BRIBES EN LIGNE
mi viene in mentemi frères et entr’els nen at ne pui références : xavier       assis guetter cette chose       je  les éditions de   maille 1 :que quand sur vos visages les tout est prêt en moi pour dernier vers doel i avrat, nice, le 30 juin 2000       dans antoine simon 13 les étourneaux !       alla pour angelo « 8° de à propos “la merci à la toile de à cri et à je suis       dans       sur le rien n’est       au il ne sait rien qui ne va siglent a fort e nagent e       " ses mains aussi étaient 1254 : naissance de etudiant à     au couchant mieux valait découper ecrire sur les textes mis en ligne       le "patriote", j’entends sonner les       &       fourr&       "       su       dans seins isabelle boizard 2005 macles et roulis photo 1 c’est vrai le proche et le lointain ouverture de l’espace v.- les amicales aventures du coupé en deux quand tendresses ô mes envols     chant de il existe au moins deux f tous les feux se sont maintenant il connaît le ici, les choses les plus  ce qui importe pour soudain un blanc fauche le     vers le soir antoine simon 25 on peut croire que martine edmond, sa grande       ce pour maguy giraud et dernier vers s’il il faut aller voir en cet anniversaire, ce qui le temps passe si vite, et encore  dits voile de nuità la deux ajouts ces derniers carmelo arden quin est une     l’é ce n’est pas aux choses …presque vingt ans plus  dernières mises "ces deux là se       apr&eg paroles de chamantu d’un côté temps de cendre de deuil de un jour, vous m’avez   la baie des anges madame est une       le     les fleurs du de proche en proche tous antoine simon 31 pour martin f le feu s’est "la musique, c’est le       deux pour daniel farioli poussant antoine simon 2  monde rassemblé la cité de la musique dans l’innocence des difficile alliage de très saintes litanies       sur  les trois ensembles titrer "claude viallat, toute une faune timide veille a christiane de pa(i)smeisuns en est venuz     les provisions j’ai longtemps       bonheu un tunnel sans fin et, à la prédication faite cinq madame aux yeux la question du récit je me souviens de 7) porte-fenêtre il est le jongleur de lui le grand combat : je n’ai pas dit que le af : j’entends c’est pour moi le premier je découvre avant toi printemps breton, printemps       ce le 19 novembre 2013, à la bernard dejonghe... depuis leonardo rosa (elle entretenait  la toile couvre les    de femme liseuse r.m.a toi le don des cris qui       &n     pluie du le tissu d’acier la tentation du survol, à nouvelles mises en       sous dentelle : il avait   je n’ai jamais       fleure rm : nous sommes en bientôt, aucune amarre histoire de signes . pour martine, coline et laure     ton douce est la terre aux yeux petites proses sur terre       sur pour michèle gazier 1 macao grise pur ceste espee ai dulor e       vu les enseignants : antoine simon 22 je serai toujours attentif à elle réalise des arbre épanoui au ciel     depuis       l̵ epuisement de la salle, merci au printemps des ce qui fait tableau : ce macles et roulis photo 7   d’un coté, marie-hélène nous serons toujours ces le plus insupportable chez et  riche de mes       le       soleil décembre 2001. dans le patriote du 16 mars merci à marc alpozzo dernier vers aoi spectacle de josué dit       voyage clere est la noit e la et combien  jésus       d&eacu madame, vous débusquez   nous sommes antoine simon 16  le livre, avec "le renard connaît vous avez a dix sept ans, je ne savais       bonhe si elle est belle ? je antoine simon 6 un verre de vin pour tacher un homme dans la rue se prend   un de soie les draps, de soie madame porte à le 23 février 1988, il madame, on ne la voit jamais juste un mot pour annoncer 1 la confusion des si tu es étudiant en         &n       je me       enfant la bouche pure souffrance et…  dits de une errance de deux ce travail vous est la bouche pleine de bulles j’ai en réserve derniers vers sun destre  il y a le du bibelot au babilencore une tromper le néant       pour moi cocon moi momie fuseau À perte de vue, la houle des       journ&       au raphaËl    seule au dans ma gorge       je   ciel !!!!       la cet article est paru dans le il n’y a pas de plus quelques textes mais jamais on ne tendresse du mondesi peu de in the country morz est rollant, deus en ad sainte marie, mise en ligne   né le 7 alocco en patchworck ©       avant dernier vers aoi les installations souvent, max charvolen, martin miguel juste un attendre. mot terrible. beaucoup de merveilles    courant le franchissement des       parfoi ] heureux l’homme   si vous souhaitez       à que reste-t-il de la       object « voici dernier vers aoi l’homme est    nous les plus terribles grande lune pourpre dont les nous avons affaire à de (dans mon ventre pousse une si j’avais de son  hier, 17 dernier vers aoi       chaque apaches : pour yves et pierre poher et giovanni rubino dit il ne s’agit pas de certains prétendent il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi pour michèle aueret le 2 juillet passet li jurz, si turnet a       les poussées par les vagues j’ai donné, au mois tandis que dans la grande       pass&e       " journée de un nouvel espace est ouvert le passé n’est chaises, tables, verres, folie de josuétout est       glouss démodocos... Ça a bien un 1.- les rêves de "et bien, voilà..." dit       sur le thème principal : deuxième apparition de au matin du ma chair n’est religion de josué il     de rigoles en le ciel est clair au travers béatrice machet vient de quai des chargeurs de antoine simon 5       et tu pour marcel dans le respect du cahier des       midi il en est des noms comme du       s̵ aux george(s) (s est la les parents, l’ultime  on peut passer une vie dernier vers aoi ce qui importe pour me seul dans la rue je ris la abu zayd me déplait. pas au programme des actions       je me jouer sur tous les tableaux  tous ces chardonnerets chaque automne les ce qui fascine chez poème pour 1) la plupart de ces le glacis de la mort  “... parler une     rien au rayon des surgelés   dits de immense est le théâtre et   un vendredi       la vi.- les amicales aventures c’est la peur qui fait cher bernard mouans sartoux. traverse de   au milieu de de mes deux mains comme ce mur blanc de la vertige. une distance sixième la musique est le parfum de pour philippe     une abeille de après la lecture de 0 false 21 18   la production depuis le 20 juillet, bribes j’écoute vos autre petite voix       tourne petit matin frais. je te inoubliables, les pour le prochain basilic, (la comme c’est (josué avait  l’écriture la fraîcheur et la outre la poursuite de la mise trois tentatives desesperees pour qui veut se faire une       allong     du faucon       b&acir je sais, un monde se chaque jour est un appel, une la littérature de       va ensevelie de silence, pluies et bruines, toujours les lettres :       sur "pour tes la liberté s’imprime à c’est la chair pourtant il y a tant de saints sur glaciation entre       &agrav pour martine et te voici humanité j’oublie souvent et f dans le sourd chatoiement dernier vers aoi       en un de l’autre       voyage dans l’innocence des pour max charvolen 1)       dans dernier vers aoi à sylvie       ...mai       le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Martin, Jean-Loup > Je serai le pilote aux yeux toujours ouverts

Pour Martine Casanova,
Mireille Marchand et Robert Béthune.




1



            Olivier :

            noueux, tronc noueux, noué à la terre
                  racines immortelles
                  plongées dans nos mémoires
                  humus du passé – à l’avenir

            noueux, branches nouées au ciel
                  mais les nuages passent quand même
                    dans la toile d’araignée
                  tantôt plombé tantôt lumineux
                  feuillage immortel

            nouée à tes branches
                        l’olive
                  est une promesse


2




            Et un lâcher d’enfants
                    courant
                    oiseaux heureux
            cueillant des branches et des tessons de poteries

            et sur le filet
            se posent émerveillés

            fils des dieux de la Grèce
            et des humains de Provence


3



            Enfants


            que j’emmène tourbillon
            et d’un mot et d’un geste

            Une olive d’or
            est la clef

            Vous courez
                         je vous suis
            vous plantez des troncs argentés
            de la terre au ciel
            vous ouvrez des portes dans ces troncs
                                    je vous suis
            vous vous engouffrez dans des souterrains
            vous déchiffrez des cryptogrammes
                                       je les lis

            De la Tour du Mont d’Or
            à la Place du Terreau

                        Manosque

            S’ouvre à votre imagination
            que j’ai enflammée

            ouvre ses mains


                        et le ciel s’y dépose

Publication en ligne : 1er juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette