BRIBES EN LIGNE
li quens oger cuardise cinq madame aux yeux le recueil de textes antoine simon 7 a grant dulur tendrai puis       je me il y a dans ce pays des voies abstraction voir figuration    7 artistes et 1 se placer sous le signe de quand c’est le vent qui le plus insupportable chez madame, c’est notre agnus dei qui tollis peccata       la essai de nécrologie, après la lecture de l’impossible dessiner les choses banales je découvre avant toi les plus terribles titrer "claude viallat, sauvage et fuyant comme sixième la lecture de sainte     pluie du       pure forme, belle muette, abu zayd me déplait. pas       le un soir à paris au noble folie de josué, macles et roulis photo 3   nous sommes si tu es étudiant en la liberté s’imprime à     le cygne sur c’est vrai       l̵       ( c’est un peu comme si, madame déchirée station 5 : comment a la femme au ce 28 février 2002. « h&eacu       dans       vu  c’était allons fouiller ce triangle       que clquez sur pas facile d’ajuster le macles et roulis photo 1 autres litanies du saint nom le 15 mai, à    seule au a la fin il ne resta que       les       dans rm : nous sommes en dimanche 18 avril 2010 nous       sur sur l’erbe verte si est       ...mai ajout de fichiers sons dans station 3 encore il parle voici des œuvres qui, le patrick joquel vient de antoine simon 25       voyage vous êtes ce qui fascine chez       au gardien de phare à vie, au       au ma chair n’est       &agrav     les fleurs du pour michèle gazier 1)       neige macao grise c’est la chair pourtant je rêve aux gorges       et tu   le texte suivant a a l’aube des apaches,  avec « a la il ne reste plus que le …presque vingt ans plus j’oublie souvent et       su dernier vers doel i avrat, polenta antoine simon 18 je suis sixième       crabe- carcassonne, le 06 le scribe ne retient sept (forces cachées qui       dans je désire un dans ma gorge   pour olivier       je "tu sais ce que c’est martin miguel art et les plus vieilles ensevelie de silence, la route de la soie, à pied, à la bonne       chaque il y a tant de saints sur dans l’innocence des       la j’ai donné, au mois       le je crie la rue mue douleur       j̵ depuis le 20 juillet, bribes moisissures mousses lichens vous dites : "un dernier vers aoi   à propos des grands un jour, vous m’avez la mort, l’ultime port, buttati ! guarda&nbs pour jean-louis cantin 1.-       au       le poème pour merci à marc alpozzo et ces présentation du       descen pour andrée issent de mer, venent as rita est trois fois humble.   le 10 décembre temps où le sang se les doigts d’ombre de neige elle disposait d’une m1       dans les carnets antoine simon 10 on peut croire que martine       les  née à fragilité humaine.       marche       embarq dernier vers aoi  les œuvres de troisième essai et percey priest lakesur les des voix percent, racontent       vu toutes ces pages de nos j’arrivais dans les mes pensées restent il existe au moins deux       "       nuage       bien       deux de la j’ai travaillé ma voix n’est plus que 10 vers la laisse ccxxxii deuxième apparition  martin miguel vient     oued coulant ils sortent tout est possible pour qui beaucoup de merveilles       le       & la cité de la musique deuxième       et la poésie, à la premier vers aoi dernier "je me tais. pour taire. deuxième essai se reprendre. creuser son elle ose à peine c’est la distance entre le proche et le lointain sainte marie, avant dernier vers aoi rare moment de bonheur, pour angelo f le feu s’est la force du corps, générations   (à de prime abord, il poussées par les vagues ici. les oiseaux y ont fait deux ce travail vous est antoine simon 32       le bien sûrla les étourneaux ! travail de tissage, dans il en est des noms comme du torna a sorrento ulisse torna       au napolì napolì lentement, josué  mise en ligne du texte       coude  la toile couvre les pour max charvolen 1) madame des forêts de on dit qu’agathe tous feux éteints. des    en       pour mi viene in mentemi s’ouvre la saluer d’abord les plus       ma dernier vers aoi bel équilibre et sa dans un coin de nice, un trait gris sur la mieux valait découper pour nicolas lavarenne ma la terre nous (À l’église et…  dits de  l’écriture voile de nuità la rien n’est plus ardu ecrire les couleurs du monde (ma gorge est une       sur cyclades, iii° À la loupe, il observa jusqu’à il y a     le nous serons toujours ces à sylvie villa arson, nice, du 17 dix l’espace ouvert au dernier vers s’il f le feu m’a granz est li calz, si se nu(e), comme son nom la réserve des bribes       "       au ce monde est semé d’ eurydice ou bien de et combien la gaucherie à vivre,       bonheu normal 0 21 false fal l’existence n’est laure et pétrarque comme  un livre écrit le géographe sait tout réponse de michel "ces deux là se la deuxième édition du dernier vers que mort c’est parfois un pays très malheureux... af : j’entends       sur     sur la pente six de l’espace urbain, chairs à vif paumes art jonction semble enfin lu le choeur des femmes de       (       l̵ ce qu’un paysage peut la liberté de l’être     de rigoles en       fleur       retour       en quatrième essai rares "si elle est ço dist li reis : je me souviens de         &n sculpter l’air : al matin, quant primes pert 1 la confusion des       pass&e les textes mis en ligne       bruyan toutefois je m’estimais   je n’ai jamais pour raphaël dans l’innocence des   que signifie     un mois sans carissimo ulisse,torna a     nous de tantes herbes el pre pourquoi yves klein a-t-il   ciel !!!! tendresses ô mes envols       entre lorsque martine orsoni       ce  le livre, avec l’appel tonitruant du preambule – ut pictura deuxième apparition de un nouvel espace est ouvert dentelle : il avait ce texte se présente reprise du site avec la pour qui veut se faire une antoine simon 29       pav&ea   iv    vers   j’ai souvent       rampan       fourr& madame porte à alocco en patchworck ©       va la langue est intarissable à propos “la mult est vassal carles de temps où les coeurs       la       le hans freibach : dernier vers aoi pour michèle gazier 1    si tout au long       dans       soleil recleimet deu mult carles respunt : le geste de l’ancienne, l’ami michel       un c’est une sorte de       grimpa       le je m’étonne toujours de la il souffle sur les collines       longte je déambule et suis les grands de proche en proche tous marché ou souk ou comme un préliminaire la le coquillage contre dans les hautes herbes vous deux, c’est joie et  monde rassemblé   autre petite voix dans ce pays ma mère 1. il se trouve que je suis pour anne slacik ecrire est etudiant à granz fut li colps, li dux en   marcel     [1]  dans le respect du cahier des madame, on ne la voit jamais  les trois ensembles macles et roulis photo 4 de l’autre petites proses sur terre clers est li jurz et li pour frédéric morz est rollant, deus en ad       la les dieux s’effacent paien sunt morz, alquant le ciel de ce pays est tout dernier vers aoi pour le prochain basilic, (la la danse de les oiseaux s’ouvrent clers fut li jurz e li sequence 6   le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Bonheur d’être | La grive s’envole ->
Jonathan du Croizic
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

Jonathan du Croizic

se reposant sur une patte

m’observe

Publication en ligne : 16 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette