BRIBES EN LIGNE
pour gilbert mieux valait découper a propos de quatre oeuvres de je t’enfourche ma 0 false 21 18 errer est notre lot, madame, dernier vers aoi pour lee     cet arbre que       dans la liberté de l’être il était question non vertige. une distance je me souviens de  dans toutes les rues quai des chargeurs de       l̵ pour mireille et philippe dernier vers aoi   je n’ai jamais station 4 : judas  printemps breton, printemps dernier vers aoi dernier vers s’il dentelle : il avait antoine simon 18     à ce 28 février 2002. antoine simon 11 en introduction à       object  si, du nouveau fontelucco, 6 juillet 2000 carissimo ulisse,torna a madame est la reine des et que dire de la grâce de prime abord, il       sabots ce jour là, je pouvais vous n’avez les doigts d’ombre de neige genre des motsmauvais genre f les rêves de sauvage et fuyant comme  on peut passer une vie       longte 1-nous sommes dehors. ici. les oiseaux y ont fait la pureté de la survie. nul       m̵ les enseignants :       &agrav tendresse du mondesi peu de nous lirons deux extraits de     ton ils s’étaient   en grec, morías la poésie, à la quand nous rejoignons, en       &agrav ( ce texte a       un j’ai perdu mon  le "musée etudiant à pour jacky coville guetteurs       quand la cité de la musique j’entends sonner les coupé en deux quand      & cet article est paru dans le n’ayant pas la brume. nuages       il       le toute trace fait sens. que ainsi fut pétrarque dans juste un il arriva que antoine simon 30 a claude b.   comme paroles de chamantu     m2 &nbs pour mon épouse nicole sur la toile de renoir, les ici, les choses les plus       la la question du récit pour andré villers 1)       sur le     [1]  arbre épanoui au ciel mouans sartoux. traverse de j’ai donné, au mois       pav&ea       sur il y a dans ce pays des voies bel équilibre et sa     &nbs autre citation"voui deuxième apparition       dans abstraction voir figuration torna a sorrento ulisse torna le 26 août 1887, depuis macles et roulis photo 3 chairs à vif paumes et tout avait le lent déferlement   travail de tissage, dans pour yves et pierre poher et       journ& heureuse ruine, pensait af : j’entends pour max charvolen 1)   je ne comprends plus prenez vos casseroles et  “... parler une       la huit c’est encore à le passé n’est deuxième suite 1.- les rêves de li emperere par sa grant d’un bout à le plus insupportable chez 1) notre-dame au mur violet dernier vers aoi 5) triptyque marocain ses mains aussi étaient lu le choeur des femmes de mi viene in mentemi   six formes de la a ma mère, femme parmi d’un côté tandis que dans la grande attendre. mot terrible. la terre nous zacinto dove giacque il mio mise en ligne d’un       &agrav       gentil ki mult est las, il se dort ecrire sur j’oublie souvent et c’est parfois un pays l’éclair me dure,       je imagine que, dans la les parents, l’ultime quatrième essai rares       en un       au il n’est pire enfer que de tantes herbes el pre  monde rassemblé       &agrav       reine       je me les routes de ce pays sont       la même si pour maxime godard 1 haute pour mes enfants laure et nous viendrons nous masser       longte       sur le toute une faune timide veille       deux quant carles oït la       la pie sous l’occupation       entre madame des forêts de antoine simon 7 antoine simon 2 quel étonnant si j’étais un temps de cendre de deuil de des quatre archanges que quelques autres il en est des noms comme du   nous sommes a la fin il ne resta que l’heure de la ce les petites fleurs des juste un mot pour annoncer quelque temps plus tard, de     le cygne sur à propos des grands       l̵ c’est pour moi le premier       ...mai aux barrières des octrois autre petite voix       allong madame est une torche. elle       alla sur l’erbe verte si est quand il voit s’ouvrir, se placer sous le signe de À max charvolen et       je me livre grand format en trois       la station 3 encore il parle pour jacqueline moretti, à clere est la noit e la et ma foi, mesdames, messieurs, veuillez le temps passe dans la inoubliables, les       et si j’avais de son dernier vers aoi in the country antoine simon 10 le 2 juillet un besoin de couper comme de quelque chose il y a tant de saints sur deuxième approche de la tentation du survol, à tout en travaillant sur les tout à fleur d’eaula danse il ne reste plus que le  l’écriture régine robin, descendre à pigalle, se agnus dei qui tollis peccata       d&eacu  tous ces chardonnerets écrirecomme on se chercher une sorte de nécrologie       pass&e temps où le sang se la liberté s’imprime à antoine simon 27 tout est prêt en moi pour   ciel !!!! la vie est ce bruissement       dans mougins. décembre     de rigoles en avez-vous vu  “s’ouvre  au travers de toi je quand les mots petit matin frais. je te marché ou souk ou         &n un jour, vous m’avez       l̵ quatrième essai de "le renard connaît rêves de josué, 7) porte-fenêtre       sous       é mon cher pétrarque, sainte marie, dernier vers aoi je ne peins pas avec quoi, qu’est-ce qui est en préparation des « e ! malvais pourquoi yves klein a-t-il       au       entre je sais, un monde se antoine simon 25 villa arson, nice, du 17       grimpa je déambule et suis outre la poursuite de la mise f toutes mes au matin du   tout est toujours en       droite       le pour frédéric au rayon des surgelés f dans le sourd chatoiement voile de nuità la dernier vers aoi la chaude caresse de       une quand les eaux et les terres nous avons affaire à de attendre. mot terrible. rien n’est plus ardu je ne saurais dire avec assez       la pour martine       aujour pour helmut l’une des dernières la mastication des     au couchant "moi, esclave" a     l’é le coeur du macles et roulis photo 4       " la fraîcheur et la temps de pierres pour michèle dans le monde de cette le proche et le lointain     les provisions       &n l’évidence ce paysage que tu contemplais deux ce travail vous est antoine simon 19 dans les rêves de la madame, c’est notre  référencem madame porte à     depuis démodocos... Ça a bien un il aurait voulu être passent .x. portes, intendo... intendo ! le 26 août 1887, depuis       l̵ ouverture de l’espace la musique est le parfum de raphaël le soleil n’est pas  pour le dernier jour     nous voici des œuvres qui, le quatre si la mer s’est       coude buttati ! guarda&nbs       pass&e À perte de vue, la houle des sixième       j̵ " je suis un écorché vif. antoine simon 5 rêve, cauchemar, je t’ai admiré,       ce quel ennui, mortel pour       vaches dernier vers aoi (de)lecta lucta   mult est vassal carles de face aux bronzes de miodrag  improbable visage pendu 10 vers la laisse ccxxxii madame déchirée le "patriote",       midi la terre a souvent tremblé les amants se pour jean-louis cantin 1.- deux nouveauté, (elle entretenait   le texte suivant a le coquillage contre noble folie de josué, sixième attention beau accoucher baragouiner pour maguy giraud et       les approche d’une couleur qui ne masque pas       parfoi       dans les lettres ou les chiffres       " station 1 : judas 1- c’est dans pour michèle gazier 1     un mois sans À l’occasion de macles et roulis photo 6 dans les hautes herbes toutes sortes de papiers, sur la danse de du bibelot au babilencore une pour merle noir  pour onzième       la   1) cette la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Les nids | Dans le silence ->
Le martin pêcheur
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

le martin pêcheur

brille vert et le soleil

coule

Publication en ligne : 18 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette