BRIBES EN LIGNE
pas de pluie pour venir 5) triptyque marocain le coquillage contre six de l’espace urbain, intendo carthage, fille de légendes de michel titrer "claude viallat, le soleil n’est pas  de même que les       sur le c’est le grand au seuil de l’atelier rien n’est plus ardu normalement, la rubrique arbre épanoui au ciel    seule au       le     son accoucher baragouiner (en regardant un dessin de les dernières agnus dei qui tollis peccata   six formes de la je ne saurais dire avec assez f le feu s’est epuisement de la salle, macles et roulis photo 1 preambule – ut pictura « voici quand c’est le vent qui     longtemps sur je n’aime pas les gens l’entreprise dont je me       qui antoine simon 3 pour michèle gazier 1 bernard dejonghe... depuis ils avaient si longtemps, si régine robin, 1- c’est dans       soleil   pour théa et ses charogne sur le seuil ce qui       en un la route de la soie, à pied, la chaude caresse de la rencontre d’une et il parlait ainsi dans la j’ai en réserve madame aux rumeurs quel ennui, mortel pour temps de pierres dans la à dans les carnets f le feu m’a rafale n° 7 un le plus insupportable chez       l’ 7) porte-fenêtre je meurs de soif "le renard connaît dans le respect du cahier des de proche en proche tous         deuxième apparition       la comme une suite de non, björg, s’il antoine simon 18 effleurer le ciel du bout des       devant Ç’avait été la "école de il ne s’agit pas de nous serons toujours ces dieu faisait silence, mais assise par accroc au bord de onze sous les cercles       sous         f tous les feux se sont (de)lecta lucta         bonheu fontelucco, 6 juillet 2000 vous deux, c’est joie et ouverture de l’espace  les trois ensembles       "j& a la fin   il ne resta si tu es étudiant en autre petite voix j’ai longtemps suite de  les œuvres de raphaËl dont les secrets… à quoi  il est des objets sur spectacle de josué dit « e ! malvais temps où le sang se « 8° de bernadette griot vient de toute une faune timide veille madame chrysalide fileuse ouverture d’une dernier vers que mort karles se dort cum hume je n’aime pas ce monde.       au soir pour marcel       la le ciel est clair au travers je serai toujours attentif à       quinze histoire de signes . et si au premier jour il       les (la numérotation des       au coupé en deux quand le flot pâle des maisons pour jean marie nouvelles mises en   se merci à marc alpozzo tandis que dans la grande  je signerai mon des conserves ! nu(e), comme son nom beaucoup de merveilles approche d’une chants à tu mon recueil le 23 février 1988, il temps de pierres pure forme, belle muette, antoine simon 25 a ma mère, femme parmi a dix sept ans, je ne savais "l’art est-il en 1958 ben ouvre à couleur qui ne masque pas       jonathan       grappes       à mise en ligne 1) la plupart de ces quand vous serez tout du bibelot au babil encore À propos de fata en       ...mais sors de mon territoire. fais dernier vers aoi         le faisant dialoguer les éditions de la passe du dans les rêves de la en introduction à       ç       dans la violette cachée ton r.m. a toi le don des cris "pour tes (À l’église merci à la toile de       le vent il en est des meurtrières.       le antoine simon 24 macles et roulis photo 4 deux ajouts ces derniers   d’un coté, les dessins de martine orsoni il y a deux villes à il aurait voulu être après la lecture de fin première     de rigoles en a la libération, les rêve, cauchemar, ce paysage que tu contemplais j’ai relu daniel biga, le scribe ne retient janvier 2002 .traverse   encore une (ô fleur de courge... pour lee l’existence n’est  marcel migozzi vient de dernier vers aoi   carles respunt :         1 2  antoine simon 12 le 26 août 1887, depuis autres litanies du saint nom antoine simon 26 avez-vous vu antoine simon 2 "si elle est je reviens sur des pourquoi yves klein a-t-il avec marc, nous avons antoine simon 21 il pleut. j’ai vu la si vous entendez le lac Éléments - libre de lever la tête les doigts d’ombre de neige       st toulon, samedi 9 sites de mes dernier vers aoi quand il voit s’ouvrir, 1 2  ...et la mémoire rêve imagine que, dans la ainsi fut pétrarque dans       l’ autre citation tout le problème  ce qui importe pour comme ce mur blanc tu le sais bien. luc ne d’un côté 1 2        dans le tant pis pour eux.       au vous dites : "un     double       journ&ea       deux une il faut dire les de pa(i)smeisuns en est venuz le corps encaisse comme il …presque vingt ans plus pour angelo un titre : il infuse sa       gloussem   anatomie du m et juste un mot pour annoncer       les       apr&egra     le cygne sur a grant dulur tendrai puis l’appel tonitruant du antoine simon 29 ki mult est las, il se dort temps de bitume en fusion sur pour le prochain basilic, (la une fois entré dans la les cuivres de la symphonie quelque chose la fraîcheur et la mes pensées restent de l’autre dessiner les choses banales  pour le dernier jour le passé n’est mouans sartoux. traverse de   on n’est décembre 2001. ici. les oiseaux y ont fait madame est la reine des madame porte à rafale je t’enfourche ma equitable un besoin sonnerait À peine jetés dans le attention beau début de la mise en ligne de     l’é antoine simon 32 13) polynésie le grand combat : coupé le son à à la bonne pour pierre theunissen la les lettres ou les chiffres       vaches     [1] l dernier vers aoi (josué avait lentement abstraction voir figuration       il     chant de       l’ cliquetis obscène des d’un bout à les petites fleurs des pour martine, coline et laure  improbable visage pendu pour daniel farioli poussant madame a des odeurs sauvages en ceste tere ad estet ja polenta le 2 juillet 2000   cher cet article est paru au lecteur voici le premier dernier vers doel i avrat, le travail de bernard antoine simon 15 bribes en ligne a a toi le don des cris qui etait-ce le souvenir       allong&e       la petit matin frais. je te si elle est belle ? je       au   (dans le la mort, l’ultime port,       " dernier vers aoi       midi le glacis de la mort       & clers fut li jurz e li  hier, 17       en deux       deux giovanni rubino dit abu zayd me déplait. pas jusqu’à il y a paien sunt morz, alquant soudain un blanc fauche le       la f dans le sourd chatoiement   un vendredi le poiseau de parisi mon l’attente, le fruit dentelle : il avait gardien de phare à vie, au   (à rafale vous avez et   riche de mes il semble possible sous l’occupation f le feu est venu, ardeur des des voix percent, racontent       au       jardin       pass&eac rafale n° 12 où pour philippe le temps passe si vite, quand sur vos visages les nos voix tout est possible pour qui 1 la confusion des clers est li jurz et li       pé je me souviens de pierre ciel       o on trouvera la video in the country essai de nécrologie,       le les plus terribles quatrième essai de       fleurett pour alain borer le 26 dans les écroulements pour andré ecrire les couleurs du monde voile de nuit à la il y a longtemps, la force du corps, glaciation entre     du faucon  tous ces chardonnerets c’est seulement au dire que le livre est une l’évidence encore une citation “tu normal 0 21 false fal       la 1 2  li emperere s’est tes chaussures au bas de bal kanique c’est   la baie des anges       coude       les  tu ne renonceras pas. traquer       la les premières la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Sur le chemin | Objectif ->
Dans le silence
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

dans le silence

un souffle de lézard

sur l’ardoise tiède

Publication en ligne : 20 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP