BRIBES EN LIGNE
attelage ii est une œuvre       deux suite de dans le pain brisé son à pour m.b. quand je me heurte à propos des grands pour martine arbre épanoui au ciel l’art n’existe pour ma  pour le dernier jour générations non... non... je vous assure,   entrons ce jour là, je pouvais       la macles et roulis photo 7       pass&e dans ma gorge         or  référencem en ceste tere ad estet ja j’aime chez pierre pour marcel À max charvolen et voici des œuvres qui, le pas facile d’ajuster le cette machine entre mes tu le saiset je le vois travail de tissage, dans     faisant la la deuxième édition du nous savons tous, ici, que petit matin frais. je te antoine simon 27 les avenues de ce pays libre de lever la tête (en regardant un dessin de tout le problème       l̵ les cuivres de la symphonie quatrième essai de la pureté de la survie. nul cher bernard vous deux, c’est joie et l’éclair me dure,       l̵ je désire un dernier vers aoi vos estes proz e vostre avec marc, nous avons le lent déferlement et ma foi, on peut croire que martine la bouche pure souffrance les routes de ce pays sont pas sur coussin d’air mais in the country pour jean marie je découvre avant toi       "     le cygne sur bal kanique c’est a toi le don des cris qui apaches :  c’était un jour, vous m’avez       longte   en grec, morías un verre de vin pour tacher raphaël onze sous les cercles en introduction à les amants se huit c’est encore à trois (mon souffle au matin       en un madame dans l’ombre des       la envoi du bulletin de bribes les parents, l’ultime    seule au dieu faisait silence, mais cinquième citationne trois tentatives desesperees monde imaginal, etudiant à "si elle est  au mois de mars, 1166 attendre. mot terrible.       au         je n’ai jamais       fourr& clers est li jurz et li antoine simon 23       o maintenant il connaît le       six  les premières       la dans les écroulements dernier vers aoi au lecteur voici le premier traquer i.- avaler l’art par moisissures mousses lichens raphaËl il était question non quand sur vos visages les voudrais je vous dernier vers aoi r.m.a toi le don des cris qui ce qui fascine chez     extraire abstraction voir figuration 1-nous sommes dehors. laure et pétrarque comme le texte qui suit est, bien cyclades, iii° ce pays que je dis est on dit qu’agathe l’existence n’est pour jean gautheronle cosmos  la lancinante rossignolet tu la pour andré villers 1) s’égarer on nous viendrons nous masser nouvelles mises en décembre 2001. je n’hésiterai   anatomie du m et cinquième essai tout f les marques de la mort sur       grimpa       pav&ea dessiner les choses banales Ç’avait été la derniers  je signerai mon pour alain borer le 26 références : xavier       en       la   la baie des anges elle disposait d’une "pour tes un nouvel espace est ouvert       force edmond, sa grande       ce le 23 février 1988, il pour gilbert    courant constellations et madame aux rumeurs la fonction, je sais, un monde se       la       &n comme un préliminaire la mais jamais on ne       b&acir       l̵   encore une deux ce travail vous est       dans    regardant quand nous rejoignons, en assise par accroc au bord de dernier vers que mort ce qu’un paysage peut le tissu d’acier franchement, pensait le chef,       voyage       dans       la  zones gardées de       voyage       &n dernier vers aoi (À l’église       midi vous avez       il       journ& dernier vers doel i avrat, intendo... intendo !   (dans le le samedi 26 mars, à 15 un jour nous avons j’ai en réserve ecrire les couleurs du monde     chambre toujours les lettres :       é antoine simon 31 les textes mis en ligne pour frédéric deuxième essai le granz est li calz, si se onzième je déambule et suis   un vendredi toulon, samedi 9 normalement, la rubrique toutes sortes de papiers, sur     surgi       devant il n’était qu’un d’ eurydice ou bien de  on peut passer une vie  tu vois im font chier  pour de       j̵ ma mémoire ne peut me able comme capable de donner       soleil j’ai changé le au programme des actions station 3 encore il parle ço dist li reis : coupé en deux quand art jonction semble enfin       reine       un la bouche pleine de bulles       gentil     son  de même que les immense est le théâtre et dernier vers aoi       sur le soleil n’est pas antoine simon 28 quelques textes dernier vers s’il entr’els nen at ne pui       " dans la caverne primordiale quai des chargeurs de merci au printemps des de pa(i)smeisuns en est venuz       sur le       nuage 1) notre-dame au mur violet aucun hasard si se sur la toile de renoir, les macles et roulis photo 6       je epuisement de la salle, sous la pression des pour maxime godard 1 haute madame est une torche. elle une il faut dire les quand vous serez tout madame porte à       le madame est la reine des station 1 : judas       m̵ si, il y a longtemps, les on cheval a supposer quece monde tienne dernier vers aoi dernier vers aoi tout en travaillant sur les la langue est intarissable       &agrav ce jour-là il lui dans ce pays ma mère  tous ces chardonnerets       &agrav dont les secrets… à quoi les doigts d’ombre de neige imagine que, dans la a christiane       il vue à la villa tamaris si tu es étudiant en       sur       la au matin du mesdames, messieurs, veuillez À perte de vue, la houle des       soleil   3   

les sous l’occupation quand les eaux et les terres       ma       le je serai toujours attentif à il pleut. j’ai vu la       les pour andré quant carles oït la       bien ensevelie de silence, madame a des odeurs sauvages et  riche de mes       pav&ea     nous antoine simon 5 attention beau       les introibo ad altare douce est la terre aux yeux l’art c’est la peinture de rimes. le texte dernier vers aoi deuxième apparition li emperere s’est pour max charvolen 1)       dans       maquis       un si elle est belle ? je   dits de dans le monde de cette et c’était dans viallat © le château de les dernières     du faucon l’ami michel mieux valait découper       apr&eg   ces notes macles et roulis photo 4 c’est seulement au bel équilibre et sa       fleur de profondes glaouis pour lee deuxième essai       sur le jouer sur tous les tableaux nous avancions en bas de mon travail est une deuxième journée de   est-ce que     un mois sans paien sunt morz, alquant    si tout au long "ah ! mon doux pays, le ciel de ce pays est tout dernier vers aoi issent de mer, venent as chercher une sorte de  “ne pas f le feu m’a       je me et encore  dits raphaël vedo la luna vedo le dernier vers aoi je me souviens de sainte marie, essai de nécrologie, charogne sur le seuilce qui torna a sorrento ulisse torna cinq madame aux yeux carcassonne, le 06 pour jean-marie simon et sa       nuage ma voix n’est plus que       je dernier vers aoi      & dernier vers aoi le 26 août 1887, depuis là, c’est le sable et patrick joquel vient de pure forme, belle muette, moi cocon moi momie fuseau pour andrée la rencontre d’une grant est la plaigne e large     de rigoles en le 28 novembre, mise en ligne printemps breton, printemps   on n’est face aux bronzes de miodrag paysage de ta tombe  et titrer "claude viallat, portrait. 1255 :       dans présentation du       st josué avait un rythme la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 9 | Capharnaüm, 11 ->
Capharnaüm, 10
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

Station 4 : Judas  fusion



je m’agrippais aux branches torves des cistes à feuilles de sauge déjà leurs fleurs mauves étaient tombées et je glissais sur les mots qu’Il avançait qui se dérobaient parfois me laissant l’âme écorchée
dans la frénésie du souffle je me demandais pourquoi                l’acharnement       des pas à quoi bon rimait cette épreuve de fin de ligne                        de linge chargé en sueur
d’arbuste en buisson             arbre de vie           buisson ardent      rien décidément rien  n’est innocent pour qui s’accroche à la caillasse
sous les crachats Il portera sa croix les pierres                et je me déroberai      au pas de la  fatigue faussée
je crachais le rosé bu la veille la treille        en feu      nouait ses pampres     dans l’arborescence des                             bronches
un regard élaboré  par la torsion du dos                et la splendeur des rades souligne celle des         montées                           dans la poussière arrachées        s’épanouit ici la        fraternité des pêcheurs d’hommes
dans la transe de l’abandon toujours  possible                l’arbre nain       comme horizon comme front scandé                         sur un mur                      de lamentations

Publication en ligne : 30 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette