombre des cher bernard  “ne pas je me souviens de mais non, mais non, tu ce qui fascine chez merci à la toile de rien n’est il est le jongleur de lui pierre ciel écrirecomme on se    si tout au long       les       entre c’est extrêmement  le grand brassage des aucun hasard si se clere est la noit e la tout est possible pour qui est-ce parce que, petit, on  zones gardées de titrer "claude viallat, il existe au moins deux napolì napolì ouverture de l’espace violette cachéeton       maquis montagnesde ce jour-là il lui nice, le 8 octobre « h&eacu       enfant merle noir  pour cliquetis obscène des …presque vingt ans plus le 19 novembre 2013, à la     pourquoi       deux madame, c’est notre deux nouveauté, macles et roulis photo la brume. nuages       au gardien de phare à vie, au    de femme liseuse       dans zacinto dove giacque il mio macles et roulis photo 7 sur l’erbe verte si est en 1958 ben ouvre à  monde rassemblé vous dites : "un    7 artistes et 1 antoine simon 19 macles et roulis photo 4 f le feu m’a       j̵ c’est la chair pourtant carles li reis en ad prise sa ce va et vient entre des voiles de longs cheveux il ne sait rien qui ne va       la difficile alliage de       dans autres litanies du saint nom       dans a propos d’une     le essai de nécrologie,         &n       &n       fourmi la gaucherie à vivre, noble folie de josué, ce paysage que tu contemplais       bonheu il en est des meurtrières. pour andré villers 1) (en regardant un dessin de       &eacut       longte il arriva que  la lancinante       ruelle à cri et à glaciation entre       le les avenues de ce pays pour anne slacik ecrire est six de l’espace urbain,    seule au quand c’est le vent qui moi cocon moi momie fuseau pour andrée nous savons tous, ici, que tout en vérifiant li quens oger cuardise pour jean marie   un vendredi dans les horizons de boue, de   en grec, morías le 23 février 1988, il pour jean-marie simon et sa neuf j’implore en vain 5) triptyque marocain quand les mots lorsque martine orsoni le glacis de la mort d’un bout à attention beau         entre dernier vers aoi quant carles oït la tant pis pour eux. je ne sais pas si       vu accoucher baragouiner cet article est paru dans le       sur     surgi aux george(s) (s est la le géographe sait tout "et bien, voilà..." dit  marcel migozzi vient de       l̵       au raphaËl dernier vers aoi       bruyan ma voix n’est plus que À la loupe, il observa livre grand format en trois troisième essai dessiner les choses banales  l’écriture les premières un jour, vous m’avez la fraîcheur et la     son       avant madame est une torche. elle petit matin frais. je te la bouche pleine de bulles  “comment d’ eurydice ou bien de les doigts d’ombre de neige antoine simon 2 accorde ton désir à ta dernier vers aoi sixième carmelo arden quin est une       journ& descendre à pigalle, se       cette       et je vois dans vos   tout est toujours en « voici au seuil de l’atelier les durand : une pour marcel (vois-tu, sancho, je suis sors de mon territoire. fais   1) cette premier essai c’est       l̵ pour jacqueline moretti, dans le monde de cette       un       la       jardin et encore  dits pour mes enfants laure et il en est des noms comme du r.m.a toi le don des cris qui générations on trouvera la video pour jean-louis cantin 1.- temps de pierres "le renard connaît le geste de l’ancienne, libre de lever la tête “le pinceau glisse sur dernier vers aoi c’est pour moi le premier   adagio   je vous avez rossignolet tu la     double cinq madame aux yeux c’est un peu comme si,       et tu       neige antoine simon 15 sables mes parolesvous lu le choeur des femmes de quatrième essai rares       le   au milieu de       la les étourneaux ! tromper le néant dix l’espace ouvert au assise par accroc au bord de       la 1- c’est dans « e ! malvais 1) la plupart de ces le lourd travail des meules f toutes mes station 7 : as-tu vu judas se pour le prochain basilic, (la c’est vrai l’ami michel vous n’avez exode, 16, 1-5 toute       quand derniers vers sun destre toutefois je m’estimais macles et roulis photo 6 quand vous serez tout     après c’est parfois un pays dernier vers aoi mult ben i fierent franceis e       nuage       sabots quelques textes       va 1257 cleimet sa culpe, si des voix percent, racontent       en je m’étonne toujours de la  si, du nouveau madame, on ne la voit jamais la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Martin, Jean-Loup > Je serai le pilote aux yeux toujours ouverts

JEAN-LOUP MARTIN

<- X. Mer | XII. Strophe ->
XI. Cercle
© Jean-Loup Martin

En regardant un dessin de Gérard Murail

Artiste(s) : Murail Ecrivain(s) : Martin
Clefs : poésie

Pour Andrée Foch-Keruel, Stéphane Keruel
et leur famille.

   Un cercle qui encercle
   Qui met en cage
   Nul ne peut en sortir (et nul ne voit personne en sortir)
   Et pourtant (est-ce un sourire ? une larme ?)



   Pourtant un coup de bec ici
   Deux coups de griffes là (et, au loin, la tête de l’oiseau)
   Le cercle se déchire (de l’oiseau qui se débat)
   La cage se fissure (se débat, s’envole, malgré le sang)



   L’œil au centre de la cage (est-il vif ? ou crevé ?)
   Est-ce la pointe d’un sein inversé
   Un nombril en creux (blessure, blessure immortelle)
   D’un corps écartelé



   Un corps qui naît de l’écartèlement (souffles, cris ...)
   Qui se dégage (torsion, contorsion, rébellion ...)
   Qui vit et qui veut vivre
   Malgré le sang et la peur



   Le sang bat (des tempes aux poignets : souffles)
   Le sang bat (des seins au nombril : cris)
   Le sang bat (de la peur à la vie : larmes, sourire)
   Et c’est la vie qui bat

Publication en ligne : 8 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette