BRIBES EN LIGNE
je crie la rue mue douleur un trait gris sur la       je le franchissement des a ma mère, femme parmi "et bien, voilà..." dit pour jean marie se reprendre. creuser son reprise du site avec la a la fin il ne resta que a christiane cinq madame aux yeux la tentation du survol, à       glouss dernier vers aoi         au ma mémoire ne peut me rafale issent de mer, venent as agnus dei qui tollis peccata le nécessaire non carles li reis en ad prise sa       "       ce dans le monde de cette elle réalise des à propos “la rm, le 2/02/2018 j’ai fait rafale n° 12 où béatrice machet vient de toi, mésange à quelques textes l’impression la plus       j̵       b&acir    tu sais       " quelque chose le coquillage contre dans le pays dont je vous ce qui aide à pénétrer le quel ennui, mortel pour il n’y a pas de plus exode, 16, 1-5 toute  martin miguel vient arbre épanoui au ciel       que pour jean gautheronle cosmos   voici donc la       au coupé le sonà pour daniel farioli poussant max charvolen, martin miguel je déambule et suis ajout de fichiers sons dans lancinant ô lancinant       sous toulon, samedi 9 vous deux, c’est joie et f dans le sourd chatoiement       sur la gaucherie à vivre,       &agrav que d’heures apaches :       maquis mise en ligne       reine j’ai changé le equitable un besoin sonnerait avec marc, nous avons       l̵ en 1958 ben ouvre à et tout avait les parents, l’ultime on a cru à       dans la pureté de la survie. nul madame, on ne la voit jamais  “la signification le lent tricotage du paysage ma voix n’est plus que  tu ne renonceras pas. le tissu d’acier       jonath polenta     le cygne sur   anatomie du m et le 23 février 1988, il       sur       le   en grec, morías       fleure les plus terribles c’est pour moi le premier     chant de pour philippe dernier vers aoi pour maguy giraud et       l̵ nous viendrons nous masser       le dont les secrets… à quoi c’est extrêmement (dans mon ventre pousse une bal kanique c’est à sylvie dans le pain brisé son     &nbs bernard dejonghe... depuis biboon. plus qu’une saison. a dix sept ans, je ne savais assise par accroc au bord de  hier, 17 ne faut-il pas vivre comme karles se dort cum hume       je le ciel de ce pays est tout       coude f le feu s’est    il       six merci à la toile de bien sûrla      & les éditions de la passe du     à cliquetis obscène des derniers je meurs de soif la vie est dans la vie. se antoine simon 31       sur s’égarer on pour jean-marie simon et sa       é vedo la luna vedo le   la baie des anges       chaque       jardin     le       à ouverture de l’espace je ne sais pas si       va intendo... intendo ! carissimo ulisse,torna a je suis suite du blasphème de lorsque martine orsoni       la       pav&ea fontelucco, 6 juillet 2000     cet arbre que       un j’oublie souvent et rien n’est plus ardu     pourquoi l’attente, le fruit régine robin, et c’était dans tromper le néant on trouvera la captation la rencontre d’une   iv    vers jusqu’à il y a il avait accepté ...et poème pour dernier vers aoi       les six de l’espace urbain, dernier vers aoi  un livre écrit printemps breton, printemps n’ayant pas       dans madame est une moisissures mousses lichens encore la couleur, mais cette carissimo ulisse,torna a dernier vers aoi       sabots le plus insupportable chez iv.- du livre d’artiste ce n’est pas aux choses dans le patriote du 16 mars       fourmi ses mains aussi étaient       &agrav bientôt, aucune amarre       ( franchement, pensait le chef, rafale n° 6 just do rafale n° 9 un de proche en proche tous les dernières et ma foi, tu le sais bien. luc ne seins isabelle boizard 2005  tu vois im font chier la communication est sur la toile de renoir, les       tourne       arauca       je me janvier 2002 .traverse dimanche 18 avril 2010 nous pour martine 0 false 21 18 rêves de josué,       l̵  les trois ensembles       &n pour andré     double   est-ce que la deuxième édition du de mes deux mains  “comment dernier vers aoi     les provisions dorothée vint au monde  hors du corps pas vous n’avez pour egidio fiorin des mots pour gilbert dernier vers aoi jouer sur tous les tableaux je désire un         or si elle est belle ? je chants à tu mon recueil f les marques de la mort sur  “ne pas ensevelie de silence, etait-ce le souvenir le 10 décembre 2013, lu le choeur des femmes de portrait. 1255 :   ciel !!!! deuxième apparition   tout est toujours en la vie humble chez les certains prétendent madame a des odeurs sauvages c’est un peu comme si,   3   

les inoubliables, les s’ouvre la c’est une sorte de dernier vers aoi vi.- les amicales aventures l’impossible le 28 novembre, mise en ligne       st pas de pluie pour venir       dans ce poème est tiré du       quand pierre ciel chaises, tables, verres, au rayon des surgelés granz est li calz, si se pour marcel À l’occasion de je rêve aux gorges une image surgit traverse le     " ço dist li reis : corps nomades bouches    nous ce qui fait tableau : ce un jour nous avons avez-vous vu a la femme au f toutes mes dernier vers que mort paysage de ta tombe  et       soleil douze (se fait terre se j’aime chez pierre ...et la mémoire rêve pur ceste espee ai dulor e le temps passe dans la effleurer le ciel du bout des si tu es étudiant en troisième essai raphaël douce est la terre aux yeux       le du bibelot au babilencore une guetter cette chose       mouett bruno mendonça 1254 : naissance de       la pie  pour de       les nous serons toujours ces il en est des noms comme du pour jean-louis cantin 1.- toute trace fait sens. que madame, c’est notre "nice, nouvel éloge de la pour andré villers 1)  il y a le sous l’occupation madame est une torche. elle peinture de rimes. le texte poème pour       nuage josué avait un rythme j’arrivais dans les dernier vers aoi on cheval       vu nous avancions en bas de 7) porte-fenêtre le travail de miguel, de 1968 la réserve des bribes       nuage je sais, un monde se       vu       les allons fouiller ce triangle       journ& dernier vers aoi deuxième approche de et combien f j’ai voulu me pencher et ces  jésus  si, du nouveau voici des œuvres qui, le antoine simon 32 de pa(i)smeisuns en est venuz je m’étonne toujours de la Éléments - 1 la confusion des le pendu antoine simon 14 de tantes herbes el pre   saint paul trois essai de nécrologie,     oued coulant tout le problème al matin, quant primes pert f qu’il vienne, le feu le 15 mai, à vue à la villa tamaris pour raphaël  référencem (en regardant un dessin de rafale       en pour julius baltazar 1 le juste un    au balcon pour helmut       " il semble possible archipel shopping, la antoine simon 29 sculpter l’air : passet li jurz, la noit est ce temps de cendre de deuil de preambule – ut pictura ici. les oiseaux y ont fait pas une année sans évoquer       d&eacu       sur l’une des dernières       &agrav       sur le " je suis un écorché vif.       object présentation du bribes en ligne a i mes doigts se sont ouverts quand vous serez tout approche d’une       ruelle et que dire de la grâce de sorte que bientôt       je me f le feu est venu,ardeur des comme ce mur blanc les doigts d’ombre de neige noble folie de josué, que reste-t-il de la la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Généralités > A propos du livre d’artiste
<- VII. Les amicales aventures du livre d’artiste... Suite : des artistes et des écrivains |
VIII.- Les amicales aventures du livre... Suite et fin : des exemples sous les yeux...
Artiste(s) : Maccheroni Ecrivain(s) : Freixe (site) , Arthaud

Vous n’avez guère voulu vous prendre comme exemples... Mais tout de même : il y a, par exemple, tout le travail qu’Henri développe avec Butor, depuis des années, mais aussi, avec bien d’autres écrivains, comme Lyotard, Vargaftig, Bernard Noël, Bourgeade et tant d’autres... Il y a ce que tu fais, Christian, avec Max Charvolen en travaillant directement sur sa toile au fur et à mesure qu’il la réalise, ou cet extraordinaire livre “au vent tributaire” que tu as réalisé avec Gérard Serée... Il y a encore, ce que tu nous prépares, Alain, avec Martin Miguel, Jean Jacques Laurent, ou Leonardo Rosa...
Par exemple, Christian, ton travail d’écriture avec Charvolen, pour ce que j’en ai vu, se fait en même temps que Charvolen peint et sur toile même qu’il emploie. J’ajoute que, comme le travail deMC ne consiste pas à peindre sur de la toile, mais à déchirer de la toile pour la coller sur des pans de murs, des espaces d’architecture pour les mouler et les mettre ensuite à plat, je laisse imaginer ce que devient dans cette relation le simple exercice d’écriture... Je trouve votre démarche exemplaire de ce que je voudrais présenter et défendre.
Ces livres nouveaux sont des lieux et des espaces de recherche pure, d’une relation peut-être “amicale” au sens que AF donnait à ce terme, d’une relation au moins esthétique, entre un peintre et un écrivain... Dans le cas de ce que Christian Arthaud fait avec Charvolen....
CA:on ne sait pas où l’on va, là...
RM : Et c’est cette prise de risque là qui me plait. C’est qu’ils ne savent pas, allant quelque part, où ils vont... C’est le fameux “au fond de l’inconnu” dont parle Baudelaire, n’est-ce pas ? Et ils nous y conduisent avec eux. Il y a ainsi un texte qui se perd ou court le risque de se perdre, il y a toute cette mise en danger du livre et du texte... Le poète prend des risques...
CA:et c’est ça qui m’intéresse. Un livre est bien une aventure qui te conduit là où tu ne sais pas, là où, peut-être, tu n’aimerais pas aller. La disparition du texte, par exemple.
RM : intéressant ce que tu dis... Parce que, dans ton activité de poète, tu ne t’inscris pas du tout dans des esthétiques de la disparition du texte.
CA : non, en effet, du reste, à mon avis, je ne parle pas de disparition mais de transformation, de lisibilité différente, mais pas de disparition
CA : pour moi le livre renvoie à l’utopie, à l’inaccessible, et j’aime investir cet espace de l’imaginaire, cet espace impossible, cet espace que l’on peut pas remplir. C’est cette souveraineté là, cette absolue liberté que donne le livre quand on en saisit l’importance, le poids symbolique... Et réussir un livre, c’est une des très belles choses qui puissent arriver de faire. Moi, je ne voudrais pas terminer sans parler d’un livre pour moi très important, c’est ”poésie de mots inconnus” de Hiliazd, Une sorte de brique qu’on déplie. avec chaque fois une feuille pliée avec chaque fois un artiste, un écrivain de Picasso à Arthaud.
AF : je prends davantage le texte que le livre. Dans le travail que je suis en train de faire avec Roisa, par exemple... Nous avions d’abord pensé, avec Raphaël, à solliciter Viallat... Et puis, en voyant le travail de Leonardo, en mettant en relation son travail plastique et mes thèmes et formes d’écriture, c’est ce travail là qui s’est imposé, il s’est passé une sorte de phénomène de résonnance entre le ton de l’intervention de Rosa et celui de mon écriture, entre deux intériorisations, entre deux idéologies de la représentation, et c’est dans cet entre deux que se tissent des échos. Pour moi, c’est ça qui m’est le plus important.
CA : J’ai trouvé ce phénomène d’échos, Raphaël, dans ton livre avec Gérard Serée “Les creux de l’ombre”.
AF : HM parle de rencontre... Qui rencontre qui ? Li’mportant c’est qu’il y ait le point de rencontre.
AC:ou que le lecteur voit le point de rencontre
RM : Moi, ce qui m’intéresse le plus, c’est le moment où celui qui écrit se questionne sur le statut de ce qu’il écrit, par rapport à ce lieu aussi indécidable que le livre, le lieu plastique constitué, comme une sorte d’utopie en acte : pésente et agissante. Et je me pose la question de la présence du texte dans cette utopie là. Or, dans l’histoire, jusqu’à notre époque, cette question là ne s’est jamais posée : il y avait primeauté du texte, de l’écriture, voire, dans notre monde occidentale, des Ecritures, et le peintre vient après pour -lemot ledit bien-”illustrer”, rendre illustre, glorifier. Or, nous voyons ça encore dans notre siècle : dans le cas Miro/Char, c’est Miro qui illustre Char. La grande différence avec Butor, c’est, que, massivement, d’abord il y a la peinture. Letexte se modèle ou se module sur ce qu’est l’oeuvre. Le texte va aller chercher l’oeuvre d’art et va vouiloir rendre textuellement le type de rapport que j’ai à cette oeuvre. Ou mieux, le type de rapport que cette oeuvre est en train de jouer de mon rapport au monde... Ce n’est peut-êtrepas la mise en question du livre ou du texte, mais c’est un lieu de recherche, un espace particulier où l’écriture cherche un fondement, une raison d’être.
Dans le cas où c’est l’artiste qui va vers le texte, nous sommes davantage dans une relation classique : le texte est d’avant. “Au début était le verbe”. Eh bien, je m’intéresse aux situations dans lesquelles au début n’est pas, apparemment du moins, le verbe. Au début est le chaos de la peinture (le chaos, c’est à dire la peinture).
Il y a toujours eu cette connivence de celui qui écrit à celui qui peint, mais c’est en ce moment
on est à la recherche d’espaces de l’utopie, de lieux où dire et pourquoi dire, une incertitude par rapport au rel immédiat et une volonté de se rassurer en prenant appui sur les espaces constituées de l’art, un peu comme si, le rapport au monde étant presque impossible, on demande à l’oeuvre d’art de servir de médiateur. Passer par l’oeuvre... Parler de l’oeuvre c’est parler du monde de façon comme différée. Et on a besoin de ça.
HM : C’est unfiltre
RM : Ou un viatique... Un ange... puisque l’oeuvre t’annonce une venue au monde.

Publication en ligne : 30 mai 2009
Première publication : août 2003 / article dans revue d’art

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette